Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 Libye : le régime de Kadhafi vacille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20, 21  Suivant
AuteurMessage
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Mer 31 Aoû - 21:59

La fermeture des frontières avec la Libye entre en vigueur

Depuis mardi, les trois postes de contrôle frontalier avec l’Etat libyen – Tinalkoum (Djanet), Tarat, et Debdeb (In Aménas) – sont hermétiquement fermés à la circulation dans les deux sens ; obéissant ainsi à la décision prise unilatéralement par Alger, annoncent des sources diplomatiques.

black]]Les différentes administrations intervenant sur la frontière algérienne telles que l’Armée nationale populaire (ANP), les Gendarmes gardes-frontières (GGF), la police de l’air et des frontières (PAF) et les Douanes ont été instruites à l’effet d’exécuter cette mesure. Parallèlement, le réseau de la téléphonie mobile des trois opérateurs exerçant en Algérie a été totalement coupé depuis lundi à 18h jusqu’à mardi, 20h, isolant toute la région du sud-est du pays.

On ignore cependant les raisons qui ont motivé cette action. Inattendue, cette mesure interviendra quelques heures après l’annonce des AE de l’arrivée et l’accueil sur le territoire algérien pour «des raisons humanitaires» de certains membres de la famille d’El Gueddafi, dont sa fille qui a accouché mardi d’une petite fille.

Par cette mesure, explique-t-on, Alger évitera toute incursion des forces loyalistes d’El Gueddafi dans ses territoires, susceptible d’envenimer davantage ses relations avec le CNT. Ce dernier a demandé officiellement leur rapatriement pour qu’ils soient jugés en Libye. Ainsi, ces derniers jours, l’Algérie a été confrontée à plusieurs situations altérant considérablement les relations avec le Conseil national de transition libyen déjà envenimées depuis plusieurs semaines.

Par ailleurs, un mouvement d’individus armés à bord de plusieurs 4x4 a été signalé près des frontières sud-est algériennes nécessitant le déplacement du chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, le général-major Ahmed Gaïd Salah, aux frontières libyennes, où il a inspecté le déploiement des services militaires à la limite du territoire sud-est algérien. La fermeture de cette frontière terrestre avec la Libye est la deuxième du genre après celle prise en 1994 avec la monarchie marocaine, non rouvertes à ce jour.

M.-F. Gaïdi[/
quote]


http://www.elwatan.com/une/la-fermeture-des-frontieres-avec-la-libye-entre-en-vigueur-31-08-2011-138195_108.php






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Jeu 1 Sep - 11:25

Comment la famille El gueddafi a pénétré en algérie

La famille El Gueddafi aurait attendu quatre jours avant de se voir octroyer l’autorisation d’entrer en territoire algérien par les autorités du pays, selon une source militaire.

black]]«Des émissaires de la famille se sont rapprochés du poste-frontière de Tamerkine pour négocier l’entrée en territoire national des membres de la famille du guide libyen en Algérie. Le chef de l’état-major, en visite d’inspection, a été tenu informé. Comme il faisait face à une urgence et devait regagner Alger pour se rendre à Cherchell, il lui était difficile de prendre une décision, d’autant que cela est du ressort des autorités civiles seules habilitées à se prononcer sur le sujet», confie notre source. Les mêmes émissaires auraient pris contact avec les autorités militaires du poste- frontière en invoquant «une urgence». «Les émissaires ont accompagné l’épouse d’El Gueddafi et son fils Hannibal ainsi que le médecin de la famille, ils ont demandé l’autorisation d’entrer en Algérie pour des raisons médicales, la fille Aïcha, enceinte, devait être hospitalisée en urgence ; à Ghdames, c’était impossible.

La présidence de la République a été informée, lundi matin à 8h. Nous avons reçu des instructions pour laisser passer les membres de la famille qui ne sont pas visés par des mandats d’arrêt. Pour cela une liste nominative, avec leur signalement, a été adressée aux responsables sécuritaires, certains ont été refoulés, parmi eux de hauts responsables libyens aux côtés des autres fils d’El Gueddafi», poursuit notre source, refusant de divulguer leur identité.

Sous haute escorte militaire

C’est ainsi que «six voitures blindées ont traversé la frontière, transportant 30 personnes entre membres et domestiques. Les véhicules ont été soigneusement fouillés. Les téléphones portables et autres matériels de communication ont été saisis avec d’autres objets de valeur. Aïcha et sa mère ont été évacuées en urgence à bord d’un hélicoptère à destination de Djanet pour ensuite être transférées dans une clinique privée dans la région». Les gardes du corps, blessés en cours de route, au nombre de dix, ont été refoulés, selon toujours la même source.

Concernant les autres membres de la famille, ils ont été accompagnés sous haute escorte militaire à la résidence d’Etat de Djanet.
Les deux fils d’El Gueddafi ont été séparés du reste du groupe. «Les directives ont été claires, pas de communication en aucun cas avec l’extérieur.» Selon une source proche de la présidence de la République, «Hannibal a informé son père de la décision de l’Algérie d’accueillir sa famille avant qu’il ne traverse la frontière, c’est pour cela que les responsable algériens ont décidé de confisquer le matériel de communication et d’interdire à la délégation tout contact avec l’extérieur, même les éléments de la sécurité nationale ont été instruits de limiter le contact avec les membres de la délégation».

«La famille sera transférée ultérieurement dans une résidence surveillée en attendant la décision des autorités quant à leur sort en concertation avec nos partenaires étrangers. Bien évidemment, en toute souveraineté, ces gens-là ne sont pas visés par des mandats internationaux. Mourad Medelci aura sûrement à expliquer la position de l’Algérie devant le groupe de contact qui se réunira aujourd’hui à Paris.»

Zouheir Aït Mouhoub[/
quote]


http://www.elwatan.com/international/comment-la-famille-el-gueddafi-a-penetre-en-algerie-01-09-2011-138205_112.php






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Jeu 1 Sep - 13:33

Aucune ambiguïté" de l'Algérie sur Kadhafi







Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Ven 2 Sep - 11:00











il va être très difficile de récupéré les armes des rebelles et habitants une fois le calme revenue






Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Ven 2 Sep - 11:13

Libye : L’Algérie sur le point de reconnaître le CNT



Soumises à de fortes pressions internationales après l’arrivée sur son sol d’une partie de la famille El Gueddafi, les autorités algériennes ont dépêché, à Paris, Mourad Medelci, ministre des Affaires étrangères, pour participer à la conférence qui a lieu dans la capitale française.



Le chef de la diplomatie s’est échiné, durant toute la journée d’hier, à balayer les accusations portées par une partie de la communauté internationale sur une éventuelle connivence des autorités algériennes avec le régime du «guide» de la révolution libyenne. L’Algérie a décidé de montrer patte blanche et s’est dit disposée à reconnaître les autorités de transition, lorsqu’elles auront formé un gouvernement représentatif de toutes les sensibilités régionales du pays. Cette déclaration contraste avec la position des autorités algériennes qui avaient adopté, depuis le début du conflit libyen, une position différente en exigeant que le CNT bénéficie d’abord du soutien de la majorité du peuple libyen, à travers l’organisation d’une élection.

Cette condition, défendue notamment auprès de l’Union africaine et de la Ligue arabe, semble avoir été abandonnée. En compagnie d’une soixantaine de pays, l’Algérie a assisté à la réunion de Paris organisée par le président français, Nicolas Sarkozy, et le Premier Ministre britannique, David Cameron, pour élaborer une feuille de route, lancer la transition politique et reconstruire la Libye. Tous ont pris acte de la chute du régime d’El Gueddafi, mais certains, hostiles à l’intervention militaire, rechignaient jusqu’alors à entériner la victoire du CNT. Le sommet de Paris précipite les choses.

La Russie a reconnu hier matin le CNT comme «autorité au pouvoir». Pékin qui s’était, comme Moscou, abstenu lors du vote au Conseil de sécurité de la résolution 1973 qui a permis l’intervention internationale en mars, a dit attacher «de l’importance à la position et au rôle considérable du CNT pour résoudre la crise libyenne». L’heure est désormais à la reconstruction et aussi au partage du gâteau pétrolier libyen, dont les pays moteurs de la coalition espèrent une large part. Dès jeudi, l’Union européenne a levé ses sanctions à l’encontre de 28 «entités économiques» libyennes - des ports ainsi que des sociétés du secteur énergétique et bancaire - pour aider au redémarrage de l’économie, a annoncé sa chef de la diplomatie, Catherine Ashton. L’UE s’est aussi dit prête à aider les nouvelles autorités à former une «police efficace» et «démocratique».

Les premières décisions prises à l’issue de la réunion ont été annoncées lors d’une conférence de presse, au cours de la quelle le secrétaire générale de l’OTAN, M Rasmussen a déclaré que les frappes de l’Otan se poursuivront aussi longtemps que nécessaire, tant que Mouammar El Gueddafi représentera une menace pour son peuple. Lors de son intervention le président Sarkozy annonçait, la levé du gel des avoirs du régime déchu, quinze milliards de dollars, au profit des nouvelles autorités libyennes alors que le chef de la rébellion a appelé les libyens à la paix et à la réconciliation. Seule fausse note dans ce concert de bonnes intentions la décision de l’union africaine (UA) qui se dit pas prête à reconnaître le CNT libyen

Salim Mesbah / Agences

http://www.elwatan.com/weekend/7jours/libye-l-algerie-sur-le-point-de-reconnaitre-le-cnt-02-09-2011-138311_178.php






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Dim 4 Sep - 11:03

Libye: échec des négociations entre rebelles et pro-Kadhafi



Les négociations entre les rebelles libyens et les partisans du régime Kadhafi ont échoué, a rapporté dimanche la chaîne Sky News se référant au commandant des troupes du Conseil national de transition, organe politique de la rébellion reconnu par une soixantaine de pays dont la Russie.

Les négociations ont débuté en Libye suite à l'ultimatum lancé par le CNT pour la reddition des combattants pro-Kadhafi. L'ultimatum a expiré jeudi dernier, mais le CNT l'a prolongé jusqu'au 10 septembre avant d'entamer des discussions de la dernière chance.

"Nos unités se trouvent à 40 milles de Bani Walid, nous entrerons dans la ville dans quelques heure. Nous sommes au bout de la patience. Nous leur avons donné assez de temps", a indiqué Mahmoud Abdul Aziz, représentant des rebelles qui s'apprêtent à attaquer les troupes pro-Kadhafi.

Selon certaines informations, le colonel Kadhafi se cacherait dans la ville de Bani Walid, au sud-est de Tripoli.
Les groupes de rebelles qui attendent l'expiration de l'ultimatum près de Syrte, la ville natale de Kadhafi, sont aussi "au bout de la patience", selon la chaîne.

Les troupes de rebelles libyens appuyées par l'aviation de l'OTAN ont occupé la majeure partie du pays après six mois de combats. Le 23 août, elles ont pris d'assaut la résidence fortifiée de Kadhafi dans le quartier Bab al-Aziziya, en plein centre de Tripoli. Certains membres de la famille Kadhafi ont fui en Algérie. La tête du guide de la Jamahiriya a été mise à prix pour environ 1,7 million de dollars.

http://fr.rian.ru/world/20110904/190830952.html






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Dim 4 Sep - 19:52

Ils sont plus de 30 officiers avec un ex-colonel comme porte-parole
L’Algérie refuse d’accueillir des militaires et responsables dans les renseignements Libyens


L’Algérie a refusé d’accorder le droit d’asile politique à un nombre d’officiers de l’ex Armée Libyenne et cadres du service de renseignement Libyen. Une source bien informée a révélé qu’un nombre important de cadres et d’officiers de l’ex Armée Libyenne ont tenté d’accéder en Algérie en qualité de refugiés, mercredi et jeudi derniers, via un site saharien situé au sud du centre de transit de Debdeb, avant que les autorités militaires et civiles algériennes ne leur refusent l’accès.

Dans ce cadre, une source bien informée a révélé que 12 voitures à quatre roues motrices, qui transportaient plus de 30 officiers Libyens, en plus de 4 voitures transportant des personnes armées qui assuraient l’escorte aux 12 voitures ont stationné mercredi passé dans un site au Sahara, à savoir, « Erg Sati », sur les frontières algéro-libyennes, à environ 200 km au sud de Debdeb. 3 de ces véhicules se ont déplacées vers les frontières algéro-libyennes afin d’avoir la permission d’accès en Algérie. Les personnes en question ont présenté aux autorités algériennes une liste de noms de militaires et civiles Libyens désirant résider en Algérie.

Quelques heures plus tard, Alger a refusé à ces personnes leur demande d’accéder aux territoires algériens. Le convoi en question s’est rendu, par la suite, jeudi soir, vers le sud de la Libye sur les frontières avec le Niger, après le refus des autorités algériennes à ce convoi composé d’ex officiers au sein de l’Armée et des Renseignements Libyens et certains fonctionnaires dans l’ex gouvernement Libyen de rester en Algérie.

Une source ayant rapport avec le dossier de la situation sécuritaire sur les frontières a qualifié l’accueil d’ex militaires de l’Armée est d’inadmissible, du moment que cela signifie que l’Algérie soutien une partie au détriment de l’autre dans la guerre civile en Libye.

Les renseignements dont nous disposons font état que le représentant des refugiés Libyens était gradé de colonel dans l’Armée de Kadhafi alors que la plupart des autres demandeurs d’asile étaient gradés de général, colonel et commandant, dont un responsable de la garde rapprochée du colonel Kadhafi et un fonctionnaire au sein de son cabinet.

La partie algérienne a exprimé la prédisposition de l’Algérie d’accueillir ces réfugiés, cependant, une fois qu’elle s’assurerait qu’elles ne soient pas impliquées dans des crimes et après le cessez-le-feu.

Nos sources ont indiqué qu’un grand nombre d’ex officiers de l’Armée Libyenne, notamment de grands officiers se trouvent actuellement au Sahara avec des forces d’escorte, tentant d’avoir des garanties de l’Algérie d’accorder le droit d’asile à leurs familles. Cependant, Alger a exprimé son refus de satisfaire leur demande justifiant que l’accueil de ces personnes signifie l’accueil de forces armées adverses aux nouvelles autorités qui maitrisent la majorité des territoires Libyens

http://fr.elkhabar.com/?L-Algerie-refuse-d-accueillir-des








Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Accueil de membres de la famille de Kadhafi: Les clarifications de Ouyahia    Lun 5 Sep - 17:56

Accueil de membres de la famille de Kadhafi: Les clarifications de Ouyahia



par M. Aziza
Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a appelé à plus de vigilance, que ce soit des citoyens ou des forces de sécurité, pour lutter contre les attaques terroristes en recrudescence ces derniers jours. Il a estimé en ce sens que, cette fois-ci, les choses sont plus complexes.

« Nous faisons face à des actes commis par des kamikazes et devant des situations pareilles, la plus solide des défenses est la vigilance de tout le monde», a-t-il mentionné en marge de l'ouverture de la session parlementaire d'automne. Pour lui, les attentats suicide commis à Tizi Ouzou et Cherchell, sont une riposte au combat mené par les forces de sécurité contre le terrorisme. «Les actes terroristes enregistrés ces dernières semaines témoignent d'une nette progression de destruction du terrorisme». Le Premier ministre est persuadé que la lutte contre le terrorisme doit se poursuivre «tant qu'il reste un terroriste, c'est une bataille à mener»a-t-il souligné.

Concernant la Libye, Ouyahia, a estimé que le retour «rapide» de la sécurité et de la stabilité en Libye favorisera le rétablissement des relations«étroites» entre l'Algérie et ce pays. «Le retour de la sécurité et de la stabilité en Libye, que nous souhaitons rapide dans ce pays frère, permettra le retour à nos relations fortes et solides et favorisera la construction de l'édifice maghrébin», a-t-il déclaré, tout en réaffirmant la position de l'Algérie vis-à-vis de la crise libyenne. L'Algérie et la Libye «sont liées par des relations de fraternité et de bon voisinage», a-t- ajouté.

Au sujet de l'accueil par l'Algérie des membres de la famille Kadhafi, il dira qu'il s'agit d'un cas humanitaire dans le cadre du traitement par l'Algérie d'autres cas humanitaires. Les membres de la famille Kadhafi présents en Algérie sont «sous la responsabilité des Algériens», a-t-il indiqué en marge de l'ouverture de la session d'automne du Conseil de la Nation, ajoutant que «les Libyens eux-mêmes l'ont affirmé et nous ont demandé de les considérer comme des Algériens». L'Algérie, a-t-il poursuivi, «a une histoire, des traditions et une civilisation et la Libye, pays frère, a un peuple avec une histoire ancestrale, un peuple voisin avec qui nous partageons un passé glorieux et un avenir radieux», précisant qu'il«existe des cas humanitaires que l'Algérie a traités». Le Premier ministre s'est interrogé sur le motif ayant suscité le tollé qui a suivi cette affaire, rappelant que «des responsables d'autres pays» ont déjà été accueillis sans susciter ce tapage médiatique. Ouyahia a rappelé que des membres de la famille du défunt président Saddam Hussein, ont été accueillis par d'autres pays sans soulever un tel tollé tout comme l'accueil du président tunisien déchu «en personne» et de sa famille qui n'a pas provoqué «cette tempête».

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5157365






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Armes chinoises pour la Libye: Nouvelles accusations contre l'Algérie    Mar 6 Sep - 19:42

Armes chinoises pour la Libye: Nouvelles accusations contre l'Algérie



Citation :
par B. Djamel
Malgré les démentis maintes fois réitérés par les hautes autorités de l'Etat, l'Algérie fait l'objet de nouvelles accusations d'ingérence dans le conflit armé libyen. Dimanche, un journal canadien, le « Globe and Mail », avait assuré que la Chine avait proposé des armes en juillet à Mouammar Kadhafi et avait eu des conversations secrètes sur leur livraison via l'Algérie et l'Afrique du Sud, sans que les armes aient été effectivement livrées. Ce que la Chine a démenti hier. Citant des documents en sa possession, le journal canadien a affirmé que les compagnies d'armement chinoises étatiques étaient prêtes à passer outre aux sanctions de l'ONU pour vendre à Tripoli des armes et des munitions pour un montant d'au moins 200 millions de dollars, fin juillet. Le Globe and Mail ne confirme pas que les armes avaient été livrées. Des conseillers militaires de haut rang du colonel Kadhafi se sont rendus à Pékin à la mi-juillet, où ils ont rencontré les responsables des entreprises China North Industries Corp. (Norinco), China National Precision Machinery Import & Export Corp. (CPMIC) et and China XinXing Import & Export Corp, a ajouté le Globe and Mail. Réagissant à ces accusations, la Chine, par le biais du ministère des Affaires étrangères, a affirmé qu‘elle n'a pas fourni de manière directe ou indirecte d'armes en Libye, même si le régime de Mouammar Kadhafi a bien pris contact avec des sociétés chinoises. « En juillet, le gouvernement de Kadhafi a envoyé quelqu'un en Chine à l'insu du gouvernement chinois pour prendre contact avec des membres de sociétés intéressées », a déclaré Mme Jiang Yu, porte-parole de ce ministère. «Les sociétés chinoises n'ont pas signé de contrat commercial et n'ont pas non plus exporté d'équipements militaires en Libye», a ajouté Mme Jiang. «Les compagnies chinoises n'ont pas fourni d'équipements militaires à la Libye, de manière directe ou indirecte», a-t-elle répété. Interrogée sur les éventuelles sanctions que Pékin pourrait prendre contre les sociétés chinoises impliquées, elle a répondu: «Les autorités chargées des ventes d'armes prendront assurément ceci avec gravité».

L'Algérie a, à plusieurs reprises, réaffirmé sa position de neutralité vis-à-vis du conflit libyen. Dans une déclaration à la presse, dimanche, le Premier ministre Ahmed Ouyahia a rappelé que l'Algérie «a une histoire, des traditions et une civilisation et la Libye, pays frère, a un peuple avec une histoire ancestrale, un peuple voisin avec qui nous partageons un passé glorieux et un avenir radieux»,précisant qu'il «existe des cas humanitaires que l'Algérie a traités», allusion faite à l'accueil des membres de la famille Kadhafi. De son côté, le ministre des Affaires étrangères M. Mourad Medelci avait indiqué vendredi que la « conférence de Paris » a permis à l'Algérie de réaffirmer sa position sur le conflit en Libye, partagée désormais par nombre d'acteurs internationaux. A quelques heures de l'ouverture de cette conférence, M. Medelci avait affirmé qu'il n'y a aucune ambiguïté dans la position algérienne concernant le conflit en Libye et que sa neutralité n'est pas synonyme de complicité avec le régime de Kadhafi. L'Afrique du Sud, autre pays accusé dans l'affaire de l'armement chinois, n'a pas assisté à la conférence de Paris pour exprimer son mécontentement de la façon dont la résolution 1973 de l'ONU a été interprétée pour mener des frappes aériennes en Libye, selon le président Jacob Zuma.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5157409






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Ven 9 Sep - 18:51

Le Niger promet d'arrêter Kadhafi s'il entre sur son territoire

Citation :
Les autorités du Niger ont fait savoir qu'elles respecteraient leurs engagements internationaux si Mouammar Kadhafi et ses collaborateurs recherchés par la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye se présentaient sur le territoire nigérien, a annoncé l'agence Reuters, se référant à Massaoudou Hassoumi, directeur de cabinet du président Mahamadou Issoufou.

"Nous sommes signataires du Statut de Rome [sur la CPI]. Donc, ils [les responsables libyens] savent bien à quoi s'en tenir s'ils arrivent chez nous", a déclaré M. Hassoumi, ajoutant que le Niger respecterait ses engagements internationaux.

Fin mai, le CPI avait délivré un mandat d'arrêt contre l'ex-guide libyen, son fils Seïf al-Islam et le chef des services secrets militaires Abdallah Al-Senoussi. Jeudi, le procureur de la Cour, Luis Moreno-Ocampo, avait demandé à Interpol d'émettre un avis de recherche contre ces hommes. Cet avis avait été lancé vendredi.

Selon une source au sein des forces de sécurité nigériennes, 14 responsables du régime de Mouammar Kadhafi, dont le général Ali Kana, sont arrivés vendredi dans le nord du Niger. Les autorités du pays affirment les avoir accueillis "pour des raisons humanitaires" et soulignent qu'aucune de ces personnes n'était recherchée par la Cour de La Haye.

http://fr.rian.ru/world/20110909/190933199.html






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Lun 12 Sep - 12:30

Libye : Des rebelles contestent le CNT, 12 morts.



par Dominique Soguel De L'afp



Citation :
Les forces du nouveau pouvoir libyen se préparaient, hier dimanche, à attaquer les derniers bastions pro-Kadhafi, au lendemain du feu vert des dirigeants, tandis que des premiers combats entre anti-Kadhafi ont fait 12 morts au sud-ouest de Tripoli. Dans la matinée, des dizaines de pick-up surmontés de canons anti-aériens étaient massés à l'entrée de Bani Walid, 170 km au sud-est de Tripoli, et des combattants de plus en plus nombreux prenaient position, selon des journalistes de l'AFP.

Des combattants du Conseil national de transition (CNT) ont affirmé avoir mené plusieurs missions de reconnaissance jusque dans le centre de Bani Walid, sans rencontrer de résistance de la part des partisans de l'ex-homme fort du pays, Mouammar Kadhafi.

«Nos éclaireurs ont repéré des tireurs embusqués et des combattants dans le centre-ville, mais la périphérie est sous notre contrôle», a déclaré l'un d'eux, ajoutant: «Les rebelles et les habitants coopèrent maintenant». Auparavant, les combattants pro-CNT avaient expliqué avoir délogé depuis samedi les pro-Kadhafi de Wadidinar, une vallée à l'ombre de Bani Walid, lors d'affrontements qui ont fait quatre morts de chaque côté, selon des sources médicales et au sein du CNT. «Notre plus gros défi était la présence de tireurs embusqués dans la vallée. Mais aujourd'hui, nous espérons entrer dans Bani Walid», a déclaré le colonel Ahmad Ali Mohammed. Des proches du colonel Kadhafi, et en particulier son porte-parole Moussa Ibrahim, pourraient être réfugiés à Bani Walid. Les forces anti-Kadhafi avaient déjà lancé samedi matin «une attaque contre Bani Walid», mais avaient «dû se retirer ensuite pour des raisons tactiques», selon Abdallah Kenchil, un responsable des négociations du côté du CNT. «L'Otan est en train de bombarder et ils nous ont dit de rester en arrière», a expliqué Moustapha Sanoussi, un combattant pro-CNT originaire de Bani Walid. Un autre journaliste de l'AFP a rapporté que des combattants rassemblés depuis l'aube à Hicha, à 90 km de Misrata, avaient commencé à marcher par l'ouest vers Syrte, la région natale de Mouammar Kadhafi. Les hommes étaient soutenus par quelque 200 véhicules, en particulier des pick-up équipés d'artillerie légère, de kalachnikovs, de roquettes Grad et de batteries anti-aériennes. Les habitants faisaient le signe de la victoire au passage des combattants, qui retiraient des bâtiments le drapeau vert, symbole de Mouammar Kadhafi. Sur le front Est de Syrte, les combattants pro-CNT étaient encore à une soixantaine de kilomètres de la ville. Selon un commandant du front ayant requis l'anonymat, il n'y aura «pas de grande offensive avant une semaine». Après l'échec de négociations en vue de la reddition des bastions pro-Kadhafi de Bani Walid, Syrte et Sebha, Moustapha Abdeljalil, président du CNT, avait donné samedi le feu vert aux combattants: «Maintenant, la situation est entre les mains des combattants révolutionnaires (...). Nous leur laissons le choix de décider (d'attaquer) quand ils le voudront». Sur le plan politique, M. Abdeljalil est arrivé samedi soir à Tripoli pour sa première visite dans la capitale libyenne depuis le début du soulèvement contre Mouammar Kadhafi en février. Sa visite était très attendue par les partisans du CNT, qui espèrent qu'elle aidera à apaiser les rivalités apparues entre les groupes rebelles. Des combattants à Misrata, la troisième ville de Libye, ont commencé à contester l'autorité du CNT (qui siège à Benghazi-est), refusant de remettre des chars abandonnés. «Nous devons mettre toutes nos forces ensemble pour libérer les villes» encore aux mains des pro-Kadhafi, a déclaré M. Abdeljalil. Et «nous ne devons pas oublier que Mouammar Kadhafi est toujours vivant et qu'il a toujours de l'argent et de l'or pour corrompre les gens». Malgré tout, 12 personnes ont été tuées et 16 autres blessées dans des affrontements samedi entre combattants anti-Kadhafi rivaux de trois villes du sud-ouest de la Libye. Sur fond de rivalités anciennes, les affrontements ont opposé des combattants de Gharyane et Kikla, d'une part, à des combattants d'Al-Assabaa d'autre part, ont indiqué à l'AFP le président du Conseil local de Gharyane, Wahid Barchane, et le chef du conseil militaire d'Al-Assabaa, Saad al-Chartaa. Selon M. Barchane, «les révolutionnaires de Gharyane et Kikla sont tombés dans une embuscade à Al-Assabaa, après avoir demandé aux combattants de cette ville de rendre leurs armes lourdes et être venus pour les réceptionner». Al-Assabaa comptait de nombreux fidèles de Mouammar Kadhafi, et selon M. Barchane, les combattants de Gharyane et de Kikla ont l'intention de «nettoyer totalement Al-Assabaa des fidèles de l'ancien régime» et de «tenter de le faire sans effusion de sang». De son côté, M. Chartaa a fait état de contacts pour «contenir la situation» et d'une intervention du CNT pour calmer la situation

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5157639






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Lun 12 Sep - 17:56

Saadi Kadhafi se réfugie au Niger

Saadi Kadhafi, troisième fils du colonel Kadhafi, s'est refugié dimanche au Niger, a annoncé le ministre nigérien de la Justice, Marou Amadou.



video : http://fr.rian.ru/video/20110912/191026308.html






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Mar 13 Sep - 12:39

Libye : 32 proches d’El Gueddafi réfugiés au Niger



Ces personnes ont été «reçues» pour des «raisons humanitaires», a indiqué le gouvernement.



Citation :
Trente-deux proches de l’ex-dirigeant libyen Mouammar El Gueddafi, dont Saâdi, un de ses fils, sont arrivés au Niger depuis le 2 septembre, a affirmé, hier, le Premier ministre nigérien, Brigi Rafini, rapporte l’AFP. «Il s’agit de 32 personnes au total que nous avons chez nous, dont un des fils du guide libyen en la personne de Saâdi, et aussi trois généraux», a indiqué Brigi Rafini, faisant le point devant des diplomates étrangers accrédités à Niamey. Ces personnes sont entrées en quatre groupes et ont été «reçues» au Niger pour «raisons humanitaires», a-t-il souligné. Le dernier groupe comprenant Saâdi et huit autres proches de son père a été «intercepté» dimanche dernier dans le nord du Niger par les forces de défense et de sécurité nigériennes, a dit le Premier ministre nigérien. «A notre connaissance, parmi les 32 personnes présentes au Niger, aucune ne fait l’objet de mandat d’arrêt ou de poursuites par les instances (judiciaires) internationales», a indiqué Brigi Rafini.

Le Niger, qui a officiellement reconnu le Conseil national de transition (CNT) libyen, a assuré qu’il respecterait ses engagements auprès de la justice internationale concernant des pro-El Gueddafi recherchés et présents sur son sol. Selon Niamey, les trois généraux libyens actuellement au Niger sont Al Rifi Ali Al Sharif, chef de l’armée de l’air libyenne avant la chute du régime, Ali Khana, garde du corps d’El Gueddafi et chef des forces libyennes d’Obari, dans le sud de la Libye, à 200 km au nord du Niger, et Mahammed Abydalkarem, du commandement de la région militaire de Murzuk, dans l’extrême sud de la Libye. Mansour Daw, chef des brigades sécuritaires d’El Gueddafi, est également au Niger depuis le 4 septembre.

Le Premier ministre nigérien a réaffirmé les risques que fait planer le conflit en Libye voisine sur son pays déjà sous la menace des jihadistes d’Al Qaîda au Maghreb islamique (AQMI). Risques qui constituent pour lui «une grosse préoccupation». «Tous les dépôts d’armes dans ce pays frère ont été ouverts, beaucoup de personnes se sont servi et beaucoup d’armes ont traversé les pays voisins de la Libye pour des fins qui ne sont certainement pas pacifiques», a-t-il alerté. Les nouvelles autorités libyennes recherchent toujours en vain l’ancien homme fort de Libye et d’autres de ses fils, comme Seïf Al Islam, qui fut présenté comme son successeur potentiel.

El Gueddafi parle «de combat jusqu’à la victoire»

De son côté, le colonel Mouammar El Gueddafi a affirmé n’avoir d’autre choix que de combattre «jusqu’à la victoire», dans un message transmis par la chaîne de télévision Arraï, basée à Damas, qui a assuré que l’ancien guide se trouvait toujours en Libye. «Il n’est pas possible de céder la Libye aux colonisateurs une nouvelle fois», a affirmé le leader déchu dans ce message lu par le directeur de la chaîne, l’Irakien Michane Al Joubouri, et repris hier par l’AFP. «Il ne nous reste plus que le combat jusqu’à la victoire et la déroute de ce coup d’Etat», ajoute-t-il en allusion aux nouvelles autorités libyennes. «Le peuple libyen n’a plus d’autre choix que vaincre ce coup d’Etat et sauver la révolution», poursuit le colonel El Gueddafi. «Nous ne pouvons pas donner notre pétrole au peuple français», insiste aussi El Gueddafi dans son message.

Par ailleurs, la Chine a formellement reconnu hier le CNT comme «l’autorité gouvernante et représentative du peuple libyen», a rapporté l’agence officielle Chine Nouvelle. Pékin «a officiellement reconnu le CNT de Libye en tant qu’autorité gouvernante et représentative du peuple libyen». Prenant acte de la chute du régime de Mouammar El Gueddafi, la Chine, qui avait déjà demandé la semaine dernière au CNT de « garantir réellement les intérêts des entreprises chinoises en Libye», devient ainsi le dernier membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU à reconnaître officiellement l’organe politique de la rébellion.

Pékin a évacué de Libye en février et en mars, lors d’une opération de grande envergure, quelque 36 000 de ses ressortissants employés dans les hydrocarbures, la construction, les chemins de fer ou les télécoms. La deuxième puissance économique mondiale a mis en œuvre environ 50 grands projets en Libye pour une valeur estimée à au moins 18,8 milliards de dollars, selon le ministère chinois du Commerce.

Rédaction internationale



http://www.elwatan.com/international/libye-32-proches-d-el-gueddafi-refugies-au-niger-13-09-2011-139628_112.php






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Jeu 15 Sep - 21:00

La face cachée de la guerre en Libye



Citation :
La circulation illégale d’armes libyennes dans le Sahel demeure l’une des principales inquiétudes soulevées par les pays du Champ à l’occasion de la tenue à Alger, les 7 et 8 septembre, de la conférence internationale sur la sécurité et le développement dans le Sahel. Une préoccupation exprimée avec force par les pays de la région et que partage un pays comme les Etats-Unis, dont la porte-parole avait déclaré que les nouvelles autorités libyennes devaient veiller à ce que les stocks d’armes volés des casernes ne menacent pas la sécurité de la région et des Etats voisins. Lors de la conférence de presse animée à l’issue des travaux de la rencontre d’Alger, M. Messahel avait fait part de son souhait de voir ces mêmes autorités libyennes faire de la récupération de ces armes une de leurs priorités. Et au regard de l’importance que revêt cette question pour l’ensemble des pays du Champ, le ministre délégué chargé des Affaires africaines et maghrébines s'est dit optimisme de voir Tripoli prendre en charge cette préoccupation. Un optimisme puisé dans sa connaissance d’éléments faisant état de la décision des autorités libyennes de placer les questions sécuritaires au cœur de leurs priorités. Pourtant, à la faveur de cette information livrée par des diplomates onusiens et selon laquelle le Conseil de sécurité « s'apprêtait » à voter cette semaine un texte portant sur l'allègement de certaines sanctions prises à l’encontre de la Libye, dont un embargo sur les armes, il y a lieu de se demander si les partenaires extrarégionaux du Sahel, qui ont pris part à la rencontre d’Alger, et dont certains ont le droit de veto au Conseil de sécurité, ne jouent pas double jeu. En effet, il est difficile de comprendre que l’on puisse venir à Alger partager les inquiétudes des pays du Champ quant aux dangers que fait peser sur la région la circulation illégale de milliers d’armes et aller par la suite à New York adopter une résolution qui permet de lever l’embargo imposé sur la vente d’armes aux Libyens. N’aurait-il pas été plus judicieux de faire en sorte que les nouvelles autorités libyennes récupèrent avant tout leur arsenal de guerre aux mains de civils avant d’envisager de les réarmer ? Mais il est vrai que l’industrie militaire a besoin de nouveaux marchés pour écouler toutes les armes qu’elle fabrique. C’est la preuve aussi que les pays ayant intervenu militairement en Libye n’ont jamais perdu de vue leurs intérêts commerciaux. Et si cela doit se faire au détriment de toute une région, le Sahel en l’occurrence, eh bien tant pis pour sa population !
Nadia Kerraz

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/16614






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Dim 18 Sep - 16:57



ARMES, TRAFIC DE DROGUE ET ÉMIGRATION


La Libye implose, le Sahel s'embrase.


Par Ikram GHIOUA - Dimanche 18 Septembre 2011

Citation :


Le Niger n'a pas besoin d'une base militaire étrangère pour assurer sa sécurité.

La crise en Libye qui a chamboulé toutes les donnes en Afrique, à l'ombre de l'intervention militaire occidentale, a nourri les réseaux terroristes qui se sont renforcés en armement.
Le porte-parole du gouvernement nigérien, Marou Amadou, est revenu vendredi dernier sur cette question pour souligner qu'Al Qaîda au Maghreb islamique et les armes disséminées mettent le Sahel en danger. Il ajoute que les gens doivent voir les vrais problèmes dans cette crise libyenne: elle renforce Al Qaîda au Maghreb, elle renforce les trafiquants de drogue pour qui le Sahel, vaste territoire de six millions de km2, est un refuge. Le porte-parole du gouvernement nigérien tire la sonnette d'alarme et avertit: «Le pire, ce ne sont pas les quelques réfugiés libyens proches du dirigeant Mouamar El Gueddafi qui ont trouvé refuge au Niger, c'est la complication extrêmement grave que cette guerre induit sur la sécurité et la stabilité déjà fragiles.» Ces forces s'organisent, elles font ce qu'elles veulent et sont une menace pour les gouvernements et sont surtout une menace pour les capitales européennes, dit-il. Ces déclarations sont venues comme pour soutenir les propos exprimés une journée avant par le général Carter Ham, Haut commandant d'Africom, qui soutenait qu'Al Qaîda au Maghreb et ses alliés constituent une menace pour l'Afrique, notamment le Sahel et les Etats-Unis d'Amérique. Les deux d'ailleurs formulent les mêmes inquiétudes et il est utile de rappeler que les autorités militaires algérienness avaient averti sur les retombées négatives que peut engendrer la crise en Libye sur toute la région après l'intervention des forces de l'Otan restées sourdes aux multiples mises en garde. Le porte-parole du gouvernement nigérien dit que le Mali et le Niger ont besoin rapidement d'appuis en armements, en équipements et en renseignements: «Nous n'avons pas besoin d'une base militaire étrangère pour assurer notre sécurité. Nous avons besoin d'équipements militaires, de moyens aériens pour contrôler ce vaste désert.» déclare-t-il La prolifération des armes et le renforcement des réseaux terroristes et trafiquants de tout genre, ne constituent pas les seules conséquences, subies par la région. On rapporte également le sort déplorable réservé par les insurgés libyens aux migrants africains et aux touareg. Un fait vérifié, comme rapportent plusieurs journalistes, pouvant, «provoquer une cassure préjudiciable entre la nouvelle Libye et l'Afrique subsaharienne». Jusqu'au 27 septembre, fin du mandat d'intervention de l'Otan, la cinquantaine des katibate du CNT semblent décidées à pratiquer une épuration ethnique. Le coordinateur du Mouvement touareg pour la Libye, Ishaq Ag al-Husseini, avait lancé un SOS en direction de l'Algérie pour rouvrir ses frontières et venir en aide aux touareg qui sont victimes d'assassinats collectifs et de violences barbares. 600.000 Touareg libyens subissent un véritable pogrom. La presse rapporte que dans les campements de fortune, à la frontière égypto-tunisienne, dans les fermes et les bases militaires abandonnées à la périphérie de Tripoli, Bamako ou Niamey, où ils ont parfois réussi à rentrer, tous racontent la même histoire. On les accuse d'être des pro-Gueddafi. Pris au piège d'une guerre à laquelle ils n'ont pas participé, ils ont été arrêtés, battus, spoliés et parfois tués. La situation des communautés africaines s'est davantage compliquée depuis la prise de Tripoli.
Le harcèlement s'est intensifié, prenant pour cibles, dans une moindre mesure, les Libyens noirs (un tiers de la population, selon les estimations), et surtout les dizaines de milliers de Subsahariens qui travaillaient depuis des années en Libye, occupant bien souvent des emplois subalternes dans le bâtiment ou la restauration, ainsi que les très nombreux migrants refoulés aux portes de l'Europe. Soudanais, Éthiopiens, Tchadiens, Nigériens, Maliens, Sénégalais... Ils étaient 1,5 million aux premières heures du conflit. Soupçonnés d'être à la solde d'El Gueddafi, ils sont aussi arrêtés, battus, spoliés et tués. Que devient le pouvoir du CNT dans ce contexte? Il semble que l'organe politique des insurgés libyens n'a aucun poids, il n'est reconnu que par un seul des pays du champ direct des Etats situés à ses frontières, le Niger. La Mauritanie, le Mali et l'Algérie restent formels sur leur position. Mais ces quatre Etats confrontés déjà à une sérieuse menace terroriste ont pour souci de confirmer leur alliance dans la lutte antiterroriste.
La situation, confient des sources sécuritaires est très tendue. Pour ces mêmes sources, le CNT soutenu par l'Otan, la France et la Grande-Bretagne surtout, est appelé à disparaître.
Les informations en possession de nos sources font état d'une implosion au sein de ce conseil et la situation en Libye n'est pas près de se redresser, qualifiant la visite de Sarkozy, chef de l'Etat français et de Cameron, Premier ministre anglais, qui joue le second rôle dans la crise, d'une stratégie politique pour défier les Etats-Unis qui affichent plus de réserve, faisant de la lutte antiterroriste leur première préoccupation.

http://www.lexpressiondz.com/actualite/139131-la-libye-implose-le-sahel-s-embrase.html



il est beau le résultat les risque d'attentats sont maintenant au plus haut point et çà partout dans le monde,

avec toutes les armes qui circule dans la nature


SITUATION EN LIBYE
Les terroristes grands gagnants ?



Citation :
Yves Bonnet et Eric Denécé, deux spécialistes français du renseignement, ont analysé, hier, la situation politique et sécuritaire au Maghreb et au Sahel suite à l’intervention de la France et de l’Otan en Libye. Une action — contestée sur le plan du droit et des «valeurs fondamentales» — qui, à terme, profitera aux groupes terroristes.
Tarek Hafid - Alger (Le Soir) Le constat du préfet Yves Bonnet est sans appel : la France a bafoué toutes ses valeurs fondamentales en se faisant le fer de lance de l’intervention étrangère en Libye. «On m’a récemment demandé ce que la France avait à gagner et à perdre dans son aventure en Libye. A mon avis, elle a gagné des marchés, des débouchés économiques. Mais cela n’est pas durable. Par contre, ce qu’elle a perdu est du domaine de l’intangible, de l’immatériel. C’est la grandeur de notre message, c’est la valeur éternelle de nos grands principes révolutionnaires. Je considère que rien ne justifie l’oubli de nos principes», a affirmé, hier, le préfet Yves Bonnet, lors d’une conférence animée dans le cadre d’une rencontre-débat sur la «menace terroriste à la lumière de la situation en Libye». L’ancien patron de la Direction de la surveillance du territoire, l’ex-service français de contre-espionnage, qui s’est rendu en Libye ces derniers mois, s’interroge, encore, sur les raisons qui ont mené Paris à engager une action contre un dictateur qui avait réussi à se réconcilier avec les Etats occidentaux. «On a demandé au colonel Kadhafi de lutter contre Al Qaïda, il l’a fait. On lui a demandé de lutter contre l’immigration clandestine sub-saharienne, il l’a fait. On lui a également demandé de barrer la route à l’islamisme radical, il l’a fait aussi. Comme l’ont fait d’ailleurs, Ben Ali et Moubarak. Il ne faut tout de même pas être amnésique. Je ne sais pas ce qu’a fait Kadhafi pour mériter autant d’attention, mais aujourd’hui, on se souvient de l’image de deux amis (Sarkozy et Kadhafi), qui s’enlaçaient. Finalement, l’un a planté son poignard dans le dos de l’autre. On le voit, les enjeux sont énormes en termes de biens matériels et de marchés et j’oserai dire en termes de partage d’une dépouille», a-t-il indiqué. Pour Yves Bonnet, l’argument de l’ingérence humanitaire est, dans ce cas précis, fallacieux. «Voyez ce qui se passe en Corée du Nord, pourtant nul n’a l’idée d’aller intervenir militairement dans ce pays», ironisera Bonnet qui dirige aujourd’hui le CIRET/AVT, un centre de recherche sur le terrorisme.
Alliance «Occidentauxdjihadistes»
De son côté, Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, estime que la situation en Libye «constitue un facteur de propagation énorme du terrorisme dans ce pays, au Maghreb, dans la région sahélo-sahélienne et, probablement, même dans le Bassin méditerranéen ». «Aujourd’hui, nous sommes, occidentaux, dans une alliance contre-nature avec des djihadistes qui prônent des valeurs totalement contraires aux nôtres. Nous avons créé une situation extrêmement grave. Tous les groupes terroristes qui ont commencé à baisser la tête sous les coups de boutoir des Occidentaux mais aussi de pays comme l’Algérie sont en train de redresser la tête et de profiter de l’afflux massif d’armes en provenance de Libye», a insisté Eric Denécé. «Je n’ai aucun état d’âme à propos du sort de Kadhafi. Mais dans le contexte actuel, nous devons reconnaître que le remède sera pire que le mal.» Selon son analyse de la situation, les membres «pro-américains » et «démocrates» du Conseil national de transition (CNT) seront les premiers à être «avalés» par les membres des factions islamistes de cette instance.
T. H

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/09/18/article.php?sid=123082&cid=2






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Mer 21 Sep - 12:31

Libye: les forces du CNT contrôlent deux importantes villes oasis, dans le sud



Citation :


Les forces du Conseil national de transition (CNT) ont conquis mercredi Sebha et Waddan, deux importantes villes dans le désert du sud de la Libye mais ont subi de lourdes pertes dans leur offensive sur Syrte, un bastion de l'ex-dirigeant Mouammar Kadhafi.
"Nous contrôlons totalement la ville de Sebha. Tout le monde, y compris les pro-Kadhafi, est maintenant avec la révolution", a indiqué à l'AFP Abdelmajid Seifennasr, responsable de la région de Sebha au sein du CNT ajoutant que "quelques individus non organisés essaient de résister ici et là".
Sebha, fief des Kadhadfa, la tribu de Mouammar Kadhafi, à 750 km au sud de Tripoli, constituait un important objectif des combattants pro-CNT avec l'oasis de Djofra (300 km au nord-est de Sebha).
Selon Mustapha el-Houni, représentant de cette région au CNT, la ville de Waddan a également été "libérée" et désormais l'oasis de Djofra dont elle fait partie est contrôlée à environ 70%.
L'oasis de Djofra compte environ 75.000 habitants. Elle est située à 300 km au sud de Syrte et regroupe les villes de Waddan, Houn, Sokna et Zila.
Selon des responsables du CNT, la direction des opérations militaires des pro-Kadhafi est située à Houn et ces derniers disposent d'un important stock d'armes dans cette oasis.
En revanche à Syrte (360 km à l'est de Tripoli) où se déroulent d'âpres combats, les pro-CNT ont enregistré de lourdes pertes et à Bani Walid (170 km au sud-est de la capitale), le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué une aide alimentaire aux habitants qui fuient les tirs.
Au moins 45 combattants pro-CNT ont été tués et plus de 200 blessés depuis le lancement la semaine dernière de leur offensive sur Syrte, région natale de l'ex-leader, selon des sources médicales à Misrata.
"L'offensive sur Syrte a coûté cher en terme de victimes", a indiqué à l'AFP Souheig Abou Garza à Misrata (150 km à l'est de Syrte), où les victimes des combats sont amenées.
Le 15 septembres, les combattants du nouveau régime ont pu entrer dans Syrte par l'ouest et le sud, mais ils continuent à se battre sur le front est de la ville. Les forces fidèles à l'ex-dirigeant Mouammar Kadhafi y ont opposé une résistance inattendue.
Des échanges de tirs sporadiques de roquettes et d'obus de mortier secouaient mardi la ville, selon des témoins.
Seize blessés graves ont été évacués par un avion qatari vers Malte pour soulager les hôpitaux de Misrata débordés depuis l'offensive sur Syrte.
"Il y a trop de pression dans les salles d'opération, nous envoyons les blessés les plus graves vers l'étranger", a indiqué le Dr Mahmoud al-Bakhouch à l'AFP.
Mardi, les unités de soins intensifs étaient totalement engorgées par l'arrivée massive de blessés à Misrata. Quatre scanners étaient en panne et le personnel manquait de ventilateurs alors que les températures restent élevées dans ce pays d'Afrique du nord.
A Syrte, "la majorité des habitants est avec Kadhafi", a estimé Zouber al-Gadir, porte-parole du conseil militaire de Misrata, estimant que cette loyauté tient essentiellement au contrôle qu'exerce les pro-Kadhafi sur les médias locaux à Syrte.
A Bani Walid, vaste oasis au relief accidenté, les combats ont repris mardi mais les hommes des nouvelles autorités, qui se trouvent à une vingtaine de km de la ville, peinent à progresser en raison des difficultés d'un terrain difficile et d'une forte présence de tireurs embusqués.
"Un convoi du PAM a distribué 137 tonnes d'assistance alimentaire dimanche à Schmaikh, où des milliers de personnes ont fui après les combats survenus à Bani Walid", a indiqué un porte-parole du PAM.
Mouammar Kadhafi, en fuite depuis la chute de Tripoli fin août, s'est manifesté dans un enregistrement sonore diffusé par la chaîne arabe Arraï qualifiant de "mascarade" les évènements en cours et appelant les Libyens à "ne pas croire" qu'un changement de régime y est survenu.
Le chef du CNT Moustapha Abdeljalil en visite a New York a déclaré au président américain Barack Obama penser que le dirigeant déchu était toujours en Libye.
Le numéro deux du CNT Mahmoud Jibril, également à New York a indiqué pour sa part que la Libye sera dotée d'un gouvernement "dans une semaine à dix jours maximum".
Reconnu par l'ONU comme représentant du peuple libyen, le CNT a annoncé le 2 septembre qu'il comptait diriger le pays jusqu'à l'élection dans huit mois d'une Assemblée constituante, avant des élections générales un an plus tard.
L'Union africaine, longtemps réticente à l'égard du CNT, a finalement reconnu mardi l'organe politique du nouveau pouvoir comme représentant légitime du peuple libyen.


AFP



http://www.elwatan.com/depeches/libye-les-forces-du-cnt-controlent-deux-importantes-villes-oasis-dans-le-sud-21-09-2011-140608_167.php






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Jeu 22 Sep - 19:38




http://www.elkhabar.com/ar/monde/265804.html


OTAN a étendu sa mission en Libye pendant trois mois, en commençant Octobre prochain. Et a reçu l'approbation de la décision d'étendre la plupart des membres de l'OTAN, bien que le Conseil a annoncé le règlement de contrôle intérimaire de tous les sol libyen, à l'exception du Bani Walid et marchait, alors que dans le grip est tombé Sabha, hier. Soulève une grande question sur les raisons de cette extension et sa légalité.
et déclarée en France et la Grande-Bretagne de prolonger la mission de l'OTAN en Libye, une période supplémentaire de trois mois, comme l'autorisation donnée par le Conseil de sécurité se termine le 27 de ce mois.
mais le mandat d'intervenir a été une décision du Conseil de sécurité, mais que la prolongation était pas autorisé, ne pas faire appel à des membres de l'OTAN, qui a mené la guerre en Libye et a fait tomber le régime de Kadhafi, la peine de revenir au Conseil de sécurité pour obtenir un nouveau mandat, ce qui conduit à la question concernant la légalité de la nouvelle extension et si contraire au mandat-je?
et les opérations ont été L'OTAN a reçu la condamnation de nombreux pays et organisations internationales, comme la Russie et l'Union africaine, qui a vivement critiqué ce qu'il considérait comme une violation de la résolution de l'AGNU 1973, de sorte que la mission de l'OTAN était de protéger les civils, mais il est devenu, Hsabhm, la guerre et laissé les civils morts.
et les observateurs croient un Libyen que l'OTAN tente de profiter de sa présence dans la région autant que possible, étant donné les changements qui ont lieu, surtout après les révolutions de la Tunisie et l'Egypte, ainsi que de trouver Almikanezmat par lequel ils sont mis à l'échelle du rôle des islamistes en Libye, qui est devenu le djihadiste de faction actuellement le plus puissant dans le domaine, et tente d'étendre sa main sur la l'arène politique. Il ya beaucoup de peur, en particulier par l'Union européenne, qui a averti de l'actuel djihad et d'Al-Qaïda et de la gravité de la propagation de l'arsenal d'armes dans la région, ce qui va changer la carte de la sécurité de façon drastique dans la région, particulièrement le long de la côte. source de fatwas inconnu dans la capitale libyenne , dans ce contexte, selon le journal Mermaid''Libya nouvellement établis, et qui est délivré à Tripoli, les islamistes ont commencé Itaglglun dans la gestion de la vie publique dans la capitale, à travers l'émergence de comités de l'ordre de la vertu et la prévention du vice, ainsi que la poursuite des éléments de ce qui est connu ni la révolution de Février 17 à exercer la tutelle de la ville , avec l'émission de fatwas n'ont pas connaître la source des appels pour le voile obligatoire et l'interdiction des femmes d'aller travailler et d'attaquer n'importe quelle émission de télévision où une fille. Le journal local qui suivent il semble que la tendance libérale en Libye après Kadhafi, livres rédacteur en chef, Fathi Ben Issa, un éditorial dans le nombre de premiers mardi, se référant à des commissions menacent certains salons de beauté féminine et les salles de mariage besoin de verrouiller ces magasins. Les choses newspaper''Mermaid''for d'autres se produisent à l'insu de la transition et de son Conseil d'administration, notamment l'arrivée des expéditions d'armes de pays et de l'équipement de communication et des jumelles, pesant 100 tonnes, a été abaissé de neuf avions Mitiga aéroport militaire, et a été remis à Abdul Hakim, Belhadj, chef de l'armée à Tripoli. Le journal a également parlé de l'arrivée d'officiers formés à la Chambre qatari des opérations de l'aéroport Mitiga Belhadj. En attendant, Mahmoud Jibril, chef du conseil exécutif du Conseil d'intérim-Libi, il formera un nouveau gouvernement dans les dix jours. Et à partir de New York, Gabriel a dit:''Ma préoccupation n'est pas le temps d'atteindre un consensus national''. Gabriel a parlé d'un accord de on''significant number''of les portefeuilles. Il a souligné que les femmes et les jeunes hommes seront dans la position du sous-ministre. Pour sa part, appelé émissaire de l'Union européenne à la Libye, Jim Moran, pour accélérer la formation du gouvernement de la Libye le nouvel avertissement de l'incapacité des dirigeants de la Libye, le nouveau contrôle sur toutes ses frontières pendant une longue période en raison de la complexité de la tâche. sur le terrain, les forces déclaré que l'assemblée transitoire, il contrôle la plupart de la ville Sud Sabha, l'une des villes fidèles au colonel Kadhafi, tels que Bani Walid et Syrte. Bien averti par des experts internationaux dans le domaine de la lutte contre le terrorisme de la poursuite dangereuse de combattants d'Al-Qaïda pour obtenir des missiles Sam 7 qu'un certain nombre du régime Kadhafi s'est effondré d'environ 20 mille roquettes, mais ces experts ont souligné que l'utilisation et l'entretien de ces missiles exiger la fourniture de moyens ne seront pas dans les mains de terroristes, ce qui diminue la possibilité de leur utilisation dans la pratique






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Sam 24 Sep - 18:05

Les forces du CNT libyen pénètrent dans Syrte

Citation :


SYRTE, Libye (Reuters) - Les forces du nouveau pouvoir libyen sont entrées samedi dans Syrte, ville natale du Guide déchu Mouammar Kadhafi et l'un de ses derniers bastions, où elles ont été accueillies par des tirs nourris de "snipers".

De la fumée noire tourbillonnait au-dessus de cette localité côtière alors que des forces du Conseil national de transition (CNT, au pouvoir) se massaient sur la place Zafrane, à un km du centre-ville.

On pouvait entendre des fusillades du centre-ville au fur et à mesure de la progression des chars et des mortiers des "katibas" (unités) du CNT.

Des pick-up équipés de mitrailleuses et transportant des combattants se dirigeaient à toute vitesse vers Syrte. D'autres forces du CNT ont progressé à partir du sud de la ville.

"Ils ont posté des tireurs embusqués au-dessus des mosquées, des immeubles. Ils se servent aussi des maisons et des édifices publics", a raconté à l'envoyé spécial de Reuters un combattant, El Tohamy Abouzein, posté sur le rond point de la place Zafrane.

Pour sa part, l'Otan n'a pas souhaité faire samedi de commentaires sur ses opérations à Syrte. Vendredi, ses aéronefs ont frappé plusieurs cibles, dont un dépôt de munitions et une batterie de DCA.

Des combattants du CNT ont affirmé avoir reçu l'ordre de différer un assaut contre le centre-ville en raison d'éventuels bombardements de l'Alliance atlantique.

A la périphérie ouest de Syrte, des artilleurs sont entrés en action et les deux camps échangent des tirs de roquettes.

Ces derniers jours, les forces du nouveau pouvoir ont reculé de Syrte ainsi que de Bani Walid, l'autre dernier bastion des fidèles de Mouammar Kadhafi, en raison de la résistance acharnée de ces derniers.

Clément Guillou et Jean-Loup Fiévet pour le service français

http://fr.news.yahoo.com/les-forces-du-cnt-libyen-pénètrent-dans-syrte-125327701.html






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Dim 25 Sep - 22:09

En Libye, le charnier d'Abou Salim



Citation :


Le CNT annonce avoir découvert à Tripoli les restes des prisonniers massacrés en 1996 par leurs geôliers.


Envoyé spécial à Tripoli

Macabre découverte ou sombre manipulation ? Les nouvelles autorités militaires de Tripoli ont annoncé dimanche avoir retrouvé la fosse commune où auraient été enterrés les quelque 1200 prisonniers de la prison d'Abou Salim exécutés le 29 juin 1996 par le régime de Mouammar Kadhafi. La dictature n'a jamais avoué l'ampleur de ce massacre, le pire qu'elle ait commis. C'est une manifestation des familles des victimes d'Abou Salim qui, le 15 février dernier à Benghazi, a enclenché le processus révolutionnaire ayant finalement conduit, six mois plus tard, à la fin de quarante-deux ans de tyrannie.

Rare témoin à avoir survécu à cette boucherie, Abdelwaheb Gaïed raconte que le 28 juin 1996 les prisonniers d'Abou Salim ont protesté contre la torture, le manque de nourriture et leurs horribles conditions de détention. Vingt détenus furent tués et soixante blessés, également par balles. Parmi ces derniers, Gaïed a suivi depuis l'infirmerie, où il n'était pas soigné, la journée du lendemain.

« Nous avons besoin de l'aide d'experts internationaux»


À 8 h 30, le 29 juin 1996, plus de 1200 prisonniers ont été rassemblés dans une cour. À travers le grillage qui en haut la clôturait, «les soldats ont tué tous les prisonniers à la mitrailleuse et avec des grenades. Pendant des années, ajoute Gaïed, les familles ont apporté des vêtements et de la nourriture à leurs proches qu'elles croyaient vivants».

Ce témoignage confirme la version établie par Amnesty International et plusieurs associations de défense des droits de l'homme. S'étant rapproché de l'Occident et lui vantant sa «lutte contre le terrorisme», la dictature kadhafiste a expliqué avoir éliminé en 1996 des «islamistes», dont elle minimisait toujours le nom bre. Les détenus massacrés n'étaient pourtant pas majoritairement des tenants de l'islam radical. En 2000, les quelque 1270 corps initialement ensevelis dans l'enceinte d'Abou Salim auraient été jetés dans une nouvelle fosse, au pied d'un des murs extérieurs de la prison. C'est vers ce terrain vague, foulé par les enfants, où les seuls os visibles n'étaient pas de taille humaine mais compatibles avec un squelette de dromadaire, que les nouvelles autorités militaires de Tripoli ont dimanche convié la presse. Pour tirer cette affaire au clair, ont-elles averti, «nous avons besoin de l'aide d'experts internationaux». Assurément.

http://www.lefigaro.fr/international/2011/09/25/01003-20110925ARTFIG00174-en-libye-le-charnier-d-abou-salim.php






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Dim 25 Sep - 22:27

Libye: Un charnier avec 1.700 corps découverts près de la prison de Tripoli

Spoiler:
 



Citation :

MONDE - Il s'agirait des restes de prisonniers exécutés en 1996, selon le CNT...

Les restes de plus de 1.700 prisonniers exécutés en 1996 par leurs geôliers de la prison d'Abou Salim à Tripoli ont été découverts dans un charnier dans la capitale, a annoncé dimanche le Conseil militaire des nouvelles autorités libyennes.

«Nous avons découvert le lieu où étaient enterrés tous ces martyrs«, a déclaré Khaled Cherif, porte-parole du Conseil militaire, lors d'une conférence de presse à Tripoli, ajoutant avoir la preuve qu'il s'agissait d'«actes criminels».

Il a précisé qu'un comité technique était chargé de l'identification des corps, mais que cette opération «nécessiterait un certain temps». Selon lui, «de l'acide» a été versé sur les corps «pour éliminer toute preuve de ce massacre».

Lire la suite de cet article sur 20minutes.fr
http://www.20minutes.fr/article/793982/libye-charnier-1700-corps-decouverts-pres-prison-tripoli






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Lun 26 Sep - 13:39

Libye: la famille de Kadhafi gagne l'Egypte (journal)



Citation :


Les membres de la famille du leader libyen déchu Mouammar Kadhafi, réfugiés depuis près d'un mois en Algérie, ont gagné l'Egypte, a annoncé lundi le quotidien algérien El Khabar.

Selon le journal qui se cite des sources bien informées, huit membres de la famille Kadhafi ont pris samedi soir un vol régulier d'Egyptair pour se rendre au Caire. La fille du colonel, Aïcha figurerait parmi les personnes ayant quitté l'Algérie.

Pour l'heure, le Caire s'abstient de commenter cette information ainsi que le possible octroi de l'asile à la famille de l'ex-leader libyen.

Le 29 août, la femme de Mouammar Kadhafi, Safia, et ses trois enfants (sa fille Aïcha et ses deux fils, Mohamed et Hannibal), accompagnés de leurs familles, ont traversé la frontière libyenne pour se rendre en Algérie. Les autorités algériennes ont déclaré alors qu'elles avaient accueilli la famille "pour des raisons humanitaires". Plus tard, il a été annoncé que la fille de Kadhafi, Aïcha, avait accouché d'une fille à la frontière algéro-libyenne.

Après un court séjour dans une ville du sud de l'Algérie, la famille Kadhafi a été transférée dans la capitale. Les parents de Kadhafi se sont vus interdire de circuler librement à Alger ainsi que de faire des déclarations publiques. Toutefois, Aïcha Kadhafi a récemment critiqué le Conseil national de transition en Libye, ce qui aurait provoqué l'ire d'Alger

http://fr.rian.ru/world/20110926/191233110.html






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Lun 26 Sep - 13:48

Ses déclarations sont «inacceptables» : Aïcha Kadhafi met Alger dans l'embarras

Citation :
par Djamel Belaïfa
Les déclarations de Aïcha Kadhafi, la fille du dirigeant libyen déchu, qui a notamment qualifié vendredi, les nouvelles autorités libyennes de traîtres, sont «inacceptables» et des mesures seront prises pour que ce type de comportement ne se répètera plus, a déclaré samedi à l'APS, le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci. Ce dernier a affirmé que des démarches ont été entreprises, le même jour, auprès du Conseil de sécurité pour exprimer la position du gouvernement algérien. «J'ai été informé de cette déclaration faite par Mme Aicha Kadhafi, à la chaîne satellitaire «Arrai», et je ne peux qu'exprimer ma surprise devant une telle déclaration qui vient d'une dame que l'Algérie a accueillie, avec le reste de sa famille, pour des raisons humanitaires et qui transgresse les devoirs qui sont les siens vis-à-vis du pays qui l'a accueillie», a déclaré M. Medelci. Ce dernier se trouve, actuellement, à New York dans le cadre de la 66ème Assemblée générale de l'ONU. «Je tiens à dire que cette sortie (médiatique de Aicha Kadhafi ) est inacceptable pour nous et que des décisions seront prises pour qu'à l'avenir, des comportements de ce type-là ne puissent plus avoir lieu», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, «je voudrais affirmer une fois de plus, notre engagement à travailler avec les nouvelles autorités libyennes à la reconstruction de leur pays et à la consolidation de nos rapports», a encore indiqué le chef de la diplomatie algérienne. En conséquence des déclarations faites par Aïcha Kadhafi, M. Medelci a souligné qu'une démarche auprès du Conseil de sécurité de l'ONU devait être entamée dès samedi pour «notifier au Conseil de sécurité la position du gouvernement algérien sur cette malheureuse déclaration», faite par Aïcha Kadhafi. Dans la soirée de vendredi, la fille du dirigeant libyen déchu, a assuré que son père allait bien et combattait sur le terrain, s'en prenant aux nouvelles autorités qu'elle a qualifiées de traîtres, dans une intervention téléphonique sur la chaîne «Arraï» basée en Syrie. «Soyez tranquilles, votre grand leader va bien, il porte les armes et combat sur les fronts», a dit Aïcha Kadhafi sur la chaîne qui diffuse régulièrement des messages de dignitaires de l'ancien régime. «Vous pouvez être fiers de votre leader», a-t-elle affirmé s'adressant au «peuple résistant» de Libye, qu'elle a appelé à se «soulever» contre les nouvelles autorités.

Aïcha Kadhafi, qui s'est réfugiée en Algérie avec deux de ses frères et sa mère, a qualifié «le nouveau gouvernement de mascarade», faisant allusion au Conseil national de transition. Aïcha Kadhafi s'en est pris aux responsables du CNT, citant notamment Mahmoud Jibril, n°2 du Conseil, Abdelhafiz Ghoga, vice-président du CNT et Abdelhakim Belhadj, commandant militaire de Tripoli, qu'elle a qualifiés de «traîtres qui ont rompu leur serment d'allégeance» au régime du colonel Kadhafi. Elle a ainsi prévenu les Libyens : les dirigeants du CNT «ont trahi leur allégeance et ils pourraient le faire avec vous aussi».

Il est à rappeler que l'épouse de Mouammar Kadhafi, Safia, sa fille Aïcha, ses fils Hannibal et Mohamed, accompagnés de leurs enfants, étaient entrés en Algérie le 29 août dernier, et avaient été accueillis pour des considérations«strictement humanitaires».

Par ailleurs, le gouvernement algérien avait déclaré jeudi dernier sa volonté de travailler «étroitement»avec les nouvelles autorités libyennes «afin d'asseoir une coopération bilatérale féconde, au bénéfice des deux peuples frères». A ce propos, M. Medelci avait déclaré à l'APS à New York que l'Algérie a décidé de travailler avec les nouvelles autorités libyennes et de faire en sorte que la coopération entre les deux pays redevienne une coopération normale, et je dirais même une coopération particulièrement renforcée dans tous les domaines». Expliquant la démarche de l'Algérie qui a abouti à cette décision, le chef de la diplomatie algérienne avait souligné que la position de l'Algérie a été basée, d'une part, «sur la cohérence avec celle de l'Union africaine», et d'autre part, «sur l'engagement du CNT à consolider l'unité du peuple libyen, qui est certainement l'objectif le plus important». Sur le terrain, les combattants pro-CNT font face depuis plusieurs jours, à une résistance opiniâtre dans les fiefs pro-Kadhafi.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5158231






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Lun 26 Sep - 13:57

Libye: sur le front de Bani Walid, les combattants du nouveau régime s'impatientent





=blue]]

"On en a marre d'attendre, on sait qu'on peut prendre Bani Walid": comme Ramadan Khaled, les combattants du nouveau pouvoir libyen veulent lancer l'assaut sur le bastion pro-Kadhafi, au lendemain de l'offensive sur Syrte, l'autre fief du "Guide" déchu.
"On est là depuis 20 jours, on veut entrer dans Bani Walid, comme les autres combattants qui sont en train de prendre Syrte", explique dimanche cet homme de 32 ans, réfugié derrière un mur de brique.
Les combattants anti-Kadhafi sur le front de Bani Walid, à 170 kilomètres au sud-est de Tripoli, tentent de se mettre à l'abri des nombreux tirs de roquettes et d'artillerie des forces loyalistes dans des baraquements abandonnés, mais assurent attendre impatiemment l'ordre d'attaquer la ville.
Dimanche, les préparatifs d'une avancée majeure vers Syrte semblaient en cours. Des combattants se dirigeaient à bord de pick-up vers la ligne de front en criant "Allah Akbar!" (Dieu est le plus grand), tandis qu'au moins six chars datant de l'époque soviétique étaient déployés dans cette étendue désertique.
"On est prêts! On a les hommes, les munitions et la prière. Je suis fier de ce qui se passe à Syrte et je suis sûr que bientôt ce sera la même chose ici", dit Walid Doma, un combattant de 25 ans, qui s'accroupit contre un mur, sa mitraillette entre les jambes, pour se protéger des tirs des pro-Kadhafi.
Les hommes fidèles au régime déchu montrent toujours de la combativité, répliquant régulièrement aux tirs des pro-CNT qui utilisent des lance-roquettes montés sur des pick-up, de l'artillerie et des armes automatiques pour tirer sur la ville.
Pourtant, Omar Mokhtar, un commandant des combattants du Conseil national de transition (CNT) désormais au pouvoir en Libye, explique de son côté à l'AFP qu'il retient ses hommes, pour lancer un important assaut sur Bani Walid dès que Syrte sera tombée.
"Nous nous regroupons, nous nous préparons. Nous n'attaquerons pas tant que les opérations ne seront pas terminées à Syrte", dit-il.
Mais il y a également un autre enjeu à Bani Walid: Seif al-Islam, le fils le plus en vue du colonel Kadhafi, s'y trouverait.
"Nous savons qu'il est là... Nous savons exactement où il se trouve", assure Omar Mokhtar, alors que s'écrasent derrière lui des roquettes tirées depuis la ville, retombant dans le sable ou perçant des murs.
Dans le ciel, des avions, vraisemblablement ceux de l'Otan, survolent bruyamment la zone.
Les combattants, eux, discutent, mangent un plat de riz et d'agneau et se partagent des bouteilles d'eau, sous une chaleur qui reste accablante au début de l'automne.


AFP[/
quote]


http://www.elwatan.com/depeches/libye-sur-le-front-de-bani-walid-les-combattants-du-nouveau-regime-s-impatientent-26-09-2011-141134_167.php






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Mar 4 Oct - 14:10

un nouveau charnier découvert



Citation :


Un nouveau charnier contenant les dépouilles de membres des groupes armés qui luttaient contre le régime de Mouammar Kadhafi a été découvert près de la ville libyenne de Koufra, rapportent mardi les médias arabes.

"Un charnier contenant les restes de 60 personnes ayant participé à la résistance contre les forces de Kadhafi, a été découvert près de la ville de Koufra", a indiqué Faouzi Bougueidan, commandant d'une brigade soutenant le Conseil national de transition (CNT). C'est une de ses unités qui a découvert le charnier.

Selon M.Bougueidan, "tous les corps déjà identifiés sont ceux de révolutionnaires qui soutenaient l'opposition". Le commandant a fait remarquer que "jusqu'à une date récente, ils étaient considérés comme disparus".

Le charnier près de Koufra est la 14e fosse commune trouvée sur le territoire de Libye au cours des dernières semaines. Vendredi dernier, une fosse similaire a été découverte par les forces de l'opposition à environ 170 km de la capitale Tripoli.

Après six mois de combats, les opposants au régime du colonel Kadhafi ont réussi à prendre le contrôle de la quasi-totalité du territoire libyen. Fin août, les forces de l'opposition appuyées par l'Otan ont occupé la capitale du pays, Tripoli, mais les pro-Kadhafi résistent encore farouchement à Syrte et à Bani Walid. Le sort du dirigeant libyen déchu demeure inconnu. Certains membres de sa famille se sont enfuis en Algérie.

Le Conseil national de transition (CNT), instance politique des insurgés libyens, a été reconnu comme autorité au pouvoir en Libye par une soixantaine de pays dont la Russie

http://fr.rian.ru/world/20111004/191350285.html






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   Jeu 6 Oct - 16:02

L'OTAN va poursuivre ses bombardements sur la Libye



Citation :
La campagne de bombardements de l'OTAN sur la Libye, qui a débuté il y a sept mois, se poursuivra malgré la chute du régime de Moammar Kadhafi, ont annoncé jeudi des responsables de l'Alliance atlantique.

Lors de la conférence des ministres de la Défense des pays-membres de l'OTAN, à Bruxelles, le Français Gérard Longuet a précisé que les frappes aériennes ne cesseraient pas tant que subsistaient des poches de résistances pro-Kadhafi.

Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta a souligné quant à lui qu'aucune condition précise n'avait été fixée pour décider de la fin de la mission de combat, mais que l'opération ne sera pas terminée tant que des affrontements importants continueront, et que des menaces pèseront sur la population.

Il a ajouté qu'après deux jours de réunions, les ministres de la Défense s'étaient mis d'accord sur le fait que la décision dépendra de la capacité des forces pro-Kadhafi à poursuivre leurs attaques contre les civils, et de l'aptitude des troupes du Conseil national de transition (CNT) à garantir la sécurité dans le pays.

Ses propos montrent que la fin de la mission n'a pas été programmée, et qu'un prolongement de l'opération, censée se terminer fin décembre, n'est pas écarté.

D'autres responsables sont allés dans le même sens, laissant ouverte la possibilité de poursuivre pendant trois mois de plus les bombardements si les forces pro-Kadhafi continuent à combattre.

Si les anciens rebelles contrôlent désormais la majorité du pays, certaines régions restent aux mains des forces fidèles à l'ancien homme fort de Tripoli, notamment la ville de Syrte sur la côte méditerranéenne, Bani Walid et d'autres parties dans le sud du pays.

Depuis le début de l'intervention en mars dernier sur la Libye, l'OTAN a mené plus de 9.300 frappes aériennes.

Au cours de leur réunion à Bruxelles, les ministres ont aussi parlé de l'Afghanistan, d'où l'OTAN a engagé un processus de retrait après une guerre de dix ans contre les insurgés talibans.

"C'est un moment important pour l'Afghanistan", a déclaré le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen. "La transition est en cours et elle ne déraillera pas."

L'OTAN et ses alliés ont commencé à retirer une partie des 140.000 hommes déployés sur place et à transmettre la responsabilité des opérations de sécurité à la police et à l'armée afghanes. Ce processus doit prendre fin en 2014, quand les forces étrangères mettront un terme à leur mission de combat.

Anders Fogh Rasmussen a aussi souligné que malgré les demandes d'intervention en Syrie, l'OTAN n'avait pas l'intention d'y lancer une opération similaire à celle menée en Libye.

"Nous en avons pris la responsabilité en Libye parce qu'il y avait un mandat clair de l'ONU et parce que nous avions reçu un soutien clair des pays de la région", a-t-il dit, en précisant que ces conditions n'étaient pas réunies pour la Syrie. AP

http://fr.news.yahoo.com/lotan-va-poursuivre-bombardements-libye-074754880.html






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Libye : le régime de Kadhafi vacille   

Revenir en haut Aller en bas
 

Libye : le régime de Kadhafi vacille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 18 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20, 21  Suivant

 Sujets similaires

-
» Rythme régime dukan
» Je perds, mais pas que du poids ... (régime et dérèglements... féminins)
» Sève de Bouleau bio Régime Dukan
» Pétition : Non à la venue de Mouammar Kadhafi à Paris
» régime du docteur rougier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: les guerres passées ou risques de guerre probable :: la crise dans les pays arabes-