Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 l'ANP aux Conflits Israélo-Arabes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: l'ANP aux Conflits Israélo-Arabes   Ven 17 Juin - 20:22

Citation :
Ce que disait Boumediene aux soldats algériens durant la guerre de 67
Une partie de notre nation est attaquée…



Le président Boumediene avait assuré à son homologue Djamel Abdennacer, dès le début de l’agression et des bombardements sur les aéroports égyptiens, que toute la flotte algérienne et ses aéroports étaient à la disposition de l’armé égyptienne. Il lui avait, à cet effet envoyé, trois unités de tank un régiment mécanisé de fantassins, des chars d’assauts et des sections de défense anti-aérienne, sept sections de soutien, un escadron de Mig 21 et de Sukhoi, et deux autre de Mig 17.
Le discours du président algérien aux soldats allant combattre sur le front égyptien était clair : « une partie de nation est attaquée, allez donc la défendre, vous n’avez que deux alternatives : vaincre ou mourir. L’Algérie a également été l’un des premier pays arabe à annoncer l’arrêt de l’exportation de pétrole aux pays qui soutenaient Israël, durant la guerre de 1973. Le président Boumediene avait même fait plus en envoyant un chèque à blanc fournissant toutes les armes et les munitions dont l’Egypte ou la Syrie pourrait avoir besoin.
Voici pour rappel tout l’arsenal envoyé par l’Algérie à l’Egypte
Un escadron de Mig 21 le 09 octobre 1973
Un escadron de Sukhoi le 10 octobre 1973
Un escadron de Mig 17 le 11 octobre 1973
Brigade mécanisée le 17 octobre 1973
Brigade mécanisée de fantassins le 23 octobre 1973
En plus de plusieurs unités de couverture terrestre et aérienne en décembre 1973, dans le cadre du plan « wassel »qui visait à protéger ses arrières. Les forces algériennes devaient protéger le Caire en compagnie de la brigade égyptienne mécanisée et de la garde républicaine mécanisée, les seules forces à ne pas avoir été épuisées durant les batailles. Ajoutons également l’approvisionnement du pont aérien soviétique établi avec l’Egypte et la Syrie.
Le reste des forces arrivées a été mobilisé pour servir de réserve à l’armée, en cas de défaite de celle-ci et de tentative d’Israël d’envahir le Caire.
L’Egypte avait par ailleurs demandé à l’Algérie 150 tanks comme renfort dans son plan de contre attaque, demande qui ne sait pas fait attendre, puisque le nombre demandé est arrivé en Egypte ainsi que ses soldats et les différents armements. Le président Boumediene avait, de plus, annoncé l’arrêt de tous les programmes de développement et d’engager toutes les forces de l’Algérie dans la bataille. Rappelons, enfin, que le président Boumediene avait réagi à la décision de Kadhafi de stopper la livraison de pétrole à l’Egypte, en ordonnant à quatre de nos pétroliers de se diriger vers cette dernière. Tout ceci n’est qu’un petit aperçu des aides que l’Algérie s’est fait un devoir d’apporter à l’Egypte, sans parler des valeureux martyrs algériens morts au champ d’honneur en terre d’Egypte qu’on essaie maintenant de dénigrer et de mésestimer pour un simple match de football »
Algeria sacrificed lives & gave $2 bn to defend Egypt in the 1967 six day war & 1973. The facts!

Un chapitre secret de l’engagement algérien au Sinaï révélé
Quand l’ANP envoyait la 8e BB contre Israël
Dans sa dernière édition, le mensuel El Djeïch lève le voile sur la participation de l’armée algérienne dans la guerre arabo-israélienne d’octobre 1973
Le 6 octobre 1973, les armées égyptienne et syrienne lançaient une offensive surprise contre des positions israéliennes afin de reconquérir les territoires occupés par Israël depuis la guerre dite des Six Jours, qui s’est déroulée en 1967.
Le but attendu de la guerre du Kippour est la libération de la péninsule du Sinaï, de la bande de Gaza, la Cisjordanie et le plateau du Golan. Si cet épisode du conflit arabo-israélien est à présent bien connu, la participation de l’Algérie restait jusque-là entourée du secret d’État. Trente-trois années après les évènements, la revue El Djeïch revient, dans son dernier numéro, sur les détails de la participation de l’Armée nationale populaire dans cet affrontement armé entre pays arabes et Israël et les motifs qui ont présidé à l’envoi sur le front de ses unités opérationnelles. Et c’est la 8e Brigade blindée, la fameuse 8e BB qui venait juste d’être créée, qui fut dépêchée afin de concrétiser “le devoir de solidarité agissante envers les causes justes et plus particulièrement vis-à-vis de la cause arabe”, écrit El Djeïch dans son édition d’octobre.
C’est ainsi que l’on saura, en lisant cet hommage rendu aux soldats algériens de cette époque, que plus de 3 000 militaires se sont rendus, par voie terrestre, en Égypte. L’Algérie, en plus de ces soldats, tous grades confondus, a également envoyé du matériel militaire à la hauteur du conflit : 128 chars et engins blindés, 12 canons d’artillerie, 16 canons antiaériens. À cela s’ajoutent 4 escadrons d’avions de combat, soit au total 50 appareils.
Le choix de prendre part activement à la libération des terres arabes a été pris, poursuit El Djeïch, par le Conseil de la révolution et le Conseil des ministres réunis dès le 7 octobre, c’est-à-dire le lendemain de l’ouverture des hostilités entres les armées syrienne et égyptienne, d’un côté, et les troupes ennemies alors commandées par Ariel Sharon, de l’autre. Le communiqué insiste sur la solidarité de l’Algérie dont l’objectif final est “la libération totale des territoires occupés avec tous les moyens en notre possession”. La 8e BB, alors stationnée à Téleghma, reçoit l’ordre de faire mouvement, et après treize jours de parcours rejoint la banlieue du Caire.
De la capitale égyptienne, les soldats algériens arrivent à la ligne de front dans la nuit du 6 au 7 novembre. “L’arrivée de la 8e BB sur le front a constitué un grand soulagement pour le commandement égyptien en ce sens qu’elle a permis de stabiliser le front, empêchant ainsi les forces israélienne de gagner davantage de terrain, mais aussi de permettre la relève des troupes égyptiennes (…)”, peut-on lire dans El Djeïch qui publie un fac-similé de la lettre de remerciements du commandant de la division blindée égyptienne aux éléments de la 8e BB. Subissant quelques pertes humaines et matérielles, les forces algériennes engagées dans ce combat ne rentreront au pays qu’en juin 1975.
La présence des forces armées algériennes, deux années durant, a permis à nos soldats, comme le souligne le mensuel de l’ANP, de s’aguerrir aux techniques de combat moderne, notamment les pilotes qui se trouvaient et pour la première fois engagés dans des opérations réelles. “Nos pilotes ont pu ainsi (…) s’affirmer et affiner leurs aptitudes à travers des combats aériens et de vol à basse altitude (moins de 50 mètres).”
En 1978, l’Égypte signait les accords de Camp David qui lui ont permis de récupérer le Sinaï, et le Golan syrien est toujours sous occupation israélienne. Mais ce conflit, pour la très jeune Algérie indépendante, aura par ailleurs permis de jauger les capacités de nos forces armées sur le terrain de la guerre
Ce sont des Mig 21 F 13 basé en Egypte en 1973 pour la Guerre face à Israel nommé guerre du Kippour En arrierre plan on peut voir 3 à 4 transporteur de troupes Antonov 12 pour les Commandos Paras


l'Algérie fut la deuxième puissance militaire sur le front égyptien et sa force était composée d’un escadron de bombardiers tactiques Su-7 escorté par un escadron de chasse MiG-21. Un troisième escadron équipé de MiG-17 fut envoyé pour des missions de soutient. Les pilotes algériens étaient cette fois plus préparés et plus aguerris grâce à la guerre d’usure. Elle fut la seule force aérienne Arabe à ne pas avoir perdu d'appareils au combat












Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
DJAZAIRIYA
Soldats
Soldats
avatar


MessageSujet: ALLAH YARRAHMEK YA BOUMEDIENNE......   Ven 24 Juin - 21:12

on a portees ton deuil et on le porteras toute notre vie ya kheir abna el djazair ya zinn echabba oil eklam ya oulid chouma ya li khalitehha khessayyall ou heddatte..........khassla fi massr .....ou lokhra ela falestinn...chkoun eli yannessae.....NAHNOU FI EL DJAZAIR MAAE FALISTINE DHALM OILA MADHELOUMA......ou sahra el guerbiyya elli darabteha ou oikafeteha ela radjeliha ou derteha......ZARBB binna ou binn el khaouoia eli oilaounna adoue ou dherrbounna oihna mezzalnna tayehinn.....ou hadha men tedbirrek ezzinn ou chahamettekk ya oulid el horra el djazairiya.........ou bnett guelma kannou fi oiktt theourratte ataherrir yateferredjou men beid fel el maarrikk elli tessirr binn djounouds djeich etteherrir ou djounouds franca ou ki tekhlass el maerrakka yahabtou nass edachrra lal oued ou yaleguaoue el djounouds meyettinn,erdjal yadefnnou echouhada ou yennessaoue bessah lamrra techeffa ou tette atharr ou iyamette men bead elle reconstruit les scenes quelle a vue dans el oued par des chants un chant chaoui q'on appelle ESSERRAOU et voila ce quelles disaient des jeunes djoundis trouves morts dans l'oued............................

khalouni nabkki nabkki oin addadde ela dam echobann fel oued emmekkebbadd
laissez moi pleurez pleurez et me lamenter j'ai vue le sang de nos jeunes coaguler dans l'oued

oillah ma namchatt chaerri enkhalihe ittihhe ela dam echobann fel ouidann issihh
je jure par le nom de dieu de ne pas coiffer mes cheveux je les laisse chuter j'ai vue le sang de nos jeunes couler en flots dans l'oued

ki laheheggou la dechra ou ki hazzou laelamme oich edhnnitti ya dziriya akbatinn ou hokkamm
quand ils sont arrives dans notre dechra ils ont plantes l'embleme o l'algerienne tu as donnee naissance a des capitaines et des chefs

djoundi djeich ettaherrir men chafou yerrehabb arrachacha feddha ou cheoiyyaee tellehebbe
celui qui regarde le djoundi de l'aln est effraye par l'eclat de son arme et la brillance de ses etoiles sur ses epaules

tayyarra essaffra ehabssie ma tbardich andi rass okhayyi ou ma mathedhennich
o avion jaune je t'en supplie cesse de bombarder je n'ai qun frere unique ma mere a cessee d'enfanter

oich tedhnni el arbiya ou tehemmal tessae echehorr djabtte edherrerri chotarr tessrri oi tbekkarr
o dieu ce que l'algerienne a enfantee et portee pendant 9 mois elle a eue des gars rapides qui marche dans les tenebres et se levent a l'aube

oich tedhenni el arbiya oiteredhae aminn djabte edherrerri chotarr takdarr serreyye e leil
o dieu ce que l'algerienne a enfantee et allaitee pendant 2 ans elle a eue des gars rapides qui supportent les marches nocturnes

khouya el moudjahed ou madjinach atbatt raha franca dhellatte ou heyaouha el beyouette
mon frere moudjahed ne vient pas pour la nuit l'ennemi a faibli mais les traitres le font revivre

ET A LA FIN JE REPRENDS LA PHRASE DE SI AHMED TALEB EL IBRAHIMI ALLAH YEDEKROU ELA KHIRR OUI ITEOIL OMROU
LA PHRASE QUIL A DIT A SON PERE MOURRANT IL LIU A DIT.............namme karrirre el ain ya ayouhe el assad echebellek sa youkmilounna atarrik...................repose en paix o lion tes lionceaux continueront la route sur ta lancee......................


Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: l'ANP aux Conflits Israélo-Arabes   Sam 25 Juin - 12:17

et si tu donnait t'ont point de vu et info Rolling Eyes
sur le sujet






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: [color=red]participation de l'ANP[/color]   Mer 19 Oct - 17:51

participation de l'ANP

TROISIÈME GUERRE ISRAÉLO-ARABE OU GUERRE DES SIX-JOURS : JUIN 1967



Le retrait des Casques bleus du Sinaï (19 mai 1967), leur remplacement par des troupes égyptiennes, qui réoccupent Charm el-Cheikh, ajoutent à la tension créée par les raids des fedayins égyptiens et des commandos de l'O.L.P. contre Israël. Dès lors, la crise s'accélère, l'Algérie décide l'envoi d'unités au Moyen-Orient, le roi Husayn de Jordanie conclut un accord militaire avec l'Égypte, auquel l'Iraq adhère le 4 juin. La Syrie, à l'imitation de l'Égypte dans le Sinaï, masse ouvertement des contingents à sa frontière. Israël réagit par une attaque préventive lancée le 5 juin. Après avoir éliminé les aviations arabes, les Israéliens encerclent et écrasent les divisions égyptiennes dans le Sinaï (5-8 juin), repoussent en Cisjordanie la Légion arabe du roi Husayn et ne sont arrêtés sur la route de Damas que par le cessez-le-feu imposé par l'O.N.U. (6-10 juin). Israël occupe tout le Sinaï, Gaza, la Cisjordanie et le plateau du Golan.


QUATRIÈME GUERRE ISRAÉLO-ARABE OU GUERRE DU KIPPOUR : OCTOBRE 1973



En Égypte, le président Anouar el-Sadate est au pouvoir depuis 1970. Le 6 octobre 1973, alors qu'Israël célèbre la fête de Yom Kippour, les forces égyptiennes attaquent le front israélien du canal de Suez, tandis que la Syrie porte massivement ses efforts sur le Golan ; l'Iraq, la Jordanie, le Maroc et l'Algérie participent également. Le 9 octobre, les Égyptiens contrôlent la rive est du canal. Mais les forces israéliennes, la première surprise passée, lancent une contre-offensive sur le front syrien, puis sur le canal, où elles créent, le 15, une tête de pont au nord-ouest de Suez. De plus, le 17 octobre, la décision des pays producteurs de pétrole de réduire leurs exportations vers l'Europe et les États-Unis complique un conflit déjà aggravé par les livraisons de matériels américains à Israël et soviétiques aux Arabes. Le 18 octobre, les Israéliens attaquent Port-Saïd, renforcent leur percée à l'ouest du canal et contraignent (21-22 octobre) les Syriens à l'abandon de positions stratégiques dans la région du mont Hermon. À l'issue du séjour de H. Kissinger à Moscou (21 octobre), le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte le 22, et renouvelle le 23, une résolution américano-soviétique pour un cessez-le-feu immédiat, accepté par Israël et l'Égypte et rejeté dans un premier temps par la Syrie, l'Iraq, l'O.L.P. et la Libye. Après une mise en état d'alerte de toutes les forces américaines (25 octobre), à la suite de l'avertissement soviétique à Israël sur le non-respect du cessez-le-feu, le Conseil de sécurité fait adopter le principe de l'envoi sur place d'une force de 7 000 Casques bleus, sans participation des contingents de pays membres permanents du Conseil.


AUTRE CONFLIT.
guerres israélo-arabes

Nom donné aux quatre conflits ouverts qui, depuis 1948, ont opposé l'État d'Israël à divers États arabes.

PREMIÈRE GUERRE ISRAÉLO-ARABE : 1948-1949



La Ligue arabe refuse de reconnaître le plan de partage de la Palestine arrêté par l'O.N.U. le 29 novembre 1947. Au départ des Britanniques et à la fondation de l'État d'Israël, le 14 mai 1948, les États arabes limitrophes (Égypte, Iraq, Syrie, Transjordanie et Liban) attaquent le nouvel État, tandis que, de l'intérieur, la lutte est menée par la Garde nationale arabe. Au cours de la campagne « des dix jours » (9-19 juillet 1949), les armées arabes sont refoulées. Après une trêve qui permet l'évacuation de 500 000 Arabes, Israël attaque l'Égypte (octobre), occupe le Néguev et rejette les Égyptiens sur El-Arich. Les lignes de cessez-le-feu deviennent les nouvelles frontières d'Israël

DEUXIÈME GUERRE ISRAÉLO-ARABE : 1956



La nationalisation du canal de Suez par Nasser (juillet 1956), les alliances arabes offensives de l'Égypte et son nationalisme actif font peser sur Israël de réels dangers (blocage du trafic maritime du golfe d'Aqaba et du port d'Eilat). Israël, qui bénéficie alors de l'appui de la Grande-Bretagne et de la France, lance vers le Sinaï une « guerre éclair » qui surprend les Égyptiens (29 octobre). Le 3 novembre, les forces israéliennes s'emparent de Charm el-Cheikh. Dès le 30 octobre, Français et Britanniques avaient lancé aux gouvernements d'Israël et d'Égypte un ultimatum leur laissant douze heures pour retirer leurs troupes à 15 km de part et d'autre du canal. Le refus égyptien décide de l'intervention des forces franco-britanniques, qui débarquent à Port-Fouad et à Port-Saïd et occupent la zone du canal jusqu'à El-Kantara. Cette action tourne court devant la pression de l'O.N.U., de l'U.R.S.S. et des États-Unis. La police de l'O.N.U. relève les contingents français et anglais, réoccupe le Sinaï et rétablit entre Israël et l'Égypte la ligne d'armistice de 1949.
http://www.larousse.fr/encyclopedie/groupe-homonymes/isra%C3%A9lo-arabes/125298






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: l'ANP aux Conflits Israélo-Arabes   Mer 19 Oct - 21:13

le SU- 7, chargé comme d'appareils d'appuis.



SU-7 (algérien) en Egypt 73, en mission



MIG21 algérien, Egypt 73








Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: l'ANP aux Conflits Israélo-Arabes   Lun 31 Oct - 12:00

Soutien de l'armée Algerien pour l'Egypte contre Israel.rv






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'ANP aux Conflits Israélo-Arabes   

Revenir en haut Aller en bas
 

l'ANP aux Conflits Israélo-Arabes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Conflit israélo-palestinien
» Marine israélienne - Israeli Navy
» Gérer ses conflits avec succès (dédicace à Pimp)
» Nos astuces pratiques pour supprimer des conflits du quotidien
» Selon Wikileaks, Israël aurait déja déjà détruit des infrastructures nucléaires de l’Iran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: les guerres passées ou risques de guerre probable :: Histoire Militaires-