Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 Warda El Djazairia nous a quitté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Warda El Djazairia nous a quitté   Sam 19 Mai - 11:41

La chanteuse Warda El Djazairia est décédée aujourd’hui jeudi 17 mai vers 19 heures (heure algérienne) en Égypte, à l’hôpital du Caire, à l’âge de 72 ans. La dépouille mortelle arrivera demain à l’aéroport d’Alger.

Warda est née en France le 22 juillet 1940 d'une mère libanaise et d'un père algérien, Mohammed Ftouki, originaire de Souk Ahras. Initiée dès son plus jeune âge par sa mère à la chanson libanaise, elle commence à chanter en 1951, à l'âge de onze ans dans un établissement appartenant à son père. Elle se fait peu à peu connaître, notamment pour ses chansons patriotiques algériennes, mais à cause de celles‑ci, elle est obligée de quitter la France pour Beyrouth.

A l’Indépendance, elle rejoint l'Algérie, où elle se marie en 1962. Son mari lui interdit de chanter. Mais en 1972, à la demande du président Houari Boumediene, elle chante pour commémorer l'indépendance de l'Algérie, accompagnée d'un orchestre égyptien. Peu après, son mari demande le divorce et Warda décide alors de se consacrer à une carrière musicale.

Elle quitte l’Algérie pour l’Égypte, où elle rencontre le compositeur Baligh Hamdi avec qui elle se remarie. Elle acquiert la célébrité en travaillant avec les plus grands compositeurs arabes, comme Mohamed Abdelwahab ou Sayed Mekawi.

Forte d’un répertoire de plus de 300 chansons, Warda El Djazairia a vendu plus de 20 millions d'albums à travers le monde. Ses chansons les plus connues sont Lola el malama, batwannes bik, harramt ahibbak, wahashtouni ou encore awqati btehlaw.
Warda وردة الجزائرية - لولا الملامة ج1

Rahimaha Allah oua aywassa3e a3liha






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Warda el djazaïria sera inhumée aujourd’hui : un destin fabuleux   Sam 19 Mai - 11:50




Allah yarhamha
Citation :

La dernière diva du tarab s’est éteinte après une carrière exceptionnelle de plus d’un demi-siècle au moment où l’Algérie s’apprête à fêter ses 50 ans d’indépendance. La dépouille de la défunte sera exposée aujourd’hui au palais de la culture Moufdi Zakaria à Alger.


La légende s’éteint ainsi au moment où l’Algérie fête ses 50 ans d’indépendance. Elle fait ses adieux à ses compatriotes en marquant de sa présence un clip de campagne au titre évocateur, Mazal Wakfin (nous sommes encore debout). C’est peut-être la dernière icône de la chanson arabe d’avant le vidéoclip et la chansonnette. L’ultime diva du tarab. La rose jamais fanée. Warda El Djazaïria vient de nous quitter pour entrer au panthéon des immortels, aux côtés des Oum Kalthoum, Abdelhalim Hafez, Ismahane et bien d’autres. Du coup, le monde est bien plus triste pour les générations qui ont goûté au bonheur de sa voix et découvert l’amour dans les plis métaphysiques de son art.Warda El Djazaïria est décédée jeudi à l’âge de 72 ans dans son domicile au Caire, terrassée par une crise cardiaque.

Hier aussi, elle glorifiait le sentiment anticolonialiste des Algériens de l’émigration, ce qui lui vaudra l’exclusion du territoire français alors qu’elle n’avait que 18 ans, c’était en 1958. Au cours de sa carrière, en dépit de son installation en Egypte, son lien avec son pays est demeuré très fort. A chaque occasion, elle venait chanter et répandre le bonheur sur ses millions de fans. Elle faisait beaucoup de voyages discrets aussi pour venir rendre visite à ses enfants Ryad et Widad, nés d’un premier mariage avec un Algérien.
Warda n’était pas immigrée, mais enfant de l’immigration. Née en 1940 à Puteaux, près de Paris, d’un père algérien et d’une mère libanaise, elle baigne dans la culture arabe grâce à ses parents.

Son père, Mohamed Ftouki, originaire de Souk Ahras, tenait un café chantant, le Tam Tam, au cœur du Quartier latin. C’est là d’ailleurs, où, encouragée par sa famille, elle fait ses premiers pas sur scène, après s’être essayée à l’animation dans l’émission d’Ahmed Hachlaf diffusée par la RTF. Elle n’avait que 11 ans. «Si elle n’est pas elle-même immigrée mais enfant de l’immigration, elle a tout emprunté, en matière de codes, aux chanteurs de l’exil», disait d’elle Naïma Yahi, historienne de la culture de l’immigration maghrébine en France.Mais l’établissement est interdit et la famille exclue vers Beyrouth. L’exil sourit à Warda qui continue à chanter et rencontre le réalisateur égyptien Hilmi Rafla, venu en compagnie de Omar Sharif, lui proposer un rôle dans son film Almazwa Abdou l’hamoul.

Beyrouth-Alger-Le Caire

Warda entre pour la première fois en Algérie en 1962, au lendemain de l’indépendance. Sur proposition de son père, elle épouse un ancien combattant de l’ALN auquel elle promet d’abandonner le chant. Cette parenthèse inattendue s’interrompt le jour où Houari Boumediène l’appelle chez elle et demande à son mari de l’autoriser à chanter à l’occasion du dixième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Elle chante et, quelque temps après, décide de revenir à l’art au prix de sa relation conjugale et de sa famille. Le divorce consommé, elle quitte Alger pour Le Caire où elle s’établit, débute alors la deuxième étape d’une carrière artistique longue et fulgurante. C’est le grand Baligh Hamdi qui, le premier, découvre son talent et la propulse sur les scènes les plus prestigieuses de la capitale du tarab.

Comme La Môme, Warda voit la vie en rose. Elle se fait une place au soleil où résonnent toujours les voix des titans de l’époque, Oum Kalthoum et Abdelhalim Hafez.
Avec Hamdi, Warda file le grand amour et consent vite à l’épouser. Le couple produit des perles rares qui imposent l’Algérienne, en dépit d’attaques parfois virulentes contre elle. Elle ne se remariera jamais après la disparition de Hamdi, mais son succès se prolonge avec la rencontre d’un autre monument du tarab, Mohamed Abdelwahab. «Il n’existe plus aujourd’hui, hélas, de compositeurs du talent de Hamdi et Abdelwahab», avait regretté Warda. Sa chance, elle la saisit à pleines dents. El ouyoun essoud, khalikhena, Fi Youm ou leila, Lola el malama, Batwannesbik, Harramtahibbak, Wahashtouni, Laâbat el ayam, Kelmatitab, Andahalik et Awqatibtehlaw font sa notoriété. Les succès se multiplient et Warda pèse avec son charisme sur la scène culturelle. Elle vend plus de 20 millions d’albums à travers le monde et interprète quelque 300 titres dans les salles les plus prestigieuses à l’échelle planétaire.

Une vie bien remplie et palpitante

En plus de son mentor tunisien, Sadek Thuraya, d’autres noms illustres se bousculent pour écrire et composer pour la nouvelle égérie, notamment Ryadh Soumbati, Hilmi Bakr, Sayed Mekawi, Mohamed El Mouji et Salah Charnoubi. Warda intéresse aussi le cinéma égyptien et tourne quelques films à succès. Gamal Abdel Nasser était sous le charme et avait pour elle l’amour qu’on voue à une grande artiste, mais aussi le respect qu’on doit à l’ambassadeur d’un pays proche. Avec Anouar Es Sadate, cependant, Warda vit un douloureux épisode. Le successeur du Raïs lui interdit de chanter trois ans durant suite à la sortie d’El Ghala Yenzad, une chanson dédiée au leader libyen Mouammar El Gueddafi, avec qui l’Egypte était fâchée à cette époque. En 1982, Warda rentre en Algérie et chante Aïd El Karama que des millions d’Algériens fredonnent joyeusement à l’occasion des fêtes nationales. Elle reviendra faire de longues pauses parmi les siens, en Algérie, en différentes occasions, notamment pour ses convalescences suite aux interventions chirurgicales qu’elle a subies au cœur et au foie. Elle ne perdra toutefois pas son sourire radieux et sa fraîcheur.

Hier, des hommes d’Etat et des personnalités du monde de l’art ont exprimé leur profonde tristesse en apprenant la nouvelle de sa disparition. Le ministre égyptien de la Culture, Mohamed Sabar Arab, a présenté ses condoléances aux peuples algérien et égyptien avant de déclarer que Warda a «joué un grand rôle pour élever la conscience arabe et a concrétisé la relation entre l’Egypte et l’Algérie». Pour sa part, Khalida Toumi, ministre de la Culture, a reconnu qu’avec la disparition de Warda, c’est «l’une des plus belles voix d’Algérie et du Monde arabe qui vient de se taire à jamais». Elle «nous a quittés en laissant derrière elle un silence assourdissant et une profonde tristesse», a-t-elle encore regretté.

Rares sont les Algériens ayant gravé leur nom, comme l’a fait Warda, parmi les plus illustres du patrimoine universel. Après avoir vécu une vie remplie et stimulante, elle peut se reposer désormais. Son jardin de roses lui survivra et fera encore languir des générations d’amoureux. C’est un beau cadeau qu’elle lègue aux Algériens, à l’occasion de l’anniversaire de leur indépendance.
http://www.elwatan.com//culture/warda-el-djazairia-sera-inhumee-aujourd-hui-un-destin-fabuleux-19-05-2012-171253_113.php






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Warda El Djazairia nous a quitté   Dim 20 Mai - 11:25

Warda El Djazaïria enterrée hier au carré des martyrs au cimetière El Alia

Des obsèques à la hauteur de l’icône



Citation :

La dépouille de la diva de la chanson algérienne et arabe, Warda El Djazaïria, a été inhumée hier en début d’après-midi au carré des martyrs au cimetière El Alia, en présence d’une foule nombreuse composée des proches de la défunte, d’officiels, d’artistes, d’hommes de culture et plusieurs dizaines de ses fans, dont certains étaient venus d’autres régions du pays se recueillir à sa mémoire.


On pouvait remarquer Saïd Bouteflika, frère du président de la République, Ahmed Ouyahia, Premier ministre, des membres du gouvernement à l’instar de Amar Tou, Noureddine Moussa, Amar Ghoul et de commis d’Etat, dont Mohamed Laksaci, Hamraoui Habib Chawki et le patron de la centrale syndicale, Abdelmadjid Sidi Saïd. Des représentants de pays arabes étaient aussi de la cérémonie, dont le conseiller du roi du Maroc Mohammed VI, Fouad El Himma. Parmi les hommes de culture et de l’art, on notera, entre autres, la présence de Sid Ali Kouiret, Mohamed Lamari, Amine Zaoui, Azzedine Mihoubi et Mustapha Cherif, ancien ambassadeur d’Algérie au Caire.

Recouvert de l’emblème national, le cercueil de cette icône de la musique arabe a été convoyé au milieu d’un cortège funèbre à partir du Palais de la culture jusqu’au cimetière El Alia, avant de recevoir les honneurs de la Protection civile. Un représentant du ministère de la Culture avait prononcé l’oraison funèbre au milieu d’une ambiance de vif émoi. Ce responsable est revenu sur le «fabuleux» destin de la chanteuse qui a mis sa voix au service de sa patrie, avant et après la guerre de Libération. Une oraison entrecoupée de cris : «Tahya El Djazaïr» (vive l’Algérie !) «Mazal Wakfin» (nous sommes toujours debout) et «Allah ou akbar» (Dieu est grand). Moment de profonde affliction, la mise en terre de la dépouille de celle qui avait bercé tant de générations a été accompagnée des youyous stridents de nombreuses femmes. Un fait exceptionnel dans un pays musulman où seuls les hommes sont admis au cimetière, selon le rite musulman. Sur sa tombe, des gerbes de fleurs étaient déposées par des mains anonymes en signe d’un dernier adieu.

Sur place, Ryad, la cinquantaine, fils de la chanteuse, a reçu les condoléances de nombreux citoyens et autres responsables de l’Etat. «L’Algérie vient de perdre l’une de ses étoiles», commente Mohamed, fan de Warda, depuis son jeune âge. Nombreux ont salué «une femme de génie». D’aucuns n’arrivaient à pas retenir leur émotion. Dans la matinée, son cercueil était exposé au palais de la culture Moufdi Zakaria pour recevoir un dernier hommage des Algériens. Les ministres des Affaires étrangères, Mourad Medelci, de la Culture, Khalida Toumi, et de la Communication, Nacer Mehal, des artistes et des hommes de culture étaient venus accueillir le cercueil. Dans son discours, Khalida Toumi, ministre de la Culture, a rappelé que Warda «n’avait jamais hésité à offrir sa voix et même ses revenus à l’Armée de libération nationale».

Décédé jeudi dernier à l’âgé de 72 ans à son domicile au Caire, son corps a été rapatrié à Alger par un avion spécial, affrété par la présidence de la République ; où il a été accueilli vendredi soir à l’aéroport par plusieurs ministres. Le président Abdelaziz Bouteflika avait aussi rendu un hommage à celle qui avait «dédié son art entièrement» à l’Algérie. Le ministre de la Culture égyptien a déclaré que Warda avait «joué un grand rôle et concrétisé la relation entre l’Egypte et l’Algérie». Pour sa part, la presse nationale n’a pas tari d’éloges à l’égard de l’une des plus belles voix d’Algérie et du monde arabe. Jamais dans l’histoire de l’Algérie, un artiste n’a eu droit à tant d’hommages officiels au moment où certains intellectuels libres ou artistes n’ont pas bénéficié du même traitement.

Avant son décès, Warda El Djazaïria avait tourné un vidéoclip à la gloire de l’Algérie intitulé Mazal wakfin à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance. Avec des millions d’albums vendus à travers le monde pour un répertoire musical comprenant plus de 300 chansons, la célèbre chanteuse orientale, de son vrai nom Warda Ftouki, est entrée assurément dans le panthéon des immortels de la chanson arabe aux côtés des Oum Kalthoum, Abdelhalim Hafez et bien d’autres
http://www.elwatan.com//actualite/des-obseques-a-la-hauteur-de-l-icone-20-05-2012-171367_109.php






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Warda El Djazairia nous a quitté   Mar 22 Mai - 16:35

message envoyer par DJAZAIRIYA

vous savez quoi?...................................les egyptiens onts poses le cerceuil de la depouille de oirda sur une palette de costruction posee a meme le sol d,un garage cimente nu sale et les murs sont recouverts d,une tole ondulee comme celle dont on recouvre les bidonvilles.....................comme une chienne...............jamais jamais personne ne nous a fait une pareille hogra et humiliation.............ca doit etre pour ca que bouteflika a affrete un avion special.........................svp est ce que vous pouvez voir la photo et constatez de vous meme le geste odieux des egyptiens...........j,ai voulue vous L,envoyer je n,ai pas su le faire,pouvez vous passez voir la photo sur mo journal facebook ..............merci de partager mon indignation.






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Warda El Djazairia nous a quitté   Mar 22 Mai - 20:34

@DJAZAIRIYA

je ne veux pas remuer le couteau dans le plaie,
mais c'est tres connut que les égyptiens n'aime absolument pas les Algériens donc ce n'est pas une surprise ,
pour preuve le manque de respect même pour les morts.
et indigne pour des musulmans digne de ce nom honte a eux Evil or Very Mad






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Warda El Djazairia nous a quitté   Dim 27 Mai - 13:41

en effet ce n'est pas tres respectueux,
Spoiler:
 
cercueil de Warda El Djazairia au caire Evil or Very Mad







Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Warda El Djazairia nous a quitté   Dim 27 Mai - 13:58

cela ma fait rappeler le cercueil de jacques brel sur un vulgére chariot a bagages,
et conble de tout le cercueil était sous une montagne de bagages(drôle de respect) Evil or Very Mad






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Warda El Djazairia nous a quitté   Dim 27 Mai - 18:09

que dieu la reçoit dans sont vaste Paradis,
Allah yarhmek ya wardat al houria
Je présente mes condoléances à toute sa familles






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Warda El Djazairia nous a quitté   Lun 28 Mai - 21:13

je vais bientôt fermer le topic ,
Alors si vous avez des commentaires c'est le moment,
qu'on la laisse reposer en paix.
air-force






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Warda El Djazairia nous a quitté   Mer 30 Mai - 21:44

a la demande de certains membres le topic a été réouvert
mais cela sera juste pour quelques jours.
air- force






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Warda El Djazairia nous a quitté   Dim 3 Juin - 15:32



































Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Warda El Djazairia nous a quitté   

Revenir en haut Aller en bas
 

Warda El Djazairia nous a quitté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ils nous ont quittés cette année 2012
» Poème pour ceux qui nous ont quittés
» Une amie nous a quitté ce matin !!
» Déja presque 3 ans que khouna Maitre Kerroum Timimoun nous a quitté!
» site crée en souvenir d'un petit ange qui nous a quitté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: le coin detente :: sport, film, divertissement,etc-