Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 actualités Française (économies politiques militaire )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Jeu 22 Mar - 11:38


Le parcours de Mohamed Merah



Mohamed Merah est mort dans la rue

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a livré les détails de l'intervention des policiers du Raid, qui a conduit à la mort de Mohamed Merah, suspect des tueries de Toulouse et de Montauban. Voici ses propos :

"Hier soir notre dernier contact avec le tueur nous a révélé son extrême dangerosité. Il nous avait annoncé qu’il voulait se rendre à 22h42. À 22h45, la conversation a été reprise avec lui. Il a indiqué qu’il ne se rendrait pas, qu’il ne se laisserait pas faire et que s’il était pris, il tuerait les policiers.

"Ce matin, la décision a été prise de l’interpeller. À 10h30, trois grenades ont été envoyées dans l’appartement qu’il occupait. Il n’y a eu aucune réaction. Les fonctionnaires du Raid ont alors entrepris d’entrer dans l’appartement. Ils sont entrés par la porte, qui a été enlevée, et par la fenêtre dont les volets ont été enlevés cette nuit.

"Des moyens techniques de vidéo ont été introduits pour inspecter les différentes pièces de l’appartement. Dans les différentes pièces de la façade, il n’a été détecté aucune présence. Tout comme dans les toilettes. C’est au moment où la salle de bain a été inspectée que Mohamed Merah est sorti de la salle de bain, avec semble-t-il plusieurs armes, en tirant avec une extrême violence. Un fonctionnaire du Raid qui a participé à beaucoup d’opérations m’a dit qu’il n’avait jamais vu un assaut d’une telle violence et d’une telle intensité.

"Les fonctionnaires du Raid ont riposté. Les snipers qui étaient en face ont tenté de le neutraliser. À la fin, Mohamed Merah a sauté par la fenêtre avec une arme à la main, en continuant à tirer. Il a été retrouvé mort au sol. Nous avons voulu l’interpeller vivant, pour le déferrer à la justice.

"Du côté du raid, nous avons deux blessés supplémentaires, l’un au pied, l’autre est sans doute choqué. Le médecin n’a pas non plus d’inquiétude en ce qui le concerne."
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/03/22/97001-20120322FILWWW00509-mohamed-merah-est-mort-dans-la-rue.php

Toulouse: deux policiers blessés
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a indiqué ce matin devant l'immeuble où Merah s'était retranché que deux policiers ont été blessés, l'un au pied et l'autre étant sans doute choqué. Un premier bilan, qui donnait trois policiers blessés, a été corrigé par les forces de l'ordre.

Mohamed Merah, retranché dans son appartement à Toulouse, était soupçonné de sept meurtres, et a résisté aux hommes du Raid qui progressaient jeudi dans son appartement.

Des rafales de tirs très nourries et des détonations ont été entendues pendant cinq minutes vers 11h30, près de l'appartement où était retranché depuis 32 heures.







Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Jeu 22 Mar - 17:04

Toulouse : l'impressionnante fusillade de l'assaut final



un groupe lié à al-Qaida revendique la tuerie
Citation :
MINUTE PAR MINUTE - Mohamed Merah, l'auteur présumé des tueries de Montauban et Toulouse, est mort d'une balle dans la tête jeudi, lors d'un assaut donné par les policiers à l'immeuble où il se retranchait depuis un jour et demi.


17h18: le ministère de l'Intérieur s'est refusé «à tout commentaire pour le moment» quant à la revendication, par un groupe proche d'al-Qaida, de la tuerie de Toulouse.

17h15: le procureur de Paris, François Molins, a expliqué que le «tueur au scooter» avait pu acheter ses armes grâce à l'argent de «casses», de «cambriolages». Et ce magistrat de préciser que, dans une «Mégane qu'il avait louée», «ont pu être retrouvées un pistolet mitrailleur Sten, un revolver Python, un fusil à pompe et un fusil mitrailleur Uzi».

16h52: pour le père d'Abel Chennouf, l'un des militaires abattus à Montauban, la mort de Mohamed Merah est «un échec». «Pas celui du Raid, qui a fait tout ce qu'il a pu, a-t-il précisé. J'aurais aimé qu'on le questionne, j'aurais aimé savoir pourquoi il a fait ça à mon fils, j'aurais aimé un procès».
16h35:plus d'un millier de personnes ont pris part à une marche silencieuse à Manduel (Gard), avant la cérémonie des obsèques d'Abel Chennouf, abattu à Montauban.

16h08: Eva Joly a critiqué le rôle du ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, dans l'assaut final contre le tueur présumé de Toulouse et de Montauban. «Qu'a fait le ministre sur place en commentant en permanence, heure par heure, ce qui se passait? Il a créé de la confusion. Quel est son rôle? Ce n'est pas lui qui dirige les opérations! C'est une violation du code de procédure pénale!», a lâché la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts et ancienne magistrate.

16h01: un groupe, lié à al-Qaida, a revendiqué la tuerie de Toulouse. «Cette opération bénie a ébranlé les piliers sionisto-croisés dans le monde entier (...) et nous la revendiquons», est-il écrit dans un texte signé par l'organisation «Jund al-Khalifah» (les soldats de Califat) et mis en ligne sur le site Shamikh, où les communiqués d'al-Qaida ont l'habitude d'être publiés.

Le message invite la France à revoir sa politique «hostile» à l'égard des musulmans, précisant que celle-ci ne lui apportera que «le malheur et la destruction».

15h58: le président du conseil général de l'Essonne, Jérôme Guedj, a demandé la démission de Claude Guéant sur son blog. S'exprimant à titre personnel, l'élu a pointé un «triple échec» du ministre de l'Intérieur. Il se demande pourquoi le «projet meurtrier» n'a pas été «décélé» plus tôt, il reproche aux enquêteurs d'avoir tardé à identifier le suspect et il critique la méthode utilisée lors de l'assaut final.

15h57: le corps de Mohamed Merah a été amené à l'Institut médico-légal de Toulouse. Il devrait être autopsié dans l'après-midi.

15h18: le Pakistan et l'Afghanistan, mais aussi les forces américaines et celles de l'Otan dans ce pays, assurent n'avoir aucune trace des séjours de Mohamed Merah, contrairement aux déclarations des autorités françaises.
14h45: lors d'une conférence de presse à Toulouse, le procureur de Paris, François Molins, est revenu sur l'assaut au cours duquel Mohamed Merah a trouvé la mort, «d'une balle dans la tête». Le magistrat a insisté sur le fait que le Raid avait pour consigne de «tout faire pour l'interpeller vivant» et de ne «tirer qu'en légitime défense». «C'est précisément parce que tout a été fait que l'opération a duré aussi longtemps, au péril du Raid qui compte dans ses rangs cinq blessés», a-t-il expliqué.

Par ailleurs, François Molins a confirmé que le tueur présumé de Toulouse et de Montauban avait bien filmé tous ses assassinats. Les forces de l'ordre ont retrouvé la caméra et ont pu visionner les images, a indiqué le procureur de Paris. «Tu tues mes frères, je te tue», aurait dit Mohamed Merah pendant une des tueries.

Le procureur de Paris a, enfin, précisé que l'enquête judiciaire allait se poursuivre. Les investigations «vont porter désormais sur la recherche de tout complice qui l'aurait soit convaincu de commettre ces actes, soit fourni les moyens de les commettre», a-t-il dit.

13h20: le président de la République propose de réprimer pénalement toute personne qui consultera les sites faisant l'apologie d'idéologies extrémistes, des délits qui seront désormais «punis pénalement». De la même manière, les Français qui se rendraient à l'étranger pour suivre des stages d'endoctrinement pourront également être poursuivis pénalement. Il a enfin demandé à son ministre de la Justice une étude sur la propagation des idées fondamentalistes en prison.
Nicolas Sarkozy avait auparavant tenu à rappeler que «nos compatriotes musulmans n'ont rien à voir avec les motivations folles d'un terroriste». Il a aussi précisé que «tout a été fait» pour que Mohamed Merah «soit livré à la justice», mais qu' «il n'était pas concevable d'exposer des vies pour atteindre cet objectif».

13h13: une source policière précise auprès de l'Agence France-Presse que le tueur présumé a bien été «tué» par les policiers au moment où il sautait du balcon. Claude Guéant avait seulement déclaré qu'il avait «été retrouvé mort au sol», puis qu'«il était mort quand il est arrivé au sol», sans donner plus de précisions.

12h55: Jean-Luc Mélenchon a exprimé jeudi son «soulagement» après la mort de l'auteur présumé des assassinats de Montauban et Toulouse, fustigeant le «manque de décence» de Marine Le Pen.

12h42: François Bayrou a salué l'assaut mené par le Raid contre Mohamed Merah, soulignant qu'«il fallait que force reste à la loi» et que «c'est chose faite». «L'issue du drame de Toulouse est un soulagement pour tous ceux qui ont vécu cette barbarie et tous ceux qui en ont ressenti le deuil et l'angoisse», a-t-il ajouté en exprimant son soutien aux forces «de la police et de renseignement» qui ont conduit l'opération.

12h37: François Hollande salue «le courage et la détermination du Raid et de toutes les forces de sécurité, après une opération éminemment risquée» qui a mis fin à «une insupportable angoisse». Pour le candidat PS, «cette épreuve rappelle que la lutte contre le terrorisme est un combat de tous les instants. Il ne peut admettre aucune faiblesse. La République est toujours la plus forte.»

12h05: Claude Guéant donne des précisions sur l'opération:






Le récit complet du ministre: «Hier soir, notre dernier contact avec le tueur nous a révélé son extrême dangerosité. Il nous avait annoncé qu'il voulait se rendre à 22h45. À 22h45, la conversation a été reprise avec lui et il a indiqué qu'il ne se rendrait pas, qu'il ne se laisserait pas faire, et que, s'il était pris, il tuerait des policiers. Ce matin, la décision a été prise de tenter de l'interpeller. A 10h30, des grenades ont été envoyées, comme d'autres l'avaient été précédemment dans la nuit dans l'appartement. Aucune réaction ne s'est manifestée. Les fonctionnaires du Raid ont alors entrepris d'entrer dans l'appartement par la porte en enlevant cette dernière, d'abord, d'entrer ensuite par les fenêtres dont les volets avaient été enlevés cette nuit.»

«Nous connaissions la dangerosité et la menace du tueur, des moyens techniques de vidéo ont été introduits pour inspecter les différentes pièces de l'appartement. Sur la façade, aucune présence n'a été décelée, l'inspection des toilettes n'a pas non plus révélé de présence. Il restait la salle de bains. C'est au moment où un moyen d'investigation a été introduit dans la salle de bains que le tueur en est sorti en tirant avec une extrême violence. Les rafales ont été fréquentes, très dures, un fonctionnaire du Raid qui a pourtant l'habitude de ce genres de choses me disant qu'il n'avait jamais vu un assaut de cette violence. Les fonctionnaires du Raid ont tenté bien sûr de se protéger, de riposter. À la fin, Mohamed Merah a sauté par la fenêtre avec une arme à la main en continuant à tirer. Il a été retrouvé mort au sol.»

«Du côté du Raid, dont je voudrais saluer à nouveau le professionnalisme et l'extrême dévouement, nous avons deux blessés supplémentaires, l'un blessé au pied, l'autre sans doute choqué, mais le médecin n'a pas non plus d'inquiétude en ce qui le concerne. Je voudrais aussi rendre hommage à tous les services engagés dans cette affaire, à l'enquête exemplaire conduite sous l'autorité du parquet. C'est en effet en peu de temps que les différents services ont réussi à identifier le tueur dont chacun sait qu'il était sur un cheminement criminel supplémentaire déjà programmé, et par conséquent à soulager la population de Toulouse et à enlever la menace sur la population française.»

12h00: Nicolas Sarkozy félicite les forces de l'ordre intervenues à Toulouse.

11h40: les échanges de feu - 300 cartouches au total - ont fait deux blessés parmi les policiers, selon une source policière. Un premier bilan faisait état de trois blessés.

11h35: le suspect est mort après avoir résisté aux policiers qui progressaient dans son appartement, confirme une source policière au Figaro.

11h30: de nombreuses rafales de tirs sont entendues dans ce qui semble être l'assaut final.






11h10: les policiers sont dans l'appartement du suspect où ils progressent «pas à pas», selon une source proche de l'enquête. On ignore si Mohamed Merah est vivant. «Il ne s'est pas manifesté», a dit la même source.

11h00: le dénouement est en cours, d'après une source proche de l'enquête.

10h45: l'assaut a été donné après 32 heures de siège. Les hommes du Raid pourraient peut-être se trouver dans l'appartement.Selon notre reporter sur place, la situation semble s'être figée à l'extérieur du bâtiment.

10h31: trois explosions ont été entendues près de l'immeuble. D'après notre reporter, trois camions de pompiers sont garés derrière un véhicule du GIPN (Groupe d'intervention de la police nationale). Un nouveau camion de secours et d'assistance aux victimes est arrivé. D'après BFMTV, les brancards acheminés quelques minutes plus tôt vers l'appartement ont été ramenés, vides, avec du matériel dessus.
10h26: selon BFM TV, l'assaut semble imminent.

• Selon le quotidien espagnol ABC, Mohamed Merah était fiché par la police en Espagne après qu'il eut assisté à des «journées islamiques».

10h17: «Je pense que la campagne ne s'est jamais interrompue - je n'en fais pas d'ailleurs grief», a estimé François Bayrou sur RMC et BFM-TV. «Ces événements ont été l'occasion pour le président de la République de montrer une certaine image de la fonction et pour les autres candidats de montrer une certaine idée qu'ils se font de leur place dans leur pays.»

• Le site suédois Aftonbladet diffuse en streaming les images du quartier résidentiel de Toulouse où les policiers assiègent le tueur présumé
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/03/22/01016-20120322ARTFIG00379-toulouse-le-raid-utilise-la-strategie-de-l-epuisement.php















Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Jeu 22 Mar - 17:12

moi ce qui m"étonne un peu,
c'est le nombre des hommes du RAID cela me parait excessif pour un seul homme Question
c'est presque autant que la prise d'otage d'air France (d'Alger Paris)






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Jeu 22 Mar - 19:07

je suis d'accord avec toi air-force,
tiens peut-être la péponse ici

interrogations sur l'intervention du RAID
Citation :
Quelque chose s'est mal passé : Mohammed Merah est mort au cours de l'intervention du RAID, alors que la mission des policiers était de l'arrêter pour le remettre à la Justice. Deux policiers du RAID ont d'ailleurs été blessés au cours de la vive fusillade qui a duré plusieurs minutes.

D'un point de vue purement technique, cette opération — qui a duré 32 heures — s'apparente à un échec. Un peu comme lors de l'affaire de la prise d'otage à la maternelle de Neuilly (1993) lorsque « Human Bomb » avait été tué lors de l'action du RAID. On sait que c'est à ce moment là que des liens étroits se sont noués entre Nicolas Sarkozy et les policiers du RAID.

Des spécialistes du contre-terrorisme s'interrogent, alors qu'il s'agissait, selon eux, d'une opération assez simple, qui s'apparente à la maîtrise d'un forcené, certes très armé et déterminé. Merah était seul et n'avait aucun otage. Nous n'étions donc pas dans le contexte d'une prise d'otage massive par un groupe de terroriste dans un lieu complexe (bateau, théâtre, hotel...).

L'erreur la plus souvent pointée porte sur la manière de pénétrer dans l'appartement, mercredi à 3 heures du matin. Les policiers ont utilisé un bélier pour défoncer la porte d'entrée, derrière laquelle Merah semble avoir placé un refrigateur. Cela donne le temps à Merah d'ouvrir le feu et de repousser le premier assaut. « Dans un cas comme ça, on ne frappe pas à la porte, même avec un bélier » assure un spécialiste. Car il existe d'autres moyens d' « effraction » : en clair des explosifs. La technique (qui permet de faire sauter des murs de béton même armé) consiste à déposer, de manière dynamique, des charges soigneusement dosées au bon endroit, jusque avant l'assaut. C'est une technique complexe... que le RAID ne maitrise peu ou mal — ou en tout cas n'emploie pas. Sans doute est-elle jugée trop militaire, bonne pour les gendarmes ou les commandos.

Lorsque le RAID donne l'assaut, il lui manque un élément essentiel : le renseignement fiable. Les policiers ignorent où est exactement Merah dans cet appartement d'une trentaine de m2, et même s'il est encore vivant.

Autre interrogation, la durée de la fusillade - près de cinq minutes. 300 munitions ont été tirés par la police. Or, le succès d'un assaut se mesure à sa rapidité, moins d'une minute en principe. Ce matin, quelque chose a donc mal tourné. Même si Merah, retranché dans sa salle de bains, portait peut-être des bouchons anti-bruit (BAB) et un casque, les grenades incapacitantes ou des gaz peuvent être employés. Un autre s'interroge sur le fait que l'homme ait pu sortir de sa salle de bains — et en réalité, c'est lui qui a assailli les policiers — puis passer par la fenêtre au cours de l'assaut. En posture offensive, le RAID s'est retrouvé en posture défensive : en clair, il a perdu l'initiative et se retrouve en difficultés.

Dans une situation tactique sans comparaison au niveau de sa complexité (l'Airbus de Marignane en 1994), la fusillade avait duré quinze minutes : il y avait quatre terroristes, des dizaines de passagers otages dans la cabine d'un avion.

Enfin, la question se pose du choix du lieu pour l'interpellation du suspect. « On lui a laissé le choix du terrain, c'est-à-dire son appartement. Or, on savait qu'il allait en resortir et il était possible de l'appréhender à ce moment là », même si cela présentait d'autres risques, estiment des praticiens de ce genre d'activités.

Bref, l'heure est déjà aux critiques dans le tout petit monde du contre-terrorisme
http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Toulouse-interrogations-sur-l-intervention-du-RAID-actualise_a552.html















Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Ven 23 Mar - 12:47

Mohamed Merah sur la liste noire des suspects interdits de vol aux USA






Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: L’origine algérienne du tueur présumé mise en exergue   Ven 23 Mar - 18:37

La double tuerie de Toulouse s’invite dans la campagne présidentielle






















Citation :
L’origine algérienne de l’auteur présumé de la double tuerie de Toulouse et Montauban a été mise en avant par les médias français. Ce qui a fait réagir la communauté musulmane de France qui redoute qu’elle soit montrée du doigt. Les mêmes médias n’insistent pourtant pas sur l’origine maghrébine et musulmane des premières victimes de Mohamed Merah, en l’occurrence les trois militaires. Les liens «djihadistes» du présumé tueur en série de Toulouse et Montauban ont ravivé hier les craintes, tant des politiques que des responsables cultuels, d’une «remontée» anti-Islam en France. Ces craintes sont d’autant plus «justifiées» qu’elles interviennent en période de précampagne électorale pour la présidentielle du 22 avril prochain, une opportunité que n’hésiteront pas à saisir des candidats à la course à l’Elysée, connus pour leur discours haineux envers la communauté musulmane, ont estimé les mêmes observateurs. Le candidat du Front de gauche à l’Elysée, Jean-Luc Mélenchon, a estimé que le «premier devoir» était désormais de «lutter contre les assimilations et stigmatisations haineuses», à la suite de l’identification de l’auteur présumé des tueries de Toulouse et Montauban. «Dorénavant, notre premier devoir est de lutter contre les assimilations et stigmatisations haineuses à qui cette situation pourrait servir de prétexte», a-t-il déclaré, faisant allusion notamment au Front national dont la candidate à la présidentielle, Marine Le Pen, a affirmé qu’«on a sous-estimé le fondamentalisme en France», appelant à une «guerre contre les fondamentalo-religieux». La candidate Eelv à la présidentielle, Eva Joly, a, de son côté, lancé un appel à la paix pour que «nous trouvions une façon de mieux vivre ensemble». Pour elle, il incombe aux présidentiables de ne pas envenimer la situation. Eva Joly a, à cette occasion, pointé du doigt «les propos discriminants» de Nicolas Sarkozy et Claude Guéant qui, selon elle, «n’arrangent rien». Le chef de file du MoDem, François Bayrou, dit ne pas faire de cette tuerie une «affaire de racisme». Désirant éviter toute stigmatisation, il a exhorté la société française à «former l’ensemble le plus uni possible». Pour sa part, le candidat à la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan, a appelé à éviter «les dérapages assimilant le terrorisme, l’Islam et les Français musulmans». «Les dérapages assimilant le terrorisme, l’Islam et les Français musulmans sont la meilleure des manières de donner raison à ce terroriste et à sa folie criminelle. Ne lui faisons pas ce cadeau», a-t-il déclaré. Dès l’annonce que le suspect des tueries de Toulouse se réclamait d’Al-Qaïda et du djihadisme, le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a estimé qu’il ne faut «pas d’amalgame entre la religion musulmane à 99,9% pacifique, citoyenne, responsable, non violente et tout à fait intégrée dans notre pays et puis ces minimes petites franges de gens décidés à faire un mal atroce». Il a jugé que la communauté musulmane, «dans sa très grande majorité, ne peut pas se reconnaître dans cette forme de pratique, qui n’est que l’expression de la haine, de la violence, du terrorisme, qui n’ont rien à voir avec les religions que nous représentons». «C’est un élément d’abasourdissement, de stupéfaction, d’étonnement et aussid’incompréhension, de révolte, à savoir qu’il y ait encore, en 2012, des éléments qui s’érigent en exécuteurs infâmes et criminels», a ajouté le recteur de la Mosquée de Paris
http://www.latribune-online.com/divers/65447.html






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Merah voulait «fumer» un policier des RG   Ven 23 Mar - 20:18


Merah voulait «fumer» un policier des RG
Le directeur central du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, revient dans un entretien au Monde sur la surveillance dont le tueur de Toulouse faisait l'objet depuis 2010 et sur les négociations pendant l'intervention du Raid.


Citation :
Le rôle joué par la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans l'enquête ayant permis de retrouver l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban est au cœur des interrogations. Une partie de la classe politique ne comprend pas que le jeune homme n'ait pas été retrouvé plus vite alors qu'il était surveillé par les services de renseignements depuis novembre 2010. Son directeur, Bernard Squarcini, se défend jeudi de toute défaillance dans un entretien au Monde .

• Pourquoi il n'a pas été retrouvé plus vite

«Il était impossible de dire dimanche soir: “C'est Merah, il faut aller l'attraper”», explique-t-il. À ce moment, les services de renseignements ont déjà isolé le nom de sa mère dans la liste des adresses IP transmises par la police judiciaire (PJ) le vendredi soir, «mais il n'y a pas que ce nom-là». De plus, «elle a cinq enfants, cela fait six personnes qui auraient pu se connecter», se justifie-t-il, sans compter que les pistes de l'ultradroite ou d'un fou n'ont pas été écartées.

Il assure que les méthodes de travail de la PJ et du renseignement ont permis de «gagner du temps». «Le renseignement débroussaille et évite que l'enquête de la PJ soit polluée», assure-t-il. «Nous ne pouvions pas aller plus vite. Nous aurions bien aimé.»

Le patron de la DCRI estime par ailleurs que l'affaire Merah «ne change pas fondamentalement notre grille de lecture du phénomène terroriste». «C'est évident qu'il peut y avoir d'autres solitaires comme lui, c'est la crainte de tous les services de renseignements», reconnaît-il.

» Questions sur l'efficacité des services de renseignements

• Merah a parlé à un membre des RG pendant le siège

Pendant le siège de son appartement, «il a souhaité parler avec le policier de la direction régionale du renseignement intérieur (DRRI) de Toulouse qui l'avait rencontré en 2011», dévoile le patron de la DCRI. Il «semblait avoir un rapport de confiance avec lui». C'est grâce à cet intermédiaire que la police aurait récupéré bon nombre d'informations pendant le siège. Au cours de ces échanges, le jeune homme aurait par ailleurs déclaré, selon Bernard Squarcini: «De toute façon, je devais t'appeler pour te dire que j'avais des tuyaux à te donner, mais en fait j'allais te fumer.»

• Pas de lien avec les salafistes arrêtés à Toulouse en 2007

Claude Guéant a évoqué des relations entre Mohamed Merah et les salafistes arrêtés à Toulouse en 2007 pour une affaire de filiale djihadiste irakienne. Mais Bernard Squarcini assure qu' «il n'y a pas de lien, en dehors de mandats envoyés à l'un des condamnés en prison, ce qui peut être une simple solidarité de cité». «Il a 18 ans à l'époque des faits, il ne peut pas apparaître comme un activiste chevronné», explique-t-il, évoquant «un petit délinquant» connu pour «vols avec violences, vols à l'arme blanche».

Il «bascule» après une condamnation pour conduite sans permis qui fait tomber ses sursis: dix-huit mois de prison. «Il trouve injuste la sanction qui lui est infligée et part en rébellion contre les institutions», raconte le patron de la DCRI. C'est à ce moment qu'il s'est «autoradicalisé en prison, tout seul, en lisant le Coran». «C'est un acte volontaire, spontané, isolé. (...) Il n'y a aucune appartenance à un réseau.»

• Les séjours de Merah en Afghanistan et au Pakistan

Il faut attendre novembre 2010 pour que la DCRI s'intéresse au jeune homme, alertée par un des services de renseignements de l'armée (la DPSD). Le jeune Merah vient d'être arrêté par la police afghane, le 22 novembre, à l'occasion d'un banal contrôle routier à Kandahar. Il est remis aux Américains «qui l'ont forcé à remonter dans l'avion pour rentrer à Kaboul». Le 5 décembre, il rentre en France.

Avant de se rendre en Afghanistan par des «parcours inhabituels», il était chez son frère Abdelkader, en Égypte. Il venait de boucler un grand tour au Proche-Orient: Turquie, Syrie, Liban, Jordanie «et même Israël». La DCRI mène une courte enquête: «il n'y a rien, pas d'activisme idéologique, pas de fréquentation de la mosquée», se rappelle Bernard Squarcini.

Convoqué pour un «entretien administratif» à l'automne 2011 pour s'expliquer sur son voyage, il répond le 13 octobre depuis le Pakistan qu'il contactera la DCRI à son retour. Il se présente effectivement en novembre et «fait preuve d'une excellente coopération, d'éducation et de courtoisie». Il arrive «avec une clé USB qui contient ses photos de voyage» et explique être allé au Pakistan «pour chercher une épouse».

Il racontera pendant le siège du Raid qu'il était en fait au Waziristan où il a bénéficié d'un «entraînement particulier» dispensé par «une seule personne» et «pas dans les centres de formations où il aurait pu se faire repérer», rapporte Squarcini. «À l'époque, ni les services pakistanais, ni les Américains, ni la DGSE ne nous ont alertés», appuie-t-il. Son inscription sur les listes d'exclusion aérienne et sur celle du FBI pour lien avec al-Qaida, serait donc, selon lui, «probablement» liée à son contrôle à Kandahar.

» INTERVIEW - «Les filières afghanes ne sont pas toutes purgées»

• Ses relations avec son frère et sa mère

Il n'a pas «le même type de personnalité» que son frère Abdelkader. Celui-ci est allé avec sa sœur dans une école coranique en juillet 2010 en Égypte. «Ils n'ont pas la même formation», insiste Squarcini. «Il nous l'a dit: “Moi je n'ai pas confiance en mon frère, je ne lui ai jamais dit ce que je faisais. Ni à ma mère.”»
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/03/23/01016-20120323ARTFIG00499-merah-voulait-fumer-un-policier-des-rg.php






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Sam 24 Mar - 11:14

Le fondateur du GIGN critique l'opération du Raid à Toulouse

Christian Prouteau, fondateur du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), a critiqué vendredi l'opération de la police à Toulouse contre Mohamed Merah, notamment l'absence d'utilisation de gaz lacrymogène lors de l'assaut.

Le secrétaire national du PS chargé de la sécurité, Jean-Jacques Urvoas, avait mis en doute jeudi, sur Twitter, l'efficacité du Raid avant de se rétracter face aux réactions de protestations de la droite.

Face aux critiques, Amaury de Hautecloque, le patron de cette unité d'élite de la police, s'est exprimé dans plusieurs médias pour défendre l'intervention, affirmant être allé "jusqu'à l'extrême possibilité" pour arrêter le tueur vivant.

Mohamed Merah, un Français d'origine algérienne de 23 ans qui a revendiqué les sept meurtres commis à Montauban et à Toulouse, a été tué jeudi lors d'un assaut donné par la police au logement où il était assiégé depuis plus de 30 heures.

"Comment se fait-il que la meilleure unité de la police ne réussisse pas à arrêter un homme tout seul ?", s'interroge Christian Prouteau, dans un entretien à Ouest France publié vendredi.

"Il fallait le bourrer de gaz lacrymogène. Il n'aurait pas tenu cinq minutes", estime l'ancien militaire. "Au lieu de ça, ils ont balancé des grenades à tour de bras. Résultat : ça a mis le forcené dans un état psychologique qui l'a incité à continuer sa 'guerre'".

Amaury de Hautecloque a répondu que le recours aux gaz lacrymogènes faisait bien partie du plan, mais que la charge de Mohamed Merah, jusqu'alors réfugié dans la salle de bain, n'avait pas permis de les utiliser.

"J'avais une idée précise de sa présence et de lui lancer des gaz lacrymogènes pour saturer la pièce où il était et s'assurer de sa personne au moment où il sortirait. Voilà ce qui était prévu", a-t-il dit à France Info.

"Mohamed Merah a choisi son destin puisqu'il est sorti de la salle de bain les armes à la main, il nous a engagés immédiatement en faisant feu", a-t-il ajouté.

Dans une interview au Figaro de samedi, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant estime qu'il est "inacceptable de remettre en cause l'efficacité de la police".

"Nos services sont très actifs dans la lutte contre le terrorisme et reconnus mondialement. La meilleure preuve, c'est que, depuis l'attentat de Port-Royal en 1996, malgré une menace grandissante, nous n'avons plus connu d'attentat en France, contrairement à d'autres pays", ajoute-t-il.

Interrogé sur la possible utilisation de gaz lacrymogène pour appréhender Mohamed Merah, Claude Guéant répond:

"Ce sont des moyens illégaux. Cette technique est proscrite par les conventions internationales parce qu'elle a fait par le passé de nombreuses victimes. Toutes ces polémiques entretenues par des gens qui ne connaissent rien de cette affaire, qui n'ont pas été sur les lieux ni entendus les conversations de la police avec l'assassin sont irresponsables".

LE CORPS DE MERAH CRIBLÉ DE BALLES

Amaury de Hautecloque affirme avoir continué à "donner l'ordre de ne riposter qu'avec des armes non-létales et notamment des grenades offensives afin qu'il puisse être choqué et que nous puissions nous assurer de sa personne".

Selon une source judiciaire, l'autopsie a montré que Mohamed Merah avait succombé à deux tirs mortels, l'un à la tête et l'autre à l'abdomen, et son corps avait été criblé de balles, alors qu'il se trouvait de dos.

Le parquet s'était contenté jeudi d'annoncer que le tueur de sept personnes avait succombé à une balle dans la tête.

Selon Le Parisien.fr, ces balles ont atteint les bras et les jambes alors que Mohamed Merah se trouvait de dos puisqu'il portait un gilet-pare-balles.

La quasi totalité des syndicats de police ont défendu le Raid.

Dans un communiqué, le deuxième syndicat des officiers de police, Synergie-Officiers, se demande si les déclarations de Christian Prouteau "sont uniquement motivées par un mélange d'aigreur et d'ambition politicienne ou initiées en connivence avec des officiers supérieurs de la gendarmerie".

Il "constate que cet ancien éminent haut gradé de la gendarmerie nationale oublie un peu vite les coups tordus et les bavures de certaines unités d'un service qu'il prétend défendre", citant l'affaire des écoutes illégales de l'Elysée.

Christian Prouteau avait été condamné à huit mois de prison avec sursis et 5.000 euros d'amende pour ces écoutes.

Alliance, second syndicat chez les gardiens de la paix, dit espérer que cette polémique "stérile et sans fondement" n'est pas dictée "par des ambitions personnelles ou des considérations politiques" à l'approche de l'élection présidentielle.

Unité SGP-Police, le premier syndicat de la police en tenue, parle pour sa part d'une "parfaite coordination" des différents services et d'un "dispositif sans précédent" grâce auquel un "remarquable résultat" a été obtenu.

Christian Prouteau, qui avait dirigé le Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) en 1982, sous François Mitterrand, est considéré comme lié à la gauche par les syndicats proches de la majorité
http://fr.news.yahoo.com/le-fondateur-du-gign-critique-lopération-du-raid-

Deux proches du tueur de Toulouse arrivés au siège de la DCRI

Le frère de Mohamed Merah et sa compagne sont arrivés samedi matin au siège de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), dans la banlieue de Paris, où ils devraient être interrogés avant d'éventuelles poursuites judiciaires.

Le convoi a quitté Toulouse, où le tueur de sept personnes a été abattu jeudi à l'issue d'un siège de plus de 30 heures, et est arrivé après un transfert en avion à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), à la sous-direction antiterroriste (Sdat) de la DCRI, a-t-on appris de source judiciaire.

La garde à vue de la mère de Mohamed Merah, qui est restée à Toulouse, devait être levée, a-t-on ajouté de même source.

Les gardes à vue des trois proches de l'auteur des tueries avaient été prolongées jeudi pour déterminer s'il a bénéficié de complicités, mais le patron de la DCRI, Bernard Squarcini, a dit dans Le Monde ne pas croire à l'existence d'un réseau.

Les policiers peuvent interroger Abdelkader Merah et son épouse jusqu'à dimanche matin sous le régime de la garde à vue, qui expirera après 96 heures. Ils devraient ensuite être déférés devant un juge qui décidera s'il y a suffisamment d'éléments pour les mettre en examen.

Abdelkader Merah, sa compagne et la mère de Mohamed Merah ont été entendus depuis mercredi dans les locaux du service régional de police judiciaire de Toulouse.

La justice a la conviction que le jeune homme, qui a filmé ses attaques, a participé seul aux tueries, mais l'enquête doit dire s'il a éventuellement agi pour le compte d'une organisation et s'il a bénéficié d'un soutien logistique.

SOUTIEN LOGISTIQUE ?

Selon Le Parisien de samedi, qui cite un enquêteur, il a lors de son interrogatoire à Toulouse clamé sa "fierté" devant les actes de son frère et s'est dit "heureux" qu'il soit mort les armes à la main.

Il aurait également fourni un soutien logistique pour les sept meurtres commis par Mohamed Merah, affirme le quotidien.

Mohamed Merah a assuré aux policiers qui l'assiégeaient que sa mère et son frère n'étaient pas au courant de ses projets.

Mais les enquêteurs se demandent comment le jeune homme, supposé vivre de l'aide de l'Etat, a pu se constituer un arsenal, dont un pistolet mitrailleur Sten et un fusil mitrailleur Uzi, louer une Renault Mégane et se procurer un second véhicule, une Clio.

Selon le procureur de Paris François Molins, qui chapeaute l'enquête, Mohamed Merah a expliqué qu'il finançait ses activités par des cambriolages.

Les enquêteurs vont donc mener un travail de fourmi "pour retrouver l'origine de chaque arme et l'existence de ces braquages", dit une source policière.

Abdelkader Merah était fiché comme un intégriste religieux et avait également été inquiété pour sa participation présumée dans une filière d'acheminement de djihadistes en Irak il y a quelques années, sans être mis en examen.
http://fr.news.yahoo.com/le-fondateur-du-gign-critique-lopération-du-raid-






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Sam 24 Mar - 16:12

Le scénario de l'assaut du Raid contre Mohamed Merah




on a confirmation des qualités physiques sensiblement supérieures à la moyenne du tueur (et aussi d'une force mentale certaine pour résister à un stress intense lors des meurtres et lors du siège). Dommage que le reste de ses facultés intellectuelles et morales ne suivait pas sinon il aurait pu trouver sa place dans la société (et peut-être aurait-il fait un très bon soldat sans certains de ses défauts !).
INFOGRAPHIE - Après 32 longues heures de négociations, les hommes de l'unité d'élite lancent l'opération qui aboutira au décès du terroriste islamiste.
ici :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/03/23/01016-20120323ARTFIG00610-le-scenario-de-l-assaut-du-raid-contre-mohamed-merah.php







Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Sam 24 Mar - 19:31

Le frère de Mohamed Merah sera présenté dimanche à un juge

Citation :
Le frère de Mohamed Merah, le tueur responsable de la mort de sept personnes abattu jeudi par la police lors d'un raid, sera présenté dimanche avec son épouse à un juge d'instruction, les enquêteurs estimant disposer de suffisamment d'éléments pour une mise en examen, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Le parquet dira dans la matinée de dimanche quels sont ces éléments dans un réquisitoire introductif.

Abdelkader Merah et son épouse ont été transférés samedi au siège de la sous-direction antiterroriste, à Levallois-Perret, dans la banlieue de Paris, pour achever leur garde à vue de 96 heures maximum après leur interpellation mercredi dernier.

Lors de sa garde à vue à Toulouse, avant son transfèrement, Abdelkader Merah s'est déclaré "fier" des actes commis par son frère, a déclaré une source policière.

Cette source ajoute qu'il a reconnu sa complicité dans le vol, le 6 mars dernier, du scooter Yamaha T-Max qui a servi dans les assassinats de trois militaires et de quatre personnes de confession juive, dont trois enfants, tout en niant être au courant des projets meurtriers de son jeune frère de 23 ans.

Une source judiciaire a démenti une information du site internet du quotidien Le Parisien selon laquelle les expertises téléphoniques réalisées par les enquêteurs auraient révélé que la signature du téléphone portable d'Abdelkader Merah, 29 ans, avait été repérée à proximité de l'école juive le 19 mars, jour de la tuerie dans ce collège-lycée.

Cette piste aurait déjà été écartée par les enquêteurs.

La garde à vue de la mère de Mohamed Merah a été levée vendredi soir à Toulouse, a annoncé samedi le parquet.

"Elle n'avait rien vu venir, elle ne pouvait pas le prévoir", a déclaré à Toulouse Jean-Yves Gougnaud, l'avocat de Zoulikha Aziri, qui éprouve selon lui un "sentiment de culpabilité et de remords" pour n'avoir pas pu voir les signes d'une radicalisation de son fils.

SOUTIEN LOGISTIQUE ?

Les enquêteurs cherchent à déterminer si Mohamed Merah a bénéficié de complicités mais le patron de la Direction centrale des renseignements intérieurs (DCRI), Bernard Squarcini, a dit dans Le Monde de samedi ne pas croire à l'existence d'un réseau.

La justice a la conviction que Mohamed Merah était seul lors des tueries, mais l'enquête doit dire s'il a agi pour le compte d'une organisation et s'il a bénéficié d'un soutien logistique.

Il a assuré aux policiers qui l'assiégeaient que sa mère et son frère n'étaient pas au courant de ses projets mais les enquêteurs se demandent comment ce jeune homme sans travail a pu se constituer son arsenal et acheter sa voiture.

"Ce sont des armes qu'il dit avoir achetées", a déclaré samedi sur i-télé Ange Mancini, coordonnateur national du renseignement auprès de l'Élysée.

Mohamed Merah a dit aux policiers qui l'assiégeaient qu'il les avait payées 20.000 euros, financés par des cambriolages.

Les enquêteurs vont donc mener un travail de fourmi "pour retrouver l'origine de chaque arme et l'existence de ces braquages", dit une source policière.

Le Colt 45 qui a été retrouvé mercredi dans une Renault Clio et a été formellement expertisé comme l'arme utilisée lors des trois tueries, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Abdelkader Merah était fiché comme un intégriste religieux et avait également été inquiété pour sa participation présumée dans une filière d'acheminement de djihadistes en Irak il y a quelques années, sans être mis en examen.

Selon une source policière, la mère du tueur a épousé le père d'un homme qui appartenait à un groupe radical de l'Ariège dont les membres ont été condamnés pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" en 2009.

Les services de police auraient mis en évidence à partir de 2008 les liens entre les frères Merah et ce groupe, hébergé par un chef religieux auto-proclamé, un Français né en Syrie et surnommé "l'émir blanc."

SÉJOURS EN AFGHANISTAN

Mohamed Merah a dit aux policiers lors du siège avoir accepté une mission d'Al Qaïda pour un attentat lors d'un séjour au Pakistan.

En 2010, Mohamed Merah a effectué un premier séjour en Afghanistan. Selon le procureur de Paris, il est parti par ses propres moyens, avec un visa touristique. Arrêté à Kandahar lors d'un contrôle routier, il est remis aux forces américaines et revient en France.

Le second séjour en 2011, dans la zone tribale du nord-ouest du Pakistan aurait été interrompu par Mohamed Merah lui-même, victime d'une hépatite.

"Il a déclaré au Raid qu'il avait subi un entraînement particulier par une seule personne", assure le "patron" de la DCRI, confirmant que le jeune homme avait voyagé en Turquie, en Syrie, au Liban, en Jordanie et en Israël.

Interrogé à son retour par la DCRI, Mohamed Merah aurait affirmé avoir fait un voyage touristique et cherché une épouse, ajoute le responsable policier
http://fr.news.yahoo.com/abdelkader-merah-sest-dit-fier-actes-frère-105026986.html;
Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Dim 25 Mar - 18:13

lemaquisard

Citation :
Le frère aîné de Mohamed Merah, l'auteur des tueries de Montauban et Toulouse, a été mis en examen dimanche pour "complicité d'assassinats", "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme" et "vol en réunion", a-t-on appris de source judiciaire.

"Il a été mis en examen conformément aux chefs requis par le parquet", a-t-on déclaré à Reuters.

Il a été placé en détention, a-t-on ajouté de même source sans préciser le lieu d'incarcération. Quatre juges antiterroristes ont été saisis de l'affaire, a-t-on en outre indiqué.

Le parquet de Paris avait déclaré dimanche matin disposer d'"indices graves ou concordants" à l'encontre d'Abdelkader Merah, qui est âgé d'une trentaine d'années.

Abdelkader Merah avait été présenté à un juge d'instruction antiterroriste après une garde à vue dans les locaux de la sous-direction antiterroriste (SDAT) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), près de Paris.

Interpellé mercredi avec sa compagne à leur domicile d'Auterive, à une quarantaine de kilomètres de Toulouse, et transféré samedi matin à la SDAT, Abdelkader Merah avait achevé dimanche matin une garde à vue de 96 heures, durée maximale autorisée en matière d'affaires de terrorisme.

Sa compagne a pour sa part été libérée vers 04h30, a-t-on appris auprès de son avocat toulousain, Me Guy Debuisson, qui assure que la jeune femme ignorait tout de la double vie présumée d'Abdelkader Merah.
http://fr.news.yahoo.com/le-frère-mohamed-merah-mis-en-examen-






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Dim 25 Mar - 21:19

Échec du RAID à Toulouse, la réputation de l’unité d’élite française mise à mal




Citation :
L’opération du Raid contre Mohamed Merah, le tueur présumé de Toulouse et de Montauban, a porté un coup dur à la cote de cette unité d’élite de la police française, notamment en Israël, en Russie, au Brésil et en Algérie. Les spécialistes américains et britanniques ont étrangement gardé le silence et se sont abstenus de commenter cette opération.

“Qui attend 30 heures quand il n’y a pas d’otages ? Toute l’opération ressemble à une démonstration de stupidité”, déclaré Alik Ron, ancien chef de l’unité d’intervention de la police israélienne et des forces spéciales des parachutistes, au quotidien israélien Maariv.

“Je présume que l’ordre était de le capturer vivant, mais il y a une limite. On ne le laisse pas pendant 32 heures en lui donnant un téléphone pour parler au monde entier et le transformer en chahid et en héros”, vitupère-t-il avant d’enchaîner que “l’objectif n’était pas compliqué: un appartement, un fugitif isolé, pas d’explosifs, pas d’otage, dans une zone qui n’est pas un territoire ennemi ou un champ de bataille mais qui permet aux forces de sécurité de se déployer à leur guise”.

Un ancien officier des commandos israéliens considère que “ce n’est pas comme cela que se comporte une unité professionnelle pour combattre le terrorisme“, dans le Maariv.

Les spécialistes israéliens dont le pays est une référence dans ce genre d’opérations ont qualifié l’assaut du RAID français d’”échec opérationnel”, rejoignant ainsi les critiques du fondateur du GIGN, l’une des plus prestigieuses unité d’élite de la gendarmerie française.

Des spécialistes russes sont unanimes: le tueur présumé a fait preuve de plus de détermination et de combativité que les hommes du RAID puisque selon la version livrée par le patron du RAID, ce dernier est non seulement allé à l’assaut des hommes du RAID mais leur a imposé son rythme. Pour les russes, cette résistance farouche est considérée comme un haut fait de guerre et servira de motivation puissante à d’éventuelles émules. En plus, on notera que le premier assaut du RAID a été repoussé.

Ce n’est pas le fait que les policiers français n’aient pu réussir à capturer le forcené vivant qui a déterminé l’échec de l’opération mais le fait que cet homme ait pu résister, refusant le concept du kamikaze avec mépris et faire preuve d’un haut fait d’arme, permettant ainsi à certaines organisations de le considérer comme un martyr absolu.

On ignore le nombre exact de policiers blessés lors de cette opération mais il apparait dès à présent qu’au moins trois à cinq éléments ne pourraient ré-intégrer le RAID.

«C’est la première fois de ma vie que quelqu’un mène l’assaut contre nous», confie Amaury de Hauteclocque, le patron du RAID français, jetant le trouble à une affaire déjà plus que confuse tant par ses tenants que ses aboutissants. D’un point de vue technique, Il est très rare qu’une opération du RAID à l’encontre d’un forcené excède les 24 heures. La durée de celle de Toulouse peut-être qualifiée de hors-normes.

Plus discrètement, l’assaut du RAID contre le jeune forcené toulousain fut disséqué par les forces spéciales de la police brésilienne pour lesquelles l’opération fut émaillée-suivant la version officielle-de faits d’amateurs: des policiers “choqués”; 300 balles de différents calibres échangées, des caisses de grenades offensives, en vain apparemment puisque c’est des snipers postés au dehors qui neutraliseront le forcené. Un détail totalement incompris: 15 à 30 éléments du RAID mettant une heure à avancer dans un trois pièces de 35 m carrés…Sans compter une trentaine d’autres postés, des snipers et plus de 250 policiers en soutien. Cela a de quoi faire douter de la version donnée par les officiels français.

A Alger, dans un certain milieu on a été plus que surpris par l’amateurisme absolu dont a fait preuve cette unité face à un homme seul ne détenant aucun otage, renforçant ainsi le choix des stages de formation auprès de pays plus “aguerris” en ce domaine. On a pas oublié l’échange acerbe avec un certain Juppé lors de la prise d’otage d’un Airbus d’Air France à l’aéroport d’Alger en 1994 et qui à l’époque accusait les algériens de manquer de savoir-faire dans la gestion de prises d’otage pour justifier le déplacement de l’avion à Marseille où il fut pris d’assaut par le GIGN. Or dans le cas présent, c’est au tour des algériens de rire sous cape et avec raison de la gabegie étalée par l’antiterrorisme sous Juppé.

En tous cas cette affaire de Toulouse commence à susciter des blagues dans le milieu autant que des interrogations sur la formation défectueuse du RAID un peu partout à travers le monde. Qu’est-ce que cela aurait donné si le tueur n’était pas seul? On préfère ne pas évoquer ce scénario.

Bien entendu, d’un point de vue politique, les anglo-saxons ne s’y sont pas trompés: il s’agit avant tout d’enjeux électoraux.

Dans les forums dédiés aux forces spéciales tout autant qu’au sein des unités spéciales de dizaines de pays, la réputation du RAID français a pris un sérieux coup de discrédit.

Indubitablement, il aurait été hautement intéressant de connaître l’avis des SAS britanniques sur cet assaut raté. Mais c’est une autre histoire
http://www.algerie-focus.com/2012/03/24/echec-du-raid-a-toulouse-la-reputation-de-lunite-delite-francaisem-mise-a-mal/






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Lun 26 Mar - 13:20

Mohamed Merah sera inhumé en Algérie"dans quelques jours"
le temps de faire toutes les démarches ,
mais en premiére instance l'Algérie n'était pas trés d'accord pour recevoir le corps de Mohamed Merah..!
Malgré tout il est Algérien

Citation :
La famille algérienne de Mohamed Merah, le "tueur au scooter" abattu jeudi en France, a entamé des démarches pour le faire inhumer en Algérie, a annoncé, lundi, son oncle maternel Djamel Aziri. "Il y a des démarches en cours actuellement pour amener sa dépouille en Algérie et organiser ses obsèques" dans la région de Médéa (80 kilomètres au sud d'Alger) d'où son père est originaire, a-t-il précisé. "Son père et sa mère sont d'accord pour enterrer Mohamed en Algérie", a-t-il précisé. "Pour l'instant, il n'y a aucun obstacle. Il s'agit simplement de procédures en France", a-t-il ajouté.

Le père de Mohamed Merah, séparé de sa femme depuis 1994, est originaire du village de Bezzaz, dans la commune d'Essouagui, dans le département de Médéa, selon Djamel Aziri. "Mohamed, le plus jeune de leurs enfants, avait alors tout juste six ans", au moment de la séparation, a-t-il précisé. Le père de Mohamed Merah vit actuellement entre la région de Tiaret (340 kilomètres à l'ouest d'Alger) - où il gère une société de matériaux de construction - et sa résidence est à Mouzaïa (60 kilomètres au sud-ouest d'Alger).

Mohamed Merah, 23 ans, a été tué jeudi lors de l'intervention du Raid dans son appartement à Toulouse (sud-ouest). Les 11, 15 et 19 mars, il avait tué sept personnes, dont trois parachutistes, trois écoliers et un enseignant de confession juive à Toulouse et à Montauban.

http://www.lepoint.fr/societe/merah-inhume-en-algerie-26-03-2012-1445164_23.php






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Lun 26 Mar - 15:59

Les funérailles de Mohamed Merah se dérouleraient en Algérie







Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Lun 26 Mar - 17:14



Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Lun 26 Mar - 18:43

Merah se savait surveillé

Citation :
Le tueur de Toulouse Mohamed Merah se savait surveillé et avait repéré la filature de la police, écrit aujourd'hui Le Parisien. Lors du siège qui a suivi le premier assaut de son domicile, le mercredi 21 mars à 3h du matin, Merah a confié aux négociateurs avoir repéré trois voitures banalisées qui planquaient devant chez lui. Il avait été identifié la veille, le mardi après-midi, par des recoupements.

Bien qu'il se sache suivi, Mohamed Merah n'a rien changé à son comportement, il a été vu en voiture dans le quartier des Izards où il a grandi et y a même joué au football. Selon les policiers, cette attitude aurait renforcé sa détermination a résister à tout prix aux hommes du Raid.

Le problème de ses obsèques

Le même journal rapporte que les obsèques et le lieu de la sépulture de Mohamed Merah font actuellement l'objet de tractations. "Certains voudront sans doute se venger sur sa tombe. D'autres chercheront à en faire un lieu de pèlerinage", explique Adbelatif Mellouki, membre du bureau du Conseil réprésentatif du culte musulman (CRCM)de la région Midi-Pyrénées, cité par le journal. "Et cela risque de renforcer les tensions encore. Mais les musulmans ne veulent pas payer les pots cassés de ce qu'il a fait."

Selon le quotidien, trois pistes sont actuellement à l'étude : un rapatriement de la dépouille de Mohamed Merah en Algérie, une sépulture anonyme en banlieue toulousaine ou un enterrement dans un carré musulman
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/03/26/97001-20120326FILWWW00334-merah-se-savait-surveille.php


Raid et GIGN, deux unités d'élite devenues médiatiques


Citation :
Les uns sont des superpoliciers, les autres des supergendarmes. On les compare souvent. Quitte à réveiller parfois une «guerre des polices» que les uns comme les autres jugent dépassée.


Les uns sont des superflics, les autres des supergendarmes et agissent dans des unités d'élite distinctes: le Raid pour les premiers, le GIGN pour les deuxièmes. Tous cultivent l'excellence sous des devises différentes: «servir sans faillir» pour les policiers et «sauver des vies au mépris de la sienne», pour les gendarmes.

C'est le Raid, acronyme de Recherche assistance intervention dissuasion, qui a donc été missionné pour donner l'assaut à Toulouse et arrêter la course meurtrière de Mohamed Merah.

Installée à Bièvres et rassemblant 170 hommes (divisés en quatre groupes d'intervention d'une trentaine de personnes) cette unité spécialisée a été créée en 1985 sur le modèle du GIGN (mis en place dès 1974). Son premier fait d'armes est intervenu dans la foulée.

À la veille de Noël de la même année, un commando armé de grenades et de 357 Magnum retient en otage une cour d'assises à Nantes. Le Raid résout la crise au terme de 37 heures de négociations. En 1987, autre affaire importante: le Raid arrête les chefs historiques d'Action directe en Sologne.

Mais on entendra surtout parler du Raid dix ans plus tard, lorsque l'unité intervient lors de la prise d'otages à Neuilly, dans les Hauts-de-Seine. Bardé d'explosifs, Erick Schmitt, alias Human Bomb, y retient une vingtaine d'enfant dans une école maternelle. Au cours de l'assaut, qui se déroule en présence de Nicolas Sarkozy, alors maire de Neuilly, le forcené est tué. Mais tous les enfants sont sains et saufs. C'est à compter de ce jour que s'est nouée une relation particulière entre le Raid et Nicolas Sarkozy qui, ensuite, a décidé de placer ces hommes au cœur de missions sensibles comme l'arrestation d'Yvan Colonna en Corse.

Le GIGN, pour Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale, est installé à Versailles, dans le quartier de Satory et rassemble, quant à lui, 400 hommes environ. Des effectifs devenus plus importants en 2008, date d'une vaste réorganisation. Le GIGN absorbe alors les trente hommes du groupe de sécurité de la présidence de la République et les 150 hommes de l'escadron parachutiste d'intervention.

Cette unité qui mène nombre de missions confidentielles liées à la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme, s'est aussi distinguée dans différentes opérations à risque. En coopération avec la brigade antigang, le GIGN est intervenu en 1977 à Orly-Ouest pour résoudre le détournement d'une Caravelle assurant le vol Air Inter 429 (Paris-Lyon). Le forcené, Jacques Robert, détenait en otages 94 personnes. Au cours de l'assaut, un passager a été tué.

Le GIGN a également dirigé l'assaut de l'Airbus A300 d'Air France, à l'aéroport de Marseille-Marignane, fin 1994. Il sauve ainsi la vie de 173 personnes, otages d'un commando islamiste du GIA. L'année suivante, les supergendarmes ont participé à la traque de Khaled Kelkal dans les forêts entourant Vaugneray près du col de Malval (Rhône).
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/03/23/01016-20120323ARTFIG00471-raid-et-gign-deux-unites-d-elite-devenues-mediatiques.php
Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Mar 27 Mar - 12:11

Merah était-il un "indic" ?
L'ancien chef de la DST s'interroge sur une éventuelle collaboration du tueur avec le renseignement intérieur. Squarcini dément catégoriquement.
"Je ne sais pas jusqu'où allaient ces relations, voire cette collaboration avec le service, mais on peut effectivement s'interroger sur ce point", a confié mardi Yves Bonnet, l'ex-chef de la DST. © France 2 TV / Sipa
Le Point.fr
Citation :
L'ancien chef de la DST (Direction de la surveillance du territoire) Yves Bonnet s'est ouvertement interrogé mardi dans La Dépêche du Midi sur la possibilité que Mohamed Merah ait été un indicateur des services de renseignements français. "Eh bien, voilà, c'est exactement ça, le problème", répond Yves Bonnet au journal qui lui demande si le tueur au scooter était un indicateur de la Direction centrale du renseignement intérieur, "car ce qui interpelle quand même, c'est qu'il était connu de la DCRI, non pas spécialement parce qu'il était islamiste, mais parce qu'il avait un correspondant au renseignement intérieur".

"Or, avoir un correspondant, ce n'est pas tout à fait innocent. Ce n'est pas anodin", ajoute-t-il. "Appelez ça correspondant, appelez ça officier traitant... Je ne sais pas jusqu'où allaient ces relations, voire cette collaboration avec le service, mais on peut effectivement s'interroger sur ce point", dit-il. L'ancienne DST a fusionné avec la Direction centrale des renseignements généraux (DCRG) au sein de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Le démenti de Squarcini


Les propos d'Yves Bonnet ont été démentis à la mi-journée par Bernard Squarcini, le chef de la Direction centrale du renseignement intérieur. Mohamed Merah n'était "ni un indic de la DCRI, ni d'autres services français ou étrangers", a-t-il affirmé à l'AFP. Merah a été convoqué en novembre 2011 par la DCRI de Toulouse "parce que nous voulions recueillir des explications sur son voyage en Afghanistan. C'est un entretien administratif sans contrainte, puisque nous n'étions pas dans un cadre judiciaire (...). Des dispositions ont été prises, la DCRI l'a notamment inscrit au fichier des personnes recherchées pour être informé en cas de contrôle et de déplacements", avait expliqué Bernard Squarcini au Monde vendredi dernier.


C'est ce même policier de la DCRI de Toulouse qui est intervenu pour négocier avec Merah lors du siège de son appartement par la police : "Le courant passait bien. Non sans cynisme. Il a même dit à ce policier : De toute façon, je devais t'appeler pour te dire que j'avais des tuyaux à te donner, mais en fait, j'allais te fumer", avait aussi indiqué Bernard Squarcini au quotidien.

http://www.lepoint.fr/societe/merah-etait-il-un-indic-27-03-2012-1445481_23.php






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Mer 28 Mar - 15:36

La dépouille de Merah attendue jeudi à Alger

Citation :
La dépouille du djihadiste franco‑algérien Mohamed Merah est attendue jeudi en début d'après‑midi à Alger sur un vol d'Air Algérie venant de France, a annoncé à l'AFP un membre de sa famille à Alger. « Le corps doit être embarqué à l'aéroport de Toulouse jeudi à 13 h 15 locales et devrait arriver à Alger à 14 h 15 (13 h 15 GMT) et sera accompagné de la mère et d'une sœur du mort », a indiqué ce proche qui a requis l'anonymat. Merah a tué sept personnes dans le sud‑ouest de la France avant d'être abattu par la police la semaine dernière.
http://www.tsa-algerie.com/divers/la-depouille-de-merah-attendue-jeudi-a-alger_20079.html






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Mer 28 Mar - 21:24

Le consulat d’Algérie à Toulouse ne délivrera pas d’autorisation

Mohamed Merah ne sera pas enterré en Algérie

Citation :
INFO tsa-algerie.com – Les autorités municipales de la commune d'Essouagui, dans la wilaya de Médéa, ont rejeté la demande d’inhumation de Mohamed Merah, a appris TSA de source bien informée. La décision, qui devrait être signifiée à la famille, a été prise pour préserver l’ordre public, a précisé notre source. Suite à cette décision, le consulat d’Algérie à Toulouse ne délivrera pas d’autorisation pour l’inhumation de Mohamed Merah sur le sol algérien. Sa dépouille devait arriver demain après-midi à Alger.

Hier, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani, avait déploré, dans une déclaration à TSA, une surmédiatisation de l’affaire de l’enterrement de Mohamed Merrah en Algérie. «Il s’agit d’une affaire qui, en principe, devait se traiter dans l’intimité de sa famille, loin de toute publicité malsaine et déplacée », avait-il déclaré.



Mohamed Merah, 23 ans, a été tué jeudi lors de l'intervention des policiers de l'unité d'élite du Raid dans son appartement à Toulouse (sud‑ouest). Les 11, 15 et 19 mars, il avait tué sept personnes, à Toulouse et Montauban : trois parachutistes ainsi que trois écoliers et un enseignant juifs.
http://www.tsa-algerie.com/divers/mohamed-merah-ne-sera-pas-enterre-en-algerie_20090.html






Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Jeu 29 Mar - 10:49

Mohamed Merah sera enterré aujourd'hui a 17h,
a cornebarrieu prés de toulouse,
raison du refus du maire du village de Bezzaz, en Algérie, d'accueillir le corps en invoquant des raisons de sécurité,
Le problème qui se pose : Mohamed, contrairement à ses autres frères, n’a pas la double nationalité et n’est, donc, pas inscrit au consulat algérien de Toulouse...!

Citation :
Les autorités algériennes n'explique pas encore quelles sont ces raisons de sécurité. La volonté du père du "tueur de toulouse" de vouloir à tout prix ramener le corps de son fils en Algérie et l'inhumer dans son village natal a suscité de nombreuses réactions d'hostilité de la part de nombreux algériens.

Il y'a eu aussi des personnes, proches des cercles islamistes, qui ont vu en Mohamed merah "un heros" victime de l'ancien colonisateur...!
http://www.elwatan.com/actualite/alger-refuse-l-enterrement-de-mohamed-merah-en-algerie-29-03-2012-164711_109.php
Revenir en haut Aller en bas
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Jeu 29 Mar - 13:55

yanis,
non,
le Maire de toulouse a reportè de 24 heures les obséques de Mohamed Merah...!

on peut dire que Mohamed Merah aura fait parler de lui même mort.






Revenir en haut Aller en bas
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Jeu 29 Mar - 16:56

c'est fait,
Mohamed Mérah a été inhumé aujourd'hui dans le carré musulmans de toulouse,
comme cela avait été prévu...!






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Jeu 29 Mar - 18:27

Mohamed Merah finalement enterré à Toulouse

Citation :

Mohamed Merah a été mis en terre jeudi en début de soirée au cours d'une cérémonie en tout petit comité dans le carré musulman du cimetière de Cornebarrieu, dans la banlieue de Toulouse, a rapporté l'AFP, malgré l'oppositin exrimé par le maire de la ville.




Une fois le corps déposé dans la fosse creusée au cours de l'après-midi, la quinzaine de participants, uniquement des hommes, jeunes pour la plupart, ont commencé à le recouvrir de terre. Auparavant, ils avaient prié ensemble, ont constaté les journalistes tenus en dehors du cimetière placé sous la surveillance des gendarmes et d'un hélicoptère selon l'AFP



Les autorités algériennes avait refusé jeudi matin de donner l'autorisation pour l'enterrement de Mohamed Merah à Médéa. C'est ce qu'a annoncé Abdallah Zekri, représentant du recteur de la Grande mosquée de Paris.

Mohamed Merah devait être enterré jeudi après-midi dans le carré musulman du cimetière de Cornebarrieu, près de Toulouse, mais au dernier moment, la mairie de Toulouse a annoncé le report de 24 heures des obsèques et demandé à ce qu'il soit enterré ailleurs.

"Suite au refus de l'Algérie à la dernière minute d'accepter le corps de Mohamed Merah, (le maire) Pierre Cohen estime que son inhumation sur le territoire de la ville de Toulouse n'est pas opportune. Il a donc demandé au préfet de Région de différer l'inhumation de 24 heures et interpelle l'Etat à ce sujet", a dit la mairie.

De son coté, le président français est intervenu pour demander l'arret de la polémique sur l'inhumation de Mohamed Merah. "Il était Français, qu'il soit enterré et qu'on ne fasse pas de polémique avec ça", a déclaré Nicolas Sarkozy, interrogé par la chaîne d'information en continu BFM TV en marge d'un déplacement de campagne dans le sud-est de la France, rapporte l'AFP.
http://www.elwatan.com/actualite/mohamed-merah-finalement-enterre-a-toulouse-29-03-2012-164711_109.php






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Jeu 29 Mar - 18:40





Mohamed Merah n’avait pas de passeport français

Citation :
Mohamed Merah, l'assassin présumé de l'école juive de Toulouse et de trois militaires, est de nationalité française mais également algérienne. C’est ce qu’ont précisé à Liberté des sources proches du dossier. Le jour de sa mort, soit le 22 mars dernier, Mohamed Merah n’avait pas de passeport français…valide. Il avait expiré près de quatre ans avant.

Les mêmes sources précisent qu’un seul passeport français a été délivré à Mohamed Merah. Né le 10 octobre 1988 à Toulouse, il n’a fait qu’une seule demande au niveau de la mairie de la ville. Son passeport français lui a été délivré le 22 avril 1998 (il avait donc 09 ans, 5 mois et 12 jours) à Toulouse et il ne l’a jamais renouvelé. Le document français étant valide pour 10 ans, Mohamed Merah ne pouvait donc plus voyager à l’étranger avec son passeport français depuis le 22 avril 2008.

Par contre, son passeport algérien était encore valide. Le 20 juillet 2005 il avait obtenu ce document officiel algérien au niveau du consulat de Toulouse. Il lui a été renouvelé le 20 mars 2010, toujours dans le même consulat.

Ainsi, depuis le 22 avril 2008, Mohamed Merah ne pouvait voyager (légalement) en dehors de la France qu’avec un passeport algérien.

Pour ses déplacements en Algérie, les mêmes sources donnent des détails importants. Mohamed Merah a bel et bien mis les pieds sur le sol algérien. Entre 2002 et 2010 il a en effet effectué quatre déplacements. En tout il est resté près de 100 jours en Algérie.

À propos de son enterrement, il a été précisé à Liberté que, pour le cas de Mohamed Merah, le consulat algérien n’était pas autorisé à délivrer une autorisation d’inhumation. La mort n’étant pas naturelle c’est uniquement le procureur de la république de la ville de Toulouse qui pouvait le faire. Une décision qui inclut tous les frais se référant à l’inhumation.

Reste maintenant le lieu d’enterrement de Mohamed Merah. Après plusieurs tergiversations entre Alger et Paris, les dernières informations confirment qu’il sera finalement enterré en France. Cependant ce ne sera pas ce jeudi 29 mars. Le maire de Toulouse vient d’annoncer que les obsèques étaient reportées à vendredi 30 mars
http://www.liberte-algerie.com/actualite/mohamed-merah-n-avait-pas-de-passeport-francais-dernieres-infos-175085






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    Jeu 29 Mar - 20:04

Le convoi transportant le corps de Merah est arrivé au cimetière







Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: actualités Française (économies politiques militaire )    

Revenir en haut Aller en bas
 

actualités Française (économies politiques militaire )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: ( actualités ) :: Actu (internationales)
-