Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Sam 8 Jan - 12:05

Le quatrième round de négociations informelles sous l'égide de l'ONU entre le Maroc et le Polisario s'est achevé sur une note positive, samedi 18 décembre. L'Algérie et la Mauritanie participaient également à ces entretiens de trois jours à Manhasset, près de New York, à titre d'observateurs.

"Les parties se sont engagées dans des négociations en profondeur, basées sur de nouvelles approches visant à insuffler une nouvelle dynamique à la série de pourparlers qui auront lieu en 2011, par la tenue de rencontres régulières", a expliqué l'envoyé des Nations-Unies au Sahara occidental Christopher Ross.

Il a ajouté que les parties avaient présenté quelques idées concrètes, qui seront développées lors des deux prochains cycles de négociations informelles les 21 et 22 janvier et en mars 2011. Toutefois, le responsable onusien a souligné que "chacune des parties continue de rejeter la proposition de l'autre comme seule base des futures négociations".

"Le Maroc a souligné sa totale volonté de donner une nouvelle chance aux progrès par le biais de techniques créatives", a déclaré Taieb Fassi Fihri, Ministre marocain des Affaires étrangères.

Selon lui, ces entretiens ont touché aux "moyens disponibles à travers les négociations d'écouter ceux qui représentent les habitants du Sahara, notamment par le fait que le Polisario ne représente pas les habitants du Sahara, mais seulement ceux qui sont détenus dans les camps sur le territoire algérien, ainsi que ceux qui peuvent aider lors de ces négociations, de manière à parvenir à une solution qui garantisse le respect de la souveraineté marocaine."

Fassi Fihri a ajouté que ces entretiens avaient également porté sur "le fait que le commissaire spécial doit non seulement s'engager en faveur de cycles de pourparlers, mais qu'il doit le faire de manière dynamique en effectuant plusieurs déplacements dans la région pour entendre les opinions de tous ceux qui peuvent aider dans ce processus. Enfin, il est également important d'étudier comment la participation des pays voisins, comme l'Algérie et la Mauritanie, peut être activée et encouragée."

"Nous sommes à la recherche d'une solution dans la poursuite des meilleurs intérêts de la région du Maghreb dans son ensemble", a-t-il poursuivi.

Pour sa part, Mohamed Khadad, le coordinateur du Polisario auprès de la Mission des Nations-Unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO), a déclaré dimanche 19 décembre que ces nouvelles négociations avaient donné un nouvel élan à "l'organisation du plus grand nombre de rencontres possible pour tenter d'accélérer les négociations, sans porter préjudice au coeur de l'affaire, à savoir la fin de l'occupation, un problème dont la solution réside dans les résolutions du Conseil de Sécurité, qui accordent au peuple sahraoui le droit à l'auto-détermination."

Articles liésNouveaux entretiens sur le Sahara Occidental prévus entre le Maroc et le Polisario

2010-11-11

Christopher Ross termine sa tournée au Maghreb

2010-10-28

Pas d'accord en vue après des discussions sur le Sahara Occidental

2010-02-16

L'envoyé des Nations unies au Sahara entame sa tournée du Maghreb

2010-10-19

Le Maroc et le Polisario sensibles à de nouveaux entretiens sur le Sahara Occidental

2009-12-28
"Le problème tient au manque de confiance. Tant que le Maroc poursuivra ses pratiques de persécution et de détention et qu'il refusera aux ONG et à la presse tout accès à la région du Sahara, il sera impossible que règne une atmosphère constructive de confiance. Les discussions ont donc également porté sur la manière d'instaurer cette atmosphère de réelle confiance entre les deux parties", a-t-il ajouté.

Selon le représentant du Polisario, les rencontres prévues en janvier et en mars "suivront la même ligne. Les sujets tenant à la création d'une atmosphère de confiance seront discutées, de manière à faciliter la mission de l'envoyé spécial des Nations-Unies au Sahara occidental."

Trinidad Jimenez, Ministre espagnol des Affaires étrangères, a quant à elle déclaré lors de sa visite à Paris le 18 décembre que la France et l'Espagne apportent leur appui aux négociations informelles qui ont repris à New York sous les auspices des Nations-Unies, pour tenter de "parvenir à une solution juste et durable, acceptable par les deux parties" et de "permettre aux deux pays de créer une atmosphère de confiance dans cette direction".

Le dernier cycle de négociations sur le Sahara occidental s'était achevé le 9 novembre et avait coïncidé avec les affrontements meurtriers de Laâyoune






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Dim 9 Jan - 13:27

Procès des Sahraouis à Casablanca : attaques contre les observateurs,
PUBLIE LE : 09-01-2011 | 11:33
Le procès des militants sahraouis, reporté à la semaine prochaine, a donné lieu à Casablanca (Maroc) comme lors des précédentes audiences, à des attaques physiques et verbales contre les observateurs internationaux, a appris dimanche l'APS auprès d'une observatrice italienne à Rome. L'audience devait juger pour "aateinte à la sécuyrioté de l'Etat", les accusés sahraouis Brahim Dahane, Ahmed Nassiri, Ali Salem Tamek, Lachgare Degia, Yahdih Ettarrouzi, Rachid Sghavar et Lebaihidi Saleh. Les observateurs internationaux présents à l'audience ont affirmé que devant le siège du tribunal, il y avait "plusieurs groupes de manifestants brandissant des banderoles faisant l'éloge du +Sahara marocain+, pour intimider les témoins notamment étrangers", a indiqué Mme Cinzia Terzi. "A l'entrée de la salle d'audience, des observateurs ont été accueillis par une foule de photographes et les procédures d'admission à la salle ont été tout à fait fluides", cette fois-ci, a-t-elle ajouté.

Les observateurs ont été dépossédés de leurs téléphones cellulaires et caméras et certains d'entre eux ont été fouillés, au contraire des Marocains. "A l'audience, il y avait une centaine de personnes. Les observateurs ont été invités par un préposé à prendre place à l'arrière de la salle, alors que les avocats à charge étaient debout devant les juges, ce qui n'a pas permis aux observateurs de suivre visuellement ce qui se passait", a-elle dit. Parmi le public, il n'y avait pas de Saharaouis, et les accusés sahraouis en liberté sous caution, étaient absents, ont-ils précisé, affirmant sur la base d'informations recueillies auprès des avocats de la défense, que les absents avaient peur des attaques qui ont eu lieu au cours des trois séances précédentes. "Un sentiment d'hostilité continue, régnait", a-t-elle relevé, précisant que "des femmes parmi le public ont couvert le visage de l'avocat Marco Martino avec un drapeau marocain." En outre, les avocats des accusés ont été fréquemment interrompus lors de leur prise de parole et parfois avec violence, ont raconté les observateurs, relevant que "la plaidoirie de l'avocat marocains des accusés, Mustapha Errachidia, a été arrêtée après seulement quatre minutes".

Publié dans : Sahara occidental
http://www.pressealgerienne.org/journauxenfrancais/elmoudjahid.htm






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Jeu 13 Jan - 22:33

Droits de l'homme au Sahara Occidental : deux parlementaires italiens appellent à "une position claire" de leur gouvernement

Rome, 13/01/2011 (SPS) Deux parlementaires italiens ont appelé leur gouvernement à prendre "une position claire" vis-à-vis de la situation des droits de l'homme au Sahara occidental, ont rapporté jeudi à Rome les médias italiens.

"Nous nous attendions du gouvernement qu'il prenne une position claire par rapport aux récents évènements survenus au Sahara occidental", ont dit les députés Carmen Motta (Parti démocratique) et Paul Grima (Ligue du Nord), en réaction à la réponse du secrétaire d'Etat auprès du ministère des Affaires étrangères, Alfredo Mantica, à une interpellation du gouvernement à la chambre des députés sur la situation des droits de l'homme dans les territoires sahraouis.

Mardi dernier, Mantica avait seulement rappelé les propos du chef de la diplomatie italienne, Franco Frattini, après les évènements d'El-Aaiun occupée du 14 novembre 2010, lors du démantèlement sanglant du "camp de la liberté", par les forces de répression marocaines, selon lesquels l'Italie suivait "avec préoccupation" ce qui se passe au Sahara occidental.

Ces deux députés, membres de l'intergroupe parlementaire d'amitié avec le peuple sahraoui, ont appelé à la nécessité pour le gouvernement italien et l'Union européenne de faire montre d'"une diplomatie plus efficace" pour que soit mise en place une commission d'enquête indépendante pour faire la lumière sur les évènements d'El Aaiun.

Le Parlement européen avait voté le 25 novembre une résolution demandant la création d'une telle structure, sous l'égide des Nations unies.

"Nous demandons que la MINURSO, qui opère dans la région dont le mandat expire le 11 avril prochain, soit également chargée de veiller des droits de l'homme", ont ajouté les deux parlementaires.

Sur l'aide humanitaire, ils ont appelé le gouvernement "à fournir davantage de ressources" aux réfugiés sahraouis, estimant que celles-ci ont nettement diminué en 2010". Les deux parlementaires ont par ailleurs, insisté sur la nécessité pour l'Italie et l'Europe d'agir "plus activement" dans le processus de paix au Sahara Occidental, pour le "plein respect" des nombreuses résolutions de l'ONU réaffirmant maintes fois, le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.

A ce sujet, le représentant du gouvernement avait souligné que l'ONU est "le seul cadre dans lequel, il pourrait y avoir une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, conformément aux résolutions adoptées par le Conseil de sécurité et l'Assemblée générale".(SPS






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Le Gouvernement sahraoui a renouvelé sa demande de révéler le sort des disparus   Ven 14 Jan - 13:10


Le gouvernement a renouvelé son engagement à la demande du désert de briser le silence et le déni qui a battu le régime marocain sur la découverte du sort de milliers de victimes sahraouies des disparitions forcées, les enlèvements et les exécutions extrajudiciaires de détention, l'assassinat et assassiner sous la torture et le viol. Le gouvernement a examiné le désert dans un communiqué que les "aveux" de tuer le désert marocain et la liquidation de 352 (entre 1958 et 1992) «l'écart» pour briser le silence et le déni du Maroc à la recherche de la vérité sur le sort de milliers de sahraouis disparus et portées disparues. Le gouvernement a déclaré dans un communiqué rapporté mercredi, le désert agence de nouvelles de «faire rapport sur des cas de disparitions forcées 2010» publié par l'Instance Equité marocain et la Commission de réconciliation qui comprend «la reconnaissance officielle" du régime marocain d'avoir commis des "crimes de guerre" et "crimes contre l'humanité" dans le droit du peuple sahraoui, qui a eu la taille et la gravité du degré de «génocide». Le rapport indique que c'est dans les 640 victimes ont péri à la suite d'actes de torture et de mauvais traitements et inhumains au cours de la période de la disparition forcée entre 1958 et 1992 il ya 352 désert des nourrissons et des mineurs et des femmes, y compris les femmes enceintes et les personnes âgées. Le gouvernement a examiné le désert que cette longue liste de crimes qui ne reflètent pas les noms de toutes les victimes, selon les auteurs du rapport admettent eux-mêmes confirment la crédibilité des allégations qui ont été sur le gouvernement et la société civile du désert et organisations internationales de défense des droits présenté par l'armée marocaine depuis l'invasion du Sahara occidental en 1975. Et après que le gouvernement a condamné le désert de crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis contre le peuple sahraoui dans le passé et qui continuent d'être commises dans le présent, y compris les crimes commis dans le contexte des événements du camp "CDIM LASIK" confirmé leur engagement à faire les efforts nécessaires afin de découvrir toute la vérité et obtenir justice






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Ven 21 Jan - 12:56

Sahara Occidental: Début ce vendredi de la 5e réunion informelle Front Polisario-Maroc
Les travaux de la cinquième réunion informelle entre le Front Polisario et le Maroc débuteront ce vendredi 21 janvier à New York, sous les auspices de l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross.

La réunion durera trois jours en présence des représentants des deux pays observateurs, à savoir l'Algérie et la Mauritanie.

La 4e rencontre informelle entre les deux parties en conflit, s était, pour rappel, achevée sans avancée notable.

M. Ross avait souligné à l'issue de cette rencontre que les propositions de "chaque partie a continué à rejeter la proposition de l'autre comme base unique des négociations à venir".

''Toujours dans le cadre de la mise en application des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité concernant le processus de négociations en cours, les parties se sont engagées dans des discussions approfondies sur des approches innovantes afin de construire une nouvelle dynamique dans le processus de négociations en 2011, sur la base de rencontres régulières'', avait-il ajouté.

Ce qui avait amené M. Ross à appeler les deux parties à créer un ''climat de confiance et une atmosphère propice au progrès des négociations et à éviter tout ce qui pourrait nuire au processus de négociations''.

Le Conseil de sécurité avait demandé dans sa résolution (1871) au Maroc et au Front Polisario de poursuivre les négociations sous les auspices du secrétaire général de l'Onu, "sans conditions préalables et de bonne foi", en vue de parvenir à une "solution politique juste, durable et mutuellement acceptable" qui pourvoie à l'autodétermination du peuple du Sahara occidental.

Mais, les négociations entre les deux parties s’étaient arrêtées au 4e round, en raison des intransigeances du Maroc qui continuait à mettre en avant sa proposition d’autonomie du Sahara Occidental.

Elwatan.com le 21.01.11 | 11h38






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Sahara Occidental : Autodétermination à géométrie variable ?   Lun 24 Jan - 15:39

La vision à double standard continuera-t-elle à s’appliquer pour privilégier la primauté des intérêts sur le droit international ?

C’est avec le «même esprit de coopération sincère», hautement revendiqué par le représentant du Front Polisario à l’Onu, Mohamed Boukhari, que les Sahraouis abordent la 5e édition de Manhasset. Même si les «circonstances tout à fait particulières» de la sauvagerie du camp Gdeim Izik, inscrite dans les fondements d’un ordre colonial anachronique, ont lourdement pesé sur le processus de négociation, la volonté sahraouie de paix jamais démentie est l’expression d’un attachement à la légalité internationale et au droit inaliénable à l’autodétermination.
Alors que l’Onu a célébré le cinquantenaire de la 1514, consacrant le droit à l’indépendance des peuples et des pays coloniaux, la question de la dernière colonie en Afrique interpelle la communauté internationale qui, comme ce fut le cas pour le Soudan, a décrété une mobilisation sans faille.
La vision à double standard continuera-t-elle à s’appliquer pour privilégier la primauté des intérêts sur le droit international ?
Pour le représentant du Front Polisario, «le succès du déroulement du référendum d’autodétermination du Su-dSoudan, tenu du 9 au 15 janvier en cours, démontre le bien-fondé de notre attachement à la voie référendaire comme la voie la plus démocratique pour répondre aux aspirations légitimes d’un peuple de décider de son avenir.»
Ce sont-là les «deux messages forts», à portée politique significative, qui militent pour l’organisation du référendum sahraoui renvoyé, à chaque fois aux calendes grecques, en raison des reniements de l’occupant et de la passivité de l’Onu.
Tout en rappelant que le Sahara Occidental a les «mêmes droits à s’autodéterminer que ceux de la Namibie, en 1989, du peuple du Timor-Est, en 2000, et du Sud-Soudan, en 2011», Mohamed Boukhari soutient à juste titre que «toutes ces circonstances nationales et internationales plaident pour une implication majeure du Conseil de sécurité de l’Onu en faveur de la protection des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés et pour la réactivation du processus d’application du plan de règlement de 1991 et des accords de Houston de 1997 qui sont les seuls accords acceptés par le Front Polisario et le Maroc et endossés par le Conseil de sécurité.» Face au diktat de l’occupant marocain et son intransigeance, le retour à la légalité et au consensus international s’impose pour sauver la région des démons de l’instabilité






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: La délégation marocaine viole la Charte du Forum Social Mondial   Mar 8 Fév - 21:54

Polisario a réussi dans le transfert de yard''battle''of pacifique dans les territoires occupés à Dakar


09.02.2011 Dakar: envoy''news''Jalal Buaati
la présente délégation marocaine aux travaux du Forum social mondial dans la capitale, Dakar Alcingalip, les régulateurs dans une impasse en raison de la date barrière à l'avant de la délégation en provenance du désert sous la souveraineté des autorités marocaines.
Ce n'est pas le troisième jour du forum est différent des deux derniers jours. Tout le monde ici à l'Université de Cheikh Anta Diop''worried''about la violation de la Charte du Forum, qui souligne la nécessité de respecter le minimum de discipline et de ne pas avoir empêché la délégation de tout participant d'exprimer son point de vue et positions sur les questions qui ont été sur le forum pour la défendre. Avoir été exposé hier, sahraouis défenseurs des droits humains ont été battus par les Marocains voulaient empêcher les représentants de l'Union des femmes du désert a organisé un colloque sur l'état des droits de l'homme dans les terres désertiques contestée où la souveraineté des autorités marocaines et la libération de Hamra y Río de Oro''''Polisario.
délégation sahraouie de 30 militants, les passeports, le Maroc, mais ils disent que les participants venant de partout dans le monde où ils vivent les citoyens sahraouis dernier territoire en Afrique d'attente pour les personnes à l'autodétermination pour les plus de 30 ans .. Contraint de passer la porte de l'aéroport international Houari Boumediene.
L'un d'eux le président de la torture Association Sahraouie contre, et a appelé un vieux, à la peau brune, raconte l'for''''''We histoire ne veux pas violer la terre, ou pour satisfaire le ciel, je veux juste pour nous permettre d'exprimer notre opinion sur notre destin et notre avenir .. Pourquoi dois-je prévenir et des centaines d'autres, le travail dans les villes et d'apprendre à mes enfants et mes frères dans les écoles .. Où sont la dignité humaine d'une autre personne quand il met un terme à sa vie en cliquant sur un bouton ou de déclenchement d'une arme à feu n'est pas une chose, mais que vous appelez dans votre pays.''
Atiq parlait au milieu d'un auditoire de militants marocains des droits de l'homme à la porte de la Faculté des sciences à l'Université, non loin de la piste du collège remplis de participants, etc pour les étrangers qui sont venus pour écouter certains de ce qui se passe dans le désert. Atiq, un jeune homme a été qu'après l'âge de quarante ans, dirige la pêche dans la city''within''the Trésor marocain, qui prévoit pas moins de 50 pour cent de la richesse nationale brute et les fruits de poissons .. Une fois sorti de la bataille des mots avec un groupe de militants marocains encore plonger au milieu des autres membres du groupe répéter les mêmes mots et les accusations. Il est des controverses sans fin. ''Nous sommes contre la répression et la torture, mais nous rejetons la division du Royaume (Maroc)'', criant militant Maroc a travaillé dur pour tenter de détourner l'attention des Occidentaux curieux et juristes de la vérité qui se trouvent devant le monde depuis plus de 0.1975''vous le Maroc, tout comme moi, et c'est l'Algérie, qui obstacle entre nous et vous, pourquoi ne jamais cesser de se conformer à ses conditions, elle ne veut pas bon pour l'un, concernés par les rangs plus grande coupure et à la déchirure de notre unité.''
Et, à la suite Tnhidat vieux, assiégés de partout .. ''Je suis l'un et que vous êtes des dizaines de ... Laissez-nous décider de notre destin, réjouissez-vous qui ont choisi de rejoindre les Sahraouis du Maroc, et soyez le premier à acquiescer à leur choix, et nous sommes heureux de bien s'ils ont choisi l'indépendance ou de''l'autonomie, en essayant de convaincre ses interlocuteurs qui représentent la majorité de la gauche marocaine.
Exigence ne semble pas que le vieux a réussi à convaincre ceux de l'édifice, mais affirme qu'il était un pacifiste n'est pas destiné à la violence .. Mais reliant ces éveiller la conscience de la journée est à venir .. ''(O Khoti), Astvicoa de Spatkm, nous sommes des gens libres, ils verront-nous dès aujourd'hui ou attendre ce qui se passera dans l'avenir, il sera pour nous et nos enfants
dn.elkhabar.com






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Sahara Occidental: 5e réunion informelle Front Polisario-Maroc à New York   Mer 16 Fév - 14:46

La Rédaction le 15 janvier 2011 à 13:03
La cinquième réunion informelle entre le Front Polisario et le Maroc aura lieu du 21 au 23 janvier à New York, a indiqué vendredi l’Onu dans un communiqué.

Cette réunion, qui se tiendra un peu plus d’un mois depuis le quatrième round informel, se déroulera sous les auspices de l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, en présence des délégations des deux parties et des représentants des deux pays observateurs, l’Algérie et la Mauritanie.

A l’issue du dernier round de négociations, M. Ross avait indiqué que les deux parties (Front Polisario et Maroc) avaient proposé des idées concrètes qui seront développées lors des deux prochaines sessions de pourparlers informels de janvier et de mars 2011.

A ce propos, M. Ross avait souligné que les propositions des deux parties avaient de nouveau été présentées, ajoutant qu’a la fin de la réunion, »chaque partie a continué à rejeter la proposition de l’autre comme base unique des négociations à venir »



Réunion informelle du Front Polisario et le Maroc à Manhasset (New York)
»Toujours dans le cadre de la mise en application des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité concernant le processus de négociations en cours, les parties se sont engagées dans des discussions approfondies sur des approches innovantes afin de construire une nouvelle dynamique dans le processus de négociations en 2011, sur la base de rencontres régulières », avait-il ajouté.

En outre, M. Ross avait appelé les deux parties à créer un »climat de confiance et une atmosphère propice au progrès des négociations et à éviter tout ce qui pourrait nuire au processus de négociations ».

Le Conseil de sécurité avait demandé dans sa résolution (1871) au Maroc et au Front Polisario de poursuivre les négociations sous les auspices du secrétaire général de l’Onu, « sans conditions préalables et de bonne foi », en vue de parvenir à une « solution politique juste, durable et mutuellement acceptable » qui pourvoie à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental.

Le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique. Il est considéré comme territoire non-autonome par l’Onu depuis 1966







Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: L’ALGÉRIE, LA FRANCE ET LE SAHARA OCCIDENTAL   Sam 12 Mar - 11:51

Il a précisé que la position de la France était «prudente concernant la situation en Algérie».

«Les relations entre l’Algérie et la France ont été et sont très sensibles et connaissent des hauts et des bas», a affirmé, jeudi dernier, le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci dans une interview accordée à nos confrères d’El Khabar.
M.Medelci a estimé que la position des médias français sur les événements de Tunisie et d’Egypte et son souhait que le scénario se reproduise en Algérie, est de nature à freiner les relations entre les deux pays. «Ce qui est diffusé par les médias français dans les journaux et les télévisions, y compris officielles, et l’appel à voir se produire, en Algérie, les événements survenus en Tunisie et en Egypte, n’augure d’aucune évolution dans les relations», a-t-il souligné dans les colonnes du même journal. Cependant, M.Medelci a précisé que la position de la France était «prudente concernant la situation en Algérie».
Cela dit, le premier responsable de la diplomatie algérienne a énuméré certains points positifs dans les relations entre les deux pays.Il a cité «le règlement définitif de la question du diplomate Hasseni», et «l’entame des négociations officielles pour la facilitation d’octroi des visas». Le ministre des Affaires étrangères a abordé, également, les relations entre l’Algérie et le Maroc ainsi que la question des négociations entre le Maroc et le Front Polisario.
Selon lui, «quel que soit le poids de la question du Sahara occidental, les relations entre l’Algérie et le Maroc restent très importantes et d’une grande valeur... l’Algérie n’a aucune autre intention que de coopérer de manière étroite avec ce pays frère». Comme il était attendu, la sixième session des pourparlers informels, qui s’est tenue à Malte du 7 au 9 mars, entre Sahraouis et Marocains, s’est achevée sur un constat d’échec. Le feuilleton continue. Un 7e round de discussions informelles est prévu pour la fin du mois de mai 2011.
Le conflit du Sahara occidental est dans l’impasse. Ce qui n’est pas du goût du chef de la diplomatie algérienne. L’Algérie «n’est pas satisfaite» des résultats de cette rencontre, a indiqué le ministre algérien des Affaires étrangères. Le Royaume chérifien porte l’entière responsabilité du blocage du processus de négociations sur le Sahara occidental. «Le Maroc, est d’une certaine manière, responsable du blocage du fait qu’il cerne la solution dans son approche tout en rejetant la proposition du Polisario qui est aussi reconnue par le Conseil de sécurité de l’ONU», a déploré Mourad Medelci. Les négociations «n’ont enregistré aucune avancée en dépit des efforts de l’Algérie visant à aider l’émissaire de l’ONU au Sahara occidental, Christopher Ross, à accomplir sa mission dans les meilleures conditions», a confié le diplomate algérien. Pour sa part, le ministre marocain des Affaires étrangères a mis l’accent sur le projet marocain d’autonomie comme seule alternative au conflit du Sahara occidental. Les positions des uns et des autres sont diamétralement opposées.
Les portes du dialogue sont-elles fermées? Apparemment non. Mourad Medelci entretient, malgré tous les obstacles, l’espoir de voir un jour la glace se briser entre les deux principaux belligérants de ce conflit. «Je pense qu’il y a encore une prédisposition chez les deux parties au conflit, outre la volonté de Christopher Ross et du secrétaire général de l’ONU, de poursuivre les efforts en vue de parvenir aux résultats escomptés par la communauté internationale», a jugé le chef de la diplomatie algérienne.
En attendant, la délégation marocaine et les représentants du peuple sahraoui ont, semble-t-il, convenu de mettre au frigo les sujets qui fâchent.

Mohamed TOUATI et Karim AIMEUR
http://www.journalalgerie.net/journauxenfrancais/lexpression.htm






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Réunion informelle entre le Front Polisario et le Maroc : Coup d’envoi des travaux à Manhasset   Mar 7 Juin - 11:55

Citation :
La septième réunion informelle entre le Front Polisario et le Maroc sur le dossier du Sahara occidental s'est ouverte hier à Manhasset (New York) pour une durée de deux jours, sous l'égide des Nations unies. Ce nouveau round se tient à huis clos à la résidence de Greentree Estate (Manhasset). Intervenant trois mois après la précédente réunion informelle de La Valette (Malte), cette nouvelle rencontre se déroule sous les auspices de l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, en présence des délégations des deux parties et des représentants des deux pays observateurs, l'Algérie et la Mauritanie.
La délégation sahraouie, conduite par le président du Conseil national de la République arabe sahraouie démocratique (Parlement), M. Khatri Addouh, comprend également le coordinateur sahraoui avec la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO), M. M'hamed Khaddad, et le représentant du Front Polisario à l'ONU, M. Ahmed Boukhari.
C'est le premier round à se tenir suite au rapport sur le Sahara occidental du secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki-moon, rendu public en avril, et à la résolution 1979 du Conseil de sécurité qui s'en est suivie, renouvelant le mandat de la MINURSO jusqu'en avril 2012.
Dans son rapport publié en avril, M. Ban Ki-moon avait estimé qu'après quatre années et une série de dix réunions entre les parties, le processus de négociations « reste dans l'impasse ». Suite à ce rapport, le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité une résolution dans laquelle il a réaffirmé son engagement à « aider les deux parties au conflit à parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable, qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara occidental ». Considérant que « le maintien du statu quo n'est pas acceptable à long terme », le Conseil de sécurité a invité les deux parties « à faire preuve d'une plus grande volonté politique en vue d'une solution, en discutant de façon plus approfondie de leurs propositions respectives ».
Ce qui signifie que le Maroc doit discuter de la proposition du Front Polisario qui repose sur la nécessité d'un référendum sur l'autodétermination incluant les trois options déjà acceptées par les deux parties dans le Plan de règlement de 1991 et dans les Accords de Houston de 1997 et approuvées par le Conseil de sécurité : l'indépendance, l'intégration ou l'autonomie
http://www.elmoudjahid.com/fr/flash-actu/5087






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Mer 8 Juin - 18:43

Sahara Occidental: Les besoins de base des réfugiés sahraouis estimés à plus de 26 millions de dollars, selon le HCR
Citation :

Les besoins de base des réfugiés sahraouis sont estimés par le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) à plus de 26 millions de dollars, contre plus de 13 millions de dollars alloués en 2011 par les donateurs, a indiqué mercredi à Alger le représentant en Algérie de l'agence onusienne, M. Abdul Karim Ghoul.


S'exprimant lors d'une séance d'information sur une mission des donateurs effectuée du 2 au 6 avril dernier dans les camps de réfugiés sahraouis, M. Ghoul a jugé les ressources financières actuelles destinés aux réfugiés sahraouis insuffisantes. Il a relevé que le budget annuel des opérations du HCR qui était d'un peu plus de 2 millions de dollars en 2007, a été augmenté à plus de 12 millions de dollars en 2010 et à plus de 13 millions en 2011.

"Cependant, a-t-il dit, ces ressources financières ne permettent pas encore de satisfaire tous les besoins des réfugiés, car pour y parvenir, les estimations des besoins de base sont chiffrées à plus de 26 millions de dollars". Il a rappelé que la visite d'une mission du HCR dans les camps de réfugiés sahraouis en 2009 avait permis d'attirer davantage l'attention de la communauté internationale sur la situation "oubliée" de ces réfugiés.

APS






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Mer 15 Juin - 12:42

La question sahraouie examinée par le Comité onusien de décolonisation
Citation :

La question du Sahara occidental a été examinée lundi dernier par le Comité spécial de l’ONU chargé d’étudier la situation relative à l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, dit «Comité des 24».


Selon l’APS, dans ses travaux de la première session pour la troisième Décennie internationale de l’élimination du colonialisme (2011-2020), le Comité a constaté que la divergence fondamentale entre le Front Polisario et le Maroc réside dans la question de l’autodétermination, souligne l’ONU. «Le Front Polisario propose la tenue d’un référendum envisageant plusieurs options, y compris l’indépendance, tandis que le Maroc tient à un régime d’autonomie négocié et à un référendum de confirmation à option unique», indique encore l’ONU. Lors du débat, la représentante de Cuba a souligné que le peuple du Sahara occidental lutte, depuis 40 ans, pour son droit à l’autodétermination.

Le Comité des 24 «doit jouer un rôle central», a-t-elle soutenu en souhaitant que le peuple sahraoui puisse «décider librement de son avenir». Dans son intervention, le représentant du Front Polisario à l’ONU, Ahmed Boukhari, a estimé que vingt années après la création de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso), «le Maroc profite toujours de ses amitiés au sein du Conseil de sécurité pour tenter, depuis 2007, de vendre sa prétendue proposition d’autonomie».
Or, a-t-il dit, «cette proposition consiste seulement à demander au peuple sahraoui de renoncer à la possibilité de son indépendance et à accepter de rejoindre la puissance occupante». Il s’est dit «convaincu que le Comité des 24 reconnaîtrait sans mal qu’une telle proposition nie le principe d’autodétermination formulé dans la résolution 1514 de l’Assemblée générale de l’ONU de 1960».

Le représentant sahraoui a regretté que la septième réunion informelle Front Polisario-Maroc, tenue la semaine dernière à Manhasset (New York) et placée sous les auspices de l’envoyé personnel du secrétaire général, n’ait pas abouti «en raison du manque de coopération du Maroc». Aussi, s’est-il tourné vers le Comité des 24, en espérant qu’il serait en mesure d’assumer ses responsabilités vis-à-vis de «la dernière colonie africaine inscrite à son ordre du jour». Ahmed Boukhari a aussi demandé au Comité d’envoyer une mission d’enquête au Sahara occidental et de suivre, en outre, très étroitement le processus actuel de négociations. La dernière enquête effectuée par ce comité au Sahara occidental date du début des années 1970 lorsqu’il était sous occupation espagnole.

En effet, a-t-il expliqué, la question du Sahara occidental est toujours inscrite à l’agenda du Comité des 24, lequel «a des responsabilités en vertu de la Charte des Nations unies consistant à assurer le processus de décolonisation des territoires sahraouis occupés». Avec 16 territoires non autonomes demeurant sur la liste de l’ONU dont le Sahara occidental, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a exhorté en février dernier la communauté internationale à «éliminer immédiatement et complètement le colonialisme sous toutes ses formes». Le Comité des 24 a été créé par l’Assemblée générale de l’ONU en 1961 afin d’étudier et d’émettre des propositions sur l’application de la Déclaration sur la décolonisation
http://www.elwatan.com/international/la-question-sahraouie-examinee-par-le-comite-onusien-de-decolonisation-15-06-2011-128794_112.php






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Sahara occidental : L’Algérie réaffirme son soutien à la légalité internationale   Jeu 23 Juin - 12:08

Le conflit sur le Sahara occidental est en passe de quitter une situation de statu quo créé par l’administration marocaine.
Citation :
Le conflit sur le Sahara occidental est en passe de quitter une situation de statu quo créé par l’administration marocaine. Après plus de sept réunions informelles à Manhasset (New York), entre les parties marocaine et sahraouie, des progrès substantiels sur le droit de visite de familles sahraouies dans les territoires occupés et le camp de réfugié de Tindouf ont été enregistrés, alors que les deux camps en conflit ont campé sur leurs positions respectives. Rappelons que cette septième session des négociations informelles entre le Front Polisario et le Maroc, sous l’égide de l’Onu à propos du Sahara occidental, s’est déroulée sans parvenir à une avancée notable. Le Front Polisario réaffirme le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, via un référendum. Les dernières conclusions de l’ambassadeur Ross, envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, ont toutefois permis le renouvellement d’un cinquième rendez-vous avant d’accéder à la phase formelle des négociations. L’Algérie, respectueuse de ses engagements à l’adresse d’une paix juste dans la région et le droit inaliénable à l’autodétermination des peuples à disposer d’eux-mêmes, a réaffirmé son soutien à un règlement conforme à la légalité internationale du conflit du Sahara occidental, a souligné Mourad Medelci dans sa déclaration présentée lors du 6e conseil d’association algéro-européen à Luxembourg.
Ce renouvellement de position ce traduit par une confiance total sur la constance du Conseil de sécurité de l’ONU sur cette question en apportant un plein appui aux efforts du Médiateur onusien Ross. L’Union européenne a, de son côté, soutenu dans sa déclaration présentée lors de cette réunion, les efforts du secrétaire général de l’Onu en vue de parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui permettra l’autodétermination du peuple du Sahara occidental. Les dernières propositions marocaines sur une large autonomie accordée aux Sahraouis sont restées vaines face à la détermination des Sahraouis à disposer, par voie référendaire, de leur sort. Les dernières évènements de Gdim Izik ont sonné le glas de la toute dernière colonie en Afrique. Le Sahara occidental s’apprête à vivre le dernier quart d’heure colonial.
M. B
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/13570






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Sahara Occidental : La 8e réunion informelle Front Polisario-Maroc les 20 et 21 juillet à Manhasset   Mer 13 Juil - 22:40

Citation :
La huitième réunion informelle entre le Front Polisario et le Maroc aura lieu les 20 et 21 juillet à Manhasset (banlieue de New York), a indiqué hier a l’APS le représentant du Front Polisario à l'ONU, M. Ahmed Boukhari. Cette réunion, qui se tiendra plus d’un mois après le précédent round informel, se déroulera sous les auspices de l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, en présence des délégations des deux parties et des représentants des deux pays observateurs, l'Algérie et la Mauritanie. La délégation sahraoui sera conduite par le président du Conseil national (Parlement) de la République arabe sahraouie démocratique (RASD, M. Khatri Addouh, et composée également du coordinateur sahraoui avec la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental (Minurso), M. M'hamed Khaddad, et de M. Ahmed Boukhari. Le Front Polisario et le Maroc avaient engagé en juin 2007 des négociations directes, sous l'égide de l'ONU, avec quatre rounds qui avaient eu lieu à Manhasset, et sept réunions informelles à Vienne (Autriche), à La Valette (Malte) et à Manhasset.
http://www.elmoudjahid.com/fr/flash-actu/5437






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Sahara Occidental: La 8e réunion informelle Front Polisario-Maroc entame ses travaux à Manhasset   Mer 20 Juil - 18:10

Citation :

La huitième réunion informelle entre le Front Polisario et le Maroc sur le dossier du Sahara occidental s'est ouverte mercredi à Manhasset (New York) pour une durée de deux jours sous l'égide des Nations unies.


Cette réunion, qui se tient plus d'un mois depuis le précédent round informel, se déroule à huis-clos sous les auspices de l'Envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, en présence des délégations des deux parties et des représentants des deux pays observateurs, l'Algérie et la Mauritanie.

Dans une déclaration mardi à l'APS le représentant du Front Polisario à l'ONU, M. Ahmed Boukhari avait souligné que le Front Polisario "espère toujours du Maroc un retour à la raison et aux engagements que nous avons souscrits ensemble devant la communauté internationale en 1991 et en 1997 avant d'être endossés par le Conseil de sécurité de l'ONU".

L'objectif de ces engagements internationaux, avait-il rappelé, "est d'entamer le processus de décolonisation du Sahara occidental et de permettre au peuple sahraoui l'exercice de son droit inaliénable à l'autodétermination à travers un référendum organisé par l'ONU en coopération avec l'Union africaine". Le président sahraoui, M. Mohamed Abdelaziz, a pour sa part qualifié mardi l'ordre du jour présenté par le SG de l'Onu d'"important".

Le Front Polisario et le Maroc avaient engagé en juin 2007 des négociations directes, sous l'égide de l'ONU, avec quatre rounds qui avaient eu lieu à Manhasset (Etats-Unis), et huit réunions informelles à Vienne (Autriche), à la Valette (Malte) et à Manhasset.

El Watan avec APS
http://www.elwatan.com/actualite/sahara-occidental-la-8e-reunion-informelle-front-polisario-maroc-entame-ses-travaux-a-manhasset-20-07-2011-133421_109.php






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Tout en louant le soutien de l’Algérie   Mer 20 Juil - 18:18

Mohamed Abdelaziz rappelle que «le choix de la lutte armée est toujours de mise»

20-07-2011 Par Ali Boukhlef




Citation :
Mohamed Abdelaziz est optimiste, mais n’exclut pas le retour à la lutte armée. A une journée de la reprise des discussions entre le Front Polisario et le Maroc, le président sahraoui a réitéré, hier à partir de Boumerdès, le choix de son peuple pour la marche «vers la liberté».Dans un long discours, prononcé à l’occasion de la clôture de l’université d’été des cadres de la République sahraouie, tenue à
Boumerdès, le président de la RASD a réitéré le choix de son gouvernement pour une solution pacifique au problème qui l’oppose au Royaume du Maroc. Mais en même temps, il a averti que le retour à la lutte armée reste possible. «Le choix de la lutte armée est un droit consacré par la Charte des Nations unies. Nous rappelons que ce droit reste d’actualité chez nous tant que nos droits sont bafoués. Nous craignons que l’attitude du Maroc ne nous conduise à y avoir recours», a-t-il tonné devant un parterre de militants sahraouis et d’invités, notamment l’ambassadeur du Venezuela et un représentant de l’ambassade de Russie à Alger. Le chef du Polisario a, encore une fois, accusé la France de partialité dans le traitement de la question des droits de l’Homme. «Certains prétendent défendre les droits de l’Homme. Mais ils oublient de dire que les Sahraouis luttent pour leurs droits», a-t-il dit en direction de la France. Mohamed Abdelaziz s’est même posé la question de savoir pourquoi les pays occidentaux ont soutenu l’indépendance du Sud-Soudan, mais se taisent lorsqu’il s’agit des Sahraouis. «C’est une hypocrisie», a-t-il accusé. Le président de la RASD a demandé à l’ONU de «prendre ses responsabilités en ce qui concerne la gestion du territoire qui est sous son autorité, en attendant d’assumer sa responsabilité de décoloniser le Sahara occidental». Malgré la souffrance de son peuple, le président sahraoui a tendu la main aux Marocains. «Je tends ma main aux intellectuels, aux politiques et à tous les Marocains sincères pour mettre fin à l’effusion de sang», a-t-il dit, tout en rappelant que ni la RASD ni l’Algérie «n’ont un problème avec le peuple marocain frère». Il a plaidé pour un Maghreb des peuples.
Mohamed Abdelaziz a longuement loué le soutien de l’Algérie dans la lutte du peuple sahraoui, demandant à ses concitoyens de ne pas l’oublier. Après avoir retracé l’histoire de la position de l’Algérie, il a indiqué que «notre choix de nous allier à l’Algérie n’est pas un choix sentimental. L’Algérie est notre allié, notre frère. Nous avons fait ce choix parce que l’Algérie est un grand pays et une grande puissance qui a des positions doctrinales», rappelant que «l’Algérie n’a jamais demandé quoi que ce soit en contrepartie de sa position. Mieux que cela, je suis en devoir de témoigner que l’Algérie n’a jamais interféré dans nos choix, se contentant de soutenir un principe, qui est celui de notre droit à l’autodétermination».
http://www.latribune-online.com/evenement/55054.html






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Sahara Occidental: Un autre round, un autre échec    Sam 23 Juil - 11:46

Citation :

par Yazid Alilat


Un round à blanc. La 8e réunion informelle entre le Front Polisario et le Maroc à Manhasset, près de New York, s'est terminée sans qu'aucune piste ne soit retenue pour baliser le chemin vers une solution politique consensuelle rapide du conflit au Sahara Occidental. Menées sous les auspices de l'envoyé personnel du SG de l'ONU, le diplomate américain Christopher Ross, ces discussions n'ont pas abouti. Elles se sont achevées sans un compromis pour trouver une issue au conflit, les deux parties maintenant leurs propositions comme seules voies de règlement du conflit.

Et notamment la proposition marocaine d'une large autonomie de ce territoire, sous l'autorité de Rabat. La proposition sahraouie d'un référendum d'autodétermination reste, hélas, bloquée par l'entêtement du Maroc, qui occupe ce territoire depuis 1975. Pour autant, les discussions se poursuivront, et le prochain round est programmé entre septembre-octobre prochain.

M. Christopher Ross a indiqué que la 9e réunion informelle aura lieu après la prochaine session d'automne de l'Assemblée générale de l'ONU, qui tiendra sa 66ème session à partir du 13 septembre prochain. Il a souligné dans une déclaration à la presse qu'afin «de trouver une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoit à l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental dans le cadre d'arrangements conformes aux buts et principes de la Charte de l'ONU, les deux parties ont poursuivi l'approfondissement de la discussion des deux propositions, dont la question du corps électoral et les mécanismes d'autodétermination et les formes de garanties». Mais, à la fin de ce round, «chacune des deux parties au conflit a continué à rejeter la proposition de l'autre comme base unique des négociations à venir, tout en réitérant leur volonté de travailler ensemble afin de trouver une solution politique conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nation unies», a relevé M. Ross selon lequel les deux parties «ont exploré les moyens de faire participer des membres respectés d'un large groupe représentatif du Sahara Occidental à l'accompagnement du processus de négociation en cours entre elles». Elles ont aussi entamé une discussion «qui sera approfondie dans les prochains mois sur des thèmes de gouvernance t els que l'éducation, l'environnement et la santé, sans préjudice quant au statut définitif du territoire» du Sahara Occidental, a précisé M. Ross.

D'autre part, le Front Polisario et le Maroc «ont décidé de travailler avec les Nations unies dans les prochains mois sur les sujets des ressources naturelles et du déminage pour approfondir les discussions dans le cadre des négociations», a-t-il affirmé. En ce qui concerne les mesures de confiance, «les parties et les pays voisins ont confirmé leur soutien à la mise en oeuvre ordonnée du programme d'action de 2004 et des visites familiales par voie terrestre». Sur ce point, l'envoyé personnel de M. Ban Ki-moon a souligné que «les parties ont confirmé leur intention de participer au séminaire qui sera organisé par le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) à Madère (Portugal) en septembre 2011 et à la prochaine rencontre d'évaluation avec le bureau du Haut Commissaire pour les réfugiés à Genève prévue en octobre 2011». Quant au chef de la délégation sahraouie à cette réunion informelle, M. Khatri Addouh, il a déclaré à la presse que «les Nations unies restent plus que jamais attachées à une solution garantissant le droit à l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental, mais le Maroc s'entête à bloquer les efforts en cours». «Le Maroc craint les résultats d'une consultation démocratique du peuple sahraoui», a-t-il affirmé. Il a ainsi estimé que «la communauté internationale est plus que jamais interpellée pour faire respecter les principes de légalité et de justice au Sahara Occidental». M. Addouh a aussi noté qu'«un accent particulier a été mis sur la question du corps électoral et des mécanismes d'autodétermination puisque, comme souligné par M. Ban Ki-moon, la consultation du peuple sahraoui sur son devenir est un passage obligé pour toute solution juste, crédible et durable du conflit de décolonisation du Sahara Occidental».

Par ailleurs, la situation des droits de l'homme au Sahara Occidental, le libre accès au territoire pour les ONG, la presse et les observateurs internationaux ont été soulevés par la délégation du Front Polisario qui a appelé à «l'arrêt de la répression contre les citoyens sahraouis sans défense et la libération de tous les détenus politiques dans les geôles marocaines», a signalé M. Addouh.

Par ailleurs, le directeur adjoint de l'agence de l'ONU contre les mines a donné au cours de cette réunion un bilan sur sa mission au Sahara Occidental, notamment pour le déminage du territoire, qui est, selon lui, «malheureusement, l'une des zones les plus infestées par les mines antipersonnel». Il a appelé les deux parties à mettre un plan d'action pour le déminage de ce territoire. L'Algérie et la Mauritanie ont été présentes à ce round en tant que pays observateurs, notamment lors des discussions sur les mesures de confiance
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5155930






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Dim 28 Aoû - 16:18

samedi 27 août 2011


Origines, enjeux et perspectives de paix du conflit du sahara occidental


Citation :

Denise Sollo

Le Sahara occidental est situé à l’ouest du Maghreb et présente comme voisins frontaliers : Le Maroc au nord ; au nord –est l’Algérie avec qui il partage une courte frontière; et enfin la Mauritanie à l’est, et dans tout le sud. Toute sa frontière ouest donne sur l’atlantique. Sa superficie est de 266000 km². A l’époque de son occupation par l’Espagne en 1884, le territoire du Sahara Occidental est essentiellement occupé de tribus guerrières, maraboutiques et tributaires, organisées et indépendantes entre-elles.

Selon certains auteurs, les différentes expéditions marocaines sur ce territoire n’ont pas conduit à une soumission effective des populations autochtones aux sultans du Maroc. Néanmoins, durant toute la période qui a précédé la colonisation de ce territoire et même pendant celle-ci, il est arrivé que des chefs guerriers en provenance de cette région, reçoivent une aide matérielle massive de la part du sultan du Maroc, pour venir à bout de l’ennemi commun qu’était l’occupant européen. C’est le cas du chef de guerre et marabout Ma El Aïnin, finalement tué par les français au Maroc en 1910.

Cette attitude de certains chefs et notables du Sahara vis-à-vis du sultan du Maroc, a conduit certains à conclure qu’il s’agissait là d’une forme de reconnaissance de la souveraineté du royaume marocain sur le territoire du Sahara Occidental. Pour d’autres, il s’agissait tout simplement d’une demande d’aide à un voisin plus puissant, afin de venir à bout d’un ennemi commun, puisque le Maroc lui-même était menacé par l’occupation française. Finalement, c’est plutôt la France et l’Espagne qui ont finiront par avoir raison des résistances marocaines d’une part, et des actes de rébellions des sahraouis d’autre part. Ceci s’est traduit par la colonisation Espagnole du Sahara en 1884, et la mise sous protectorat du Maroc par la France en 1912.

Les acteurs au conflit, aux lendemains des indépendances :

C’est aux lendemains des indépendances que ce territoire commence à être revendiqué par deux pays : le Maroc et la Mauritanie.
Le Maroc, indépendant depuis 1956 estime que ce territoire faisait partie intégrante du sien bien longtemps avant la venue des européens au Maghreb. La thèse marocaine du “Grand Maroc” était une revendication des territoires considérés par les défendeurs de cette thèse comme étant sous souveraité marocaine avant la colonisation européenne. Ainsi, les territoires à restituer au Maroc étaient: le Sahara espagnol, la Mauritanie, le nord du Mali et une partie de l’ouest algérien ( région de Tindouf).


La Mauritanie, ancienne colonie française, tout en réfutant l’idée de son intégration au grand Maroc, estimait que le territoire du Sahara espagnol devait être intégré au sien à cause des fortes similitudes linguistiques, culturels, et ethniques entre sahraouis et maures.

L’Espagne, puissance colonisatrice, loin d’aller dans le sens d’une décolonisation du Sahara, décida plutôt d’en faire une de ses provinces.
Le conflit qui opposait d’une part l’Espagne et le Maroc, et d’autre part l’Espagne et la Mauritanie, avait comme origine les exigeances marocaine et mauritanienne relatives à la décolonisation du Sahara espagnol, par conséquent au départ de l’Espagne. L’absence d’un front commun “maroco-mauritanien” face à la position espagnole provenait des revendications marocaines relevant de la thèse du grand Maroc. De plus, la guerre entre le Maroc et l’Algérie(qui était restée jusque-là à l’écart du conflit du Sahara Occidental) de 1962 au sujet de leur frontière commune, ne favorisait pas non plus la possibilité de constitution d’un front commun des trois voisins immédiats du Sahara Occidental. Ainsi, malgré les pressions en provenance des Nations Unies dès 1965 visant à pousser l’Espagne à décoloniser ce territoire par l’organisation d’un référendum d’autodétermination, celle-ci continuait de jouer les résistantes en acceptant le principe de l’autodétermination, mais sans véritablement s’activer dans le sens d’un retrait. Ainsi, l’Espagne n’hésitait pas à exploiter la faiblesse d’une absence d’organisation de ses adversaires, en entretenant des discussions bilatérales avec chacune d’elles, tout en essayant de montrer aux Nations Unies que finalement les autochtones préféraient le rattachement à l’Espagne.


Le début du conflit armé

Le début des années 1970 va voir des changements nets s’effectuer dans la région. Les voisins immédiats du Sahara occidental finissent par former un front commun, après le règlement par le Maroc de son litige frontalier avec l’Algérie, ainsi que sa reconnaissance de la souveraineté de la Mauritanie. Ce bloc décide donc de faire pression sur l’Espagne pendant que de l’autre côté, les Nations Unies somment de plus en plus celle-ci d’organiser un référendum d’autodétermination du peuple du Sahara Occidental. Sur le plan interne, on assiste à une naissance de partis nationalistes au Sahara occidental tels que le Parti de l’Union National Sahraoui (PUNS) soutenu par l’Espagne, Le Mouvement de Renaissance des Hommes Bleus (MOREHOB) soutenu par le Maroc et le Front de Libération de la Saguia el Hamra et du Rio de Oro (Front Polisario), né le 10 mai 1973 et qui sera soutenu par l’Algérie. Le 20 mai de la même année, le front polisario attaque le poste de police espagnol de el khanga et signifie par ce geste, l’ouverture des hostilités vis-à-vis de l’occupation et pour la fierté nationale. Deux ans plus tard, le Roi du Maroc dirige la grande Marche Verte.

La Marche Verte du 16 octobre 1975 se veut une récupération symbolique et pacifique du territoire du Sahara « marocain » par le Maroc. Cette Marche a à sa tête la personne même du roi Hassan II du Maroc, suivi par une grande foule brandissant le coran et le drapeau marocain; le coran se voulait un symbole pacifique de l’action de récupération, alors que le drapeau traduisait un signe indicateur de l’appartenance de ce territoire au Maroc.

Pour les membres du front polisario, la présence de l’armée marocaine sur le territoire (celle-ci y a précédé les marcheurs) représente une nouvelle occupation étrangère, alors même que l’Espagne n’y a pas encore achevé son retrait. Ses derniers soldats en partiront en janvier 1976, et elle mettra officiellement fin à sa présence sur ce territoire en février 1976. Ceci explique pourquoi les combattants du front polisario allaient prendre les armes une nouvelle fois pour se défaire de cette nouvelle occupation. Dans la même période, plus précisément le 24 novembre 1975, le Maroc, la Mauritanie et l’Espagne signent à Madrid (Espagne) les accords (tripartites) de Madrid. Ceux-ci voient l’Espagne octroyer à la Mauritanie et au Maroc, l’administration conjointe du territoire du Sahara occidental. Partant du territoire quelques mois après, l’Espagne devait signifier aux Nations Unies sa démission du titre de puissance administrante du Sahara occidental, titre que les Nations Unies n’ont pas eu à octroyer à un autre Etat.

La République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) voit le jour au lendemain du départ espagnol du territoire : le 27 février 1976. Cette République constitue en réalité une riposte des tripartites de Madrid, et son avènement coïncide avec le déclenchement des hostilités. Dès cette période, des combats très violents opposent en effet les combattants du Front Polisario aux forces marocaines dans la partie nord du territoire d’une part, et aux forces mauritaniennes dans la partie sud du territoire d’autre part. Pour garantir l’efficacité de son offensive, le Front Polisario reçoit une aide massive de l’Algérie. Cette aide se résume par l’octroie d’un matériel militaire important, de la logistique, de la région de Tindouf comme base arrière et construction de camps de réfugiés, et même de colonnes de soldats algériens. Ainsi, les combattants du front polisario avec l’aide de l’Algérie vont tout d’abord chasser l’armée mauritanienne du Sahara occidental, pour aller ensuite les battre sur leur propre territoire, en s’emparant de certaines régions du nord de la Mauritanie. Cette situation va contraindre la Mauritanie à signer l’accord de paix d’Alger du 05 Août 1979, dans lequel elle renonce à sa revendication du territoire du Sahara Occidental, tout en obtenant du Front polisario, la promesse de ne procéder à aucune revendication sur territoire.
De son côté, le Maroc trouve l’aide nécessaire lui permettant de se soustraire à une défaite devenue presque inéluctable, auprès de pays occidentaux. C’est le cas des Etats-Unis qui vont, dans les années 81-82, fortement accroître leur aide au Maroc. Cette aide se résumera entre autres à une importante livraison du matériel militaire, suite aux accords passés entre le Maroc et les Etats-unis dans le cadre du Consensus statégique occidental au Moyen Orient, et relatif aux déploiements des Forces Spéciales Américaines dans cette région. Entre-temps, l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) essaient, par des moyens diplomatiques, de trouver une solution pacifique à ce conflit.


Le plan de paix de l’ONU et les autres propositions.

C’est en 1984 que le Maroc se retire de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) pour protester contre l’admission de la RASD à cette organisation. Entre temps( depuis 1983), l’OUA qui se déploie dans une quête de résolution pacifique de ce conflit, exhorte les parties au conflit à entreprendre des négociations à cet effet. C’est en cela que tient sa résolution AHG/RES. 104 (XIX) du 19ème sommet de l’OUA à Addis Abeba (en Ethiopie).
De son côté, dès décembre 1985, l’assemblée générale des Nations Unies adopte la résolution 40/50 sur le Sahara, invitant le président en exercice de l’OUA et le secrétaire général de l’ONU à œuvrer en vue d’amener les parties à négocier dans les meilleurs délais et conformément à la résolution de l’ONU (citée plus haut) et à la présente résolution, les conditions d’un cessez-le-feu et les modalités d’organisation d’un référendum au Sahara Occidental. Dès lors, plusieurs missions sont constituées et oeuvrent en effet pour rendre effectives ces deux résolutions de l’OUA et de l’ONU.
En août 1988, le secrétaire général des Nations Unies présente une proposition de paix prévoyant un cessez-le-feu et la tenue d’un référendum, aux représentants du Maroc et du Front polisario, en vertu du mandat conféré par l’assemblée générale dans sa résolution 40/50 de décembre 1985. Les parties donnent leur accord le même mois. En avril 1991, le Conseil de sécurité des Nations Unies adopte la résolution 690(1991) approuvant la constitution sous son autorité de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental (MINURSO). Celle-ci comprend trois composantes : Unité civile, Unité de Sécurité, et Unité militaire.
Le cessez-le-feu prévu entre en vigueur en septembre 1991.


Jusqu’à ce jour, seule cette partie du règlement de paix a connu une suite favorable. Le blocage de la deuxième partie étant ce qui a conduit les Nations unies à effectuer de nouvelles propositions : en 2001 et en 2002. A l’origine de ce blocage se situe la question des électeurs : les personnes habilitées à voter. En effet, la proposition de paix effectuée par l’ONU avait retenu comme habilitées à voter, les personnes retenues par le recensement de 1974 effectués par les Espagnols. Or après le dépôt de la liste des électeurs par les Sahraouis, le Maroc déposa une demande de 131000 recours de personnes qui selon lui, devraient également être admises sur la liste des électeurs.
C’est cette situation qui a conduit au blocage du plan de règlement de paix de l’ONU à tel point qu’en 2001, les Nations Unies devaient proposer aux parties au conflit une « troisième voie » appelée accord-cadre, qui octroie une large autonomie au Sahara Occidental tout en le rattachant du Maroc pendant cinq à l’issue desquelles un référendum sera organisé dans le territoire.
Cet accord est appelé troisième voie parce que le référendum comporte l’alternative : l’indépendance, ou le rattachement pur et simple au Maroc. La différence entre ce rattachement pur et simple au Maroc et la troisième voie (qui présente également le rattachement au Maroc) se situe dans la large autonomie octroyée au territoire. Contrairement au plan de règlement qui avait reçu l’accord des parties, cette troisième voie n’a jusqu’ici été entériné que par le Maroc. Il faudrait retenir que le plan de paix de l’OUA-ONU tient lieu de première proposition, alors que la troisième voie tient de deuxième proposition. Cette deuxième proposition n’ayant pas fait l’unanimité entre les parties, il a fallu aux Nations Unies de proposer une troisième solution : la partition du territoire entre les parties. Une partie revenant au Front polisario et conduisant même par-là à son indépendance, tandis que l’autre reviendrait au Maroc, qui pourra en faire sa province du sud. Malheureusement, cette proposition a connu un refus catégorique des principales parties au conflit.


Pour le Maroc, il s’agit là d’une atteinte à son intégrité territoriale, lors que pour le Front polisario, l’indépendance du Sahara Occidental(dans son ensemble) ne saurait se passer d’un référendum d’autodétermination du peuple Sahraoui. Tenant compte de cet autre blocage, le secrétaire général des Nations Unies a proposé aux parties (tout en leur demandant de réfléchir sur ces différentes propositions), un retrait pur et simple de la MINURSO de ce territoire.

Les enjeux du conflit
Le conflit du Sahara Occidental présente de nombreux enjeux. Les plus frappants relèvent du politico-économique.


Les enjeux d’ordre politique varient il est vrai selon le contexte géopolitique du moment. En analysant la fin de la guerre froide, on peut se demander si le conflit du Sahara Occidental tirait son origine de la tension Est-Ouest? Pour cela, nous allons nous servir du cas Namibien comme exemple.

Pendant la guerre froide, la Namibie qui est un territoire à décoloniser continue d’être occupée par l’afrique du sud. La communauté internationale, et les Etats-Unis en tête, tout en appuyant le principe d’autodétermination en Namibie, accordaient leur soutien matériel à l’Afrique du sud. La raison d’une telle attitude: l’Afrique du sud était le garant du capitalisme dans la région, un allié important pour les Etats-Unis face à la montée du communisme dans cette région d’Afrique.
De plus, la SWAPO, mouvement de libération nationale de la Namibie entretenait des relations particulières avec l’Angola marxiste qui la soutenait dans sa lutte. Dans le cas du conflit du Sahara Occidental, la situation qui prévaut dans la région à l’époque de la guerre froide n’est pas très différente de celle que nous venons de voir.
Les Etats-Unis font du Maroc un allié important dans la région du Maghreb. L’Algérie qui soutien le Front polisario est celle du président Boumedienne où les idées révolutionnaires du Front de libération National algérien (FLN), très sensibles sur la question de décolonisation des territoires occupés sont encore très encrées. Il s’agit d’une Algérie fortement socialiste, dont le soutien au front polisario cause le même effet qu’en Namibie. La communauté internationale ( les Etats-Unis en tête), tout en acceptant le principe d’autodétermination continue quand même de soutenir le Maroc dans sa lutte Contrairement à la Namibie qui accède à l’indépendance à la fin de la guerre froide, le conflit du Sahara occidental reste en vigueur et conduit les parties au conflit, ainsi que les acteurs extérieurs au conflit à un repositionnement stratégique relatif aux nouvelles données internationales que sont la globalisation et la lutte contre l’intégrisme islamique. En effet, en plus de l’attrait que le marché maghrebin exerce sur les Etats-Unis et l’europe, cette région a redoublé d’importance, de par sa position stratégique depuis les évènements du onze septembre 2001. Ces évènements ont conduit le monde occidental dans une lutte difficile et longue contre le terrorisme et le fondamentalisme religieux. Un tel combat, exige des alliés sérieux ayant des entrées dans les milieux les plus hostiles et surtout très peu connu. C’est ici qu’on peut comprendre l’avantage qu’une telle situation présente pour le Maroc (vieil allié du monde occidental), dans sa stratégie de récupération du sahara occidental. La reconnaissance de ce territoire comme faisant partie du Maroc par les alliés occidentaux pourrait effectivement ce faire dans le cadre de politiques de compensations. Le Maroc a souvent jouer le rôle de gendarme des intérêts de la France en Afrique, ainsi que celui de temporisateur dans le proche Orient. Autant il est respesté dans le monde arabe, autant il est considéré comme un défenseur respectable des intérêts des palestiniens dans la guerre qui les oppose à Israël. On comprend donc pourquoi le Maroc se présente aujourd’hui pour les occidentaux, comme un allié important face aux doubles fléaux que sont le terrorisme et l’intégrisme. Le soutien apporté par les Etats-Unis, la France et la Grande Bretagne au projet d’accord cadre dit troisième voie, comme solution octroyée par les Nations Unies pour une résolution du conflit, pourrait bien être une des résultantes de cette alliance.


Les enjeux d’ordre économique relèvent des richesses contenues dans le sous-sol du territoire, ainsi que celles contenues au large des côtes et dans les fonds marins. Le territoire est très riche en phosphates découverts en 1947 par l’Espagne, et regorge d’autres minerais tels que : le fer, le titane, le manganèse, et des pierres précieuses. Parmi celles-ci, on peut citer l’uranium, le titanium et le vanadium. Y sont probablement présents, l’antimoine et le cuivre, et bien d’autres. La façade atlantique de ce territoire se présente comme l’une des plus poissonneuses du monde. Concernant le fond marin, il est de plus en plus probable qu’il contient du pétrole. En effet, des compagnies pétrolières y effectuent actuellement de la prospection, sous l’autorisation de l’Etat marocain. Il s’agit des multinationales française et américaine TotalFinaELf et Keer Mc Geer. Ainsi, une intégration du Sahara occidental au Maroc, ferait un grand bien à l’économie Marocaine. Concernant l’Algérie, c’est plutôt l’accession à l’indépendance du Sahara occidental qui l’arrangerait dans la mesure où elle pourra enfin obtenir, en compensation à son soutien inconditionnel du Front Polisario durant le long et épuisant conflit, l’accès à l’océan atlantique tant convoité. Cet accès lui permettrait en effet une exploitaion importante de ses richesses de la région de Tindouf: le fer, le pétrole et le gaz. Côté américain, il est important de gagner le marché marocain par l’établissement d’une zone franche entre les deux pays. Cette attitude s’inscrit dans la politique américaine de conquête du marché africain. Pour l’union européenne, il s’agit surtout de garder les marchés déjà acquis. Le Maghreb, de par sa proximité et ses richesses représente pour l’europe un marché à préserver et à développer. Néanmoins, pour les Etats-Unis comme pour les européens, l’instabilité actuelle du Maghreb directement lié au conflit du Sahara occidental ne permet pas un bon déroulement du commerce. Raison pour laquelle ils sont tous pour un retour à la paix au Sahara.

Finalement, le conflit du Sahara occidental qui, si on part de la perception première de l’ONU et du droit international se veut un conflit de décolonisation, connait aujourd’hui d’autres voies que celle du référendum d’autodétermination à savoir: l’accord cadre, qui prône la large autonomie du territoire; la partition du territoire, une partie revenant au Maroc et l’autre devenant une république sahraouie; et enfin le retrait total de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO).La véritable crainte aujourd’hui réside dans le fait que, les parties au conflit n’arrivant pas à se mettre d’accord sur une solution commune, la décision choisie par l’ONU soit rejetée par l’une ou l’autre partie. Crainte parce qu’une telle attitude ne met pas à l’abri d’une reprise des armes. La négociation demeure toutefois la démarche la plus réaliste pour espérer parvenir à une situation de paix dans cette partie de la région du Maghreb.

Notes :

Cf. l’ouvrage de monsieur Maurice barbier, le conflit du Sahara Occidental,

Cf. Rapport du secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies comprenant le texte du projet d’accord-cadre : www.arso.org

Paris, Novembre 2003. Source, www.irenees.net


Source : Bring Us Together, 27 août 2011
http://plan-paix-onu.blogspot.com/2011/08/origines-enjeux-et-perspectives-de-paix.html






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Mer 21 Sep - 18:31

Sarkozy lâchera-t-il Mohammed VI?

Par Mohamed TOUATI - Mercredi 21 Septembre 2011



La France soutiendrait les résolutions votées par le Conseil de sécurité qui garantissent au peuple sahraoui le droit de s'exprimer librement quant à son avenir à travers la tenue d'un référendum d'autodétermination.

La France a-t-elle rectifié sa position par rapport au conflit du Sahara occidental? Si l'on tient compte des déclarations de son ambassadeur à Alger - et prises de manière intrinsèque -, on peut affirmer que la réponse est oui. «Nous soutenons le plan onusien de Christopher Ross et les efforts des Nations unies», a déclaré lundi Xavier Driencourt lors d'une conférence de presse qu'il a animée à Relizane (ouest du pays), qui a en outre indiqué que la souveraineté et l'indépendance des pays sont autant respectées par l'Algérie que par la France. Il est cependant plus probable que le diplomate français a été instruit à travers cette inattendue sortie médiatique de tenter de mettre de l'eau sur le feu qui couve depuis quelques mois entre Paris et Alger dont les positions en ce qui concerne la résolution du conflit libyen se sont retrouvées aux antipodes.
L'affaire de l'assassinat des moines de Tibhirine qui a été exhumée à travers un livre qui met en cause les autorités algériennes a quant à elle, été mise en sourdine pour le moment du côté des deux capitales. C'est pour dire que les relations entre les deux pays sont une nouvelle fois sur le gril.
Pour ce qui est du dossier sahraoui, il faut signaler que la France s'est opposée à la mise en oeuvre d'un mécanisme de surveillance des droits de l'homme dans les territoires occupés du Sahara occidental et s'est ouvertement prononcée en faveur du projet d'autonomie proposé par les autorités marocaines. «La France, comme d´ailleurs le Conseil de sécurité, juge intéressante la proposition marocaine qui mérite d´être discutée», avait déclaré Bernard Kouchner, l'ex-ministre français des Affaires étrangères, dans une interview accordée au magazine Jeune Afrique au mois de mars 2009.
«Cette proposition d´autonomie constitue la base la plus pertinente pour sortir de l´impasse. La France encourage les négociations autour de la proposition marocaine...», a renchéri François Fillon, le Premier ministre français, au cours d´un point de presse qui avait clôturé les travaux de la 10e réunion de haut niveau franco-marocaine, qui se sont tenus au début du mois de juillet 2010 à Paris. La position française aurait-elle connu une évolution depuis? «Sur le Sahara occidental, notre position est de soutenir le processus des Nations unies», a laconiquement répondu Alain Juppé, le chef de la diplomatie française lors de sa visite en Algérie le mois de juin 2011.
Faut-il dans ce cas croire à une déclaration de circonstance de l'ambassadeur de France à Alger? Les observateurs les plus avertis pencheront pour cette thèse. Il faut reconnaître que le dossier sahraoui, qui était déjà dans l'impasse, a davantage été compliqué depuis que le souverain marocain a décidé de l'escamoter à travers la nouvelle Constitution dont s'est doté le Royaume chérifien. «Je dirai donc OUI à ce projet (de Constitution soumis à référendum le 1er juillet dernier, Ndlr), car je suis convaincu que, de par son essence démocratique, il donnera une forte impulsion à la recherche d'une solution définitive pour la juste cause de la «marocanité» de notre Sahara, sur la base de notre Initiative d'autonomie...», avait déclaré le 24 juin 2011 Mohammed VI dans un discours adressé à son peuple.
Le pouvoir marocain, qui a mené une féroce campagne de diabolisation contre le Front Polisario, n'indique pas qu'il infléchira sa position. A moins que Nicolas Sarkozy ne mette tout son poids dans la balance. Ce qui n'est pas acquis d'avance...

http://www.lexpressiondz.com/actualite/139360-sarkozy-lachera-t-il-mohammed-vi.html






Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Jeu 29 Sep - 15:18

Sahara Occidental : Dakhla refuse l’occupation

Djamel Boukrine.

Citation :


Le Maroc ne semble pas disposé à comprendre qu’une simple étincelle peut mettre le feu au Sahara Occidental. A fortiori, un match de football entre une équipe locale et une équipe de la «métropole».

Comme celui de dimanche dernier entre le Mouloudia Dakhla et Chabab Mohammadia, une équipe de Casablanca qui a fait déborder le vase. C’est la deuxième fois que Dakhla est le théâtre des violences. En février dernier, la force occupante a dû annuler l’organisation d’un festival culturel «mer et désert» pour limiter les dégâts. Ban Ki-moon a dépêché son représentant spécial, Abdelaziz Hani, sur les lieux pour s’enquérir de la tragédie.
«Certaines personnes peuvent chercher à mettre à profit ces émeutes pour répandre l’instabilité», déclare Khalid Naciri, le ministre de la Communication, pointant du doigt les «activistes» sahraouis, partisans de l’indépendance de leur pays occupé depuis 1975. Taïeb Cherkaoui, son collègue de l’Intérieur, le regard rivé sur le démantèlement, le 8 novembre 2010, d’un camp de Sahraouis près d’El Ayoun qui fait des dizaines de morts, s’est déplacé lundi soir sur les lieux. Il a rencontré les notables sahraouis, et, ordonné, comme de tradition, l’ouverture d’une enquête judiciaire pour…déterminer les responsabilités. Les colons marocains appuyés par les forces d’occupation ne ratent aucune occasion, y compris un match de football, pour s’en prendre aux Sahraouis. Selon l’agence de presse sahraouie (SPS), les affrontements ont commencé après un sit-in organisé pour dénoncer l’agression dont ont fait l’objet des Sahraouis au stade de Dakhla lors de la rencontre de football. «Un groupe d’extrémistes parmi les colons marocains ont agressé des Sahraouis malgré la présence des forces royales qui n’ont fait qu’encercler le lieu». Depuis ? Les Sahraouis de Dakhla, sud-ouest du Sahara Occidental, ont été purement et simplement interdits d’entrée et de sortie de la ville à l’issue d’une protesta qui a dégénéré en affrontements de rue jusqu’au couvre-feu imposé mardi soir dans les quartiers sahraouis de la ville par les militaires qui ont reçu des renforts par camions et avions. Bilan : 8 morts et 15 blessés. Selon l’Association sahraouie ASVDH, même les maisons et une école privée appartenant à un Sahraoui n’ont pas été épargnées. Selon certains médias, plusieurs véhicules ont été incendiés et nombre de magasins saccagés. Dans leur fureur, ils y ont mis le feu. Comme lors des événements d’El Ayoun, les Sahraouis qui rejettent l’autonomie que leur proposent les Marocains veulent s’installer en dehors de la ville.
Selon les Sahraouis, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, n’est pas resté sourd à l’appel que lui a lancé le président sahraoui, Mohamed Abdelaziz pour «sauver de la répression marocaine la vie des civils sahraouis sans défense». Il a dépêché à Dakhla son représentant spécial pour le Sahara Occidental, Abdelaziz Hani, qui réside à El Ayoun, pour s’enquérir des événements tragiques. En outre, la 4e Commission pour les questions de décolonisation, dont celle du Sahara Occidental, tiendra ses travaux du 3 au 10 octobre prochain et Christopher Ross, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara Occidental, présentera le 11 octobre prochain son rapport devant le Conseil de sécurité sur le processus des négociations entre le Front Polisario et le Maroc. Un processus auquel le Front Polisario adhère. A la différence de la partie marocaine qui «marque de fortes réticences». Notamment quant à la tenue d’une réunion fin octobre, début novembre. La communauté internationale qui a les yeux braqués sur le conflit israélo-palestinien, le printemps arabe et la crise de l’euro, assumera-t-elle enfin ses responsabilités ? Le retour aux armes brandi par les Sahraouis, pourrait vite apparaître comme la seule option si l’impasse dans laquelle ils se trouvent persiste. «L’exaspération et la frustration risquent de conduire à l’irréparable, prévient le Premier ministre Abdelkader Taleb Oumar.

http://www.horizons-dz.com/monde/26802.html






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Ven 30 Sep - 12:12

Western Sahara Campaign condamne les violences commises par le Maroc au Sahara Occidental



Citation :
L’ONG Western Sahara Campaign a condamné jeudi à Londres les violences commises au Sahara Occidental par le Maroc, appelant ce dernier au respect des droits de l’homme dans ce pays occupé.

"Nous condamnons les violences perpétrées dans les territoires occupés et appelons le Maroc au respect des droits de l’homme dans la région", a déclaré a l’APS, Nathalie Sharples, une des porte-paroles de cette organisation.

"La violence, qui a pour théâtre le Sahara Occidental, interpelle la communauté internationale sur les violations quotidiennes des droits de l’homme au Sahara occidental. Nous appelons le Conseil de Sécurité à examiner de près la situation, à assurer les droits les plus légitimes des Sahraouis et à demander des comptes au Maroc sur les abus", a souligné Sharples.

"LÆONU s’est engagée, en avril dernier, à faire respecter les droits de l’homme dans les territoires occupés du Sahara occidental. Il est temps pour elle d’agir vu la dégradation de la situation des droits de l’homme dans les territoires sahraouis", a encore ajouté la représentante de Western Sahara Campaign, appelant à la mise en place d'un mécanisme international de surveillance des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés afin d'assurer la protection de la population sahraouie contre la répression.


El Watan avec APS



http://www.elwatan.com/actualite/western-sahara-campaign-condamne-les-violences-commises-par-le-maroc-au-sahara-occidental-29-09-2011-141552_109.php






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Ven 7 Oct - 20:36


Sahara Occidental : L’acteur espagnol Javier Bardem clame devant l’Onu le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination


Le célèbre acteur espagnol Javier Bardem a appelé, mardi devant l’Onu, au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, considérant que les pays, qui déclarent haut et fort leur soutien à la démocratie et aux droits de l’homme, ne doivent plus continuer à afficher leur indifférence à la question du Sahara occidental.



black]]Le célèbre acteur espagnol Javier Bardem a appelé, mardi devant l’Onu, au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, considérant que les pays, qui déclarent haut et fort leur soutien à la démocratie et aux droits de l’homme, ne doivent plus continuer à afficher leur indifférence à la question du Sahara occidental. Javier Bardem, qui a remporté un Oscar pour le film américain No country for old men en 2008 et décroché plusieurs trophées d’autres festivals internationaux de films, s’exprimait devant la 4e Commission de l’Onu, chargée des questions politiques spéciales et de la décolonisation, dont les travaux ont été entamés lundi au siège des Nations Unies à New York. « Je suis ici comme un citoyen indépendant. Je ne suis affilié à aucun parti politique et je ne suis le représentant d’aucun gouvernement. Mais il est de notre devoir de citoyens de rappeler à nos dirigeants leurs responsabilités quand une injustice se produit », a-t-il entamé son intervention. Qualifiant la situation du Sahara occidental de « grave injustice, de violation du droit international et de notre propre sens de base du bien et du mal », M. Bardem a soutenu que des puissances occidentales « ont calculé leurs intérêts économiques et politiques mais ont ignoré le terrible coût humain, tandis que le Maroc a été permis à retarder indéfiniment le référendum ». Pour lui, « l'Union européenne et les Etats-Unis semblent avoir décidé que la situation pouvait être ignorée et ont prétendu que le processus de l'Onu allait résoudre le problème, quand il est clair qu’après vingt années, le référendum promis par les Nations unies n’a toujours pas eu lieu ». Par ailleurs, il a considéré que l’Envoyé personnel du secrétaire général de l'Onu, M. Christopher Ross, « doit être soutenu d’une manière déterminée par tous les pays qui prétendent soutenir les valeurs de démocratie, de droit et de la justice ».[/quote]

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/17516






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Jeu 15 Déc - 16:41

Sahara Occidental: 2100 congressistes débattent d'une nouvelle stratégie de lutte

Citation :

2100 délégués, représentants des camps des réfugiés, de la diaspora et des territoires occupés (pour la première fois), participent depuis ce jeudi 15 décembre au 13ème congrès du Front Polisario dans la localité de Tifariti dans les territoires libérés de la RASD.


Tifariti, de notre envoyé spécial

Organisé sous le thème "l’Etat sahraoui indépendant est la solution" au nom de l’ex président du parlement, Mahfoud Ali Beiba, ce congrès, qui se tient sous une haute surveillance, a vu la participation de plus de 250 invités étrangers, venus des cinq continents.

Khatri Addouh, président de la commission des préparatifs de ce grand rendez-vous, a indiqué lors d’une conférence de presse, qu’il s’agit d’une étape qualitative dans le combat du peuple sahraoui qui constitue, a-t-il dit, «un indice qui renvoi à la fin de la politique expansionniste du Maroc».

«Ce congrès se tient dans une phase régionale particulière marquée par un consensus sur la nécessité de respecter la volonté des peuples à exprimer librement leur droit à l’autodétermination », a-t-il ajouté.

Il a souligné, en outre, que ce congrès constitue une opportunité pour le Polisario «pour consolider sa politique et élargir la participation populaire dans la construction de ses institutions nationales».

Il est à préciser que parmi les 2100 congressistes, 35% de femmes y prennent part, alors que la participation des jeunes est évaluée à 40 %.

Et aux yeux du même responsable sahraoui, cette participation illustre le niveau de représentativité lors du congrès qui sera ainsi marqué par la participation des représentants des différentes catégories de la société sahraouie.

M. Addouh a également annoncé la participation de 54 sahraouis venus des villes occupées, au titre de militants du Polisario, et qui constitue, a-t-il relevé, une première dans l’histoire de ce mouvement de libération national.

Le congrès du Front Polisario, qui se tient pour la troisième fois dans cette localité martyre, aura à débattre pendant quatre jours d’«une nouvelle stratégie à même de sortir de l’impasse actuelle» et du rapport moral autour du bilan de la direction du Front Polisario.

Il adoptera également un programme d’action nationale et l’élection d’une nouvelle direction politique du Front Polisario et d'un nouveau secrétaire général du Front pour une période de 3 ans.
http://www.elwatan.com/actualite/sahara-occidental-2100-congressistes-debattent-d-une-nouvelle-strategie-de-lutte-15-12-2011-151180_109.php






Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Jeu 22 Déc - 16:23

Le Congrès US conditionne l’aide financière militaire au Maroc

Mohammed VI perd du terrain au Sahara occidental

Citation :
Coup dur pour Rabat, qui en dépit de toutes ses activités de lobbying aux États-Unis, risque d’être désormais privée de l’aide militaire américaine si elle ne respecte pas les droits de l’homme au Sahara occidental, comme l’exige le Congrès US du département d’État d’Hillary Clinton.

Après la suspension il y a quelques jours par les députés européens de l’accord de pêche Maroc-Union européenne englobant les côtes du Sahara occidental, le Maroc perd encore du terrain dans le dossier sahraoui en se voyant menacé de perdre l’aide militaire des États-Unis avec l’adoption par le Congrès US d’une loi obligeant le département d’État à s’assurer du respect des droits de l’homme au Sahara occidental.
Adoptée par la Chambre des représentants et le Sénat mardi, cette loi porte sur les affectations budgétaires destinées aux aides extérieures accordées par les États-Unis à d’autres pays, dont le Maroc, au titre de l’année 2012. Dans la partie réservée au programme de financement militaire pour le Maroc, ce texte législatif stipule qu’avant l’affectation de fonds au profit du royaume alaouite, la secrétaire d’État, Mme Hillary Clinton, “doit soumettre un rapport aux comités d’affectation des crédits financiers de chacune des deux Chambres du Congrès, sur les mesures prises par le gouvernement marocain en matière de respect des droits des personnes d’exprimer pacifiquement leurs opinions concernant le statut et l’avenir du Sahara occidental et d’élaborer un rapport sur les violations des droits de l'homme " des Sahraouis. Ne se limitant pas à cela seulement, le Congrès met le roi Mohammed VI dans l’embarras en conditionnant également cette aide financière militaire américaine fournie au Maroc par “le droit d’accès, sans entrave, au Sahara occidental aux organisations des droits de l’homme, aux journalistes et aux représentants des gouvernements étrangers”.
Le Makhzen, qui a jusque-là verrouillé l’entrée au Sahara occidental pour cacher ses dépassements en matière des droits de l’homme en se permettant même de refouler de l’aéroport de Laâyoune non seulement des journalistes étrangers, mais aussi des députés européens, devra changer d’attitude sous peine de voir le Congrès américain lui couper la précieuse aide financière, dont les forces armées royales ont vraiment besoin. Il va sans dire que l’adoption de cette loi est une grande victoire pour le peuple sahraoui comme le dit le représentant du Front Polisario à Washington, Mouloud Saïd. Dans une déclaration à l’APS, il affirmera que le Front Polisario “exprime sa satisfaction pour cette position adoptée par le Congrès américain qui reconnaît la situation difficile dans laquelle se trouvent les Sahraouis dans les territoires occupés ainsi que la politique de répression menée par le Maroc contre tous ceux qui veulent s’exprimer pacifiquement et veulent dénoncer la politique de répression”, tout en soulignant que cette loi américaine est “une victoire de plus pour le peuple sahraoui et qui intervient au moment où se tient le 13e Congrès du Front Polisario”, qui se déroule à Tifariti, territoire sahraoui libéré. Poursuivant, il ajoutera que le “Front Polisario remercie le Congrès américain pour cette position et nous espérons que le Maroc puisse laisser les organisations internationales ainsi que tous ceux qui veulent se rendre dans les territoires sahraouis occupés d’avoir un accès sans aucune entrave”. De son côté, le chef de la diplomatie sahraouie, Mohamed Salem Ould Salek, a indiqué mardi à Tifariti que la décision du congrès américain de conditionner l’aide militaire des États-Unis au Maroc par le respect des droits de l’homme “est une décision historique à mettre à l’actif du Congrès américain”.
Il ne manquera pas de déclarer à l’APS : “Nous saluons la décision américaine qui met en avant le préalable du respect du droits de l’homme pour toute aide militaire au Maroc.” Selon lui, la loi adoptée par le Congrès intervient dans un contexte marqué par “une répression des militants des droits de l’homme sahraouis dans les villes occupées”, et que les autorités marocaines continuent à organiser des jugements “arbitraires” contre les Sahraouis devant des tribunaux militaires, tout en continuant “à pratiquer la torture et empêchent les Sahraouis de s’exprimer librement”. Il estimera qu’il s’agit d’un “message clair au roi et au gouvernement marocain” disant que “cette politique est inacceptable”, et d’un “message politique envoyé par le Congrès à l’Administration américaine pour lui exprimer ses préoccupations en ce qui concerne la coopération avec le Maroc qui occupe une partie importante des territoires sahraouis”. Enfin, il conclura en précisant que “cette décision courageuse du Congrès américain qui représente la volonté du peuple américain intervient quelques jours seulement après le refus du Parlement européen de prolonger l’accord de pêche avec le Maroc et le pillage des richesses du peuple sahraoui”.
Merzak Tigrine
http://www.liberte-algerie.com/international/mohammed-vi-perd-du-terrain-au-sahara-occidental-le-congres-us-conditionne-l-aide-financiere-militaire-au-maroc-168482
Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   Sam 31 Déc - 18:56

Sahara occidental : Conquêtes diplomatiques et droits de l’homme

Citation :

Les questions liées aux violations des droits de l’homme et au pillage des ressources naturelles au Sahara occidental ont marqué le débat autour du conflit sahraoui en 2011.


Année qui s’achève, selon l’APS, avec des conquêtes sur le front diplomatique pour le peuple sahraoui. L’onde de choc de la répression marocaine du camp de Gdeim Izik, installé par les Sahraouis à quelques kilomètres d’Al Ayoun, capitale sahraouie occupée, en novembre 2010, qui a suscité l’indignation de la communauté internationale, et les atteintes incessantes aux droits de l’homme ont fait réagir le Congrès américain. Ainsi, la récente décision du Congrès américain conditionnant l’aide militaire au Maroc au préalable du respect des droits de l’homme, de la libre circulation des journalistes et des représentants des organisations humanitaires au Sahara occidental, est qualifiée d’«historique» par le président sahraoui, Mohamed Abdelaziz, et de nombreux observateurs, d’autant plus qu’elle a coïncidé avec la tenue du 13e congrès du Front Polisario.

Avant que cette loi ne soit votée au Congrès américain, la question des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés constitue une question importante dans les débats suscités aux Etats-Unis vu la répression qui s’est abattue sur la résistance populaire pacifique des villes sahraouies.

L’organisation américaine, Human Rights Watch, a publié à New York, vers la fin de l’année 2010, un rapport accablant sur l’attaque des forces marocaines contre le camp sahraoui de Gdeim Izik, à l’issue d’une enquête menée sur les violations des droits de l’homme lors et après le démantèlement de ce camp. Ce rapport fut suivi d’un autre plus accablant, publié le 16 mars 2011, par le Centre de recherche du Congrès américain, dénonçant la violation des droits de l’homme des Sahraouis par le Maroc et évoquant des mesures prises par les deux institutions parlementaires américaines pour contraindre ce pays à respecter ces droits dans les territoires occupés du Sahara occidental.

Cet organisme du Parlement américain a rapporté, dans son document, destiné aux membres de la Chambre des représentants et du Sénat, les exactions commises contre les Sahraouis ainsi que les mesures coercitives à l’endroit des organisations internationales des droits de l’homme et les médias qui traitent de cette question.
Le département d’Etat américain a confirmé, le 10 avril 2011, les violations des droits de l’homme commises par le Maroc au Sahara occidental, tout en relevant que le mandat de la Mission des Nations unies pour l’organisation du référendum d’autodétermination (Minurso) demeure privé du mécanisme de surveillance de ces droits.

Le Parlement européen a affiché une attitude similaire en adoptant, vers la fin de l’année 2010 à Strasbourg, une résolution condamnant, pour la première fois, les violences dans les territoires occupés du Sahara occidental. Ces revers à la politique d’occupation marocaine au Sahara occidental ont eu des répercussions sur le cours des événements. Ainsi, pour la première fois, des militants sahraouis des territoires occupés ont participé au congrès du Front Polisario à Tifariti, une localité située dans les territoires sahraouis libérés.

Autres revers pour l’occupant marocain

Durant ce mois de décembre, le Parlement européen a refusé de prolonger l’accord de pêche avec le Maroc, du fait qu’il englobe les eaux territoriales du Sahara occidental.Par ailleurs, la question du Sahara occidental a été au centre des préoccupations de la communauté internationale en recevant, encore une fois, l’appui de l’Assemblée générale de l’ONU et du Conseil de sécurité qui ont réaffirmé, au cours de cette année, la solution permettant l’autodétermination du peuple sahraoui. Dans sa dernière résolution sur cette question, l’Assemblée générale de l’ONU a soutenu le processus de négociation initié par le du Conseil de sécurité en 2007 afin de parvenir à «une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permet l’autodétermination du peuple du Sahara occidental».

Dans cet esprit, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a relevé que le peuple sahraoui doit être consulté sur toute solution liée à son avenir. Sinon, «on risque de créer de nouvelles tensions au Sahara occidental et dans la région». Le Conseil de sécurité a avalisé, de son côté, une résolution à travers laquelle il a réitéré son engagement à aider les deux parties en conflit, le Front Polisario et le Maroc, à parvenir à une solution qui permet l’autodétermination du peuple sahraoui. Mais la victoire particulière obtenue par le Front Polisario dans cette dernière résolution du Conseil de sécurité est que pour la première fois ledit Conseil a, sans équivoque, appelé le Maroc, en tant que force occupante, à respecter les droits de l’homme du peuple sahraoui, et ce, après des années de silence sur cette question en raison de l’opposition d’un membre du Conseil de sécurité, à l’exemple de la France.

L’évolution affichée par le Parti populaire espagnol (PP) au pouvoir envers la question sahraouie va dans le sens de la vision des Sahraouis. Ces derniers n’ont pas cessé d’interpeller Madrid sur sa responsabilité historique en tant qu’ancienne puissance coloniale au Sahara occidental. De son côté, le PP a annoncé dans son programme politique son soutien au processus de négociations entre le Maroc et le Front Polisario en vue de parvenir à une solution conforme aux résolutions du Conseil de sécurité garantissant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. C’est dans ce contexte, marqué par de francs succès sur les plans des droits de l’homme et de la diplomatie, que le Front Polisario a tenu à Tifariti, du 15 au 23 décembre, un congrès qui a vu la réélection de Mohamed Abdelaziz à la tête du front
http://www.elwatan.com/international/sahara-occidental-conquetes-diplomatiques-et-droits-de-l-homme-31-12-2011-153079_112.php
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental   

Revenir en haut Aller en bas
 

Modestes avancées lors des entretiens sur le Sahara occidental

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Pensées rationnelles pour surmonter nos peurs lors d'une crise de panique
» Des soldats français ont-ils servi de cobaye lors des essais nucléaires ?
» Erreur lors de l'envoi de ma commande...Que faire?
» Que faire lors d'une journées entre copines?
» Un militaire de Castres se tue accidentellement lors d’un saut en parachute

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: les guerres passées ou risques de guerre probable :: la crise dans les pays arabes :: Conflits et guerre probables-