Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

  terrorismes dans le monde (et coopèration)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mar 4 Oct - 14:29

Russie-USA: exercices antiterroristes dans le Pacifique fin octobre


La Flotte russe du Pacifique et une délégation militaire américaine en visite d'affaires à Vladivostok (Extrême-Orient russe) ont convenu de mener fin octobre des exercices antiterroristes conjoints au large des îles Mariannes (Pacifique), a annoncé mardi à RIA Novosti le porte-parole du commandant de la Flotte, Roman Martov.

"Au cours de la visite de la délégation américaine, nous avons évoqué en détail le scénario des prochains exercices antiterroristes "Aigle du Pacifique". Ils se tiendront fin octobre près des îles Mariannes. Un détachement de navires de la Flotte du Pacifique conduit par le croiseur lance-missiles Variag a mis le cap sur le lieu indiqué et y arrivera quelques jours avant le début des manœuvres", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Plusieurs scénarios seront mis en place lors des manœuvres, notamment la libération d'un navire civil tombé entre les mains de terroristes.

M. Martov a en outre indiqué que les marins américains et de la Flotte du Pacifique entretenaient des contacts professionnels permanents. Les parties échangent régulièrement des visites et organisent des exercices antiterroristes conjoints.[/
quote]

http://fr.rian.ru/defense/20111004/191344301.html






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mar 4 Oct - 15:02


Pour Robert Mortimer, expert américain et professeur à Harvard


L’Algérie est un partenaire important pour les états-Unis dans la lutte antiterroriste







Citation :
Par Abdelkrim Ghezali

Dans une conférence tenue hier à Alger sur «les perspectives des relations algéro-américaines», Robert Mortimer, professeur de sciences politiques à l’Université d’Harvard, a indiqué que l’Algérie est un partenaire important pour les Etats-Unis d’Amérique dans la lutte antiterroriste. Le professeur Mortimer, également expert de la politique extérieure de l’Algérie, a précisé que les Etats-Unis d’Amérique avaient décrété, au lendemain des événements du 11 Septembre, que l’Algérie «est un partenaire important dans la lutte antiterroriste eu égard à sa grande expérience acquise dans les années 90». L’expert américain a affirmé qu’il existait d’«importantes» relations de travail entre les deux pays, notamment en matière de coopération sécuritaire dans la lutte contre le terrorisme. Concernant les relations algéro-américaines, le professeur Mortimer a tenu à souligner le rôle efficient joué par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères, dans l’établissement de bonnes relations entre les deux pays depuis l’indépendance de l’Algérie. L’expert s’est dit admiratif de la politique extérieure de l’Algérie, notamment dans les années 60 et 70 lorsqu’il y avait, a-t-il dit, «un engagement politique de l’Algérie en faveur du tiers monde dans le cadre du mouvement des non alignés». En matière économique, le conférencier a souligné le développement de la coopération économique entre les deux pays, précisant que les aides américaines en faveur de l’Algérie couvraient des domaines tels que l’insertion professionnelle des diplômés et la promotion des petites entreprises activant dans les technologies de l’information. Concernant les développements en cours dans le Monde arabe, le professeur Mortimer a indiqué que les états-Unis d’Amérique avaient salué les révolutions tunisienne et égyptienne, mais estiment que ce qui se qui se passe en Libye est une «guerre civile», a-t-il dit. Il a précisé que l’intervention de son pays était logistique et visait à sauver des civils, soulignant que le «peuple américain était contre l’intervention en Libye». Evoquant la question palestinienne, le professeur Mortimer a estimé que la politique américaine de soutien inconditionnel à Israël «n’est plus productive».

A. G : http://www.latribune-online.com/evenement/58256.html






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mer 5 Oct - 12:24

Incursion terroriste à Tizi Ouzou

par Naït Ali H.
Un groupe armé a fait irruption dans deux bars, avant-hier, dans la soirée, sur la route menant de Boghni vers les monts de Tala Guilef, 35 km au sud du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, avons-nous appris de sources sécuritaires. Dans les deux débits de boissons alcoolisées, les assaillants ont délesté les clients de leurs argent et téléphones portables sous la menace de leurs armes comme ils ont sommé les propriétaires de vider leurs coffres. Une fois leur forfait accompli, les terroristes ont pris la fuite vers les maquis de Tala Guilef.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5158655






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Russie-Etats-Unis: manœuvres navales antiterroristes dans le Pacifique   Sam 15 Oct - 10:19







Citation :
La Russie et les Etats-Unis ont tenu samedi des manœuvres navales antiterroristes baptisée "Aigle du Pacifique 2011" près des îles Mariannes, dans le Pacifique, du 13 au 15 octobre, a annoncé le porte-parole de la flotte russe du Pacifique Roman Martov.

"Samedi, les navires des deux pays ont achevé les exercices par une série de manœuvres conjointes (…). Les deux destroyers américains sont rentrés à leur base de Guam et les navires russes sont partis à destination du Canada. Ils effectueront une visite à Vancouver", a indiqué le porte-parole.

Côté russe, les exercices ont réuni le croiseur Variag, le pétrolier Irkout et un remorqueur de sauvetage, côté américain, les destroyers USS McCampbell et USS Fitzgerald. En trois jours, les navires russes et américains ont réalisé plus de dix scénarios, y compris des tirs d'artillerie.

Selon un scénario des manœuvres, les marins du destroyer McCampbell ont inspecté le pétrolier russe Irkout. Les marins russes se sont entraîner à effectuer une opération de libération à bord de l'USS Fitzgerald qui, selon un autre scénario, était capturé par des pirates.

Les manœuvres "Aigle du Pacifique" ont marqué la fin d'une visite du groupe de bâtiments de guerre russes dans le port d'Apra (les Mariannes) entamée le 9 octobre dernier.

Fin septembre, les trois navires russes avaient fait une escale de 5 jours à Maizuru, au Japon où ils avaient ont participé à des exercice de sauvetage avec les Japonais
http://fr.rian.ru/world/20111015/191509757.html






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: coopération entre Alger et Londres   Ven 21 Oct - 14:15

Citation :
la coopération entre Alger et Londres est relatif à la lutte antiterroriste, et M. Hague, sur ce chapitre, n'a pas tari d'éloges quant à la parfaite entente entre les deux pays en matière de lutte contre le terrorisme. Il soulignera même que «la priorité de la Grande-Bretagne dans le domaine de la coopération sécuritaire avec l'Algérie est d'arriver à une action effective pour contrer le terrorisme dans la région du Maghreb». «Notre priorité dans le domaine de la lutte contre le terrorisme avec l'Algérie est d'avoir une action effective pour contrer ce fléau dans la région du Maghreb. C'est notre priorité dans le domaine de la coopération sécuritaire», a-t-il ajouté, après avoir eu une séance de travail avec M. Mourad Medelci. «Nous avons une coopération particulièrement forte dans ce domaine avec l'Algérie, mais il reste beaucoup de potentiel à développer entre les industries de la défense des deux pays», a-t-il par ailleurs fait remarquer.

Alger et Londres, qui défendent le principe de non paiement de rançons contre la libération d'otages enlevés par les bandes criminelles ou les groupes terroristes, doivent examiner la question de la lutte antiterroriste fin octobre dans la capitale algérienne à travers la réunion du groupe de contact bilatéral algéro-britannique de coopération sur la lutte contre le terrorisme et les questions de sécurité connexes. «Nous respectons la culture et l'histoire de chaque Nation et nous sommes disposés à collaborer avec l'Algérie dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. Mais ce qui est très important est d'avoir, en même temps, la liberté et la stabilité. Nous ne pouvons pas avoir l'un sans l'autre», a estimé le chef de la diplomatie britannique.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5159400






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Jeu 27 Oct - 17:04

Lutte antiterroriste: Alger et Londres sur la même longueur d'onde


par Mohamed Mehdi


« Nous partageons le point de vue de l'Algérie dans plusieurs domaines de la lutte antiterroriste, en particulier l'opposition au paiement de rançons», a déclaré hier le général-major Robin Searby, conseiller du Premier ministre britannique, lors d'une conférence de presse organisée à l'ambassade britannique à Alger, en présence de l'ambassadeur Martyn Roper.

Cette rencontre avec la presse intervient à l'issue du séjour à Alger du général-major Robin Searby pour assister au 3e round du dialogue bilatéral entre les deux pays consacré à la question de la lutte contre le terrorisme dans le Sahel.

Pour M. Searby, «la menace de l'AQMI est très importante» et «le combat doit être porté par tous les pays concernés par la sécurité dans la région du Sahel (Algérie, Maroc, Mauritanie, Mali et Niger)». Selon l'orateur, qui n'a pas été avare en éloges sur «les capacités de l'Algérie à affronter cette menace» de l'AQMI, la 3e rencontre du dialogue entre les deux pays a permis de travailler particulièrement sur la question du «financement du terrorisme» et des moyens de parvenir à assécher ses ressources. Il a été également question du «renforcement des compétences des pays du Sahel (Mali, Niger). «Mais notre plus grande coopération, c'est avec l'Algérie que nous l'avons, compte tenu de ses capacités de lutte contre le terrorisme», a-t-il ajouté.

Le dossier libyen n'a pas été absent des sujets de sécurité dans la région abordés lors de la conférence de presse de Robin Searby. Interrogé par des journalistes sur «le danger que constitue l'instauration d'un Etat théocratique en Libye pour le renforcement de l'AQMI», c'est l'ambassadeur du Royaume-Uni qui prend le relais pour répondre à cette question. «Premièrement, ceci (l'instauration d'un Etat théocratique, ndlr) n'intéresse que les Libyens, qui sont les seuls aptes à définir leur avenir. Bien entendu, un gouvernement fort en Libye peut aider la région à faire face au danger de l'AQMI».

Non satisfait de la réponse, le journaliste reformule sa question : «Est-ce vous pensez que l'instauration d'un Etat théocratique en Libye va renforcer AQMI dans la région ?». Là aussi, impossible de soutirer le moindre aveu à l'ambassadeur britannique. «Non, nous ne pensons pas que c'est le cas. Je n'accepte pas du tout cette déclaration. Lors de tous nos contacts avec le CNT (Conseil national de transition en Libye), il est clair que ce sera la paix et la stabilité dans la région. La sécurité sera la priorité», déclare M. Martyn Roper.

La même question revient encore sous une autre forme «plus précise», à savoir sur la possible «jonction» que pourraient avoir certains dirigeants armés libyens de la rébellion, «issus des groupes salafistes», avec AQMI. Pour l'ambassadeur, «c'est une situation qui concerne les Libyens». Et d'ajouter : «Nous comprenons la préoccupation des Algériens. Il y a une grande détermination chez les autorités libyennes à lutter contre le terrorisme», a-t-il conclu à ce propos.

De son côté, le général-major Robin Searby, interrogé sur la prise d'otages survenue il y a quelques jours à Tindouf, a affirmé que «le Royaume-Uni et l'Algérie travaillent pour faire appliquer la décision de l'ONU sur le non-paiement des rançons exigées par les groupes terroristes. L'Algérie est leader dans ce domaine, avec l'ONU. Nous allons travailler pour concrétiser cette résolution», a-t-il déclaré, précisant que «la 4e rencontre entre l'Algérie et le Royaume-Uni, sur la question de la lutte antiterroriste, aura lieu dans un an à Londres».
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5159792






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Sam 29 Oct - 11:21

Lutte antiterroriste: Le Mali contre toute présence militaire étrangère
Citation :
Dans une interview accordée à la télévision nationale, jeudi, le président malien Amadou Toumani a affirmé que le Mali n'acceptera en aucune manière qu'une force militaire étrangère s'installe sur son territoire, même si son objectif s'inscrit dans le cadre de la lutte antiterroriste. «Le Mali tout comme l'Algérie est très jaloux de son indépendance et de sa sécurité», a assuré le président malien. M. Toumani qui a achevé jeudi une visite officielle de quatre jours en Algérie, a estimé «qu'internationaliser une situation qu'ensemble nous pouvons sans doute maîtriser, est exactement la solution qu'il faut éviter». Le chef de l'Etat malien a, dans ce contexte, souligné que le Mali n'est pas prêt à recevoir une force étrangère sur son territoire pour le seul but de l'aider dans sa lutte antiterroriste. M. Toumani a affirmé dans la foulée que les pays du champ (Algérie, Mali, Mauritanie et Niger) sont entièrement disposés à combattre ensemble ce phénomène.

Le chef de l'Etat malien a appelé, en outre, à se pencher davantage sur la situation dans la région sahélo-sahélienne confrontée ces dernières années à diverses menaces transfrontalières comme le trafic d'armes et de drogue et une présence de «plus en plus accrue» de terroristes due à la crise en Libye. «Aujourd'hui, ce sont des armées entières (officiers, sous-officiers et soldats) qui quittent la Libye lourdement armées et qui reviennent vers leurs pays d'origine et le Mali en fait partie», a-t-il dit. Les entretiens entre la partie algérienne et malienne ont porté essentiellement sur cette problématique, notamment l'analyse de cette crise, la coopération en la matière et les solutions envisagées, a-t-il précisé. «Nous avons une vision commune qui nous permet de nous mettre ensemble pour lutter contre le terrorisme et ses connexions », a-t-il rappelé, soulignant que la coopération demeure la réponse la mieux adaptée pour une lutte efficace.

Sur une question liée à la criminalisation du paiement de la rançon, il a indiqué que les résolutions et recommandations algériennes relatives à la criminalisation du paiement de la rançon présentées à l'ONU et à l'Union africaine sont «largement supportées et suivies par le Mali». Sur les relations bilatérales, il a déclaré que la coopération algéro-malienne touche tous les domaines et que «cette fois-ci, elle a été nettement plus concrète», saluant à cette occasion l'apport financier de l'Algérie dans le cadre de son soutien aux populations du Nord du Mali. Le chef de l'Etat malien a précisé que les discussions entre les parties algérienne et malienne ont porté notamment sur les secteurs de l'éducation, de la santé, de la pêche, de l'élevage ainsi que les domaines de l'industrie mécanique et des infrastructures. «Nous avons accepté qu'une société algérienne se chargera, dans les mois à venir, de réaliser le premier forage dans le cadre de la recherche pétrolière au Mali», a-t-il ajouté, rappelant la tenue récente de la commission mixte algéro-malienne sanctionnée par la signature de huit accords de partenariat. Il a indiqué qu'un protocole d'accord algéro-malien va permettre à l'Algérie la fourniture de carburant dans les régions de Kidal et Gao et du gaz dans les zones désertiques.

Le président malien a achevé jeudi sa visite officielle en Algérie. Dans un communiqué commun sanctionnant cette visite, les présidents algérien et malien ont réitéré leur volonté d'œuvrer au renforcement et à la diversification des relations bilatérales. Les deux chefs d'Etat ont par ailleurs appelé à un règlement «rapide» de la crise en Libye, «conformément aux aspirations» du peuple libyen. Ils ont exprimé leur «disponibilité à coopérer avec les nouvelles autorités libyennes, dans l'intérêt mutuel de leurs peuples et comme contribution au renforcement de la paix, de la sécurité et de la stabilité de toute la région».

D'autre part, s'agissant de la question du Sahara Occidental, les deux dirigeants ont réitéré leur «engagement» à soutenir la mise en oeuvre des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies qui soulignent, toutes, la «nécessité de parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental».
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5159845






Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Jeu 3 Nov - 23:37

Lutte antiterroriste : Washington va vendre des armes à l’Algérie



Les Etats-Unis d’Amérique ne sont visiblement plus contre l’idée de vendre des armes à l’Algérie.

Washington mène actuellement, en effet, des discussions avec les autorités algériennes en vue de fournir à l’ANP (Armée nationale populaire) des équipements militaires entrant dans le cadre de la lutte antiterroriste.

L’information a été donnée, jeudi, à Alger, par le sous-secrétaire d’Etat adjoint américain chargé du Maghreb, Raymond Maxwell.

" Nous sommes en train de définir les voies et moyens de vendre des équipements militaires à l’Algérie dans le cadre de la lutte antiterroriste ", a déclaré M. Maxwell lors d’une conférence de presse à l’ambassade des Etats-Unis à Alger.

"Les efforts des Etats-Unis visent à stopper la propagation des activités d’AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique) dans la région et lutter contre le trafic de drogue, d’êtres humains et toutes sortes de trafics ", a-t-il ajouté.

Ce crochet algérien de Raymond maxwell intervient quelques jours seulement après une visite de son collègue chargé du Proche-orient, Jeffrey Feltman, qui a été reçu par le président de la République.

Ce dernier était venu surtout "écouter" le point de vue des autorités algériennes sur l’avenir de Libye après la mort de Kadhafi.

Il a été également question, dans ses entretiens avec les responsables algériens, de la menace terroriste au Sahel et au Maghreb, liée à la circulation sans contrôle des armes en provenance de Libye.

A l’occasion, Jeffrey Feltman a rappelé le rôle clé de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme mais aussi à la stabilisation de la situation en Libye
http://www.algerie-plus.com/actualite/lutte-antiterroriste-washington-va-vendre-des-d%E2%80%99armes-a-l%E2%80%99algerie/






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Lun 14 Nov - 21:44

Première réunion demain du groupe de travail sur le renforcement des capacités de la lutte antiterroriste au Sahel

Citation :
Les connexions entre Aqmi et Boko Haram confirmées : La coopération pour se prémunir contre le terrorisme

L’Algérie s’emploie à renforcer une dynamique sous-régionale dans l’objectif d’empêcher toute tentative de sanctuarisation des groupes terroristes dans le Sahel, et prévenir les prises d’otages.

C’est demain que le groupe de travail sur le renforcement des capacités de la lutte antiterroriste au Sahel tiendra sa première réunion au palais des Nations, sous la coprésidence de l'Algérie et du Canada. Cette rencontre intervient seulement deux mois après la conférence d’Alger sur le partenariat, la sécurité et le développement au Sahel, tenue les 7 et 8 septembre dernier, soutenue par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Pendant deux jours, un panel d’experts aura à débattre le phénomène du terrorisme, question d’envergure planétaire. Les délégations diplomatiques qui se suivent et viennent à Alger renseignent sur l'implication directe de l'Algérie dans la gestion des crises régionales.
Le rapport récent présenté par le service de recherche du Congrès américain (Congressional Reaserch Service), dépendant directement de cette instance souveraine, a tracé les sillons de toute la démarche sécuritaire actuelle. «L'Algérie est une puissance militaire dominante dans la région», a noté ce rapport.
Au bout de quelques années, la donne a complètement changé. Se bornant à croire et à dire que le terrorisme est « juste » un phénomène régional, les mêmes pays qui ont boudé l’Algérie pendant qu’elle était à feu et à sang durant plus d’une décennie se bousculent, aujourd’hui, pour bénéficier de son expérience de lutte.
S’agissant de la rencontre de demain, il faut souligner que les efforts de l’Algérie pour sensibiliser les pays africains sur les dangers du terrorisme «se déclinent également en direction du voisinage immédiat maghrébo-sahelien», comme l’a annoncé récemment Rezzag Bara, conseiller à la présidence de la République et ancien président de l'Observatoire national des droits de l'homme. En effet, l’Algérie s’emploie à renforcer une dynamique sous-régionale dans l’objectif d’empêcher toute tentative de sanctuarisation des groupes terroristes dans le Sahel et prévenir les prises d’otages. M. Bara a également mis en relief la nécessité du développement économique et social dans le cadre d’un partenariat rénové avec les acteurs extrarégionaux «sans aucune ingérence extérieure». Même si les intérêts des pays sont parfois différents, la coopération internationale est plus qu’indispensable, car le Sahel reste une zone difficilement contrôlée en raison, notamment, des considérations d’immensité géographique.
Du même avis, M. Bara a fait savoir qu’il est important de lutter pour «l’élargissement du consensus international pour la prohibition du paiement des rançons aux groupes terroristes et lutter contre les connexions entre le terrorisme et la grande criminalité organisée».
Quant à M’hand Berkouk, directeur du Centre de recherche stratégique et sécuritaire (CRSS), il avait souligné que le Sahel est une poudrière en termes de sécurité.
Explicite, il précise que cette zone connaît trois types de conflits asymétriques : «terrorisme transnational, incapacité des Etats à s’autogouverner sur le plan sécuritaire, due notamment aux problèmes ethniques dans certains pays comme la Mauritanie, et enfin la conflictualité décisionnelle, en termes de gestion et de prise de décisions sur les questions de sécurité nationale, au Mali et au Niger en particulier».
Au centre des débats figurera la crise libyenne qui est une question centrale pour la sécurité au Sahel. Le pays qui traverse une période de dégradation, celle de la prolifération de la violence, caractérisée par une absence totale de contrôle sur les armes légères et les armements tactiques, constitue une menace pour la région. D’où la nécessité de converger les points de vue et trouver une solution commune.
Fouad Irnatene

Les connexions entre Aqmi et Boko Haram confirmées
La coopération pour se prémunir contre le terrorisme
Parce que sa progression a été rendue possible par l’éclatement, notamment, du conflit libyen, le terrorisme, telle la gangrène, gagne du terrain. Sur le continent africain, cette avancée aurait été encore plus ressentie sans la conjugaison des forces des pays du Sahel et le développement de leur coopération avec les pays occidentaux qui ne ménagent plus leurs efforts et moyens pour circonscrire ce fléau. La forte participation de pays autres qu’africains à la rencontre des 7 et 8 septembre dernier qui s’est tenue à Alger, pour dégager les contours de la nouvelle stratégie de lutte contre le terrorisme, le prouve si besoin est. Mais, aujourd’hui, ce ne sont pas uniquement les pays du champ qui sont sous la menace d’Aqmi, qui a trouvé en la chute du régime libyen une aide providentielle pour s’approvisionner en armes et en hommes. De nouveaux moyens font craindre le pire, car ils ne peuvent que renforcer les capacités de nuisance des groupes armés. Une réalité qui n’échappe ni aux gouvernements des pays du champ ni à ceux de ces puissances militaires qui découvrent que face à cette organisation qu’est Aqmi, c’est la planète entière qui se trouve dans l’obligation de faire bloc face à cet ennemi commun. De mémoire de journaliste, jamais encore les agendas officiels n’ont noté autant de réunions et rencontres consacrées à la lutte antiterroriste. A peine sortis d’une réunion que les responsables chargés du dossier du terrorisme sont tenus de se rendre dans une autre ville, qui parfois se trouve à des milliers de kilomètres. Pour preuve, la réunion d’Alger de demain et jeudi n’est pas encore tenue que déjà une autre est annoncée pour début décembre à Nouakchott. Une réunion dont la nouveauté consistera à élargir le cercle de la participation à de nouveaux pays africains, le Nigeria, le Tchad et le Burkina Faso en l’occurrence, en raison de la forte présomption sur l’existence de liens entre Boko Haram, un Nigérian, et les groupes terroristes agissant dans le Sahel. Des liens confirmés par une étude américaine qui s’est référée aux nouvelles méthodes terroristes de Boko Haram pour apporter la preuve de son constat. Pour le centre américain des études stratégiques Stratfor, qui a réalisé cette étude, l’évolution rapide du mode opératoire des attaques terroristes perpétrées par le groupe nigérian Boko Haram est la preuve irréfutable de l’existence de liens avec les autres groupes terroristes africains, dont Aqmi. Un constat qui en définitive ne fait que confirmer ce que l’Algérie n’a eu de cesse de souligner. Les connexions constatées entre Boko Haram et les groupes terroristes agissant dans les pays du Sahel ne pouvaient que sauter aux yeux pour tout expert de ce dossier. Et si les Algériens ne sont pas du genre à se gargariser en disant « nous vous avons prévenu », il n’en reste pas moins qu’il faut désormais tirer les leçons de la confirmation de leurs propos. Le terrorisme est un fléau destructeur qu’il faut prendre en charge avec toute l’attention qu’il requiert. Car, en face, il y a des groupes armés qui n’ont ni foi ni loi
Nadia Kerraz
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/19676






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mar 15 Nov - 21:06

Lutte antiterroriste au Sahel
Les forces aériennes au sud prêtes à intervenir en cas d’urgence, selon la revue El Djeich



Citation :

« Le Comité d’états major opérationnel conjoint des armées des pays du Sahel a pour missions de rechercher et localiser les lieux de repli des groupes terroristes et de les mettre en hors d’état de nuire, en utilisant les moyens opérationnels mis à sa disposition », a rapporté la revue de l’ANP, El Djeich, révélant dans le même sillage que des aéroports militaires dans le sud algérien sont prêts pour permettre aux forces aériennes d’effectuer des opérations de prospection, des manœuvres et des raids.


Dans sa dernière édition, la revue El Djeich est revenue en détails sur les missions du CEMOC, basé dans la wilaya de Tamanrasset. Les pays du Sahel, dont l’Algérie, le Mali, le Niger et la Mauritanie ont déployé tous les moyens nécessaires afin que cette instance puisse accomplir ses missions convenablement, soutient-on. Selon les rédacteurs de la revue, la région sahélo-saharienne a connu depuis quelques années une intensification alarmante des activités terroristes, menées principalement par AQMI et les groupes de contrebande, ce qui a nécessité le déploiement d’un dispositif sécuritaire, soit le CEMOC. La création de cette instance, dont la présidence est tournante entre les quatre pays membres. Elle est constituée d’un état major et des forces terrestres et aériennes, ainsi que quatre cellules, opérationnelle, de renseignements, de la logistique et de la transmission. Dans le même sillage, la revue a mis en garde contre la détérioration de la situation sécuritaire dans la région sahélo saharienne, ce qui risquerait d’entraver la mise en œuvre des opérations du CEMOC liées à la lutte contre le terrorisme, relevant que le paiement des rançons par certains pays européens, la prolifération des armes en Libye et le flux des immigrés en provenance de la Libye sont tous des facteurs qui rendent la mission du CEMOC de plus en plus difficile. Pour une meilleure façon de lutte contre le terrorisme, la revue a indiqué les quatre pays du Champ du Sahel ont mis en place une stratégie efficace. « Compte tenue de la grande superficie et les reliefs de la région, il a fallu coordonner les efforts sur le plan local et adopter une perception commune qui se traduisent par des opérations opérationnelles efficientes », lit-on dans la revue, El Djeich
http://fr.elkhabar.com/?Les-forces-aeriennes-au-sud-pretes






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Jeu 17 Nov - 10:56

RÉUNION INTERNATIONALE SUR LA LUTTE ANTITERRORISTE À ALGER
Le Sahel entre les mains des Anglo-Saxons
Par Brahim TAKHEROUBT

Citation :
Une enveloppe de 100 millions de dollars a été réservée par les Américains «pour aider les pays en transition, qui ont levé l'état d'urgence et qui veulent bâtir un Etat de droit».

Coprésidée par l'Algérie et le Canada, la première réunion du groupe de travail sur le renforcement des capacités de lutte antiterroriste au Sahel, s'est ouverte hier, au Palais des nations à Alger en présence de quelque 150 experts internationaux. Le groupe de travail a pour objectif de favoriser une «meilleure coordination» de la coopération en matière de lutte contre le terrorisme. Aussi, cette réunion est-elle perçue comme un «cadre de discussions» sur les lacunes et les ressources des capacités régionales. C'est d'ailleurs dans ce sens qu'a abondé le coordinateur de la lutte antiterroriste au département d'État américain et coprésident du Forum global de lutte contre le terrorisme (Fgct), Daniel Benjamin.
«Le Fgct va donner la priorité au renforcement des capacités civiles dans des domaines tels que l'Etat de droit, la gestion des frontières et faire face à l'extrémisme violent», a-t-il déclaré dans une allocution non sans indiquer que son pays a les moyens de sa politique et met la main à la poche.
«Une enveloppe de 100 millions de dollars a été réservée comme première initiative pour aider les pays en transition, qui ont levé l'état d'urgence et qui veulent bâtir un Etat de droit», a t-il annoncé. «Le Fgct va adopter une approche plus stratégique en ce qui concerne les efforts des civils en matière de lutte antiterroriste et aider à augmenter le nombre de pays capables, aussi bien sur le plan technique que pour ce qui est de la capacité et de la détermination à faire face au challenge terroriste». Cette célérité à dégager de l'argent renseigne sur la volonté des Américains à jouer un rôle déterminant dans la région du Sahel.
Curieusement effacés, presque absents, les Français ont laissé un vide aussi béant que le Sahel tombe désormais entre les mains des Anglo-Saxons. Le Canada copréside la réunion, la Grande-Bretagne invité de marque, l'Australie comme nouveau partenaire et les Etats-Unis d'Amérique comme locomotive qui va entraîner et parrainer toutes les initiatives sur des sillons préalablement tracés dans les arcanes du Congrès américain depuis avril dernier. Pour les Américains, le scénario cauchemar qui peut se produire dans les 20 prochaines années, serait l'acquisition des armes de destruction massive, chimiques ou biologiques, par des organisations terroristes. Partant de cette hypothèse, ils ont ciblé des régions propices à ce danger. C'était l'Afrique du Sud où réside une forte diaspora pakistanaise et ensuite la région désertique du Sahel au sud de l'Algérie, le Mali et la Mauritanie.
Dans une déclaration devant une sous-commission de la Chambre des représentants, le 14 avril dernier, Daniel Benjamin a tracé les contours de la politique américaine dans cette région. Il a été ainsi décidé que le département d'État agisse davantage en synergie avec d'autres gouvernements, de manière directe comme dans le cadre de groupes multilatéraux, en vue de «réduire le recrutement et la radicalisation» des populations séduites par les groupes terroristes, de promouvoir la capacité de ces pays à faire face aux menaces terroristes par le biais des organes chargés de l'application de la loi, de contrer l'extrémisme violent et de compliquer les transactions financières et les déplacements des groupes terroristes. «Cela reviendrait à sauvegarder nos intérêts de sécurité tout en faisant avancer nos valeurs, notamment notre soutien des droits de l'homme, de la démocratie et de la primauté du droit», a expliqué M. Benjamin devant les sénateurs américains sept mois avant la réunion tenue hier à Alger. Désormais, la situation dans le Sahel n'est plus l'affaire d'un seul pays. A menace transnationale, solution transnationale. Avec de pareils moyens, une pareille détermination et surtout avec le retrait tactique de la France, l'alibi de la guerre contre le terrorisme dans la région n'est que l'écume d'un ensemble de choses. La vague de fond est entretenue par le vieux contentieux qui oppose les Anglo-Saxons aux Français.
http://www.lexpressiondz.com/actualite/142851-le-sahel-entre-les-mains-des-anglo-saxons.html






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Sam 19 Nov - 17:55

Le général de corps d’armée Gaïd Salah en visite officielle dimanche au Mali
Citation :

ALGER - Le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, entamera à partir de dimanche une visite officielle au Mali, indique samedi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).


Cette visite s’inscrit "dans le cadre de l’évaluation de la situation sécuritaire prévalant dans la région du Sahel et conformément aux dispositions du mémorandum de coopération et de coordination des actions de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, signé à Tamanrasset le 13 août 2009 entre l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger", précise la même source.

Elle intervient aussi à l’occasion de la passation de la présidence du conseil des chefs d’états-majors des pays concernés entre le chef d’état-major général des armées maliennes, dont le mandat a expiré, et le chef d’état-major national de la République islamique de Mauritanie, qui assurera la présidence dudit conseil pour l’année à venir, ajoute le MDN.

A cette occasion, les chefs d’états-majors se pencheront également sur l’étude de la situation sécuritaire prévalant dans la sous-région et échangeront les analyses et informations sur les évolutions intervenues en termes de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée à la lumière des évènements survenus dans la sous-région depuis le début de l’année en cours à l’effet de coordonner au mieux les mesures et dispositions prises au sein du conseil des chefs d’états-majors, conclut la même source
http://www.aps.dz/Le-general-de-corps-d-armee-Gaid,22348.html






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Lun 21 Nov - 13:49

«Les militaires algériens doivent pouvoir intervenir dans tout le Sahel»

La affirmé hier le ministre nigérien des Affaires étrangères, Mohamed Bazoum, présent à Alger, en réponse à une question de l’AFP sur une éventuelle intervention des forces algériennes dans les pays voisins si cela s’avérait nécessaire dans le cadre du Comité d’état-major opérationnel conjoint (Cemoc), alors qu’Alger a toujours combattu l’ingérence étrangère dans les autres pays.

Citation :

Mohamed Bazoum a indiqué que le Cemoc, composé des états-majors militaires de l’Algérie, du Niger, du Mali et de Mauritanie, chargé d’assurer la sécurité au Sahel, se devait d’être opérationnel. «Le Cemoc n’est pas encore opérationnel et il y a lieu de lever les obstacles», dit-il, en notant que les discussions reprendront sur le sujet à Bamako, en ce mois de novembre, entre les pays du champ. Il annonce aussi qu’il y aura un changement au niveau de la présidence du Cemoc : le Mali passera le témoin à la Mauritanie suivant la règle de la présidence tournante.

Sans remettre en question la capacité du Mali à gérer le Cemoc ou à combattre AQMI, le ministre nigérien a indiqué à l’AFP qu’«il y a une situation de fait que les Maliens ne sont pas en mesure de contrôler l’ensemble de leur territoire».
Et de préciser : «AQMI a bien sa base dans le nord du Mali, ce qui rend difficile sa poursuite dans cette région montagneuse, désertique et escarpée.»Le Cemoc, dont le QG se trouve dans l’extrême sud algérien, à Tamanrasset, a été créé en avril 2010 et se réunit tous les six mois dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Confirmant à son tour l’existence de jonction entre AQMI et la secte fondamentaliste nigériane Boko Haram, Mohamed Bazoum a affirmé que son pays détient des «indices infaillibles sur une connexion plus ou moins importante entre les deux groupes».

A noter que le ministre nigérien se trouve en visite à Alger dans le cadre de la réunion de la 10e session de la Commission mixte de coopération économique, culturelle, scientifique et technique algéro-nigérienne. Suite à son entretien avec son homologue algérien Mourad Medelci, Mohamed Bazoum a déclaré que «l’Algérie et le Niger sont condamnés à coopérer du fait de leur destin commun. Nous avons un espace à gérer».

Synthèse R. P
http://www.elwatan.com//actualite/les-militaires-algeriens-doivent-pouvoir-intervenir-dans-tout-le-sahel-20-11-2011-147946_109.php






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mer 7 Déc - 21:45

Lutte contre le financement du terrorisme : Le général-major Hamel pour l’élaboration d’une “stratégie arabe”

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général-major Abdelghani Hamel, a souligné hier, à Beyrouth, la nécessité d'asseoir une stratégie arabe de lutte contre le financement du terrorisme à travers le tarissement de ses ressources et le démantèlement de ses ramifications.
Citation :
Dans une allocution prononcée au 35e congrès de la police et de la sûreté arabes, le général-major Hamel a précisé qu'il était urgent de trouver les moyens d'interdire le financement des groupes terroristes et d'établir une coopération efficace dans ce domaine en mettant en place une stratégie arabe de lutte contre le financement du terrorisme et en criminalisant le paiement de la rançon.
Il a en outre rappelé que ces pratiques illégales contribuent au financement de ce phénomène qui réclame d'énormes sommes d'argent pour l'achat d'armes et d'explosifs et l'exécution de ses actes criminels.
Le DGSN a indiqué que ce sont là les points les plus importants soulignés à la conférence d'Alger sur «le partenariat, la sécurité, le développement et la lutte antiterroriste» qui s'est tenue en septembre dernier.
Les participants avaient mis l'accent sur «la nécessité de tarir toutes les ressources du terrorisme et de combattre ce phénomène et ses ramifications dont le crime organisé transfrontalier, ce qui exige, selon eux, «une action urgente et ferme ainsi qu'une coopération aux plans régional et international".
M. Hamel a également appelé à la coopération dans la lutte contre le crime organisé qui constitue, a-t-il dit, «un grand défi», dans le contexte mondial actuel marqué par la globalisation, l'ouverture économique, la libre circulation des individus et le progrès de la communication. «Dès lors, a-t-il ajouté, aucun pays ne peut lutter seul et avec ses propres moyens contre ce phénomène».
Il a souligné que la lutte antiterroriste exige «l'élaboration d'une politique unifiée et coordonnée» ce qui implique, «la mise en place de nouvelles règles de coopération arabe et internationale au niveau sécuritaire et judiciaire».
Au niveau national, il s'agit, a affirmé le DGSN, d'accélérer l'adaptation des lois et des systèmes de lutte contre le crime organisé aux accords internationaux.
Il a, dans ce sens, souligné l'importance d'accorder davantage d'intérêt à la police scientifique et technique qui «applique de nouvelles méthodes de recherche et d'investigation».
Par ailleurs, M. Hamel a évoqué le programme d'action de la conférence qui se tient dans une conjoncture arabe difficile «marquée par des mutations profondes et accélérées et des crises successives mettant les pays arabes devant des défis majeurs, notam- ment sécuritaires".
Ce programme, a-t-il souligné, «reflète la conscience» des responsables de sûreté arabes de ces défis qui, a-t-il dit, doivent être relevés «ensemble et avec détermination».
Entre autres axes qui seront débattus, il a cité la mise en place d'une stratégie arabe pour faire face à la cybercriminalité qui constituera, une fois adoptée, l'un des instruments d'appui à la Convention arabe de lutte contre le crime organisé signée en décembre 2010 par les ministres arabes de l'Intérieur et de la Justice. Concernant l'Algérie, la police tend à aborder les différentes for-mes de criminalité en œuvrant au renforcement des structures de la police et à l'amélioration de la qualification professionnelle et scientifique de ses effectifs.
L'Algérie, qui est parmi les premiers pays à avoir adopté des mesures et des mécanismes de lutte contre cette nouvelle forme de criminalité, est disposée à mettre son expérience à la disposition des autres pays arabes, a souligné le directeur général de la Sûreté nationale.
Outre les nouvelles mesures prises en vue de garantir les droits des personnes arrêtées ou détenues provisoirement dans les centres de police, l'Algérie accorde «un intérêt particulier» à la question des droits de l'homme, dé-sormais enseignée en tant que matière essentielle dans les programmes de formation des écoles et instituts de police (15 établissements). Le général-major Hamel a également évoqué l'impact «positif» de cette initiative sur l'activité quotidienne des agents de police, notamment lors des interventions de maintien de l'ordre public.
Il a, dans ce cadre, salué «le sens des responsabilités élevé» des agents de police qui font prévaloir l'esprit du dialogue et de gestion professionnelle sans porter atteinte à la dignité du citoyen» qui, a-t-il dit, devient «un partenaire essentiel dans la prévention et la lutte contre le crime organisé».
Synthèse F. I.

--------------------------------------------------------------------------------

Développement et modernisation de la sûreté nationale
L’expérience algérienne, une référence

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général-major Abdelghani Hamel, a présenté l'expérience de la police algérienne dans le développement et la modernisation du secteur à travers la promotion des principes des droits de l'homme, la formation et la prise en charge de l'aspect socioprofessionnel, sanitaire et psychologique des personnels.
Dans son exposé devant la 35e conférence des directeurs généraux de police et de sécurité ara-bes, M. Hamel a mis l'accent sur «la démarche résolue de son secteur à développer la police et à la mettre au diapason des mutations que con-naît le monde». Le DGSN a précisé que, dans le cadre de la modernisation du secteur, les policiers ont été dotés de moyens scientifiques et techniques de pointe pour «leur permettre d'accomplir pleinement leurs missions et de combattre toutes les formes de criminalité». En consécration des droits de l'homme, auxquels la Constitution a dédié un chapitre entier (le chapitre IV) et dont les différents outils juridiques internationaux ont été ratifiés par l'Algérie, le secteur «a pris une série de mesures administratives et réglementaires internes définissant les règles de conduite et les relations professionnelles des personnels, notamment leur conduite au quotidien à l'égard des citoyens», a-t-il ajouté. Il a ainsi affirmé que tous les instituts et éco-les de police s'attachaient, tout au long de la formation, à inculquer à l'ensemble des personnels de la police, tous grades et spécialités confondus, les principes des droits de l'homme et leurs applications sur le terrain afin, a-t-il dit, d'«ancrer ces principes chez les policiers de manière à ce qu'ils puissent protéger et garantir les droits de l'homme et les libertés fondamentales en matière d'action sécuritaire». Toujours dans le cadre de cette démarche, le DGSN a rappelé la participation de l'Algérie à plusieurs colloques et conférences arabes, régionaux et internationaux consacrés aux droits de l'homme.
L'Algérie se réfère au «Guide des normes relatives aux droits de l'homme», élaboré par le Haut Commissariat des droits de l'homme de l'ONU à Genève (Suisse), a indiqué Abdelghani Hamel.
Par ailleurs, le directeur général de la DGSN a annoncé que de nouvelles mesures ont été prises en vue de «garantir les droits des personnes arrêtées ou détenues provisoirement» dans les centres de police et améliorer leurs conditions de détention. S'agissant des actions de contrôle imposées au corps de la sûreté, la DGSN a procédé à l'adoption de plusieurs mécanismes pour soumettre les agents de l'ordre public aux «différentes formes de contrôle», en vue de garantir le respect des lois et préserver les droits des citoyens. Ces mesures se traduisent, a ajouté le DGSN, à travers le contrôle administratif interne, qui se fait de manière «réglementaire et systématique» à tous les niveaux du commandement, le contrôle spécialisé qui incombe aux services de l'inspection générale de la Sûreté nationale, le contrôle judiciaire qui est du ressort des procureurs de la République ainsi que celui exercé en collaboration avec les citoyens à travers les requêtes, les dénonciations et les plaintes adressées au commandement. Pour ce qui est du recrutement, le directeur général de la DGSN a fait savoir que le recours à la sélection des éléments désireux de rejoindre les rangs de la police est devenu nécessaire, eu égard à l'augmentation du nombre de candidats. Cette sélection, a-t-il souligné, est basée sur l'aptitude psychologique du candidat à vouloir réellement intégrer le corps de la Sûreté et à assumer pleinement et effectivement les missions qui lui incombent
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/20585






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Jeu 8 Déc - 14:11

ENTRE LE FORCING AMÉRICAIN ET LES CONVOITISES FRANÇAISES

L'Algérie prise en sandwich au Sahel

Citation :
Le rôle pivot de l'Algérie dans la région est reconnu par ses partenaires.

L'Algérie est appelée à jouer un rôle pivot dans la lutte antiterroriste au Sahel, c'est a priori, le souhait exprimé hier et renouvelé aujourd'hui par les Etats-Unis d'Amérique, qui soutiennent sans aucune équivoque que l'Algérie est en mesure d'assurer ce rôle pour juguler la menace terroriste dans cette région.
Les Américains estiment que l'Algérie détient les compétences exigées sur les plans stratégique, géographique, économique, surtout son expérience incontestable et c'est sur cette base que l'Algérie s'attribue le statut de leader.
Ces intentions américaines à l'égard de l'Algérie, maintes fois abordées par de hauts responsables US de par le passé, viennent d'être formulées à L'Expression par l'ambassadeur des USA, Henry S. Ensher à Constantine, lors de sa visite de mardi dernier.
De nombreux responsables de haut rang en visite en Algérie avaient tenu des propos identiques concernant le même sujet.
Lors de sa visite en Algérie, le sous-secrétaire d'Etat adjoint chargé du Maghreb, Raymond Maxwell, avait souligné l'existence entre l'Algérie et les Etats-Unis d'un partenariat dans le domaine de la lutte antiterroriste, l'échange de renseignements et la lutte contre le trafic d'armes et de soutenir que «les nombreuses visites de responsables américains en Algérie ne font que souligner la haute teneur des relations algéro-américaines.
Les deux pays ont beaucoup d'intérêts communs». Il est clair que la crise en Libye a été un facteur déterminant et le moteur qui donnera un nouveau souffle à la coopération algéro-américaine au regard du regain d'intérêt pour la mise en place d'une stratégie susceptible de freiner les appétits meurtriers d'une organisation terroriste qui exploite pleinement le chaos qui règne en Libye. Pour sa part, la coordinatrice adjointe des programmes au Bureau américain de la coordination de la lutte antiterroriste, Mme Gina Abercrombie-Winstanley, indiquait, alors en visite en Algérie que «les USA considèrent l'Algérie comme l'un de leurs meilleurs partenaires en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme». Non sans avoir reconnu que les USA «tirent profit de l'expérience algérienne dans la lutte contre le terrorisme».
De telles déclarations viennent soutenir celle de l'ex-secrétaire d'Etat Condolezza Rice en 2008, qui a qualifié l'Algérie de championne de la sécurité internationale et régionale.
A son tour Jeffrey D. Feltman, secrétaire d'État adjoint américain pour les Affaires du Proche-Orient et l'Afrique du Nord, abondera dans le même sens. Si les échanges sécuritaires entre Alger et Washington, notamment en matière de lutte contre le terrorisme à travers une solide coopération, se sont imposés en alternative depuis les attentats du 11 septembre, les deux dernières années ont été particulièrement riches en contacts multiformes entre les deux pays impliquant de nombreux responsables américains, militaires, civils et gradés dans le renseignement. L'axe Washington-Alger s'est consolidé depuis dans un contexte marqué par de nombreux déplacements effectués en Algérie par des personnalités de marque: Jeffrey Feltman, le commandant de l'Africom, le général William Ward, ensuite celle de son successeur le général Carter F. Ham, Vicki Huddleston, la sous-secrétaire US à la Défense en charge de l'Afrique. Le défilé des responsables américains à Alger sera également ponctué par la visite du conseiller du président des USA Barack Obama; John Brennan.
L'objectif est le même: renforcer les relations bilatérales en matière de lutte antiterroriste. Comme le confirmera mardi dernier l'ambassadeur des USA.
La jugée dans ce domaine est considérée satisfaisante par les deux partenaires qui appellent à son intensification au niveau du Sahel, une vaste région pauvre et désertique considérée comme une zone d'influence française.
Le Mali, le Niger, la Mauritanie et le Burkina Faso sont encore liés à la France par des accords bilatéraux qui autorisent ce dernier pays à intervenir militairement si la situation l'exige. Cet état de fait donne en apparence une longueur d'avance à Paris qui semble détenir les clés du problème sahélien, mais c'est compter sans la nouvelle approche américaine, qui accorde désormais au Sahel une grande importance stratégique. Plus pragmatiques que des Français desservis par leur passé colonial dans la région, les Américains n'ont nullement l'intention d'abandonner des zones infestées par le terrorisme et ayant des frontières communes avec trois grands pays producteurs de pétrole, l'Algérie, la Libye et le Nigeria. C'est donc en toute logique américaine qu'ils misent davantage sur le rôle de l'Algérie
http://www.lexpressiondz.com/actualite/144234-l-algerie-prise-en-sandwich-au-sahel.html






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Ven 9 Déc - 22:07

Coopération antiterroriste entre l'Algérie et les autres pays du Sahel : Daniel Benjamin salue les résultats positifs

Citation :
Le coordonnateur pour le contre-terrorisme au département d'Etat américain, M. Daniel Benjamin, a salué jeudi à Washington les résultats positifs de la coopération dans la lutte contre le terrorisme entre l’Algérie et les autres pays du Sahel, tout en reconnaissant que cette lutte dans la région doit demeurer l’appropriation des Africains eux-mêmes. Dans une conférence qu’il a animée sur le combat contre le terrorisme, intitulée ‘‘Al Qaeda après Ben Laden’’, M. Benjamin a particulièrement insisté sur l’importance de la coopération internationale dont il a dit qu’elle était une des pierres angulaires de la stratégie des Etats-Unis dans la lutte contre cette menace. Sur ce point, il a tenu à préciser que le partenariat international dans la lutte contre le terrorisme repose non seulement sur le renseignement et la formation, mais aussi sur le développement économique. Abordant la menace de l’organisation Al-Qaeda au Maghreb islamique (AQMI), le patron du contre-terrorisme au département d’Etat américain s’est félicité d’une ‘‘plus grande coopération’’ dans la lutte contre ce groupe terroriste, qui donne "des signes positifs, en particulier la coopération entre l'Algérie, la Mauritanie, le Niger et le Mali". Il a également cité le Partenariat de contre-terrorisme au Trans-Sahara (TSCTP) qui, a-t-il affirmé, "commence à porter ses fruits avec des partenaires jouant un rôle encore plus importants que jamais dans les opérations de contre-terrorisme dans la région". Sur ce point, il a souligné que le TSCTP "s'emploie à renforcer les capacités dans les pays du Sahel, ainsi que plus au sud avec le Nigeria, le Sénégal et le Burkina Faso". Dans ses observations formulées sur AQMI, M. Benjamin n’a pas manqué de relever que cette organisation terroriste était, auparavant, ‘‘le plus faible des groupes affiliés à El- Qaïda, avant de devenir, depuis ces dernières années, le groupe qui a réussi à remplir ses coffres avec les rançons provenant des enlèvements’’. ‘‘Une pratique que d'autres groupes d’El-Qaïda ont adoptée au vu de ses avantages considérables, et ce à cause de cette volonté de certains pays riches occidentaux à payer les preneurs d'otages’’, a-t-il précisé dans cette critique destinée à des pays européens qui continuent à verser les rançons.

Les missiles portables MANPADS source d’inquiétudes
Affinant davantage son analyse avec les évènements en Libye, le patron du contre-terrorisme du département d’Hillary Clinton a soutenu que ‘‘la combinaison de ces ressources financières avec les efforts d’AQMI qui tendent à tirer avantage des flux et de l’instabilité en Libye soulève des inquiétudes sur la trajectoire de ce groupe’’. Ces inquiétudes, a-t-il poursuivi, ‘‘reposent particulièrement sur la question du passage des terroristes à la lumière de l'instabilité en Libye, et la menace posée par le prolifération des armes’’. A ce sujet, il a indiqué que les Etats-Unis ‘‘ont travaillé activement, au cours des derniers mois, pour s’engager avec les gouvernements de la région afin de contrecarrer les menaces posées par l'instabilité prolongée en Libye’’. Selon lui, ceci est ‘‘particulièrement préoccupant’’ en ce qui concerne la circulation libre de munitions provenant de stocks libyens, et la menace d’acquisition par les terroristes de missiles portables MANPADS. ‘‘Ceci pourrait poser des risques importants et pour la sécurité régionale et pour l'aviation civile’’, a-t-il prévenu. Affirmant que les Etats-Unis continueront à travailler sur ce problème avec leurs partenaires de la région, M. Benjamin s’est dit ‘‘satisfait de la qualité de l'engagement sur les stratégies possibles pour régler cette question’’. Par ailleurs, il a également émis des inquiétudes au sujet du groupe terroriste nigérian Boko Haram qui, selon lui, bien que n'étant pas affilié à El-Qaïda, il n’en demeure pas moins que ses attaques qui se répandent au Nigeria sont également ‘‘très troublantes’’, surtout après celle perpétrée en août dernier contre le siège de la représentation de l'ONU à Abuja. Soulignant que cette attaque rappelle les cibles traditionnelles d’El-Qaïda, M. Benjamin a affirmé que cette dernière et ses affiliés ‘‘ont été transparents dans leurs efforts à renforcer d'autres mouvements naissants dont celui de Boko Haram’’. Qu’il s’agisse de la lutte contre le terrorisme en Afrique du Nord ou dans les autres parties du continent, M. Benjamin a soutenu que les Etats-Unis ‘‘veulent non seulement que cette région dirige elle-même ses efforts de lutte contre le terrorisme, mais adhèrent aussi à l'idée selon laquelle les problèmes africains sont mieux résolus par des solutions africaines’’
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/20602






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Lun 12 Déc - 12:07

Terrorisme au Sahel: Tirs croisés à Nouakchott

Citation :
Tirs croisés, hier dimanche à Nouakchott, durant une réunion des ministres maghrébins et européens de la Défense sur les moyens de renforcer la lutte contre le terrorisme au Sahel. Cette réunion des ministres de la Défense des «5+5» (Algérie, Tunisie, Maroc, Mauritanie et Libye, France, Espagne, Italie, Malte et Portugal), centrée sur les moyens à mettre en oeuvre pour lutter contre l'insécurité au Sahel et les groupes terroristes qui y prolifèrent, a donné lieu à un débat pour le moins distendu. Si la Mauritanie, par le biais de son ministre de la Défense, défend ‘'bec et ongles'' la position de ceux qui refusent de payer des rançons aux kidnappeurs d'Aqmi, la France, par contre, s'obstine dans sa politique à négocier avec les terroristes et, le cas échéant, payer des rançons pour la libération des otages. «Je demande à tous de travailler pour le tarissement des sources du terrorisme et d'acculer les preneurs d'otages dans leurs derniers retranchements en s'abstenant de payer des rançons», a déclaré Ahmedou Ould Idey, ministre mauritanien de la Défense, à l'ouverture de cette réunion. Contrairement aux pays riverains du Sahel, le Mali et le Niger, la Mauritanie n'hésite pas à lancer son armée aux trousses des bandes d'Aqmi qui transitent par son territoire, et a toujours adopté une position ferme face au terrorisme. Ahmedou Ould Idey a réaffirmé la détermination de la Mauritanie à faire face «aux défis sécuritaires dans la région», rappelant que «sa stratégie de frappes préventives et de renforcement des capacités de son armée a porté ses fruits». Par contre, le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, confirme que les pays européens, en dépit de déclarations de circonstances, ne rechignent pas à dialoguer avec les terroristes. Dimanche, avant de rencontrer ses pairs à Nouakchott, il n'a pas exclu des négociations, «le cas échéant», en vue de faire libérer les otages français et européens détenus au Sahel. «Nous gardons, par tous moyens appropriés, le maximum de canaux d'informations et, le cas échéant, de négociations», a déclaré M. Longuet à la presse. «Cela n'interdit pas de porter un jugement définitif sur les gens qui prennent des otages, mais le principe de vérité s'impose, nous souhaitons d'abord les récupérer», a-t-il ajouté. Près de quinze ressortissants européens sont détenus en otage par deux groupes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dont une faction dissidente responsable de l'enlèvement de trois humanitaires du camp du Polisario à Hassi Rabouni, près de Tindouf. Pour autant, le ministre français confirme bel et bien la position des occidentaux qui n'hésitent pas à payer les terroristes pour faire libérer leurs ressortissants.

Même si, et Longuet le reconnaît, les pays européens ne sont pas responsables du comportement de leurs ressortissants à l'étranger. «La France n'est pas responsable du comportement de ses ressortissants qui vivent à l'étranger», a-t-il admis.

A Nouakchott, les ministres de la Défense des ‘'5+5'' ont évoqué les moyens de renforcer la lutte contre l'insécurité dans le Sahel provoquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui y a récemment multiplié les enlèvements, et la prolifération d'armes issues du récent conflit libyen. Cette réunion se tient au moment où Al-Qaïda au Maghreb islamique multiplie les enlèvements dans une zone sahélienne extrêmement poreuse, vulnérable et devenue le fief inexpugnable des groupes armés de tout acabit, des Touaregs qui avaient combattu pour le régime déchu libyen, aux opposants politiques maliens et nigériens, et maintenant de deux tendances d'Aqmi, dont le Mouvement unité pour le jihad en Afrique de l'Ouest, qui a revendiqué samedi l'enlèvement, fin octobre, de trois humanitaires de nationalité espagnole et italienne du camp du Polisario.

ALGER-NOUAKCHOTT: MEME COMBAT

L'apparition de ce groupe complique un peu plus les données sur les bandes terroristes qui évoluent dans cette vaste zone géographique, et qui risquent de perpétuer une menace constante sur la sécurité de ces régions. C'est en quelque sorte l'un des grands dossiers abordés à Alger par le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, avec le président Bouteflika. La lutte antiterroriste et la coopération militaire algéro-mauritanienne auront figuré en bonne place dans les entretiens entre les deux chefs d'Etat, alors qu'une réunion multisectorielle a regroupé les deux délégations, coprésidées par le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, et son homologue mauritanien, Hamadi Ould Hamadi. Pour l'Algérie, qui veut maintenir ses bonnes relations politiques avec le nouveau pouvoir à Nouakchott, il est important que la Mauritanie puisse avoir les arguments et les moyens matériels de lutter contre les groupes d'Aqmi qui se sont installés à ses frontières. Et, surtout, de parler le même langage face à la menace terroriste, d'autant que Nouakchott vient de prendre le commandement pour deux ans du Comité d'état-major opérationnel conjoint (Cemoc) qui, outre ceux de Mauritanie et d'Algérie, regroupe les chefs d'états-majors du Mali et du Niger. Créé en avril 2010, le Cemoc est basé à Tamanrasset (sud de l'Algérie) et dispose d'un centre de renseignement à Alger avec pour objectif de mieux coordonner la lutte contre Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) et la criminalité.

Les déclarations du ministre français de la Défense donnent en fait toute l'épaisseur à la difficile entente entre le Nord et le Sud de la Méditerranée sur les enjeux de la lutte contre le terrorisme.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5161568






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mar 13 Déc - 18:03

Lutte contre le terrorisme: Les «5+5» divisés

Citation :

par Yazid Alilat


La 7è réunion des ministres de la Défense des pays membres de l'initiative «5+5 Défense», tenue dimanche à Nouakchott, et à laquelle avait participé le ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale, M. Abdelmalek Guenaïzia, n'a abouti à aucune action concrète et commune pour le renforcement de la lutte contre le terrorisme dans le Sahel. L'ordre du jour de cette réunion a porté sur «la validation des résultats des activités liées à l'exécution du plan d'actions de l'année 2011 et à l'approbation de celui de l'année 2012", selon un communiqué du ministère de la Défense nationale. La même source précise que

les ministres de la Défense des pays membres ont procédé à la signature de la «déclaration conjointe de Nouakchott» et ont confié la présidence tournante de l'initiative au Maroc au titre de l'année 2012. L'initiative baptisée ‘'5+5 défense'' avait pour but la sécurité en Méditerranée. Avec l'expansion de la menace d'Aqmi, le processus s'est étendu au Sahel, où opèrent plusieurs groupes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, ainsi que des groupes dissidents touaregs d'origine malienne et nigérienne. Avec le conflit libyen, la situation s'est encore compliquée avec la circulation dans la région d'armes de guerre, dont des missiles. A Nouakchott, pourtant, le secrétaire général du ministère libyen de la Défense a rassuré en indiquant que les armes détenues par d'ex-rebelles libyens ne constituaient «aucun danger» pour la stabilité et la sécurité de la Libye. «Ces armes sont entre des mains sûres. Elles ne constituent aucun danger pour la stabilité et la sécurité de la Libye», a déclaré Youssef Ahmed Al-Maghouch. Les craintes concernent les armes sorties illégalement de Libye, comme ces missiles ‘'exocets'' qui se sont volatilisés dans la nature, entre les frontières libyennes et le vaste Sahel. Les ministres de la Défense des ‘'5+5'' se sont séparés apparemment sans une stratégie commune de lutte contre les groupes terroristes d'Aqmi. La déclaration du ministre mauritanien de la Défense, à la fin de cette réunion, explique mieux les divergences qui règnent au sein de cet ensemble: «tous les pays du 5+5 sont mobilisés pour combattre le terrorisme». C'est en fait une façon de voir les choses, puisque si Nouakchott s'est alignée sur la position algérienne de ne pas ‘'engraisser'' les terroristes en payant les rançons, ce n'est pas pour autant la même approche du côté des pays de la rive nord de la Méditerranée. La France, par la voix de son ministre de la Défense Gérard Longuet, ainsi que l'Espagne, sont toujours dans les conditions de satisfaire aux exigences des groupes d'Aqmi pour libérer leurs ressortissants enlevés. Cette dissonance a été perceptible, selon des observateurs, à Nouakchott, où les partenaires des deux rives ne partagent pas les mêmes objectifs, ni la même vision en matière de lutte contre le terrorisme. Beaucoup estiment, par ailleurs, que les réunions des ‘'5+5 défense'' aboutissent rarement à des positions communes, sinon proches en matière de traitement du dossier du terrorisme dans le nord de l'Afrique, tellement les divergences sont importantes. Et particulièrement sur le volet des négociations avec les groupes terroristes, une démarche adoptée d'ailleurs par la France, qui ne s'en cache pas, comme l'a si bien démontré le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, en laissant entendre que des négociations sont en cours pour la libération d'otages français détenus par Aqmi. Par ailleurs, le commando qui avait enlevé deux ressortissants français le 24 novembre à Hombori, dans le nord-est du Mali, aurait été arrêté en territoire malien, selon des sources sécuritaires maliennes. «Le commando auteur de l'enlèvement des deux Français de Hombori a été arrêté par les services de sécurité du Mali», a affirmé une de ces sources, selon laquelle les deux otages ne se trouvaient pas avec le commando au moment de son arrestation. Les deux Français, Serge Lazarevic et Philippe Verdon, avaient été kidnappés par des hommes armés vers 01H00 du matin à leur hôtel de Hombori et emmenés vers une destination inconnue. Leur enlèvement a été revendiqué la semaine dernière par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui a également revendiqué celui de trois autres otages européens, le lendemain à Tombouctou, également dans le nord du Mali. Au total, douze Européens, dont six Français, sont retenus dans le Sahel par Aqmi et un groupe présenté comme dissident, le Mouvement unité pour le jihad en Afrique de l'Ouest
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5161621






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mar 13 Déc - 23:31

La Russie soutient le rôle "actif" de l'Algérie dans le domaine de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme dans la zone sahélo-saharienne, a indiqué hier à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères, M. Serguei Lavrov

Citation :
La Russie soutient le rôle "actif" de l'Algérie dans le domaine de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme dans la zone sahélo-saharienne, a indiqué hier à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères, M. Serguei Lavrov. "Nous soutenons le rôle très actif de l'Algérie dans le domaine de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme dans la zone sahélo-saharienne", a déclaré M. Lavrov lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères Mourad Medelci. "La Russie, non seulement soutient les efforts de l'Algérie, mais elle coopère aussi avec elle au niveau bilatéral, multilatéral et dans le cadre du Forum antiterroriste créé en septembre dernier à New York pour soutenir l'activité antiterroriste", a-t-il souligné. Pour sa part, M. Medelci a souligné la nécessité de poursuivre la lutte contre les groupes terroristes dont les activités se confondent le plus souvent, a-t-il dit, avec le trafic d'armes et de drogue. "Ce qu'il faut maintenant, c'est continuer à lutter contre le terrorisme. Nous l'avons fait à l'intérieur de nos frontières, il faut le faire maintenant dans la sous-région. Nous devons le faire avec les pays de la sous-région, en partenariat avec l'UE, les Etats-Unis et la Russie", a ajouté le chef de la diplomatie algérienne. Evoquant, d'autre part, la tendance islamiste constatée dans plusieurs pays arabes, il a indiqué que beaucoup de mouvements à caractère islamiste ont été marginalisés et interdits. "Le printemps arabe a ouvert la voie à l'ensemble des partis politiques pour qu'ils puissent s'exprimer", a-t-il dit. Concernant la situation en Algérie, M. Medelci a rappelé que le pays a lutté contre l'extrémisme religieux et le terrorisme dans les années 1990 "avec beaucoup de courage et de détermination", et l'a vaincu. L'Algérie, a-t-il ajouté, a promu, en outre, une politique de réconciliation nationale. "Aujourd'hui, les partis dans la législation algérienne ne peuvent être fondés sur l'islam, parce que les Algériens sont tous des musulmans et tous les partis sont animés par des militants qui sont musulmans, mais certains partis se sont donné des référents un peu plus proches de l'islam, et ces partis sont depuis 20 ans dans le Parlement et depuis 10 dans le gouvernement", a expliqué M. Medelci. "Les partis politiques qui se considèrent comme étant les défenseurs de l'islam plus que d'autres, dès l'instant qu'ils respectent les règles de la République, restent attachés à la non-violence et respectent ceux qui ne sont pas du même avis qu'eux, ont leur place dans l'échiquier politique", a-t-il indiqué
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/20919






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Mar 20 Déc - 14:35

Lutte anti-Aqmi: des militaires algériens dans le nord du Mali

Citation :
Des militaires algériens se trouvent dans le nord du Mali pour apporter assistance à l'armée malienne dans la lutte contre l'insécurité et le terrorisme, a appris mardi l'AFP de source militaire malienne, de source diplomatique et auprès de témoins dans la région.

Des militaires algériens séjournent actuellement dans le nord du Mali pour apporter assistance à l'armée malienne dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l'insécurité, a déclaré cette source, un haut gradé de l'armée malienne sous couvert de l'anonymat.

Il n'a pas souhaité préciser le nombre de militaires algériens, ni donner de détails sur la durée de leur présence dans cette région, ni préciser la nature de l'assistance qu'ils apportent à l'armée malienne.

Nous savons que c'est une équipe d'instructeurs d'au moins 15 personnes, parmi lesquels figurent des officiers, a affirmé une source diplomatique.

Des douaniers qui patrouillent dans le nord malien ont aussi indiqué avoir vu mardi un convoi de véhicules transportant ces militaires algériens quitter de la ville de Kidal (nord-est) pour celle de Tessalit, également dans le nord-est, près de la frontière algérienne.

Le Mali, avec d'autres pays de la bande sahélo-saharienne - Algérie, Niger, et Mauritanie - est confronté à une insécurité croissante liée aux activités d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et d'autres groupes criminels, ainsi qu'à l'afflux d'armes, dont de l'armement lours, issues du conflit libyen.

Aqmi opère dans cette vaste zone difficile à surveiller et contrôler où elle a multiplié, depuis ses bases du nord malien, attentats, enlèvements d'Occidentaux et trafics divers, y compris la drogue.

Au total, douze Européens, dont six Français, sont retenus dans le Sahel par Aqmi et un groupe présenté comme dissident, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest, jusqu'alors inconnu.

En avril 2010, Algérie, Mauritanie, Niger et Mali, ont créé un Comité d'état-major opérationnel conjoint (Cémoc) basé à Tamanrasset (sud de l'Algérie). Doublé d'un centre de renseignement à Alger, l'objectif du Cémoc est de mieux coordonner les actions des quatre armées dans la lutte anti-terroriste et d'arriver à mener des opérations conjointes dans chacun des pays affectés.

Cependant en marge de la dernière réunion du Cémoc à Bamako, le 21 novembre, l'Algérie avait été désignée comme un frein à la coopération militaire régionale.

Aucune réaction algérienne n'avait pas pu être obtenue de source officielle mardi à Alger.

Les chefs des armées du Cémoc se réunissent tous les six mois, sans jamais jusqu'à maintenant être parvenus à mettre sur pied des patrouilles conjointes.

La présence de militaires algériens a été signalée à la veille d'une rencontre prévue mercredi à Bamako entre des délégations militaires du Mali et de l'Algérie, a appris l'AFP de source proche du ministère malien de la Défense.

Alger a longtemps estimé de son côté que le Mali était le maillon faible de la lutte contre Aqmi en ayant laissé s'implanter des bases de cette organisation sur son territoire et en autorisant la libération de prisonniers islamistes en échange de celle d'otages.
http://www.romandie.com/news/n/_Lutte_anti_Aqmi_des_militaires_algeriens_dans_le_nord_du_Mali_201220111212.asp






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: exercices antiterroristes Russie-OTAN    Jeu 22 Déc - 12:12

MOSCOU, 7 juin - RIA Novosti






Des chasseurs russes et otaniens se sont entraînés mardi à intercepter un avion piloté par un terroriste dans le cadre des premiers exercices conjoints baptisés Ciel vigilant 2011, a annoncé à Moscou un porte-parole du centre de coordination des exercices.

"Deux chasseurs russes Sukhoi Su-27 et deux chasseurs polonais F-16 ont participé à l'opération. Un avion de transport militaire Casa C-297 a joué le rôle d'un avion ennemi", a précisé le porte-parole.

"Au total, les chasseurs ont mis un peu plus de deux heures pour intercepter l'avion terroriste et le faire atterrir à Malbork, en Pologne. Tous les avions engagés dans les exercices sont rentrés sans problèmes à leur bases en Russie et en Pologne", a ajouté le porte-parole.

Les exercices Ciel vigilant 2011 se dérouleront du 6 au 10 juin dans le cadre du projet de coopération lancé par le Conseil Russie-OTAN. Les manœuvres sont appelées à encourager la coopération dans le contrôle de l'espace aérien et la coordination du trafic aérien. Cela permettra notamment de rendre les efforts antiterroristes plus efficaces.






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Sam 24 Déc - 17:02

Terrorisme: Alger et Bamako renforcent leur coopération militaire

par Yazid Alilat
Citation :
L'Algérie et le Mali, deux pays voisins partageant en commun la longue bande sahélo-saharienne, ont réaffirmé, jeudi dernier à Bamako, leur volonté de renforcer la lutte conjointe contre les groupes terroristes d'Aqmi et le banditisme, qui écument cette partie de l'Afrique.

L'annonce en elle-même n'est pas tant un événement, mais le fait important est que le Mali se décide enfin à travailler de concert avec l'Algérie pour sécuriser cette large bande saharienne, au-delà de tout activisme militaire étranger à la région. La 6ème session du Comité mixte de suivi de l'accord de coopération militaire et technique Mali-Algérie s'est tenue à la salle de conférence du ministère malien des Anciens combattants et de la Défense, en présence du secrétaire général du département, le général Youssouf Bamba, de l'ambassadeur d'Algérie au Mali, Ayadi Noureddine, et le chef de la délégation algérienne, le général Kaddaoui Adda. L'accord en lui-même permet aux deux pays de mieux coordonner leurs efforts de lutte contre les groupes d'Aqmi qui ont fait de cette partie de l'Afrique une base pour leurs actions terroristes et ainsi perpétuer l'insécurité dans cette région. ‘'Face aux défis de tous ordres, l'Algérie et le Mali sont résolument engagés dans la lutte pour le progrès, le bien-être et la prospérité de leurs peuples. C'est pourquoi, la tenue de cette session revêt pour nous une importance toute particulière'', a indiqué le général Youssouf Bamba, cité par le quotidien gouvernemental ‘'Le Républicain''. 'Aujourd'hui, compte tenu de la multiplicité des crises internes, du banditisme, du trafic de drogue, de l'apparition de nouvelles formes de menaces et du terrorisme transnational, la bande sahélo-saharienne se présente comme une région géostratégique sensible et instable. En conséquence, nous devons plus que jamais nous attaquer à la problématique sécuritaire dans cette région et ses effets collatéraux sur le développement socio-économique et la circulation des personnes et de leurs biens dans nos pays'', a encore souligné le général Youssouf Bamba. Les conditions de cette coopération militaire contre Aqmi restent encore à définir et les moyens à déterminer, a reconnu la partie malienne, qui a, cependant, reconnu la profondeur de cet accord en ce qu'il permet surtout au Mali de bénéficier de l'aide logistique et des moyens militaires de l'Algérie dans cette lutte contre les groupes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique. Selon un officier malien, Bamako souhaite fortement bénéficier des moyens militaires et des experts algériens en matière de lutte antiterroriste. ‘'Pour une lutte efficace, il faut une descente commune sur le terrain. Nous attendons maintenant de pouvoir coordonner les choses avec nos partenaires'', a précisé cet officier supérieur malien. Sur le terrain pourtant, les choses vont beaucoup plus vite, puisque, selon des sources maliennes, des militaires algériens, des instructeurs selon certaines sources, sont sur place, dans la région de Kidal. Leur mission serait d'aider et former l'armée malienne à combattre les groupes terroristes d'Aqmi dans la région. L'accélération de la lutte contre le terrorisme et la sécurisation de la bande sahélo-saharienne est une réponse logique à la multiplication des actes de terrorisme dans la région où une douzaine d'otages européens sont détenus par au moins deux groupes d'Aqmi, dont un nouveau qui a réussi à enlever trois humanitaires d'un camp sahraoui, près de Tindouf. La menace est réelle, et l'accord permet, pour ainsi dire, à l'Algérie d'aider le Mali dans la traque des terroristes, mais surtout de sécuriser ses frontières sud et les protéger à partir du nord Mali. Des accords militaires similaires devraient être effectués avec le Niger et la Mauritanie, dans un effort régional commun, notamment au sein du Cemoc (Comité d'état-major opérationnel conjoint-Algérie, Mali, Niger et Mauritanie), pour renforcer la lutte contre le terrorisme et le banditisme qui sévissent dans cette région. La semaine dernière, les ministres de la Défense des ‘'5+5'' s'étaient réunis à Nouakchott pour coordonner les actions militaires de lutte contre le terrorisme dans la région méditerranéenne. Quelques jours après, un poste de gendarmerie au sud de Nouakchott est attaqué par un groupe terroriste, un acte qui confirme que cette région est appelée à devenir une zone de tensions et d'insécurité si rien n'est fait, et, surtout, si les efforts conjoints ne sont pas déployés par tous ceux concernés par la lutte contre Aqmi. En février prochain, une réunion regroupera plusieurs pays du Sahel sur ce sujet, alors qu'Alger et Nouakchott devraient, au début de l'année, signer un mémorandum portant coopération pour la lutte contre terrorisme.






Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Sam 31 Déc - 18:52

Bouira : Trois terroristes mis hors d’état de nuire à Lakhdaria


Les forces de sécurités continuent de mettre la pression sur les groupes armés qu’ils traquent à travers les différents maquis de la wilaya de Bouira, particulièrement dans les maquis de Lakhdaria.




Trois terroristes ont été mis hors d’état de nuire, vendredi 30 décembre, aux environs de 20h30, au lieudit Lakapir, sise à la sortie ouest de la ville de Lakhdaria, à 40km à l’ouest de Bouira, apprend-on de sources informées.

Les sanguinaires, ont été abattus, confirment nos sources, au cours d’une embuscade qui leur a été tendue par les services de sécurité.

Cette opération a permis, aux services de sécurité la récupération de trois armes de guerre de type Kalachnikov. Les corps des terroristes éliminés ont été transférés à la morgue de l’hôpital de Lakhdaria pour identification.
http://www.elwatan.com/actualite/bouira-trois-terroristes-mis-hors-d-etat-de-nuire-a-lakhdaria-31-12-2011-153093_109.php
Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Jeu 5 Jan - 12:45

L’ANP récupère une importante cargaison d’armes à la frontière algéro-nigérienne

Citation :
Une importante cargaison d’armes et de munitions a été récupérée, mardi au niveau des frontières algéro-nigériennes, par des unités de l’Armée nationale populaire (ANP) relevant de la IVe région militaire, a indiqué hier le ministère de la Défense nationale dans un communiqué.
Ces unités de l’ANP, a-t-on précisé de même source, ont intercepté un convoi composé de quatre véhicules tout-terrains transportant des individus de nationalité africaine qui tentaient d’acheminer une importante cargaison d’armes et de munitions. L’intervention “dynamique” et “efficace” de ces unités a permis, selon ce communiqué, la neutralisation des quatre véhicules composant le convoi et la récupération d’un important lot d’armes et de munitions composé de 71 armes de guerre de type PMAK, de 38 fusils mitrailleurs, de 2 lance-roquettes de type RPG-7, de 4 mitrailleuses 14,5 mm, de 5 fusils à lunettes ainsi que de 16 fusils mitrailleurs, de 8 PMAK et 1 RPG-7 calcinés. Le communiqué de l’ANP, qui n’a déploré aucune perte parmi les troupes engagées dans cette opération, a également annoncé la récupération d’un important lot de munitions de divers calibres.
http://www.liberte-algerie.com/actualite/l-anp-recupere-une-importante-cargaison-d-armes-a-la-frontiere-algero-nigerienne-selon-un-communique-du-ministere-de-la-defense-169326
Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   Dim 15 Jan - 11:17

SITUATION SÉCURITAIRE AU SAHEL

Des procès en Algérie et des négociations au Mali


Citation :
«le gouvernement dégagera tous les moyens nécessaires pour assurer la sécurité des biens et des personnes dans le nord du Mali.»

Les autorités militaires maliennes semblent décidées à faire face aux menaces terroristes d'Al Qaîda au Maghreb islamique. Un renforcement avéré du dispositif sécuritaire malien a été signalé au nord du pays où ont été kidnappés des ressortissants européens et où sont détenus certains d'entre eux. Ces mesures interviennent au moment même où des contacts avec les ravisseurs sont en cours, rapporte l'AFP citant des sources militaires et administratives. Plus de 200 véhicules transportant du matériel et des militaires ont été déployés par l'armée malienne dans le nord du pays, a-t- on indiqué, vendredi à Tinzaouatine, non loin de la frontière algérienne, pour renforcer la sécurité. Le renfort déployé par l'armée malienne ne s'est pas limité à un dispositif terrestre puisque deux appareils de combat MIG sont positionnés à l'aéroport de Gao, alors que deux autres petits appareils effectuent des vols de reconnaissance à partir de Tombouctou, selon un constat émanant d'un journaliste de l'AFP. Dans ce même contexte, le ministre malien de la Sécurité, le général Sadio Gassama, a affirmé que «le gouvernement dégagera tous les moyens nécessaires pour assurer la sécurité des biens et des personnes dans le nord du Mali. L'Etat sera de plus en plus présent», en annonçant l'inauguration de deux brigades de gendarmerie dans la région de Tombouctou. Trois des cinq otages, occidentaux, un Suédois, un Sud-Africain ayant également la nationalité britannique et un Néerlandais ont été enlevés le 25 novembre, dans le nord du Mali, au lendemain même du rapt de deux Français. Toutes ces opérations terroristes ont été revendiquées par la nébuleuse Al Qaîda. Alors que des négociations sont en cours pour leur libération comme l'a annoncé le ministre malien de la Sécurité, en Algérie va se tenir une série de procès de terroristes accusés de l'enlèvement de 32 ressortissants européens en 2003.
Le tribunal criminel d'Alger entendra dans un premier temps, deux accusés Yousef Benmohamed, berger touareg du Mali, et Amar Gherbia, un Algérien de Biskra, qui devront répondre devant la justice des chefs d'inculpation d'appartenance à un groupe terroriste armé, commerce d'armes et enlèvements d'étrangers. Les deux mis en cause risquent une condamnation à vie. Ceux-la ont été le principal maillon dans le commerce des armes et de l'enlèvement en 2003 de 32 touristes européens dans le Sahara, dont une quinzaine a été libérée contre une rançon de 5 millions d'euros, alors que le reste du groupe sera libéré des mains des terroristes suite à une intervention militaire de l'ANP qui avait été réalisée avec succès et sans bavure.
A l'origine de l'enlèvement des 32 Européens, le tristement célèbre Abderrezak El Para dont le procès est le plus attendu, autant que celui de son bras droit Kamel Djermane. Ce dernier comparaîtra devant le même tribunal le 24 janvier, également pour les mêmes chefs d'inculpation.
La présence d' El Para qui avait été remis aux autorités algériennes par la Libye après son arrestation en 2004 par des rebelles tchadiens, sera certainement réclamée par Me Amine Sidhoum, l'avocat qui représente Djermane. Il a d'ailleurs déclaré à l'AFP: «Je vais demander au tribunal la comparution d'El Para, incarcéré, puisqu'il est le commanditaire de l'opération, selon l'arrêt de la chambre d'accusation, sinon nous nous retirerons, faute de procès équitable.»
http://www.lexpressiondz.com/actualite/146324-des-proces-en-algerie-et-des-negociations-au-mali.html






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: terrorismes dans le monde (et coopèration)   

Revenir en haut Aller en bas
 

terrorismes dans le monde (et coopèration)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: ( actualités ) :: Actu (internationales)
-