Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 CONQUÊTE SPATIALE FRANÇAISE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: CONQUÊTE SPATIALE FRANÇAISE   Jeu 6 Jan - 17:06

Le consortium Arianespace projette d'effectuer 12 lancements spatiaux depuis le centre guyanais de Kourou en 2011, dont trois fusées russes Soyouz-ST, ont annoncé mardi les médias mondiaux, citant le PDG du consortium, Jean-Yves Le Gall.

Selon lui, le premier tir du Soyouz-ST depuis la Guyane française aura lieu dans le courant de l'été 2011. "Cela veut dire plutôt vers le mois d'août", a-t-il expliqué aux journalistes, ajoutant que les deux autres Soyouz seraient lancés d'ici la fin de l'année.

La mise en œuvre du projet Soyouz au Centre spatial guyanais ouvrira à la Russie et à l'Union européenne de nouveaux horizons en matière d'utilisation de l'espace extra-atmosphérique. Grâce à son positionnement dans la partie équatoriale de la Terre, ce centre permettra au lanceur russe de placer en orbite géostationnaire des appareils plus lourds que les satellites lancés depuis les cosmodromes de Baïkonour (Kazakhstan) et de Plessetsk (nord de la Russie).
http://fr.rian.ru/science/20110104/188283412.html








Dernière édition par air-force le Dim 5 Jan - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Trois fusées différentes pour l’Agence spatiale européenne en 2011   Dim 16 Jan - 21:54

publié le 14 janvier 2011 à 14:43
http://www.laposte.net/thematique/actualites/sciences-environnement/article.jsp?idArticle=20110114144307-trois-fusees-differentes-pour-l%E2%80%99agence-spatiale-europeenne-en-2011&idAgg=actu_sciences-environnement
L'année 2011 sera celle des lanceurs pour l'Agence spatiale européenne (ESA) qui va disposer de trois fusées différentes, Ariane, Soyouz et Vega, sur la base guyanaise de Kourou, une «révolution» pour l'Europe, a déclaré vendredi son directeur général, Jean-Jacques Dordain.

«C'est une révolution» pour l'Europe, une «augmentation fantastique des capacités d'accès à l'espace à partir du Centre spatial guyanais (CSG)», mais cela va aussi «comporter des contraintes auxquelles nous ne sommes pas habitués» pour apprendre à gérer l'exploitation de ces trois lanceurs en même temps, a-t-il relevé lors d'une conférence de presse.

Premier lancement de la fusée Vega en septembre
Le nouveau pas de tir pour le lanceur russe Soyouz doit être «mis à disposition d'Arianespace en avril», ...






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Le nouveau lanceur spatial russe Angara-1 tiré en 2013   Jeu 24 Mar - 20:51



Le premier tir du nouveau lanceur spatial russe Angara-1 sera effectué en 2013 au plus tard, a annoncé jeudi à Moscou le porte-parole des Troupes spatiales russes Alexeï Zolotoukhine.

"Le premier tir de la fusée-porteuse légère Angara-1 et le début des essais en vol des lanceurs de la famille Angara sont programmés pour 2013 conformément au calendrier des travaux de conception d'Angara adopté par le ministère russe de la Défense et l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos)", a indiqué M.Zolotoukhine devant les journalistes.

Le nom d'Angara désigne toute une famille de lanceurs légers, moyens et lourds, dotés de moteurs à carburant écologique, un mélange de kérosène et d'oxygène. Les lanceurs Angara seront capables de placer des charges utiles de 1,5 t à 25 t sur des orbites basses.
MOSCOU, 24 mars - RIA Novosti






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: La France se dote d'écoute spatiale   Dim 18 Déc - 19:52

La France, premier pays européen à se doter d'une capacité d'écoute spatiale

Avec le lancement réussi, dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 décembre, de cinq satellites militaires par une fusée russe Soyouz, depuis Kourou (Guyane), la France escompte accroître son indépendance en matière de renseignement. Les armées visent l'acquisition de nouveaux moyens complets dans le domaine de l'écoute spatiale. Ils ont, notamment, fait défaut dans l'opération en Libye.

Un essaim de quatre petits satellites, Elisa, pour Electronic Intelligence by Satellite, doit permettre de tester une nouvelle capacité, celle du renseignement d'origine électromagnétique. Ensemble, les quatre engins, mis en orbite à 700 km d'altitude, seront capables de cartographier de façon précise les émissions radars au sol, en particulier les radars antiaériens. Le système aura une couverture mondiale.
Il s'agit d'un pas important, souligne Xavier Pasco, expert à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) : "Les systèmes antimissiles se développent, avec des radars adaptés. Tous les grands pays ont besoin de capteurs supplémentaires pour connaître la défense des autres et, ainsi, bien calibrer leurs moyens d'attaque, mesurer leur pertinence, indique-t-il. C'est donc pour la France une étape importante en matière de crédibilisation de la dissuasion."

Seuls les Etats-Unis, la Russie et, peut-être, la Chine possèdent une telle capacité d'écoute spatiale. Celle-ci participe, selon M. Pasco, d'une démonstration politique : "Elle confirme une posture générale de grande puissance."

Réalisé par Astrium et Thales, Elisa n'est qu'un démonstrateur technologique - un outil expérimental. Il aura cependant déjà une vocation opérationnelle, laisse entendre le ministère de la défense. Le système sera exploité au sol par la direction générale de l'armement (DGA) et la direction du renseignement militaire (DRM).

A terme, le système opérationnel complet, Ceres, couvrira les émissions radar et télécom. "Il permettra de reconstituer l'architecture d'un réseau de téléphonie ou de radio, donc d'établir l'organisation d'un état-major, mais aussi de mesurer son niveau d'activité, c'est-à-dire d'anticiper l'action d'un adversaire", illustre le général Yves Arnaud, qui dirige le commandement français interarmées de l'espace.

"Nous aurons une carte des menaces, en particulier des radars associés aux menaces sol-air", ajoute le général. La cartographie des émetteurs d'une armée au sol pourra ainsi à terme être intégrée dans la "bibliothèque" de bord des avions de chasse Rafale.

Des aléas pèsent néanmoins sur ce projet. Ceres devait être opérationnel en 2016. Or il a été repoussé à 2020, pour des raisons budgétaires. La France cherche des partenaires européens.

Globalement, les crédits promis aux armées pour le spatial (650 millions d'euros par an de 2015 à 2020) sont loin d'être à portée. L'effort a diminué depuis 2002. La loi de finances pour 2012 a inscrit 355 millions d'euros. Rapporteur de cette partie du budget de la défense, le député (UMP) Yves Fromion avait alerté, fin octobre, les parlementaires : "La baisse des crédits a été significative (...). Dans le domaine du renseignement d'origine électromagnétique, la relève des démonstrateurs n'est pas assurée."

Le ministère espère faire vivre Elisa jusqu'en 2017 et anticiper la mise en oeuvre de Ceres à 2019. Dans ces conditions, le "trou capacitaire" pourrait être évité, se rassure la défense, car les renseignements d'origine électromagnétique ont une certaine durée de vie.

Le 17 décembre, Soyouz a également lancé un satellite d'observation civil et militaire, Pleiades 1. Qualifié de "très agile", capable de prendre des images précises (50 cm de résolution) et surtout en couleur - ce qui rend leur exploitation beaucoup plus facile, notamment en cas de présence de végétation -, il sera lui aussi "utile pour les forces en opérations", indiquent les responsables militaires.

Avec les autres moyens d'optique récents, comme Helios 2, il permettra de progresser, par exemple sur la modélisation du terrain pour les missiles de croisière. Ces systèmes d'observation seront, eux, intégrés au programme européen Musis, complémentaire de Ceres. D'autres aléas pèsent sur Musis. L'accord de coopération n'a pas été encore finalisé.
Nathalie Guibert.
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/12/17/la-france-premier-pays-europeen-a-se-doter-d-une-capacite-d-ecoute-spatiale_1620052_651865.html#xtor=AL-32280308






Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: CONQUÊTE SPATIALE FRANÇAISE   Lun 19 Déc - 22:32

c'est sa aussi qu'il faut pour l"algérie mais pour quand Embarassed Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: CONQUÊTE SPATIALE FRANÇAISE   Sam 10 Nov - 13:37

L'Algérie a servi de rampe de lancement





Citation :
La France a utilisé la base Hammaguir pour effectuer 271 tirs de missiles.

On a largement parlé des essais nucléaires français dans le Sahara algérien et on a peut-être oublié que l'Algérie a servi au début des années 60, de terrain par la France pour la conquête de l'espace. En effet, l'armée française qui est restée dans le Sud jusqu'en 1965, a effectué plus de deux cents essais spatiaux à Hammaguir une localité de la commune d'Abadla, située à 120 km au sud-ouest de Béchar.
Le site a été créé en 1948 par les Français et a été choisi par l'armée française pour installer des rampes de lancement de missiles et de fusées, dans ce qui est peut-être aujourd'hui considéré comme le premier Centre interarmées d'essais d'engins spéciaux de la France. La base fut évacuée en juillet 1967 conformément aux accords d'Évian et demeure depuis inhabitée. Plus de 271 fusées ont été lancées depuis ce site. Selon la presse française, les accords d'Évian contenaient des clauses annexes dites «secrètes» autorisant la présence française prolongée pour certains sites militaires après la Guerre d'Algérie. La base de lancement de fusées d'Hammaguir fut laissée à disposition des autorités françaises cinq années supplémentaires. C'est à partir de ce site que fut lancée la première fusée spatiale française: Émeraude. Cette fusée a été conçue pour tester certains éléments de la fusée Diamant. Dans le cadre du programme «Pierres précieuses», elle avait servi pour mettre au point le premier étage de la fusée Diamant, à moteurs à carburant liquide Vexin. Les trois premiers tirs de la fusée, les 15 et 17 juin, puis 20 octobre 1964 furent des échecs, la fusée se cassant à chaque fois en vol. Ces échecs de l'étage principal du futur lanceur Diamant crée le doute dans les équipes françaises, mais les quatrième et cinquième tirs, les 27 février et 13 mai 1965, se passeront bien; la fusée atteindra 180 kilomètres d'altitude lors de ce dernier tir. C'est en arrivant au pouvoir en mai 1958, que le président de Gaulle a été convaincu de l'importance stratégique de l'arme nucléaire et spatiale. Il décide, après l'échec de négociations avec les États-Unis, que la France développera de manière individuelle un missile balistique porteur de l'arme atomique.
Et conséquence de la course spatiale lancée par les Russes et les Américains, le général de Gaulle décide, le 7 janvier 1959, de créer le Comité de recherches spatiales (CRS) chargé d'étudier le rôle que la France pourrait jouer dans ce nouveau secteur. Le 2 août 1961, le général de Gaulle décide de profiter de l'opportunité de construire un lanceur de satellites à faible coût: il donne son feu vert à la construction du lanceur Diamant. Entre 1961 et 1965, toutes les connaissances nécessaires pour la réalisation d'un missile à longue portée (ainsi que d'un lanceur de satellite) sont soigneusement acquises. À l'Indépendance de l'Algérie, les accords d'Évian, en 1962, prévoient l'abandon, par la France, de la base de lancement d'Hammaguir à compter de juillet 1967. Le Cnes, qui est chargé de trouver une base de remplacement, a étudié quatorze sites dans les départements d'outre-mer ainsi que dans des pays étrangers tels que le Brésil et l'Australie. Les sites devaient avoir un point en commun: être près de l'équateur pour offrir des conditions météorologiques idéales pour les lancements d'engins spatiaux. Le rapport du Cnes choisi la Guyane, qui offre plusieurs avantages comme la faible densité de populations et la large ouverture sur l'océan Atlantique qui permet ainsi de réduire les risques en cas de problème avec le lanceur. En outre, la zone n'est pas sujette aux tremblements de terre et aux cyclones. Mais surtout la Guyane fait partie intégrante du territoire français, ne présente aucun risque de déstabilisation politique, comme ce fut le cas pour l'Algérie. Le Premier ministre, à l'époque, Georges Pompidou, suit ces propositions et le 14 avril 1964 fait passer un arrêté ministériel pour créer le Centre spatial guyanais à Kourou et depuis c'est à partir de ce site que toutes les fusées françaises sont envoyées vers l'espace. En quittant le sol algérien, l'armée française qui n'était pas contrôlée par l'armée algérienne à cette époque, a tout détruit afin que l'Algérie ne récupère pas la technologie spatiale française. Aujourd'hui, l'Algérie a décidé, plus de 45 ans après l'Indépendance, de se lancer dans l'aventure spatiale, avec plusieurs années de retard sur la France. Les politiciens algériens de l'époque n'étaient pas conscients de l'importance de la conquête spatiale et ses retombées sur la course à l'armement atomique.

source : http://www.lexpressiondz.com/actualite/163500-l-algerie-a-servi-de-rampe-de-lancement.html






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CONQUÊTE SPATIALE FRANÇAISE   

Revenir en haut Aller en bas
 

CONQUÊTE SPATIALE FRANÇAISE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Marine Française
» Et la Normandie devint française!
» La marine française en 1720
» Origine des noms de famille d'origine Française installées au Canada
» "République Fédérale Française", prototype ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: Aviation civile et Espace :: Engins spatiaux, Espace...-