Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 actualités japonaise (économies politiques militaire )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Fukushima   Sam 3 Mar - 13:09

Fukushima: les émissions radioactives dépassent les prévisions


Les émissions de césium radioactif dans l'atmosphère suite à l'accident de la centrale nucléaire japonaise Fukushima en mars 2011 ont atteint 40.000 térabecquerels (TBq), rapporte mercredi l'Agence météorologique japonaise.

Selon les prévisions initiales, les émissions provoquées par la catastrophe devaient s'élever à 15.000 TBq. Ainsi, le volume total des émissions de Fukushima a atteint 20% du niveau enregistré suite à l'accident de Tchernobyl en avril 1986.

Les calculs ont été réalisés sur des échantillons d'eau de mer prélevés en avril-mai 2011 à 79 endroits situés autour de la centrale accidentée.

Les accidents survenus dans la centrale de Fukushima à la suite du séisme dévastateur du 11 mars 2011 ont provoqué plusieurs fuites radioactives sur le site. Les autorités ont procédé à l'évacuation de la population vivant dans un rayon de 30 km autour de la centrale.

Des traces de césium et d'iode radioactifs ont été détectées dans le sol, l'eau de mer ainsi que dans des denrées alimentaires, non seulement dans la préfecture de Fukushima, mais également dans les régions alentour.
http://fr.rian.ru/world/20120229/193548592.html






Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Japon un an déjà   Dim 11 Mar - 15:29

Le Japon marque le premier anniversaire du tsunami du 11 mars

Citation :
Minute de silence, prières et manifestations contre le nucléaire: les Japonais ont marqué dimanche le premier anniversaire du séisme et du tsunami du 11 mars 2011 qui ont tué plus de 16.000 personnes et provoqué à Fukushima le plus grave accident nucléaire depuis Tchernobyl.

Un an après le tremblement de terre d'une magnitude de 9 sur l'échelle de Richter, le pays continue de payer un lourd tribut humain, économique et politique à cette catastrophe.

Près de 3.300 personnes sont toujours portées disparues et les recherches menées par la police et les garde-côtes à la demande des familles des victimes se poursuivent dans l'espoir de faire leur deuil.

Dans le port d'Ofunato, des centaines d'habitants vêtus de noir se sont rassemblés à la mairie pour déposer des chrysanthèmes blancs au pied d'un autel en mémoire des 420 morts et disparus de la localité.

"Je ne parviens pas à effacer le regret d'avoir perdu ma mère et ma femme parce que nous avons sous-estimé le tsunami", se lamente Kosei Chiba, 46 ans, patron d'une station-service.

"Mais nous ne pouvons pas demeurer tristes. Notre mission est de faire face à la réalité et d'aller de l'avant étape par étape. Les dégâts subis par la ville sont grands et nos blessures psychologiques profondes. Nous allons avoir besoin de beaucoup de temps pour reconstruire", ajoute-t-il.

Comme dans le reste du pays, une minute de silence a été observée à 14h46 (05h46 GMT) heure à laquelle le séisme a frappé. Puis, de nouveau le silence s'est fait 33 minutes plus tard lorsque la vague de 23 mètres de haut a englouti la ville qui comptait alors 40.000 habitants.

CEREMONIE NATIONALE A TOKYO

A un kilomètre de la centrale de Fukushima, des habitants de la ville évacuée d'Okuma ont été autorisés à revenir sur les lieux pour rendre hommage aux victimes.

"C'était un endroit merveilleux. Mais par la faute de Tepco (ndlr, l'opérateur de la centrale), je n'ai pas pu rechercher les corps de mes proches", raconte Tomoe Kimura, 93 ans, qui a perdu quatre membres de sa famille dans le tsunami dont deux restent disparus.

Les autorités ont imposé une zone de sécurité dans un rayon de 20 km autour de la centrale de Fukushima-Daichi, et les populations évacuées ne seront peut-être jamais autorisées à revenir.

A Tokyo, l'empereur Akihito, qui se remet d'un pontage coronarien, a participé à une cérémonie du souvenir organisée au Théâtre national et diffusée à la télévision. Il a appelé son peuple à la solidarité.

"Je m'attends à de nombreuses difficultés sur la voie de notre guérison. J'espère que chacun d'entre nous gardera dans son coeur le souvenir des victimes et oeuvrera à l'amélioration de la situation dans les régions frappées par la catastrophe", a-t-il dit.

Les Japonais ont forcé l'admiration de tous les autres pays du monde par le courage, la discipline et l'énergie avec lesquels ils ont affronté cette épreuve.

L'économie du pays devrait retrouver dans les prochains mois le niveau qui était le sien avant la catastrophe grâce à un effort de reconstruction de 230 milliards de dollars sur une période de dix années et grâce à une coopération politique entre le gouvernement et l'opposition.

LA "QUATRIÈME CATASTROPHE"

"Au cours de son histoire récente, le Japon a réussi une croissance économique rapide sur les cendres de la Seconde Guerre mondiale, et il a réussi à construire l'économie la plus efficace en matière énergétique après le choc pétrolier", rappelait le Premier ministre Yoshihiko Noda dans un article publié par le Washington Post.

Dimanche, lors de la cérémonie à Tokyo, il s'est engagé: "Nous mènerons à bien la mission historique qui est la nôtre de permettre la renaissance de notre nation."

Si les propos se veulent rassurants, de plus en plus de Japonais se montrent pourtant sceptiques quant à la capacité du pouvoir politique à faire face à cette tâche. Et le fossé qui s'est creusé depuis un an entre l'opinion publique et la classe politique et administrative, accusée d'incompétences dans la gestion de la catastrophe, n'a pas été comblé.

Après le tremblement de terre, le tsunami puis l'accident de Fukushima, un commentateur a qualifié de "quatrième catastrophe" ce divorce entre la population et les élites politiques.

Après une brève période de trêve, juste après la catastrophe, les affrontements entre parlementaires de bords rivaux ont repris leur cours habituel pour déboucher en septembre sur la désignation de Noda, sixième chef de gouvernement en cinq ans.

"Il n'y a pas de gouvernement", constate Hiroaki Oikawa, 56 ans, habitant d'Ofunato qui a perdu deux pêcheries et sa maison dans la catastrophe. "Il n'y a pas d'hommes politiques auxquels nous pouvons confier les choses."

Les manifestations organisées dimanche par les militants antinucléaires ont également ravivé le débat sur l'avenir de l'atome.

"N'ont-ils pas encore compris que l'atome n'est pas sûr ?", s'insurge Sachiyo Katayose, rencontré parmi la centaine de manifestants rassemblés devant le siège de Tepco, où ils ont déployé une banderole: "Rendez-nous Fukushima."

La quasi-totalité des 54 réacteurs japonais sont à l'arrêt et l'opinion publique presse pour une sortie rapide du nucléaire alors que le gouvernement prône un désengagement progressif.

"Le tremblement de terre était inévitable, parce que c'est une catastrophe naturelle, mais on ne peut pas rester calme face à ce qui s'est passé à Fukushima, parce que c'est une catastrophe humaine", a dénoncé Tomoe Suzuki, une restauratrice de 65 ans qui a manifesté avec quelque 12.000 personnes pour former une "chaîne humaine" contre le nucléaire autour du Parlement.

Les efforts dans la région dévastée et irradiée de Fukushima se poursuivent lentement alors que 326.000 personnes sont toujours sans habitation, dont 80.000 qui ont été évacuées des zones voisines de la centrale.
http://fr.news.yahoo.com/le-japon-marque-le-1er-anniversaire-du-tsunami-081242151.html
en tout les cas un grand bravo au peuple japonais pour son travail effectuer en un temps record biensure il reste beaucoups de travaille a faire,
mais ils sont sur la bonne voie encore une fois chapeau bas






Revenir en haut Aller en bas
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités japonaise (économies politiques militaire )    Dim 8 Avr - 19:08

Fusée nord-coréenne: le Japon déploie une batterie antimissiles
il y a 2 heures 38 minutes - AFP 1:03 | 434 vues

Le Japon a déployé une batterie antimissiles dans le centre de Tokyo, à quelques jours du lancement attendu d'une fusée nord-coréenne malgré des condamnations internationales. Durée: 01:03

video ici: http://fr.news.yahoo.com/video/politics-26607486/fusee-nord-coreenne-le-japon-deploie-une-batterie-antimissiles-28891495.html#crsl=%252Fvideo%252Fmonde-5213025%252Ffusee-nord-coreenne-le-japon-deploie-une-batterie-antimissiles-28891495.html






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités japonaise (économies politiques militaire )    Ven 27 Avr - 14:31

Washington retire 9000 GI d'Okinawa






«Environ 9000 marines, accompagnés de leur famille, vont être déplacés d'Okinawa vers une autre affectation en dehors du Japon.»

Citation :
Le redéploiement des troupes américaines ne règle qu'une partie du contentieux avec les habitants de l'île.


Le premier ministre japonais, Yoshihiko Noda, n'aura pas l'impolitesse de se rendre les mains vides à sa prochaine rencontre avec Barack Obama. Tokyo et Washington ont annoncé jeudi dans un communiqué commun être parvenus à un accord sur le retrait de la moitié des 18 .000 soldats stationnés dans l'archipel d'Okinawa, au sud du Japon. «Environ 9000 marines, accompagnés de leur famille, vont être déplacés d'Okinawa vers une autre affectation en dehors du Japon», indique le texte.

Cinq mille seront redéployés sur l'île de Guam, tandis que les autres seront dispersés entre Hawaï et l'Australie. Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a salué cet accord, s'affirmant «très heureux qu'après de nombreuses années nous ayons conclu cet accord important et adopté ce plan d'action». De son côté, le ministre des Affaires étrangères nippon, Koichiro Gemba, a averti: «Les changements dans l'environnement sécuritaire ne nous attendront pas. Le Japon et les États-Unis doivent assumer leurs responsabilités, jouer leur rôle et appliquer les plans rapidement», a-t-il déclaré aux journalistes. Le Japon financera un tiers du déménagement, selon des sources américaines. Aucune échéance n'a été indiquée par les deux pays, montrant que les modalités pratiques sont encore en discussion. Yoshihiko Noda, qui doit rencontrer Barack Obama la semaine prochaine dans la capitale américaine, en parlera sans doute.

Le problème Futenma

L'alliance stratégique entre Tokyo et Washington est plus forte que jamais. Le Japon, «vassal stratégique» de l'Amérique, demeure la pierre de touche militaire des États-Unis en Asie du Nord-Est, face à la Chine. Okinawa, idéalement placée pour rayonner dans la région, est vitale pour l'Amérique. Mais les habitants de l'île, où stationne la moitié du contingent américain, vivent de plus en plus mal son rôle de base arrière de l'Oncle Sam. Les bénéfices économiques des activités autour des bases, régulièrement mis en avant par les deux gouvernements, sont éclipsés par l'omniprésence des militaires (10% du territoire d'Okinawa sont occupés par l'armée américaine), de nombreux actes de délinquance et les nuisances diverses de leurs entraînements. Le processus qui a mené à l'accord annoncé jeudi a commencé en 1996, après le viol collectif d'une jeune fille d'Okinawa par des marines.

Si l'accord vient soulager les Okinawaiens, il ne résout pas le problème crucial du déménagement de la base aéronavale de Futenma. Celle-ci devait être relocalisée dans la baie de Henoko, selon un accord signé en 2006. Mais une poignée d'activistes se relaient en permanence sur le site, avec le soutien de la population, pour empêcher physiquement toute progression des travaux. Le pouvoir central ne parvient pas à les rallier et se retrouve décrédibilisé devant son partenaire américain. Le Japon a eu six premiers ministres en six ans et aucun n'a eu le poids politique nécessaire pour régler le dossier.

«Nous avons pu nous mettre d'accord sur un plan qui prévoit une restitution de notre territoire, qui est concret et qui va de l'avant», s'est félicité Koichiro Gemba, espérant faire sauter cet ultime verrou. Mais, sur le terrain, les responsables politiques locaux refusent obstinément d'aller contre leurs électeurs.


http://www.lefigaro.fr/international/2012/04/27/01003-20120427ARTFIG00506-washington-retire-9000gi-d-okinawa.php






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Invité
Invité



MessageSujet: MISE EN ALERTE DU SYST7ME ANTIMISSILES JAPONAIS   Lun 17 Sep - 16:16

Bonsoir à tous
Citation :
mise en alerte de la protection antimissiles au Japon

Citation:
mise en alerte du système antimissiles au Japon




Fusée nord-coréenne : Tokyo prépare son système antimissile
À quelques semaines du lancement d'une fusée nord-coréenne, le gouvernement japonais a ordonné la préparation de son système de défense antimissile. Tokyo envisage de détruire l'engin spatial si ce dernier menace le territoire nippon.
Par Dépêche (texte)
AFP - Le gouvernement japonais a ordonné la préparation de ses systèmes de défense antimissiles, à trois semaines du lancement prévu d'une fusée nord-coréenne qui pourrait, selon l'ONU, remettre en cause l'aide humanitaire internationale à Pyongyang.
"J'ai donné l'ordre de préparer le déploiement des systèmes PAC-3 et de navires de guerre équipés d'Aegis", a déclaré vendredi le ministre nippon de la Défense, Naoki Tanaka.
Les Forces d'autodéfense -- nom officiel de l'armée au Japon -- vont mettre en état d'alerte les missiles sol-air Patriot Advanced Capability-3 (PAC-3) et les destroyers disposant du système de combat Aegis permettant de tirer des intercepteurs Standard Missile-3 (SM-3).
Les autorités nippones craignent que la fusée nord-coréenne ou des parties du lanceur ne retombent sur le sol japonais ou dans ses eaux territoriales.
Le Premier ministre Yoshihiko Noda devrait donner dans le courant de la semaine prochaine l'ordre formel de détruire la fusée dans le cas où elle menacerait le territoire nippon.
La Corée du Nord a annoncé la semaine dernière qu'elle procéderait au lancement d'un satellite entre les 12 et 16 avril, depuis la base de Sohae, dans le comté de Cholsan (nord-ouest).
Le premier étage de la fusée doit tomber en Mer Jaune, à l'ouest de la péninsule coréenne, et le deuxième étage à l'est des Philippines. Elle pourrait survoler les îles d'Okinawa, un archipel situé à l'extrémité méridionale du Japon.
D'après le quotidien Sankei Shimbun, le ministère nippon de la Défense pourrait déployer deux destroyers équipés d'Aegis près d'Okinawa et un autre en Mer du Japon, entre la péninsule coréenne et l'archipel nippon. Les missiles PAC-3 pourraient être installés sur une île d'Okinawa.
La Corée du Nord affirme que ce tir vise à placer en orbite un satellite d'observation terrestre, mais le Japon, la Corée du Sud, les Etats-Unis et leurs alliés soupçonnent Pyongyang de préparer un test de missile balistique à longue portée.
Actuellement en tournée en Asie, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a répété que ce lancement constituerait "une violation évidente" des résolutions du Conseil de sécurité, qui interdisent à Pyongyang tout essai balistique.
Se disant "très inquiet", il a prévenu que ce lancement pourrait remettre en cause l'aide attribuée à la Corée du Nord, dont une partie de la population souffre de malnutrition.
Le sujet sera discuté la semaine prochaine à Séoul lors d'un sommet sur l'énergie et l'armement nucléaires.
"Un tel acte ébranlerait les récents progrès diplomatiques et, par ses effets sur les donneurs internationaux, pourrait aggraver la situation humanitaire à l'intérieur du pays", a-t-il souligné lors d'un discours à Singapour.
Washington a annoncé fin février que les Etats-Unis livreraient 240.000 tonnes de nourriture à la Corée du Nord, qui s'est engagée à stopper son programme nucléaire et ses lancements de missiles et à laisser entrer des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).
Les Etats-Unis ont déjà prévenu que le lancement compliquerait la livraison de cette aide.
En avril 2009, la Corée du Nord avait déjà procédé à un tir censé mettre en orbite un satellite. Le Japon avait mis en alerte ses systèmes antimissiles et averti qu'il détruirait le lanceur en cas de menace, mais la fusée avait survolé le nord de l'archipel nippon avant de s'abîmer dans le Pacifique.
Le Conseil de sécurité de l'ONU avait condamné ce tir et alourdi les sanctions à l'égard du régime nord-coréen.
En représailles, Pyongyang s'est retiré des pourparlers à six (Chine, Etats-Unis, Russie, Japon et les deux Corées) sur sa dénucléarisation.
L'homme fort du régime communiste à l'époque, Kim Jong-Il, est décédé le 17 décembre 2011 et a été remplacé par son fils cadet, Kim Jong-Un. Le tir prévu mi-avril doit coïncider avec le centième anniversaire de la naissance du fondateur du pays, Kim Il-Sung, grand-père de Jong-Un.


http://www.france24.com/fr/20120323-fusee-nord-coreenne-tokyo-prepare-systemes-antimissiles-defense-japon-pyongyang-onu




Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités japonaise (économies politiques militaire )    Lun 17 Sep - 16:45

Le Japon en alerte face à l'imminence du lancement
tiens une petite vidéo a se sujet








Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Invité
Invité



MessageSujet: SUJET DU MESSAGE   Mar 18 Sep - 14:19

Bonjour Air-Force,bonjour à tous
Merci de la vidéo démonstrative.Finalement la fusée nord coréenne a fait PSHITT !!!! et tout est rentré dans l'ordre .
Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités japonaise (économies politiques militaire )    Mar 18 Sep - 14:51

le PSHITT comme tu dit pour moi a été volontaire de la part des nord coréen,
pour ne pas perdre la face a yeux du monde,
sinon c'est bien qu'il en soit ainsi car la corée de nord aurai eu toute le communauté internationale a dos....!
la préssion ne sait pas fait attendre.






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités japonaise (économies politiques militaire )    Sam 8 Déc - 13:30

Fusée nord-coréenne: l'armée japonaise achève ses préparatifs

Citation :
Le Japon a achevé de déployer des missiles capables d'intercepter la fusée spatiale nord-coréenne dont le tir est programmé entre le 10 et le 22 décembre, a annoncé samedi le ministre japonais de la Défense Satoshi Morimoto.

Les Forces japonaises d'autodéfense ont déployé quatre missiles sol-air Patriot dans le sud du pays et trois autres missiles près de Tokyo. Ces missiles devront abattre la fusée nord-coréenne ou ses débris, s'ils présentent un danger pour la sécurité du Japon. En plus, trois destroyers disposant du système de combat Aegis et de missiles à grande portée SM3 ont pris le large jeudi. Ils patrouilleront le long de la trajectoire de la fusée.

Le Japon contrôlera le vol de la fusée au moyen des radars et d'un satellite de reconnaissance américain. Le gouvernement nippon informera la population du pays du lancement de la fusée nord-coréenne par le biais du système d'alerte Em-Net, qui permet d'échanger des informations urgentes entre le gouvernement et les autorités locales. Après le tir, les autorités japonaises activeront le système national d'alerte aux catastrophes naturelles et aux situations d'urgence J-alert.

Le 1er octobre dernier, la Corée du nord a déclaré qu'elle s'apprêtait à lancer, entre le 10 et le 22 décembre, une fusée censée placer sur orbite un satellite d'observation de la Terre. La communauté internationale a vivement condamné ce projet, soupçonnant Pyongyang de vouloir effectuer le tir dissimulé d'un missile balistique à longue portée. Bien que les étages consommés ne doivent pas tomber sur le territoire japonais, il existe néanmoins un risque d'accidents susceptibles de faire dévier la trajectoire du lanceur.




http://fr.rian.ru/world/20121208/196868530.html
Revenir en haut Aller en bas
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités japonaise (économies politiques militaire )    Jeu 7 Fév - 18:50

Le Japon dénonce l'intrusion de deux avions chasseurs russes dans son espace aérien

Citation :
Regain de tension au large des côtes japonaises. Et cette fois-ci, c'est la Russie qui est concernée. Deux avions chasseurs russes seraient entrés, ce jeudi 7 février, dans l'espace aérien japonais. C'est en tout cas ce qu'a annoncé le ministère japonais de la Défense qui a fait immédiatement décoller quatre appareils des forces nippones.
L'incident aura duré une petite minute, suffisamment pour mettre l'administration nippone dans tous ses états. Le ministère des Affaires étrangères a aussitôt protesté auprès de la Russie. Réponse de Moscou : il n'y a pas eu intrusion dans le ciel japonais.

Ce que les Russes ne démentent pas, en revanche, c'est qu'il y avait bien des Sukhoï dans la région, des avions de lutte anti-sous-marine en manoeuvre en mer d'Okhotsk aux abords des îles Kouriles du Sud.

Or, un contentieux territorial persiste entre les deux pays depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il porte sur quatre îles situées dans le prolongement de la grande île septentrionale du Japon, Hokkaido. La dispute empêche la signature d'un traité de paix entre la Russie et le Japon, et cela depuis 68 ans.

A peine nommé Premier ministre en décembre, les premières déclarations de Shinzo Abe laissaient entrevoir des progrès sur ce dossier, contrairement à celui qui l'oppose à la Chine au sujet des îles Diaoyu/Senkaku.

Ce jeudi, le Premier ministre venait de confirmer son souhait d'aboutir à la signature d'un traité de paix, mais il le faisait devant un parterre d'anciens habitants de ces îles. Moscou a peut-être souhaité envoyer un signal, rappeller que cela ne se ferait pas à ses dépens.
http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20130207-le-japon-denonce-intrusion-deux-avions-chasseurs-russes-son-espace-aerien?ns_campaign=google_choix_redactions&ns_mchannel=editors_picks&ns_source=google_actualite&ns_linkname=asie-pacifique.20130207-le-japon-denonce-intrusion-deux-avions-chasseurs-russes-son-espace-aerien&ns_fee=0

La Chine et la Russie en semi-guerre avec le Japon











Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: actualités japonaise (économies politiques militaire )    Ven 20 Déc - 14:36

Le Japon, appuyé par Washington, renforce son armée face à la Chine



Les tensions entre le Japon et la Chine sont montées d'un cran suite à l'achat par Tokyo de trois îles contestées en Mer de Chine orientale à leurs propriétaires privés le 10 septembre 2012. Les îles font partie de l'archipel de Senkaku, que Pékin revendique sous le nom de Diaoyu.


Le gouvernement japonais a approuvé la nouvelle Stratégie de sécurité nationale. Presque 70 ans après la Seconde guerre mondiale, Tokyo s'engage dans un pacifisme actif fondé sur les principes de la coopération internationale, écrit mercredi le quotidien Izvestia.

Le budget militaire augmentera de 5%, c'est-à-dire que 240 milliards de dollars seront alloués à la défense du pays entre 2014 et 2019. Cette somme permettra d'acheter trois drones, 28 bombardiers Stealth F-35, cinq sous-marins, deux destroyers équipés du système antimissile Aegis, ainsi que 52 navires de débarquement amphibies pour la Force d'autodéfense japonaise. Dans les années à venir il est également prévu d'augmenter les effectifs de l'armée japonaise de 5 000 personnes (ses unités de combat comptent aujourd'hui 154 000 hommes pour un total de 247 000 personnes).

"Le choix des armements révèle les tâches fixées à la Force d'autodéfense japonaise : les drones pour le renseignement, les bombardiers pour l'offensive et les navires amphibies pour faire débarquer les troupes sur des îles", explique l'expert militaire Dmitri Litovkine.

Conformément au nouveau programme de défense nationale, les amphibies sont destinés à protéger les îles japonaises éloignées du territoire du pays - avant tout les îles Senkaku (Diaoyu) en mer de Chine orientale, revendiquées par Pékin. La défense antimissile est destinée à détecter et à protéger le pays contre les missiles nord-coréens.

Le renforcement de l'armée entraînera une hausse des commandes militaires et contribuera au développement économique du pays, qui arrive difficilement à combattre sa dette profonde de 200% du PIB.

La Chine est préoccupée par cette situation et demande aux autorités japonaises de prouver leur engagement pour la paix, en paroles comme en actes. Dans la soirée du 17 décembre l'agence de presse centrale de Chine, Xinhua, a publié un article signalant la "renaissance du militarisme japonais" et a même inventé un slogan en jouant avec le nom du premier ministre japonais : "Oublie l'Abeéconomie, crains l'Abeguerre".
"Pékin tiendra compte des plans du Japon et ajustera ses propres projets en élaborant un nouveau matériel et en augmentant le nombre d'unités déjà existantes. Étant donné que la différence des potentiels économiques augmente constamment en faveur de Pékin, cela ne lui posera aucun problème", a déclaré Alexandre Lomanov de l'Institut de l'Extrême-Orient.

Il faut probablement s'attendre, dans les jours à venir, à un serment de colère nord-coréen adressé aux "marionnettes américaines de Tokyo", dès que la Corée du Nord aura commémoré la mort de Kim Jong-il, décédé le 17 décembre 2011.

L'indignation de Pékin ou de Pyongyang n'arrêteront pas Tokyo. Le premier ministre

Shinzo Abe doit gagner en popularité auprès de ses électeurs, sachant qu'il est arrivé au pouvoir en promettant de relancer l'économie et en adoptant une position ferme sur les litiges territoriaux, notamment concernant les îles Senkaku.

Il s'agit donc bien ici d'une réaction du Japon aux provocations incessantes de Pékin, qui a instauré récemment une zone de contrôle aérien traversant ces îles.

Le Japon peut difficilement concurrencer la Chine à lui seul : sa réaction est appuyée par Washington, qui appelle depuis des mois Pékin à éviter de faire des gestes brusques. Et cela ne concerne pas uniquement le Japon. En renforçant sa présence militaire à l'ouest du Pacifique l'Amérique cherche à équilibrer l'influence croissante de la Chine.

Dans la soirée du 17 décembre, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré à Manille que les litiges autour des territoires tels que Senkaku, les îles Paracels et Spratleys en mer de Chine méridionale revendiqués par la Chine, le Vietnam, les Philippines et d'autres pays, devaient être réglés de manière pacifique.

La veille, les USA ont alloué 32,5 millions de dollars aux pays d'Asie du Sud-Est, notamment au Vietnam, pour renforcer la sécurité maritime sur les territoires contestés. Pékin a immédiatement menacé d'instaurer une nouvelle zone de contrôle aérien en mer de Chine méridionale.

Selon Kerry, si Pékin prenait des mesures unilatérales, Washington ferait connaître sa position. L'influence des États-Unis doit être appuyée par un accord de partenariat Transatlantique en cours d'examen, dont l'Amérique est l'actrice principale. Ce partenariat devrait inclure la plupart des pays de la région à l'exception de la Chine, créant une zone de libre échange entre les pays membres et renforçant leurs liens mutuels.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: actualités japonaise (économies politiques militaire )    

Revenir en haut Aller en bas
 

actualités japonaise (économies politiques militaire )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: ( actualités ) :: Actu (internationales)
-