Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

  terrorismes dans le monde (et coopèration)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Des Marocains voulaient rejoindre des terroristes en Algérie   Dim 14 Avr - 13:28

Des Marocains voulaient rejoindre des terroristes en Algérie





http://www.latribune-online.com/evenement/81165.html
Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Vaste exercice antiterroriste dans neuf pays de l'UE   Ven 19 Avr - 11:52

Vaste exercice antiterroriste dans neuf pays de l'UE

Citation :
Un important exercice de coordination antiterroriste a débuté mercredi dans neuf pays de l'Union européenne à l'initiative de la Commission européenne dans le cadre du projet Atlas, mis en place en 2001 après les attentats du 11-Septembre.

L'exercice, qui doit durer deux jours, était programmé depuis huit mois et n'a «rien à voir » avec l'attentat survenu lundi à Boston, a précisé un porte-parole de la Commission européenne.

Baptisé «Atlas Common Challenge 2013 », l'exercice implique de nombreuses unités spécialisées dans la lutte antiterroriste, comme le Raid et le GIGN français, le GSG9 allemand ou encore l'EKO-Cobra autrichien.

Il simule des attaques terroristes simultanées sur diverses cibles (bâtiments publics, écoles, centrales électriques ou encore modes de transports) en Autriche, Belgique, Irlande, Italie, Lettonie, Slovaquie, Espagne, Roumanie et Suède.

A Bruxelles, l'exercice a impliqué les unités spéciales françaises (Raid et GIGN), luxembourgeoises (USP) et belges (CGSU). Il s'agissait de gérer une prise d'otages dans un train à grande vitesse. L'exercice ne s'est pas déroulé dans une vraie gare mais sur un site industriel, a précisé la police fédérale belge.

Atlas rassemble 36 unités spéciales de police issues des 27 Etats membres de l'UE ainsi que de Norvège et de Suisse. Le but est de permettre aux unités spéciales de travailler ensemble afin, le cas échéant, de pouvoir intervenir de manière coordonnée en cas d'action terroriste.
http://www.lexpressiondz.com/linformation_en_continue/172531-vaste-exercice-antiterroriste-dans-neuf-pays-de-l-039-ue.html
Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: d’opération «antiterroriste   Mer 1 Mai - 12:43

Tunisie: neuf militaires blessés en deux jours d’opération «antiterroriste»

Citation :
Six militaires et gendarmes tunisiens ont été blessés, ce mardi, par l’explosion de mines au deuxième jour d’une opération contre des «terroristes» à proximité de la frontière algérienne, selon le ministère de l’Intérieur tunisien.



Parmi les six blessés, deux ont été gravement atteints, ce mardi. La veille, un gendarme et un militaire ont eu une jambe arrachée et un autre a été gravement touché aux yeux. Les forces tunisiennes effectuaient alors une opération «antiterroriste» dans la région du mont Chaambi.

«Deux agents viennent d’être blessés, gravement, dans une explosion d’une mine alors qu’ils poursuivaient des membres d’un réseau terroriste refugiés dans une zone difficile d’accès dans la montagne de Chaambi», a déclaré, ce lundi, le ministère de l’Intérieur sur son compte Facebook.

Alors que le gouvernement n’a pas commenté, comme à l’accoutumée, la tenue de ces opérations, des sources sécuritaires interrogées par l’AFP ont assuré que les forces tunisiennes recherchaient un petit groupe armé qui aurait miné le massif montagneux avec des engins artisanaux.

Une menace extérieure comme intérieure

Au cœur de cette zone difficile d’accès, à proximité de la frontière algérienne, la contrebande, notamment d’armes, met à mal la stabilité et la sécurité des populations. Depuis l’assassinat, en décembre dernier, d’un agent de la garde nationale par un groupuscule armé, les forces tunisiennes se sont régulièrement déployées sur place. Ce mardi, elles ont même reçu un soutien populaire dans la ville de Kasserine, chef-lieu de la région. Aux côtés de gardes nationaux, des habitants ont ainsi manifesté pour réclamer de meilleurs équipements pour détecter les mines et s’en protéger.

Fer de lance du Printemps arabe, la Tunisie est aujourd’hui menacée par l’expansion des menaces terroristes en son propre sein. Selon les autorités, l’attaque de l’ambassade américaine à Tunis, le 14 septembre dernier, ou encore l’assassinat du leader de l’opposition Chokri Belaïd, le 6 février dernier, seraient ainsi l’œuvre de groupuscules islamistes armés.

Le 13 mars dernier, jour de son investiture, le nouveau Premier ministre tunisien Ali Larayedh avait fait de la lutte contre le terrorisme et les violences sociales sa priorité en matière de sécurité. «Le danger principal pour la sécurité nationale est le terrorisme, que ce soit celui venant de l’étranger […] ou celui qui peut provenir de l’intérieur. Je veux dire par terrorisme un groupe organisé qui utilise la violence et les armes contre les individus ou pour prendre le pouvoir», avait-il déclaré dans un entretien à l’AFP.

La Tunisie et l’Algérie renforcent leur coopération en matière de sécurité

Présent ce lundi à Alger, le chef du gouvernement tunisien a tenu à réaffirmer la coopération indispensable avec le voisin algérien. Bien conscient de la précarité sécuritaire de la région, M. Larayedh a notamment assuré que cette réunion avec son homologue algérien Abdelmalek Sellal a permis une «forte impulsion» en matière de collaboration. Une collaboration qui doit inclure, selon lui, «des échanges d’expertises en matière d’instruction et de formation militaires».

Car l’instabilité de la région inquiète les autorités respectives. Qu’il s’agisse d’une menace intérieure comme extérieure. Occupant une position stratégique, la Tunisie représente un lieu de passage convoité, soit par les massifs du nord, soit par les régions du sud, pour les livraisons d’armes entre la Libye, l’Algérie, voire le Mali.

Pour preuve, onze Tunisiens faisaient partie des preneurs d’otage sur le site gazier d’In Amenas, en janvier dernier. Les autorités tunisiennes avaient également évoqué la présence d’une cinquantaine de djihadistes tunisiens dans le nord du Mali.

Aujourd’hui, le territoire tunisien est aux avant-postes d’une montée du djihadisme dans la région, conséquence collatérale des velléités libérales du Printemps arabe. En mars dernier, un mouvement salafiste tunisien a prêté, pour la première fois, allégeance à Al-Qaïda, acceptant ainsi l’appel à la guerre sainte, le djihad, lancé par l’organisation terroriste. Le symbole d’une sécurité régionale mise à mal depuis plusieurs mois.
http://www.45enord.ca/2013/04/tunisie-neuf-militaires-blesses-en-deux-jours-doperation-antiterroriste/






Revenir en haut Aller en bas
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Dim 5 Mai - 20:11

Traque des groupes terroristes par l’armée tunisienne

L’Algérie renforce son dispositif aux frontières Est,

Citation :
Au moment où les forces tunisiennes traquent deux groupes islamistes armés, près de la frontière algérienne, l'un sur le Mont Chaâmbi et l'autre plus au nord dans la région du Kef, on assiste à des mouvements de troupe et à des survols fréquents au-dessus des wilayas de Souk-Ahras et de Tébessa par l’aviation militaire, notamment au moyen d’hélicoptères.
Des avions de chasse ont été aussi mis à contribution pour le balayage de ces zones mais à une fréquence plus discrète, constate-t-on, ce qui a tout même attiré l’attention des populations locales, lesquelles ont vite fait le lien avec les évènements inquiétants qui se déroulent en territoire tunisien.
Des sources sécuritaires, que nous avons contactées, ont tenté de minimiser l’ampleur du dispositif de sécurité déployé à des survols de routine, tout en indiquant que la prévention et la prudence sont de mise, tout de même. Nos interlocuteurs ont précisé que les appareils des forces aériennes, hélicoptères et avions de chasse ont pour mission, depuis des années, d’effectuer des vols de surveillance au niveau de tout le territoire national et tout particulièrement au long des milliers de kilomètres de nos frontières. Ceci, en ajoutant que la frontière algéro-tunisienne est plus attentivement contrôlée depuis la multiplication des actes terroristes dans la wilaya de Tébessa et plus précisément dans la région de Negrine, il y a quatre ans.
L’attentat perpétré, le 19 mars 2009, dans cette daïra située à un jet de pierre de la Tunisie voisine, faisant un mort et deux blessés graves, et les deux autres exactions meurtrières, qui ont ciblé au total une dizaine de victimes civiles à la même époque, ont fini par convaincre les autorités que le GSPC s’acharne sur cette région afin de desserrer l’étau dont il fait l’objet dans le centre du pays où plusieurs de ses membres ont été neutralisés.
Toujours selon nos sources, les groupes terroristes qui activent toujours dans la région, notamment sur l’axe Houidj’bet-Oum Ali-El Ma Labiod, auraient des relais avec les groupes armés tunisiens et pourraient faire profiter ceux-ci de leur relative connaissance du terrain. Cette zone, autant que d’autres, d’ailleurs, avait été classée rouge par l’État algérien, d’où un renforcement important de la ceinture sécuritaire, sous forme d’une forte présence des éléments de l’ANP, qui est ainsi entré en vigueur depuis, signalent des sources sécuritaires. Nous apprenons, en outre, que ce qu’il est convenu d’appeler “pré-dispositif” aérien mis en place par l’armée de l’air algérienne au niveau des zones frontalières sensibles ne concerne pas uniquement les mouvements des groupes terroristes, mais aussi les trafiquants de tout acabit. Le général-major, Ahmed Bousteila, s'est déplacé de son côté, rappelons-le, en décembre dernier, aux frontières est du pays, où il s'est enquis du degré de préparation et de mobilisation des gendarmes et gardes-frontières (GGF).
Il a procédé, en la circonstance, à l'inauguration de postes avancés sur la bande frontalière à Tébessa et Souk-Ahras. “L’Algérie ne négociera pas avec la sécurité et la stabilité de son territoire. Quel que soit le profil de l’ennemi et quelle que soit son idéologie, la sécurité du sol algérien passe avant tout”, avait alors notamment déclaré le général-major aux cadres du corps de gendarmerie en insistant sur l’importance que doit revêtir la couverture sécuritaire du pays.
D’autre part, les gendarmes gardes-frontières demeurent très vigilants, suite à l’activité en hausse des groupes terroristes et face, aussi, à la montée de la contrebande et celle du trafic d’armes. S’agissant du trafic d’armes, il est important de rappeler l’intéressante saisie opérée, il y a quelques jours seulement, par les gendarmes de la section de recherches d’Annaba, lors du démantèlement d’un vaste réseau de trafic d’armes, lors duquel ces derniers avaient, rappelons-le, saisi 30 fusils de guerre dotés de lunettes de visée et un lot de paires de jumelles avec infrarouge
http://www.liberte-algerie.com/actualite/l-algerie-renforce-son-dispositif-aux-frontieres-est-traque-des-groupes-terroristes-par-l-armee-tunisienne-199225






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Jeu 16 Mai - 19:02

Terrorisme : Les éclairages du conseiller de Bouteflika

Citation :
« Le combat mené depuis quatre années par l'Algérie auprès des Nations unies pour criminaliser le versement des rançons aux groupes terroristes est une grande victoire pour notre pays, du même coup qu'elle réduit de la vulnérabilité de l'Afrique à l'égard de cette menace globale pour tous les Etats» a estimé ce mercredi Kamel Rezag Bara, conseiller à la présidence de la République dans une déclaration à la Chaîne 3.

Saluant les efforts de l'instance onusienne et ses organes subsidiaires dans la lutte contre le terrorisme international, le conseiller du président de la République a également mis en exergue «les retombées positives du mémorandum d'Alger de lutte contre le financement du terrorisme et l'élimination des avantages qui en découlent». Ce mémorandum d'Alger, «un document adopté lors de la réunion du Forum global contre le terrorisme tenue à Abou Dhabi à la fin de l'année dernière, est pris pour exemple par plusieurs pays dans le monde», a indiqué Rezag Bara, rappelant que l'Algérie, aux cotés de 28 autres pays, y compris les pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU et deux organisations internationales, est «l'un des membres les plus actifs du Forum global de lutte contre le terrorisme». Le «travail commun» engagé par l'Algérie et les Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme transnational a «abouti justement à la rédaction de ce document appelé le mémorandum d'Alger, qui vise surtout à rendre plus contraignant pour les Etats l'interdiction de versement de rançons aux terroristes». Toujours dans ce même contexte, le conseiller du président Bouteflika a annoncé que le prochain sommet du G8, prévu en Irlande du Nord, va, sur proposition de la Grande-Bretagne «se pencher sur cette question cruciale, celle de s'engager fermement dans la criminalisation du versement de rançons aux groupes terroristes, ce qui est pour l'Algérie une avancée des plus notables», a-t-il estimé, précisant que «plus de 150 millions d'euros ont été versés par certains pays occidentaux aux groupes terroristes activant dans le Sahel. Au sujet des diplomates algériens détenus au Mali, Kamel Rezag Bara a indiqué que le MAE est «seul habilité à communiquer sur cette question sensible par bien des aspects», soulignant au passage les «efforts diplomatiques soutenus de l'Algérie pour la libération au plus tôt des otages algériens». Abordant le sujet du trafic d'armes avec plus de 8 millions de pièces dont 100.000 kalachnikovs qui circulent en Afrique selon une déclaration du président togolais, le conseiller du président a indiqué que le Conseil de sécurité «prend note du changement de nature du terrorisme en Afrique avec cette collusion avérée entre terrorisme armé, crime organisé et trafic de drogue»,a-t-il souligné, mettant en exergue le «recul du terrorisme dit djihadiste au profit du narco-terrorisme». Rappellent l'initiative algérienne en matière de lutte contre le terrorisme international, l'invité de la radio a expliqué que la «stratégie algérienne consiste à alerter sur la mutation du terrorisme qui change de forme pour devenir une menace permanente à la sécurité du monde», a-t-il déclaré.

BELMOKHTAR, LE BEN LADEN DU SAHEL

Rebondissant sur l'attentat terroriste contre le site gazier de Tiguentourine, Rezag Bara a estimé que cette «agression contre l'Algérie visait trois objectifs principaux : installer Mokhtar Belmokhtar comme le Ben Laden du Sahel, prendre le maximum d'otages expatriés pour exercer un chantage ignoble sur certains pays occidentaux, et surtout détruire ce fleuron de l'industrie pétrolière et gazière algérienne». Saluant «l'intervention héroïque des unités spéciales de l'ANP qui ont réussi à démanteler le groupe terroriste et l'ont empêché d'atteindre ses objectifs», l'invité de la chaîne 3 a indiqué que l'Algérie «ne sera plus victime d'actions terroristes de la même ampleur que celle d'In Amenas».

«Rabi yehdihoum», a répondu le conseiller du président de la République à une question au sujet des «déclarations haineuses et provocatrices» de certains partis politiques marocains contre l'Algérie. L'instabilité des pays voisins à l'Algérie, la sécurisation des frontières, l'implication de tous les pays de la région dans la lutte contre cette menace globale» qu'est le terrorisme, les nouvelles révélations sur l'implication du GIA dans l'assassinat des moines de Tibehrine, le «cap franchi» par les réformes politiques engagées en Algérie et les «moyens sans équivalent» dont dispose l'Algérie pour «sauter le pas» vers un avenir meilleur et le «retour imminent» du chef de l'Etat en Algérie» ont été les autres points débattus par l'invité de la Chaîne 3.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5183048






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Sam 1 Juin - 17:47

LUTTE ANTITERRORISTE, PROTECTION DES AMBASSADES ET DES INSTALLATIONS, NON-PAIEMENT DES RANÇONS...

Le département d'Etat encense l'Algérie


Citation :
Après Barack Obama qui avait salué les efforts de l'Algérie dans la lutte contre le terrorisme, en citant l'opération de Tiguentourine, c'est au tour du département d'Etat américain de lui emboîter le pas.

A l'ombre des crises politique et sécuritaire, qui secouent la Tunisie, la Libye et le Mali, traduisant sur le terrain une sérieuse montée de l'idéologie islamiste, l'Algérie est le seul pays insoumis à la menace terroriste et aux développements géopolitiques nourris par de prétendues «révolutions» détournées au profit des groupes terroristes d'Al Qaîda au Maghreb islamique et ses alliés. L'engagement de l'Etat, la détermination des autorités militaires et les efforts des services de sécurité sur le terrain, donnent aujourd'hui à l'Algérie raison. Elle est même citée comme référence en matière de lutte antiterroriste. Après le président américain, Barack Obama qui avait, lors d'un discours prononcé la semaine dernière, salué les efforts de l'Algérie dans la lutte contre le terrorisme, en citant l'opération de Tiguentourine menée par une unité spéciale de l'ANP ayant permis de sauver des centaines de vies, comme exemple, c'est au tour du département d'Etat américain de lui emboîter le pas. Une copie de ce rapport a été destinée, notamment aux membres du Congrès à titre informatif. Dans ce rapport rendu public, jeudi dernier, le département d'Etat note que «les Etats-Unis ont relevé, encore une fois, les grands efforts engagés par l'Algérie dans sa lutte contre le terrorisme».
Le document qui développe la situation de 2012 quant à la lutte contre le terrorisme soutient que «les forces militaires et policières algériennes avaient permis, non seulement de mettre en échec plusieurs opérations terroristes d'Al Qaîda au Maghreb islamique, mais aussi de mettre la pression sur cette organisation terroriste». Le département ajoute, dans son rapport, qu'«Al Qaîda au Maghreb islamique demeure une menace importante pour la sécurité en Algérie, en exploitant principalement les régions montagneuses à l'est d'Alger et les vastes régions désertiques de la frontière sud de l'Algérie». Le document en question relie cette inquiétude, «à la détérioration de la sécurité au nord du Mali, la prolifération des armes de contrebande de la Libye, et l'émergence du Mouvement pour l'unité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao)». Ce dernier, basé au Mali, estiment les rédacteurs du rapport, contribue à la menace terroriste pour l'Algérie. Il est indiqué également que les «forces de sécurité algériennes ont davantage isolé la nébuleuse permettant une baisse du nombre d'attaques terroristes et la neutralisation de plusieurs terroristes-clés». Reconnaissant que la nébuleuse a su tirer profit de la situation chaotique au Sahel, cela n'aura nullement affecté les efforts «des forces militaires, sécuritaires et policières algériennes qui ont réussi à réduire les capacités d'Al Qaîda au Maghreb islamique». Le rapport du département d'Etat ne manquera pas de rappeler que «les responsables algériens ont souvent signalé les liens entre Aqmi et les narcotrafiquants dans le Sahel, et considèrent le terrorisme comme étant fondamentalement lié à des entreprises criminelles qui financent des groupes terroristes». Ce fait a été établi en début des années 2000 par les forces de la Gendarmerie nationale qui aboutiront à prouver le lien entre la nébuleuse et les trafiquants de drogue. De même que les liens qui avaient existé entre les groupes terroristes et la mafia du sable. Le rapport indique qu'au moins 175 actes terroristes ont été enregistrés durant 2012, cependant, on relève en se référant au mois sacré du Ramadhan, «contrairement aux années passées lorsque l'Algérie enregistrait habituellement un pic dans les attentats terroristes durant le Ramadhan, les opérations terroristes ont baissé d'une manière significative, permettant d'affirmer que le Ramadhan 2012 a été le moins violent de la dernière décennie». Par ailleurs, le rapport revient sur les incidences ayant visé les ambassades US en Egypte, en Tunisie et en Libye. Il note à ce propos: «Alors que les ambassades américaines avaient fait l'objet d'attaques en septembre dernier dans plusieurs pays de la région dont la Libye, la Tunisie et l'Egypte notamment, le département d'Etat réitère que les forces de la police algérienne ont été efficaces dans la protection des missions diplomatiques et dans le renforcement des dispositifs de sécurité en cas de nécessité». D'ailleurs, nous avions appris à ce sujet que la démarche relative au renforcement du dispositif sécuritaire autour des diplomaties intervenait comme un acte préventif. Rappelant que l'Algérie est membre fondateur du Forum global de lutte contre le terrorisme, mais également membre du Groupe d'action financière pour la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord, le rapport témoigne que «dans le sillage du conflit dans le Nord-Mali et des problèmes sécuritaires en Libye, l'Algérie a considérablement augmenté la sécurité des frontières et envoyé des milliers de forces de sécurité supplémentaires, afin de renforcer ses frontières et réduire la contrebande d'armes», notant que «les longues frontières poreuses restent un défi sécuritaire persistant».
Sur un autre volet, le rapport évoque la position de l'Algérie quant à la remise de rançons en échange des otages, soulignant que l'Algérie oeuvre activement à lutter contre le financement du terrorisme». L'Algérie a été l'initiatrice d'un décret auprès de l'ONU, criminalisant la remise des rançons aux terroristes. Le rapport, qui a été d'ailleurs approuvé, soutient que «le gouvernement algérien maintient une politique stricte et sans concessions à l'égard des individus ou des groupes détenant des citoyens en otage. Il joue un rôle de leadership dans les efforts du Forum mondial de lutte contre le terrorisme afin de sensibiliser les gouvernements à éviter le paiement de rançons aux organisations terroristes».
http://www.lexpressiondz.com/actualite/175011-le-departement-d-etat-encense-l-algerie.html

fière d'être Algérien BRAVO a notre Armée l'ANP cheers






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mer 19 Juin - 17:00

M. Martyn Roper, ambassadeur du Royaume-Uni a Alger : Alger et Londres ont « travaillé étroitement » contre le paiement de rançons aux terroristes

Citation :
L’Algérie et la Grande-Bretagne ont «travaillé étroitement» pour la prohibition du versement de rançons lors d’enlèvement d’otages par les groupes terroristes, a affirmé hier l’ambassadeur du Royaume-Uni à Alger, M. Martyn Roper, dans un communiqué. «L’Algérie et le Royaume-Uni ont travaillé étroitement de manière bilatérale et multilatérale pour soutenir le non-paiement des rançons dans les situations d’enlèvement», a souligné M. Roper, en réaction à l’engagement pris par les pays du G8 de refuser de verser de rançons en cas d’enlèvements de leurs ressortissants par les terroristes. Se disant «ravi» que le G8 ait «pris cet engagement important pour combattre le terrorisme en coupant une de leurs principales sources de financement», l’ambassadeur britannique a rappelé que l’Algérie et le Royaume-Uni «ont depuis longtemps considéré qu’il est contre-productif de payer les rançons dans le cas d’enlèvement par des terroristes». Le paiement de rançons aux groupes terroristes peut «entraîner l’augmentation de la menace globale du terrorisme», a-t-il souligné. La question du paiement de rançons aux groupes terroristes a été abordée hier lors de la réunion des dirigeants du G8 en Irlande du Nord. Les membres du G8 ont convenu d’“éradiquer” le paiement de rançons aux terroristes, «appelant les entreprises à suivre l’exemple», selon le Premier Ministre britannique David Cameron, dont le pays préside ce groupe.

http://www.elmoudjahid.com/fr/flash-actu/10896






Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Ven 21 Juin - 19:14

Engagement des pays du G8 à ne plus payer pour libérer leurs otages

L’Algérie confortée dans sa politique antiterroriste


http://www.liberte-algerie.com/international/l-algerie-confortee-dans-sa-politique-antiterroriste-engagement-des-pays-du-g8-a-ne-plus-payer-pour-liberer-leurs-otages-202029
Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mar 30 Juil - 10:56

Tunisie : les tensions restent vives après la mort de huit soldats

Citation :
Ils ont été tués à la suite d'une embuscade dans une zone proche de l'Algérie. La présidence a annoncé dans un communiqué "un deuil national de trois jours" après cette attaque.
La situation se détériore chaque jour un peu plus en Tunisie. Les relations sont de plus en plus tendues entre la population et les islamistes. Le gouvernement refuse toujours de démissionner malgré cette contestation grandissante. Un premier cap avait été franchi avec l'assassinat de Mohamed Brahmi la semaine dernière. Depuis la tension est loin d'être redescendue. Pire, elle semble avoir atteint un point de non retour. Preuve en est une embuscade contre l'armée a eu lieu lundi. Au cours de cette attaque, huit militaires tunisiens sont morts et trois autres ont été blessés. Ce guet-apens a eu lieu au mont Chaambi, une zone proche de l'Algérie ou depuis décembre l'armée pourchasse un groupe lié à Al-Qaïda.

La présidence a annoncé dans un communiqué "un deuil national de trois jours" après cette attaque, la plus grave contre les forces tunisiennes depuis la révolution de 2011 en Tunisie qui est confrontée à un essor des groupuscules jihadistes. Des sources militaires et médicales ont indiqué à l'AFP que plusieurs de victimes avaient été égorgées. La télévision d'Etat a diffusé des images des corps mutilés des victimes. Dans la nuit, des manifestations de colère regroupant quelques centaines de personne ont eu lieu à Kasserine, ville voisine du mont Chaambi, et des heurts impliquant policiers, détracteurs du pouvoir et partisans du gouvernement y ont eu lieu, selon un journaliste de l'AFP.

Dans une allocution télévisée, le président Moncef Marzouki, un laïc allié aux islamistes d'Ennahda au pouvoir, a appelé à "l'union nationale" après cette embuscade sanglante. "Si nous voulons affronter ce danger (du terrorisme) nous devons l'affronter unis, j'appelle la classe politique à revenir au dialogue car le pays, la société sont menacés", a-t-il affirmé. La révolution est toujours en marche en (...)
lire la suite sur Atlantico
http://fr.news.yahoo.com/tunisie-tensions-restent-vives-après-mort-huit-soldats-090011009.html
Revenir en haut Aller en bas
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mer 31 Juil - 15:07

Après la détérioration de la situation sécuritaire en Tunisie

Surveillance accrue de la wilaya d’El-Oued par l’ANP


Citation :
Le dispositif de surveillance et d’intervention de la bande frontalière de l’Est, qu’on savait opérationnel mais discret, depuis des mois, est devenu ostensible hier et tout le monde ne parle plus que de ça. D’intenses mouvements de troupes en direction de la zone frontalière sont, en effet, signalés un peu partout à travers toutes les wilayas du Nord-Est, à El-Tarf, Souk-Ahras, Tébessa et El-Oued. Des dizaines de gros camions transportant des militaires en armes auraient été dirigés au plus près du territoire tunisien, indique-t-on. Des sources généralement bien informées affirment que le paquet a été mis pour sécuriser en priorité la région d’El-Oued, qui est mitoyenne avec le gouvernorat de Kasserine, en territoire tunisien et ce, pour des raisons évidentes, semble-t-il. C’est dans cette zone du Sud-Ouest, à peine distante de 300 km de la capitale Tunis, que se déroulent des évènements cruciaux pour l’avenir du pays avec la présence dans ce maquis de terroristes surarmés et déterminés à détruire quiconque se mettrait en travers de leur projet intégriste. Le mont Chaâmbi, où 9 éléments des forces spéciales tunisiennes ont trouvé la mort, lundi, dans d’horribles conditions et où leurs assassins ont trouvé refuge depuis des mois, n’est qu’à un jet de pierre de la ville d’El-Oued et c’est cette proximité propice à des exfiltrations d’éléments d’Aqmi, qui explique le renforcement du gigantesque cordon de sécurité précisément dans cette zone. Le système de verrouillage, qui serait doté de moyens humains et matériels imposants, est confié à l’ANP, épaulée par la gendarmerie, les gardes-frontières, les douaniers et la police des frontières, indiquent nos sources. Ces dernières affirment qu’une dizaine de milliers d’hommes, au total participe à cette opération, dont la durée est indéterminée. Selon elles, le travail d’observation effectué par les forces terrestres, jusque dans le no man’s land, par endroits est complété par les hélicoptères et les avions de chasse des forces aériennes de la gendarmerie et de l’armée algériennes, qui survolent le tracé frontalier sans interruption, de jour comme de nuit. Des missions qui entrent dans le cadre de ce que les aviateurs de l’armée algérienne appellent le “prédispositif global de sécurité”, qui consiste en la surveillance aérienne de tout le territoire national, en général, mais qui a concerné de manière particulière, les wilayas de Tébessa et Souk-Ahras, hier et avant-hier, par exemple. Ces survols ne passent bien évidemment pas inaperçus et les habitants de la région ont vite fait de tirer leurs conclusions sur la situation qui prévaut de l’autre côté de la frontière

http://www.liberte-algerie.com/actualite/surveillance-accrue-de-la-wilaya-d-el-oued-par-l-anp-apres-la-deterioration-de-la-situation-securitaire-en-tunisie-204425






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Ven 2 Aoû - 14:17

Frontière algéro-tunisienne : Etat d’alerte



Citation :

Un jeune présumé terroriste de nationalité algérienne a été arrêté, mercredi après-midi, par les services de sécurité tunisiens au poste-frontière Melloula, relevant de la délégation de Tabarka (Tunisie), alors qu’il s’apprêtait à regagner le pays à travers le poste Oum Tboul, commune d’El Kala, wilaya d’El Tarf.


Informées, les autorités algériennes ont procédé immédiatement à la fermeture momentanément de la frontière pour prévenir toute tentative d’intrusion d’autres terroristes. Selon les premières informations, l’Algérien de 43 ans était à bord d’un véhicule de tourisme de marque Renault Symbol. Le contrôle de routine, effectué par les douaniers tunisiens sous l’œil vigilant des militaires, a permis de découvrir une arme de poing, type pistolet automatique neuf millimètres, et une arme de guerre de marque kalachnikov, soigneusement enfouies dans le moteur du véhicule. Les douaniers tunisiens ont vite averti les militaires qui, immédiatement, ont mis hors d’état de nuire le présumé terroriste. Alerté, les éléments des services d’investigation et de recherche de la Garde nationale tunisienne ont immédiatement fait le déplacement pour récupérer le suspect et l’auditionner.

Cette opération intervient au lendemain de l’attentat terroriste ayant fait neuf morts parmi les commandos tunisiens au djebel Chaâmbi. Elle intervient également quelques jours après l’arrestation par les services de sécurité algériens d’un dangereux terroriste et émir, Kamel Ben Arbia alias Abou Fida, dans la wilaya d’El Oued, près de la frontière algéro-tunisienne. Outre son arrestation, deux armes chargées, dont une automatique et l’autre de poing ont été saisies lors de cette opération rendue possible grâce aux services de renseignement algériens. En effet, ces derniers ont recoupé des informations faisant état d’une éventuelle intrusion, pendant le mois de Ramadhan, de terroristes depuis la Tunisie vers le territoire algérien. A l’audition, le mis en cause n’a pas voulu parler, se faisant passer pour un sourd-muet. Et ce n’est que trois jours après qu’il a été identifié à travers sa photo par ses acolytes qui purgent actuellement des peines dans les différentes prisons du pays. Selon les premières informations, il s’agit de Kamel Ben Arbia, alias Abou Fida, émir de son état en Algérie et faisant partie des terroristes algériens retranchés avec leurs acolytes tunisiens dans le djebel Chaâmbi (Tunisie).

Originaire d’El Oued, en bonne santé, ni sourd ni muet, il était activement recherché par les autorités tunisiennes et algériennes. Il fait partie d’un dangereux groupe de sept terroristes fichés tous par les services des armées tunisienne et algérienne. Selon cette liste, ses acolytes sont Khaled Hamadi Chayeb ; Ismaïl Ghrissi ; Mahmoud Saad Hassine ; Abdelghani Ouhichi ; Ahmed Ben Ahmed Baccar et Mohamed Larbi Ben Massoud Ben Ali. Le jeune présumé «terroriste algérien» pourrait être l’un d’eux. Pour confirmer cette idée, les autorités tunisiennes et algériennes s’échangent continuellement des informations liées à cette personne pour s’assurer de son identité. Actuellement, la frontière est ouverte et la circulation des voyageurs se déroule normalement avec un contrôle poussé des passagers

http://www.elwatan.com/actualite/frontiere-algero-tunisienne-etat-d-alerte-02-08-2013-223257_109.php






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Lun 5 Aoû - 13:00

Lutte contre le terrorisme : l’armée tunisienne sort l’artillerie lourde



Citation :

Les forces de l’ordre tunisiennes ont déjoué, vendredi, un attentat politique à Sousse. Elles ont arrêté trois «dangereux» terroristes. L’un d’eux est impliqué dans l’assassinat de Chokri Belaïd. L’assaut d’une autre cache de terroristes, à Tunis, a abouti à l’élimination de l’un d’eux et l’arrestation de quatre autres.


Tunis (Tunisie)
De notre correspondant

Plusieurs arrestations et découvertes de caches d’armes ont été également enregistrées durant les dernières 72 heures. Est-ce un tournant dans la lutte contre le terrorisme ? Le guet-apens terroriste au mont Chaâmbi, ayant coûté la vie lundi dernier à huit soldats tunisiens, a constitué un tournant dans la gestion de la question djihadiste en Tunisie.
En effet, depuis, plusieurs actions ont été déclenchées contre les terroristes. Ainsi, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Mohamed Ali Aroui, a indiqué avant-hier soir que «les unités de sécurité ont réussi, pendant les dernières 48 heures, à contrecarrer une tentative d’assassinat à Sousse visant une personnalité politique, dans la matinée de ce vendredi 2 août». M. Aroui a confirmé également l’arrestation de «trois dangereux terroristes».

La prise de l’un d’eux, au quartier Sahloul de Sousse, a nécessité un échange de feu nourri, l’individu ayant utilisé deux bombes artisanales et une mitrailleuse. Il s’agit de l’un des recherchés dans le cadre de l’assassinat de Chokri Belaïd. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur a annoncé la saisie d’une quantité d’armes, de grenades et un ensemble de documents dans le domicile de ce groupe terroriste. Concernant la personnalité politique visée par cet attentat, deux versions circulent : d’une part l’hypothèse qu’il s’agit de l’écrivaine et dirigeante de Nidaa Tounes, Olfa Youssef. Des informations antérieures ont parlé de suspects qui rôdaient devant le domicile de cette penseuse de l’islam éclairé ; d’autre part le nom de Hamed Karoui, ex-Premier ministre sous Ben Ali.

Toujours à Sousse, un groupe d’une vingtaine de salafistes rigoristes ont attaqué, avant-hier à l’aube, les agents de l’ordre en faction devant le siège de la Banque centrale, selon le correspondant de Radio Shems fm. «Ils ont essayé de les déposséder de leurs armes, mais n’y sont pas parvenus. Cinq barbus ont été arrêtés dans le cadre de cet incident et la police a retrouvé sur eux deux clés USB contenant des prêches sur le djihad», a-t-il indiqué. A Sousse également, la police a arrêté deux individus lors de la perquisition d’une maison suspecte et saisi une quantité d’armes à feu et de grenades. D’autres incidents ont été enregistrés dans les environs de Sousse. Ainsi, à Akouda, un islamiste rigoriste a été arrêté, avant-hier à l’aube, en possession de trois tenues militaires. A Maloulech, sur la côte entre les villes de Sousse et Sfax, un plongeur a trouvé dans les eaux profondes du port une mine et un obus bien enveloppés. Une enquête a été ouverte.

Bataille à Chaâmbi

Du côté du mont Chaâmbi, l’armée tunisienne continue son harcèlement des maquisards cachés dans les montagnes limitrophes de l’Algérie. Les informations provenant de la région indiquent que l’armée poursuit ses bombardements à l’arme lourde pour la troisième journée consécutive. Certaines rumeurs parlent d’une dizaine de morts parmi les terroristes. Des affrontements auraient eu lieu dans la soirée de samedi 3 août dans la région de Aouled Nasrallah, située dans la délégation de Foussana, dans le gouvernorat de Kasserine. On parle également de trois terroristes arrêtés alors qu’un autre a été grièvement blessé pendant les affrontements. Mais aucune information officielle n’est venue le confirmer.

Le ministère de l’Intérieur a toutefois indiqué que l’individu arrêté hier à Ben Guerdane, près de la frontière libyenne, est l’un des graciés de l’affaire Soliman. Le terroriste a été arrêté suite à un échange de tirs avec les agents qui ont trouvé, dans sa voiture, des kalachnikovs et des munitions. Par ailleurs, un soldat a été tué hier lors des opérations de ratissage ; une mine a explosé sous un char de combat et entraîné le décès d’un caporal. Cinq soldats ont également été blessés. L’incident le plus grave s’est produit hier matin à la cité El Ouerdia, aux environs de Tunis, où les forces de l’ordre ont opéré une descente dans une cache de terroristes.

L’échange de feu nourri a abouti à la mort d’un terroriste, la blessure d’un deuxième et l’arrestation de quatre autres présents sur les lieux, ainsi que la saisie d’une grande quantité de munitions.Suite à la multiplication de ces incidents, des mesures de sécurité draconiennes sont désormais observées aux différents aéroports tunisiens.Ces incidents n’ont pas influé sur le rythme de vie habituel des Tunisiens, qui continuent à se préparer le plus sereinement du monde à l’Aïd. Ils continuent à faire la fête et à exprimer leur soutien à l’armée et aux forces de l’ordre dans leur traque des terroristes. Une question inquiète toutefois la classe politique : pourquoi maintenant ?
http://www.elwatan.com//international/lutte-contre-le-terrorisme-l-armee-tunisienne-sort-l-artillerie-lourde-05-08-2013-223580_112.php






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mer 7 Aoû - 11:14

Algérie-Tunisie

Coordination de la lutte contre le terrorisme

Citation :

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Othman Jarandi, est arrivé hier à Alger, à la tête d’une importante délégation, pour une visite de travail de deux jours.


Selon l’APS, le chef de la diplomatie tunisienne a précisé que sa visite en Algérie s’inscrivait dans le cadre des concertations régulières entre les deux pays. Celle-ci, a-t-il ajouté, sera «une nouvelle occasion pour procéder à l’évaluation des relations bilatérales» outre l’examen des questions internationales et des derniers développements dans la région, précisant que les concertations entre les deux parties étaient régulières.
Une importante délégation sécuritaire tunisienne a été reçue par le ministre de l’Intérieur, Ould Kablia. Les discussions ont porté sur la coordination des efforts en matière de lutte contre le terrorisme et le travail des services de sécurité au niveau de la frontière entre les deux pays.

La Tunisie et l’Algérie vont renforcer leur coopération antiterroriste, en particulier pour neutraliser un groupe lié à Al Qaîda que l’armée tunisienne pourchasse depuis décembre 2012 sur le mont Chaâmbi, selon le ministre tunisien de la Défense, Rachid Sabbagh, cité par l’AFP. «Les relations entre les deux pays, notamment entre les deux armées, sont très fortes et la coopération va être renforcée surtout pour arrêter les terroristes de Chaâmbi», a déclaré le ministre à la tribune de l’Assemblée nationale constituante tunisienne (ANC). «Nous allons poursuivre nos opérations (militaires) aériennes jusqu’à ce que tous les éléments terroristes soient tués ou arrêtés», a-t-il ajouté. Les forces tunisiennes ont déclenché un assaut terrestre et aérien dans la région du mont Chaâmbi jeudi, trois jours après que huit militaires eurent été sauvagement tués dans une embuscade.
http://www.elwatan.com/actualite/coordination-de-la-lutte-contre-le-terrorisme-07-08-2013-223878_109.php






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Sam 10 Aoû - 18:41


Vers la création d’une force militaire conjointe Algero-Tunisienne




Selon des sources sécuritaires algériennes rapporté par la radio Mosaïque FM, la Tunisie aurait déposé une demande officielle auprès de l’Algérie portant sur la création d’une force militaire conjointe entre les militaires des deux pays, afin de protéger les régions frontalières au sud de la Tunisie.

Selon la même source, cette demande suit, l’attaque terroriste au Jebel Chaambi qui a coûter la vie a neuf militaires tunisiens le lundi 25 juillet dernier, où l’armée tunisienne mène depuis, une contre-offensive d’envergure visant à « assainir la montagne ».

Par ailleurs, selon l’agence de presse Chine Nouvelle (Xinhua), une force militaire commune composée de 8.000 soldats algériens et tunisiens se livrait, vendredi soir, à une importante opération de ratissage ou de gros moyens en logistique et équipements ont été déployés sur le flanc sud de la frontière commune aux deux pays.


Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales algérien, Dahou Ould Kablia, avait indiqué jeudi, à Tiaret que :
« l’armée algérienne a renforcé ses moyens et ses capacités sur les frontières est du pays, en raison des troubles que connaît la Tunisie. Il existe un échange d’informations sécuritaires entre l’Algérie et ses voisins pour lutter contre les différents fléaux qui menacent la sécurité et la stabilité de la région, notamment le terrorisme et la contrebande sous toutes ses formes ».

Cette opération militaire algero-tunisienne , la première du genre, a été décidée suite à une réunion qui s’est déroulée dans le courant de la semaine dernière à Alger entre de hauts responsables militaires des deux pays .

Notons par ailleurs que l’Algérie a été la cible d’attaques de la part de médias tunisiens, l’accusant d’être à l’origine de la détérioration sécuritaire du pays. Accusations rejetées vigoureusement par le ministre tunisien des Affaires étrangères et le parti Ennahda, qui dirige la coalition au pouvoir.

Le MDN tunisien a également publié un communiqué dénonçant et mettant en garde les médias qui s’avanceraient à jouer et mettre en danger, les relations bilatérales et stratégiques des deux pays.

Provocations totalement tendancieuses, quant on sait le niveau actuel de coopération des deux pays dans la lutte anti-terroriste et l’appui mené par l’ANP aux forces tunisienne au mont chaambi.
http://www.forcesdz.com/portail/vers-la-creation-dune-force-militaire-conjointe-algero-tunisienne/#.UgaIGCpOKpo






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Lun 16 Sep - 19:07

Le Canada renforce sa collaboration avec l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme

Citation :
Le ministre des Affaires étrangères John Baird a annoncé aujourd’hui la mise en place d’une contribution de plus de 1,2 million de dollars pour financer des mesures de lutte contre le terrorisme dont l’objet sera de renforcer la sécurité des frontières et l’appareil judiciaire en Afrique du Nord et au Sahel. Il a fait cette annonce en compagnie du ministre des Affaires étrangères de l’Algérie, M. Remtane Lamamra, à l’occasion de sa visite dans ce pays.

Au cours de leur rencontre, les ministres ont convenu de lancer des consultations canado-algériennes sur la lutte contre le terrorisme et de renouveler jusqu’en 2015 leurs mandats respectifs à titre de coprésidents du groupe de travail sur le Sahel du Forum mondial de la lutte contre le terrorisme (FMLT).

« L’Algérie est un partenaire important Canada dans la lutte contre le terrorisme, qui reste le grand fléau de notre génération, a déclaré le ministre Baird. Le Canada s’est engagé à collaborer avec l’Algérie dans le but de renforcer la sécurité et de lutter contre le terrorisme en Afrique du Nord et au Sahel. »

Le Canada et l’Algérie sont des membres fondateurs du FMLT. Mis sur pied en 2011, le FMLT permet de coordonner à l’échelle internationale les efforts consentis au renforcement des capacités civiles de lutte contre le terrorisme.

Par l’entremise de son Programme d’aide au renforcement des capacités antiterroristes, le Canada offre des formations, un appui financier, de l’équipement et son expertise technique à des pays partenaires afin qu’ils puissent acquérir les moyens de prévenir et de contrecarrer les activités terroristes.

Le ministre Baird reviendra au pays après son séjour productif en Algérie, au cours duquel il a rencontré le premier ministre de l’Algérie, M. Abdelmalek Sellal, et le ministre des Affaires étrangères, M. Remtane Lamamra.

« Au cours de mes échanges avec le premier ministre Sellal et le ministre Lamamra, nous avons reconnu l’importance pour nos deux pays de continuer à travailler ensemble au renforcement de la sécurité et à la prospérité économique en Afrique du Nord, a indiqué le ministre Baird. J’ai aussi profité de cette rencontre pour remercier le gouvernement algérien de sa coopération au lendemain de l’attaque de la plateforme gazière d’In Amenas. Au nom de tous les Canadiens, j’ai présenté mes sincères condoléances aux victimes de cet acte terroriste odieux. »
http://www.algerie360.com/algerie/le-canada-renforce-sa-collaboration-avec-lalgerie-dans-la-lutte-contre-le-terrorisme/
Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Ven 20 Sep - 17:15

Yémen: 56 soldats et policiers tués dans des attaques d'Al-Qaïda


Citation :
Des membres présumés d'Al-Qaïda ont lancé vendredi trois attaques contre des sites de l'armée et de la police, dont deux attaques à la voiture piégée, dans le sud du Yémen, tuant 56 militaires et policiers, selon un nouveau bilan de sources militaires et locales.
   
Le bilan le plus lourd de ces attaques menées dans la province de Chabwa a été provoqué par une voiture piégée qui a explosé dans un camp de l'armée, faisant 38 morts parmi les militaires, en charge de la sécurité des champs pétroliers de la région, ont précisé les mêmes sources.

http://www.bfmtv.com/international/yemen-56-soldats-policiers-tues-attaques-dal-qaida-606928.html






Revenir en haut Aller en bas
terminateur
Caporal chef
Caporal chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Dim 22 Sep - 11:15

Kenya : le bilan s’alourdit encore

Citation :
+ VIDEOS - Le bilan de l’attaque de Nairobi par un commando d’islamistes shebab, liés à Al-Qaïda, a fait au moins 59 morts, dont deux Françaises et 200 blessés. Entre 10 et 15 hommes armés sont toujours dans le centre commercial et détiennent un nombre indéterminé d’otages

Citation :

La prise d’otages continuent à l’intérieur du centre commercial à Nairobi - AFP


Des tirs nourris étaient entendus dimanche matin dans le centre commercial de Nairobi attaqué la veille par un commando islamiste, et deux soldats kényans blessés ont été évacués et emmenés en ambulance, a constaté un journaliste de l’AFP.


Les forces de sécurité kényanes tentent de mettre fin à l’attaque, qui dure depuis 20 heures et qui a fait au moins 59 morts (dont deux Françaises) et 200 blessés, selon le ministère de l'Intérieur. Entre 10 et 15 hommes armés sont toujours dans le centre commercial et détiennent un nombre indéterminé d’otages.

Citation :
Plusieurs otages


Des membres du groupe islamiste somalien Al Chabaab, lié à Al Qaïda, ont attaqué samedi un centre commercial fréquenté par des expatriés à Nairobi, la capitale du Kenya,. Le commando était toujours dimanche retranché dans le centre commercial de Westgate, où il détiendrait plusieurs otages.


Des renforts de l'armée kényane arrivaient en nombre dimanche matin vers le centre commercial. "Nous continuons nos efforts, mais pour l'instant c'est calme. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour mettre fin à cela", a déclaré à l'AFP un officier de l'armée kényane. Selon le ministère de l'Intérieur, les étages supérieurs du centre ont été sécurisés, et les attaquants ont été repoussés quelquepart au rez-de-chaussée ou au sous-sol. Un nombre indéterminé d'otages sont toujours piégés, ont indiqué des responsables dans la nuit.


Le Kenya « a surmonté des attaques terroristes auparavant et il les surmontera à nouveau », a déclaré le président kenyan Uhuru Kenyatta samedi soir dans un message à la nation. Il a précisé avoir « personnellement perdu des membres de sa famille » dans l’attaque contre le centre commercial de luxe.


Deux Françaises ont été tuées dans l’attaque, a annoncé la présidence française dans la soirée. « Le président de la République condamne avec la plus grande fermeté ce lâche attentat et il partage la douleur de la famille de nos compatriotes. Il exprime sa totale solidarité avec les autorités kenyanes», ajoute l’Elysée dans un communiqué.


Des Américains figurent également parmi les blessés, selon le Département d’Etat à Washington, et il y a « sans aucun doute » des victimes britanniques qui « se sont retrouvées piégées », a prévenu le le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague.

Revendication


La chaîne de télévision qatarie Al Djazira a annoncé que le mouvement islamiste avait revendiqué auprès d’elle cette attaque. Sur Twitter, Al Chabaab a exclu toutes négociations entre le commando et les autorités kenyanes. « Le gouvernement kenyan demande à nos moudjahidine à l’intérieur du centre (commercial) d’engager des négociations. Il n’y aura pas de négociations à Westgate », affirme le groupe.


Al Chabaab, qui exige le retrait des soldats kényans envoyés fin 2011 en Somalie pour y combattre l’insurrection islamiste, a précisé que l’opération de Nairobi visait à punir les « crimes » de l’armée kenyane. Le groupe accuse Nairobi d’être « resté sourd » à ses mises en garde répétées et affirme qu’il est temps « de porter la bataille en territoire kenyan ».


Citation :

Par le passé, le mouvement avait menacé de s’en prendre à ce complexe commercial de Westgate. L’armée kenyane a été appelée en renfort pour aider les forces de l’ordre à reprendre le contrôle du complexe. Un policier a précisé que les assaillants s’étaient retranchés dans un supermarché de la chaîne Nakumatt. Selon les chaînes de télévision locales, ils ont pris des otages.

« C’est un carnage »


« Les assaillants sont toujours dans le supermarché Nakumatt où nous n’avons pas encore pénétré, et nous nous attendons à ce qu’il y ait encore des victimes », a dit le secrétaire général de la Croix-Rouge kenyane, Abbas Guled. Des témoins ont fait état d’au moins cinq agresseurs qui ont semé la panique et provoqué un « carnage » en tirant au fusil automatique et en lançant des grenades à travers le centre, qui abrite notamment plusieurs commerces appartenant à des Israéliens.

Citation :
Un rescapé a raconté qu’un homme ressemblant à un Somalien avait ouvert le feu dans sa direction. La présidence kenyane a fait savoir qu’un des agresseurs qui avait été capturé avait succombé à ses blessures. « C’est un carnage », a commenté un soldat britannique présent sur les lieux et qui a dit avoir vu quatre personnes tuées, dont un enfant. La police a bouclé les rues du quartier de Westlands que survolent des hélicoptères.
Le compte Twitter des shebab suspendu

Citation :
Le compte Twitter des insurgés islamistes shebab a été suspendu samedi après qu'ils l'ont utilisé pour revendiquer l'attaque. Twitter prévoit que des comptes peuvent être suspendus si leurs titulaires publient "des menaces directes, explicites de violences à l'encontre d'autrui". Les comptes sont également suspendus si Twitter est utilisé "pour poursuivre des buts illégaux ou mener des activités illégales".
Le précédent compte Twitter des shebab, @HSMPress1, avait été suspendu début septembre. En janvier, leur premier compte, @HSMPress, avait été suspendu après qu'ils avaient posté des photographies d'un soldat français tué dans une opération de commando pour libérer un otage et menacé d'exécuter des otages kényans.
http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203019385639-kenya-au-moins-20-morts-dans-l-attaque-d-un-centre-commercial-607710.php






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Dim 22 Sep - 11:29

vraiment une attaque terroriste dans un centre commerciale on est plus en sécurité nul part,
de plus la plus part du temps il y a beaucoup d'enfants dans ces endroits



La lutte contre le terrorisme au menu


Citation :
Les services secrets algériens, américains et anglais examinent la situation sécuritaire en Tunisie.

Une réunion secrète a été tenue, le 17 septembre dernier au siège du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) à Beni Messous, regroupant des officiers des services secrets de renseignements des trois pays. L’objectif, explique une source sûre, est la lutte contre le terrorisme dans la région et la dégradation de la situation sécuritaire en Tunisie qui a pris des proportions alarmantes depuis l’accession des islamistes au pouvoir.

Cette rencontre a été une occasion pour les participants d’échanger des informations sécuritaires sur la région, notamment le trafic d’armes depuis la Libye vers la Tunisie qui inquiète sérieusement l’Algérie et ses partenaires américains et anglais. D’autant plus que les Américains se souviennent toujours de l’attentat de Benghazi, en Libye, dans lequel ils avaient perdu cinq diplomates, dont leur ambassadeur. Les Britanniques sont également concernés par le terrorisme qui a visé leur firme pétrolière, British Petroleum (BP), dans l’attaque de Tiguentourine. La lutte contre le terrorisme islamiste dans la région, le trafic d’armes qui se multiplie après le chaos en Libye et la zone tampon créée par les autorités tunisiennes dans le sud pour le contrecarrer sont autant de questions sur lesquelles les trois services de renseignements tentent de collaborer pour les résoudre à travers cette réunion, frappée du sceau de la confidentialité.

Le 1er août dernier, les unités de l’Armée nationale populaire (ANP), en poste aux frontières, avaient réussi à saisir une cargaison d’armes et de munitions. Selon le MDN, «lors d’une opération qualitative, un détachement de l’ANP au niveau de la 4e Région militaire, précisément dans la zone Massa Klim-In Azen à Djanet, a saisi deux véhicules 4x4 à bord desquels se trouvait une quantité d’armes et de munitions : une mitrailleuse lourde 12,7 mm, un fusil-mitrailleur FM, un fusil à répétition ainsi qu’une importante quantité de munitions de différents calibres et un grand nombre de roquettes RPG7».

Cette rencontre intervenait une semaine après que le président Bouteflika eut reçu, les 10 et 12 septembre, Rached Ghannouchi et Béji Caïd Essebsi, respectivement chef du mouvement islamiste Ennahdha et chef de file de l’opposition en Tunisie. Même le président tunisien, Moncef Marzouki, serait attendu prochainement à Alger dans le même cadre.
Dans une déclaration au site électronique Algériepatriotique, une source autorisée du ministère des Affaires étrangères algérien explique le déplacement successif des dirigeants tunisiens chez Bouteflika : «De par ses relations de fraternité avec le peuple tunisien et de par son attachement profond à la sécurité et à la stabilité d’un pays frère et voisin, l’Algérie est naturellement à l’écoute et est prédisposée à apporter tout son soutien lorsqu’elle est sollicitée par les représentants des forces vives d’un pays frère.»
http://www.elwatan.com//actualite/la-lutte-contre-le-terrorisme-au-menu-22-09-2013-228795_109.php






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Dim 22 Sep - 19:01

Malheureusement le bilan fait état d'au moins 68 victimes selon la croix rouge Kenyane

RIP au victimes:1753695682: 

Citation :
Dimanche après-midi, ils étaient toujours retranchés dans le centre commercial de Nairobi (Kenya). Au lendemain de l'attaque terroriste qui a fait au moins 59 morts et des centaines de blessés, les affrontements continuaient entre les shebabs somaliens et les forces gouvernementales dans le Westgate Mall.

10 à 15 des terroristes étaient encore à l'intérieur.

Dimanche, des forces spéciales israéliennes sont même venues prêter main forte et ont pénétré dans le centre commercial pour tenter de mettre fin au siège et secourir les blessés et les otages retenus depuis samedi. Le «Westgate Mall» serait en partie la propriété d'Israéliens. Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Paul Hirschson, n'a pas souhaité commenter l'opération.

A l'intérieur du centre commercial, la confrontation dure depuis 24 heures entre le commando islamiste et les forces kényanes. L'attaque, qui a fait au moins 59 morts selon le gouvernement kényan, a débuté samedi après-midi, alors que le centre commercial était bondé de Kényans et d'expatriés venus faire leurs courses du week-end ou qui étaient attablés aux terrasses de cafés. Deux Françaises, une mère et sa fille, sont décédées dans l'attaque.
http://www.leparisien.fr/diaporama/en-images-scenes-de-guerre-dans-le-centre-commercial-de-nairobi-22-09-2013-3158801.php?pic=11#infoBulles1

Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
forces de sécurités et Militaires,









































j'espère qu'ils vont tous les éliminés ces Salopards de terros
Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Lun 23 Sep - 15:11

quatrièmes assaut des forces Kenyane ,
Citation :
De fortes explosions et des tirs nourris, suivis de fumées noires, ont été entendus et vus lundi en début d'après-midi à Nairobi (Kenya), près du centre commercial de Nairobi Westgate pris d'assaut depuis samedi par un commando islamiste. Les journalistes présents disent avoir entendu «au moins trois explosions» et deux séries de «tirs nourris».

La fumée s'est échappée en épais nuages noirs juste après les explosions et était visible à plusieurs kilomètres à la ronde.

Dans la zone entourant le bâtiment, les forces de l'ordre ont immédiatement demandé aux journalistes et secouristes de se mettre à l'abri, alors que des ambulances se dirigeaient vers le lieu des explosions.

Les islamistes ont pris d'assaut depuis 48h le luxueux centre commercial Westgate, bondé de Kényans et expatriés venus faire leurs courses du week-end ou attablés aux cafés.

La Croix-Rouge évoquait lundi un bilan d'au moins 69 morts et presque autant de personnes portées disparues (63).













http://www.leparisien.fr/diaporama/en-images-nairobi-explosions-et-tirs-a-repetition-23-09-2013-3162249.php?pic=13#infoBulles1
ces halloufs on bien préparer leurs coups surement préparer il y a un certain temps pour être lourdement armée et un centre commerciale reste tellement immense,
que pour un assaut des forces spéciale reste très difficille,
le problème c'est qu'il reste encore beaucoup d'otages entre leurs mains






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mar 24 Sep - 10:13

salam
cela fait quatre jours que la prise d'otages a débuter çà fait long,
mais pas évident de déloger un commando dans un telle complexe,
il fait se souvenir de l'affaire Merah qui a durer 36 ou38 heurs pour un seul homme et surtout dans un appartement de 60 mètre carré,
mais bon revenons au sujet.

Terrorisme : Le paiement des rançons pointé du doigt

Citation :
L'Algérie a condamné énergiquement l'attaque terroriste ayant ciblé des civils, dans un centre commercial de Nairobi (Kenya), par la voix du représentant du gouvernement algérien, Boukrif Hamid, hier, lors de l'ouverture des travaux du deuxième atelier sur l'analyse du renseignement opérationnel, au centre africain d'études et de recherche sur le terrorisme. Le représentant du gouvernement algérien a réitéré l'engagement de l'Algérie pour plus d'appui et de soutien en favorisant la formation pour lutter contre le terrorisme que ce soit dans la région ou dans la sous-région africaine.

Mais pour Boukrif Hamid «il faut en finir avec les négociations sur les rançons avec les groupes terroristes». Il a de ce fait rappelé la position de l'Algérie par rapport à cette question en précisant que l'Algérie a toujours considéré que la rançon est l'un des moyens qui permettent aux groupes terroristes de continuer à se renforcer et à consolider leur position.

Il poursuit : «c'est évident, c'est avec la rançon qu'ils arrivent à acheter des armes sophistiquées, et c'est avec cet argent qu'ils arrivent à prouver leur existence, en occupant l'espace médiatique, notamment après l'enlèvement des Occidentaux». Il précise encore que l'Algérie a toujours considéré que le crime «est un tout». Il explique : «pour l'Algérie le crime n'est pas seulement la perpétration de l'acte mais un ensemble d'activités terroristes en amont et en aval». Et de souligner que quand il y a des négociations pour le paiement de la rançon, cela suppose qu'il y a des gens et qu'il y a des institutions qui facilitent le contact entre le preneur d'otages et celui qui paye «un trait d'union extrêmement dangereux»

L'Algérie considère aussi que si l'apologie du crime est un acte criminel, alors que dire de la personne ou des institutions qui sont en contact avec les terroristes qui négocient la libération des otages en avançant de l'argent en contrepartie.

Pour sa part, le directeur du centre africain (CAERT) Francisco Caetamo José Madeira a affirmé que les actions menées avec la coalition internationale dans le Sahélo-sahélien étaient positives, notant un grand progrès, mais cela ne veut pas dire que le terrorisme a été complètement éradiqué.

«Malheureusement il y a une réorganisation des groupes terroristes. Ils recrutent, ils sont en train de reconstruire leur réseau logistique détruit et ils ripostent» a-t-il souligné. Et de préciser que ce qui se passe au Kenya «ça nous interpelle à mieux s'organiser». Et d'ajouter qu'aujourd'hui, tous les pays de la région se sont rendu compte que la lutte antiterroriste est un processus complexe, d'où la nécessité de renforcer la coopération, d'échanger les informations et d'analyser les renseignements.

Le directeur du CAERT relativise encore en précisant que les chefs de la sécurité des pays du Sahélo-sahélien se réunissent tous les trois mois pour évaluer la situation et pour échanger des informations. «Ce qui est positif est le fait que l'échange d'informations se fait ouvertement» a-t-il mentionné.

Le directeur du centre africain d'études et de recherche sur le terrorisme a reconnu en outre qu'il y a certaine faiblesse dans la lutte contre le terrorisme dans certaines institutions. Ils n'ont pas de capacité en matière d'application des lois, certaines souffrent de capacité financière et logistique pour le contrôle des frontières. Il réaffirme, «il y a des faiblesse ici et là, mais il y a des pays forts. Par exemple, l'Algérie qui est forte et capable, un pays qui arrive à se protéger et à faire face au terrorisme».

Enfin, ce qu'il faut retenir est que l'expertise de la police fédérale allemande (BKA) a été vivement sollicitée par les pays du Sahel selon le directeur de l‘CAERT. Des négociations sont en cours pour que des experts allemands se rendent au Mali, au Niger et au Burkina Faso afin de former 30 à 40 officiers dés le mois de novembre. Des formations ciblées, notamment sur l'analyse des renseignements.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5188124
Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mar 24 Sep - 10:28

SIMILITUDES ENTRE LA PRISE D'OTAGES À TIGUENTOURINE ET À NAIROBI

La magistrale leçon de l'ANP


Citation :
En termes de lutte antiterroriste, l'Algérie vient encore une fois de donner la leçon aux capitales étrangères.

Y a-t-il une différence entre les forces spéciales de l'ANP et l'armée israélienne? «En termes d'efficacité, oui», répondent sans sourciller et à l'unisson les spécialistes de la lutte antiterroriste. Cette différence est vérifiable sur le terrain des opérations. Le bilan de l'assaut donné par les forces spéciales de l'ANP contre le groupe islamiste armé «Les Signataires par le sang» pour libérer près de 800 otages sur le site gazier très sensible de Tiguentourine au regard du bilan de l'opération menée conjointement par l'armée israélienne avec les forces kenyanes sur le centre commercial Westgate au coeur de la capitale kenyane, parle de lui-même.
L'assaut final de Tiguentourine, le 16 janvier dernier, s'est soldé par la mort de 38 otages étrangers avec 29 ravisseurs abattus et trois autres capturés. L'assaut de Nairobi a été autrement plus dramatique. Un véritable carnage: selon les chiffres provisoires avancés par la Croix-Rouge internationale, il y a eu au moins 69 morts et presque autant de personnes portées disparues. Il y a quand même une sacrée différence. Pourtant, la mission de l'Armée algérienne était autrement plus périlleuse dans la mesure où les ravisseurs étaient plus nombreux, lourdement armés et ils se trouvaient sur un site très sensible facile à faire exploser. Pourtant, l'Armée algérienne n'a pas échappé à de violentes critiques de la part de nombreuses chancelleries étrangères surtout celles qui avaient des ressortissants victimes n'ont pas hésité à assimiler l'opération de Tiguentourine aux méthodes russes. On a reproché à l'Armée algérienne son intransigeance face aux terroristes, son refus catégorique de négocier avec les sanguinaires, sa réactivité et son «empressement».
En fait, l'ANP n'a fait que traduire sur le terrain le discours politique prôné officiellement par l'Algérie et dont la substance est: «Ne jamais négocier avec les terroristes et ce quel qu'en soit le prix.» Ensuite, des semaines plus tard, les tensions se sont apaisées et le temps a fini par donner raison à cette opération. Qu'on en juge.
Le pays le plus critique au départ envers l'Algérie, à savoir la Norvège, a fini par se ressaisir. Dans un rapport sur l'attaque terroriste contre le site gazier de Tiguentourine, la Norvège a souligné le rôle positif et hautement professionnel joué par les forces de l'Armée nationale populaire qui ont eu à gérer cette attaque. Selon Statoil, un des partenaires de la coentreprise exploitant le site, qui a désigné un groupe d'experts mandatés pour enquêter sur la tragédie, «ni Statoil ni la coentreprise n'auraient pu empêcher l'attaque».
Le groupe d'experts soulignent dans leur document qu'il était impossible de repousser ou retarder une attaque de cette ampleur et dépendaient du fonctionnement efficace de la protection militaire, reconnaissant, qu'«aucune force militaire ni autre ne pouvait garantir une protection complète contre des terroristes déterminés sur une zone de la taille du Luxembourg située près d'une frontière poreuse séparant l'Algérie et la Libye», indique Torgeir Hagena, chef des enquêteurs lors de la présentation du rapport. L'Algérie: un laboratoire à ciel ouvert en matière de lutte antiterroriste. Cette situation rappelle, toutes proportions gardées, les critiques essuyées par l'Algérie quand elle avait pris, en décembre 1991, la décision d'arrêter un processus électoral qui allait donner la victoire à des islamistes salafistes qui reniaient publiquement tout processus électoral et considéraient que la démocratie comme étant haram. Il s'en est suivi un véritable embargo qui a été implicitement décrété sur cette Algérie qui a osé anticiper sur les événements et dire non aux islamistes radicalistes. Pendant près de dix ans, l'Algérie luttait seule face à l'hydre terroriste. Pas un seul pays n'est venu à son secours. Bien au contraire, l'Algérie subit la foudre des capitales étrangères. Plus de 20 ans plus tard, la grande Egypte adopte la même démarche qui a décidé de destituer un président islamiste pourtant démocratiquement élu par les urnes. L'histoire est un éternel recommencement des choses mais d'une manière.
http://www.lexpressiondz.com/actualite/181680-la-magistrale-lecon-de-l-anp.html
Revenir en haut Aller en bas
terminateur
Caporal chef
Caporal chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mer 25 Sep - 18:17

Les assaillants avaient élaboré un plan minutieux

Citation :
Les assaillants qui ont attaqué le centre commercial Westgate de Nairobi, tuant au moins 67 personnes, avaient élaboré un plan précis et caché des armes sur place, selon des responsables américains cités par le "New York Times", mercredi 25 septembre.

L'équipe, composée d'islamistes "shebab" somaliens, parmi lesquels des anglophones recrutés aux Etats-Unis ou dans d'autres pays occidentaux, a étudié les plans du bâtiment, jusqu'à ses conduits de ventilation. Et répété l'attaque en Somalie pendant des semaines avant l'assaut. Selon des officiels américains, ils devaient avoir un QG au Kenya pour finaliser l'opération et stocker leurs armes.

Pour traverser la frontière, se fournir en armes lourdes et les faire entrer dans un lieu sécurisé, les islamistes auraient corrompu les gardes-frontières sous-payés, avance le "New York Times". En outre, un employé du Westgate a pu se laisser acheter pour faire entrer les armes dans le local loué.

D'après des responsables, les assaillants ont notamment caché une mitrailleuse lourde avant leur attaque dans le centre commercial. Ils l'ont ensuite utilisée pour repousser les forces kényanes, quand ils se sont réfugiés dans un supermarché du centre commercial après avoir abattu des dizaines de personnes. "Ils avaient des complices à l'intérieur, ils avaient du matériel sur place", résume un responsable.

Certains des assaillants, équipés de fusils d'assaut G3, similaires à ceux des forces de sécurité kényanes, auprès desquelles ils auraient pu les obtenir, auraient aussi apporté des vêtements de rechange pour se changer et s'échapper au milieu des civils qui fuyaient le massacre.

11 suspects arrêtés

Des analyses ADN doivent désormais permettre de confirmer si certains des responsables de cette attaque ont été recrutés aux Etats-Unis ou dans d'autres pays occidentaux. Selon des témoins, deux femmes au moins auraient pris part à l'assaut. Le nom de la Britannique Samantha Lewthwaite, veuve d'un des kamikazes des attentats de Londres de 2005, est cité avec insistance depuis que l'assaut a eu lieu.

Le "Daily Mail" rapportait pour sa part, mercredi, qu'un homme de nationalité britannique âgé de 35 ans avait été arrêté à l'aéroport de Nairobi, au contrôle des passeports, alors qu'il s'apprêtait à quitter le pays lundi après-midi. Selon le journal, l'homme avait attiré l'attention des agents de contrôle en raison de son comportement et des bleus qu'il portait au visage.

Le ministre a refusé de commenter des informations de presse selon lesquelles les assaillants, avant de lancer leur attaque, avaient loué un magasin dans le Wesgate. "Nous recevons de nombreuses informations [...] de gens de bonne volonté mais aussi de colporteur de rumeurs", a-t-il dit.

Les autorités kenyanes ont indiqué avoir arrêté 11 suspects
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130925.OBS8399/kenya-les-assaillants-avaient-elabore-un-plan-minutieux.html






Revenir en haut Aller en bas
terminateur
Caporal chef
Caporal chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mer 25 Sep - 18:22




Retour sur 4 jours de prise d'otages
Citation :
Les forces kényanes sont finalement venues à bout, mardi 24 septembre, des islamistes somaliens shebab retranchés dans le centre commercial "Westgate", à Nairobi, après leur attaque sanglante.

Bilan : 67 morts, dont 61 civils et six membres des forces de l'ordre. Selon le président kényan Uhuru Kenyatta, "cinq terroristes avaient été tués par balles, et onze suspects sont en détention. Retour sur le film des événements.

SAMEDI 21 SEPTEMBRE

12h : l'attaque du centre

La police nigériane annonce qu'une fusillade a éclaté dans un commercial de luxe, le "Westgate mall", à Nairobi, après l'irruption d'un groupe armé dans ce lieu fréquenté par la classe la plus aisée de la société et les expatriés. Tout va très vite. Une heure plus tard, des témoins sortis du centre parlent de quatre morts parmi les civils présents sur place. Peu après 14 heures, les forces de police annoncent que les assaillants ont pris une partie des personnes en otage. Parallèlement, d'heure en heure, le bilan s'alourdit. A 15h30, les témoins évoquent le nombre de 13 morts et affirment que les assaillants exécutent, à l'intérieur du centre commercial, les clients qui parlent une langue étrangère.

16h30 : l'organisation du siège

En milieu d'après-midi, les forces spéciales kényanes sont envoyées en renfort. Et vers 18h30 le centre commercial est considéré comme encerclé. De très nombreux civils sont à l'intérieur avec les preneurs d'otage. De nombreux étrangers figurent parmi les victimes. Peu avant 20 heures, les Etats-Unis confirment que des ressortissants américains ont été touchés. Une heure plus tard, c'est au tour du ministre britannique des Affaires étrangère, Wiliam Hague, de confirmer la mort de ressortissants britanniques. Côté français, l'Elysée annonce la mort de deux Française dans l'attaque en cours.

20h : qui sont les preneurs d'otage ?

Peu après 20 heures, les shebab somaliens revendiquent l'attaque sur un compte Twitter : "Les moujahidins ont pénétré aujourd'hui vers midi dans Westgate. Ils ont tué plus de 100 infidèles kényans et la bataille se poursuit". Revendication confirmée par la suite dans un communiqué.

The Mujahideen entered #Westgate Mall today at around noon and are still inside the mall, fighting the #Kenyan Kuffar inside their own turf

— HSM Press Office (@HSM_Press)

Bilan officiel : 39 morts

DIMANCHE 22 SEPTEMBRE

3h : condamnations internationales

Vers 3 heures – toujours heure française – le Conseil de sécurité de l'ONU condamne l'attaque en cours. C'est la plus emblématique des réactions internationales, qui se succéderont durant toute la journée de dimanche.

8h : préparation de l'assaut

Des renforts de l'armée arrivent au centre commercial. Des tirs sont entendus peu après et deux soldats kényans sont blessés et évacués. Alors que l'assaut se prépare, le ministre de l'Intérieur kényan annonce la mort de 59 personnes, la Croix-Rouge évoquant plus de 200 blessés. Un peu plus tard dans la journée, le président kényan annoncera la mort de son propre neveu dans la prise d'otages.

15h : combats ininterrompus

A la mi-journée, entre 10 et 15 hommes armés sont toujours dans le centre commercial, de source officielle. Selon une source sécuritaire citée par l'AFP, des agents israéliens ont pénétré dans le Westgate pour tenter de mettre fin au siège et secourir les victimes. L'armée kényane affirme que la plupart des otages ont été secourus et dit espérer "une conclusion rapide".

Bilan officiel : 68 morts

LUNDI 23 SEPTEMBRE

5h : nouvel assaut

Une intense fusillade est entendue depuis l'extérieur du centre commercial. L'assaut est de nouveau en cours. A 6h, des explosions sont également entendues.

7h : menaces d'exécutions

Le porte-parole du mouvement shebab Sheikh Ali Mohamud Rage autorise les preneurs d'otages à "agir contre les prisonniers" menaçant ainsi d'exécuter les otages.

10h : nouveau bilan

La Croix-Rouge kényane annonce 69 morts et 63 portés disparus.

13h : tout est "sous contrôle"

La police kényane confirme la poursuite des affrontements et précise avoir secouru de nouveaux otages. Mais le ministre de l'Intérieur, Joseph Ole Lenku, affirme que "l'opération touche à sa fin (...)" que la police "contrôle tous les étages" (du centre commercial) et que "les terroristes ne peuvent pas s'échapper".

15h : bilan revu à la baisse

La Croix-Rouge kényane revoit son bilan à 62 morts et présente ses excuses sur Twitter : elle chiffrait précédemment à 69 le nombre de victimes.

17h - Trois extrémistes sont morts

D'après une information du ministère de l'Intérieur kényan sur Twitter, trois terroristes ont été abattus par les forces armées, d'autres seraient blessés.

17h40 - Une dizaine de suspects arrêtés

D'après le ministère de l'Intérieur, "plus de dix suspects" vont être interrogés sur leurs possibles liens avec l'attaque du Westgate. Le ministère ne donne pas de précision sur le lieu ou les circonstances de ces arrestations.

23h - Le siège "proche de la fin"

Tous les otages présents dans le centre commercial Westgate de Nairobi ont probablement été évacués, et les forces spéciales kényanes ne rencontrent plus aucune résistance dans le bâtiment, affirme lundi soir le porte-parole du gouvernement kényan.

MARDI 24 SEPTEMBRE

Avant l'aube : le contrôle du centre commercial a été "repris"

C'est ce qu'affirme le ministère kényan de l'Intérieur sur Twitter.

8h30 - Echanges de tirs

Des échanges nourris d'armes automatiques ont retenti dans ou autour du centre commercial, sans certitude absolue qu'ils soient localisés à l'intérieur du bâtiment. Les tirs ont duré environ cinq minutes avant de s'interrompre. Aucune explosion n'était audible.

Des tirs et des explosions avaient déjà retenti à l'aube dans le bâtiment. Selon des sources de sécurité, les forces spéciales kényanes poursuivent et combattent sporadiquement "un ou deux" islamistes toujours retranchés dans le bâtiment.

14h - Des otages vivants seraient toujours détenus

La police kényane annonce sur Twitter qu'elle est en train de désamorcer des explosifs placés par des islamistes lors de leur sanglante attaque contre le centre commercial Westgate à Nairobi. En outre, une partie du toit du Westgate s'est effondré après un incendie, indiquent les pompiers mardi en début d'après-midi.

Le commando islamiste armé qui a pris d'assaut samedi le centre commercial y détiendrait toujours des otages "vivants".

18h - Les shebab menacent le Kenya de nouvelles attaques

Un porte-parole des shebab a menacé le Kenya de nouvelles attaques, si Nairobi ne retire pas ses troupes déployées depuis 2011 en Somalie pour y combattre les insurgés islamistes, selon un enregistrement sonore posté mardi 24 septembre sur internet.

18h40 - Le président kényan Uhuru Kenyatta annonce la fin du siège

"Nous avons humilié et vaincu nos assaillants", déclare le président, précisant que "cinq terroristes ont été tués par balles, et 11 suspects sont en détention".

Le bilan (encore provisoire) fait état d'au moins 67 morts, dont 61 civils et six membres des forces de l'ordre.

21h - L'identité des islamistes reste floue

Il reste très difficile d'obtenir des précisions sur l'identité des membres du commando.

Tout au long de l'opération, des rumeurs ont circulé sur la présence dans le groupe de combattants étrangers, notamment américains et britanniques. L'ombre de la Britannique Samantha Lewthwaite, veuve d'un des kamikazes des attentats du 7 juillet 2005 à Londres, surnommée "la veuve blanche" par les médias, a notamment plané sur l'attaque.

Mardi soir sur leur compte Twitter, les shebab ont "catégoriquement démenti l'implication d'une femme" dans l'attaque, ajoutant : "nous avons un nombre suffisant de jeunes hommes totalement dévoués et nous n'employons pas nos soeurs dans pareilles opérations militaires".

L'attaque est la plus meurtrière à Nairobi depuis l'attentat-suicide d'Al-Qaïda en août 1998 contre l'ambassade des Etats-Unis, qui avait fait plus de 200 morts.
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130924.OBS8267/kenya-retour-sur-4-jours-de-prise-d-otages.html






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Lun 7 Oct - 13:43

Washington traque les terroristes en Somalie et en Libye

Après la prise d’otages de Nairobi et l’attentat de Tripoli

Citation :
Les forces spéciales américaines ont mené deux raids contre des chefs d’islamistes en Somalie et en Libye, dans le cadre d’une opération conjointe qui visait un responsable des shebab et Abou Anas al-Libi, leader d’Al-Qaïda à Tripoli et recherché par les États-Unis pour son rôle dans les attentats de 1998 contre les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya.

Il s’agit de la plus importante opération américaine menée depuis que des forces spéciales ont tué il y a quatre ans en Somalie, un chef des islamistes shebab, Saleh Ali Saleh Nabhan. Elle survient deux semaines après l’attaque, revendiquée par les shebab, du centre commercial Westgate à Nairobi, et qui a fait au moins 67 morts. Rien n’a filtré de cette double opération à part des communiqués laconiques annonçant la capture d’Abou Anas Al-Libi.
Sa tête était mise à prix : pas moins de 5 millions de dollars pour ce terroriste qui a créé le Groupe islamiste de combat libyen (Gicl) avant de rallier Al-Qaïda, dont il était devenu l'un des leaders.Actuellement “interrogé” dans un pays de la région, il devra être transféré aux États-Unis. Si en Libye, les forces américaines des Navy Seals, commandos d’élite de la marine, qui a à leur tableau de chasse Ben Laden, ont eu de la chance en mettant fin à une traque de plus de quinze ans, en Somalie, c’est le flou. L’islamiste shebab visé et dont l’identité n’a pas été révélée, très recherché également par les forces spéciales américaines, sa mort n’est pas confirmée.
à en croire un responsable américain, cité par le New York Times, il a probablement été tué, mais les forces américaines ont dû se retirer avant d'obtenir la confirmation de sa mort. Les shebab qui ont revendiqué l'attaque sanglante du centre commercial de Westgate, à Nairobi, qui a fait au moins 67 morts, ont de leur côté affirmé avoir été attaqués également ce 4 octobre par des forces spéciales britanniques et turques. Leur cible : une base importante dans le port de Barawe, au sud de la Somalie, toujours sous le contrôle des islamistes. Londres et Ankara ont démenti tout rôle dans cette opération. Fondés en 2006, les shebab proviennent de la branche la plus dure de l'Union (somalienne) des tribunaux islamiques. Ils sont issus d'une insurrection contre les troupes éthiopiennes, entrées en 2006 en Somalie, avec le soutien américain, pour renverser ce mouvement qui contrôlait alors Mogadiscio. Au nombre de 5000, ils se sont illustrés ces derniers mois avec deux opérations spectaculaires au cœur de la capitale somalienne, visant un tribunal et le principal complexe de l'ONU. Début septembre, ils ont en outre tendu une embuscade au convoi du président somalien Hassan Cheikh Mohamud, qui en est sorti indemne.
Ils restent très présents en Somalie malgré la division du mouvement entre les “nationalistes” et les tenants du djihad mondial. Les purges menées par le chef suprême des shebab, Ahmed Abdi Godane, n’ont pas empêché la poursuite des actions du mouvement. Et leur cible privilégiée reste le Kenya qui a envoyé ses troupes en Somalie fin 2011, pour poursuivre les shebab.
Ces derniers ont subi d’importants revers militaires dans le centre et le sud somaliens ces deux dernières années, infligés par l’armée éthiopienne et une force de l’Union africaine (Amisom) à laquelle participe le Kenya voisin. L’armée éthiopienne et l’Amisom interviennent pour soutenir les fragiles autorités de Mogadiscio.Plusieurs opérations de forces spéciales occidentales ont été menées en Somalie dans le passé, notamment pour tenter de libérer des otages aux mains des islamistes ou de groupes de pirates.

Tripoli dans la gêne !
Washington a mené ces opérations dans la plus totale discrétion comme le confirment les autorités libyennes, qui ont affirmé hier ne pas être au courant de la capture en Libye d'un leader présumé d'Al-Qaïda, par des forces américaines. Le gouvernement libyen se retrouve dans l'embarras, car cela pourrait lui attirer les foudres des islamistes extrémistes.
Le gouvernement de Ali Zeidan a finalement reconnu hier dans un communiqué ne pas être au courant de l'opération et ajoutant qu'il avait demandé des explications à Washington. Il a indiqué ainsi, qu’il “suit les informations sur l'enlèvement d'un des citoyens libyens recherché par les autorités des états-Unis (...) Dès qu'il a entendu l'information, (il) a contacté les autorités américaines pour leur demander des explications à ce sujet”. De son côté, le président de la commission de la sécurité nationale à l'Assemblée nationale a indiqué à l'AFP que lui aussi n’est pas au courant de l'opération. “Informées ou non informées, dans les deux cas, c'est une catastrophe pour les autorités et la souveraineté du pays”, note un analyste libyen sur sa page Facebook.
Cette opération américaine devrait fragiliser encore plus le gouvernement libyen de transition qui fait face à une montée de l'influence des islamistes extrémistes, en particulier dans l'est du pays en proie à l'anarchie
http://www.liberte-algerie.com/international/washington-traque-les-terroristes-en-somalie-et-en-libye-apres-la-prise-d-otages-de-nairobi-et-l-attentat-de-tripoli-208238






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   

Revenir en haut Aller en bas
 

terrorismes dans le monde (et coopèration)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le portage dans le monde
» 91 % des crimes d’honneur dans le monde sont commis par des musulmans
» Dans mon monde à moi, y a que des poneys [LGee G5]
» Les différentes formes d'immatriculation dans le monde
» L'engagement militaire français dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: ( actualités ) :: Actu (internationales)
-