Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 Hydrocarbures Sonatrach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Gazprom: un important gisement découvert en Algérie (agence)   Jeu 23 Déc - 18:45


17:40 03/11/2010© RIA Novosti , 3 novembre

groupe russe Gazprom a découvert un important gisement de gaz dans la région d'El Assel, en Algérie, a annoncé l'agence d'informations économiques Bloomberg News citant Boris Ivanov, PDG de Gazprom Exploration & Production International.

Le puits RSH2 fournit 76.460 m3 de gaz par jour, selon M. Ivanov.

Situé à 500 km au sud d'Alger, le gisement de gaz d'El Assel fait l'objet d'un projet financé par Gazprom et l'algérien Sonatrach à hauteur, respectivement de 49% et de 51%. Le budget du projet pour 2010 se monte à environ 90 millions de dollars.

Le 4 août 2006, Gazprom et Sonatrach ont signé un mémorandum d'accord définissant les principaux domaines de leur coopération: prospection géologique et production de gaz, développement des gazoducs de transport et de distribution, échanges d'actifs, transformation et vente de gaz naturel et de pétrole en Algérie, en Russie et dans des pays tiers.

Les réserves prouvées de gaz naturel en Algérie s'élèvent à 4,5 millions de m3 (deuxième place en Afrique après le Nigéria). La part du gaz dans le bilan énergétique du pays constitue 62,5%.






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Recettes des hydrocarbures : 57 milliards de dollars en 2010   Sam 1 Jan - 14:29

Les recettes des hydrocarbures (gaz et pétrole) de l'Algérie devraient s'établir à près de 57 milliards de dollars en 2010, selon des chiffres prévisionnels obtenus hier, par l'APS auprès du groupe Sonatrach.

Les recettes des hydrocarbures (gaz et pétrole) de l'Algérie devraient s'établir à près de 57 milliards de dollars en 2010, selon des chiffres prévisionnels obtenus hier, par l'APS auprès du groupe Sonatrach.
"Selon nos prévisions de clôture, nous allons terminer l'année avec des recettes des hydrocarbures de 56 à 57 milliards de dollars", a-t-on indiqué de même source.
La production des hydrocarbures devrait atteindre quant à elle près de 220 millions tonnes équivalent pétrole (Tep) en 2010, selon la même source.
En 2009 la production d'hydrocarbures en Algérie s'inscrivait en légère baisse à 222,5 millions Tep contre 231,9 millions de Tep en 2008, selon des chiffres du groupe, publiés mercredi sur son site internet.
En 2009, la production totale des hydrocarbures a atteint 222,5 millions de Tep, dont 56,8 millions de tonnes de pétrole brut et 150,9 milliards de m3 de gaz naturel, indique le rapport du bilan de l'activité du groupe pour l'année 2009.
Cette production s'affiche en légère baisse par rapport à celle de 2008, selon Sonatrach qui n'en précise pas les facteurs.
Les gisements exploités en association avec des compagnies étrangères y ont contribué pour 68 millions de Tep, soit 31% de la production globale, selon les données du premier groupe énergétique d'Afrique.
Le gaz naturel a constitué l'essentiel de la production d'hydrocarbures en Algérie en 2009 avec 64% des parts dans la production globale, le pétrole 26%, condensat (6%) et le GPL 4%.
Sur cette production, Sonatrach a livré 34,8 millions de Tep au marché algérien, en augmentation de 7% par rapport à 2008 et 118,6 millions de Tep au marché international.
"Sonatrach a assuré en priorité l'approvisionnement du marché national dans un contexte d'une demande accrue tirée par l'ampleur du programme quinquennal de développement économique", souligne le PDG du groupe, M. Noredine Cherouati cité dans le rapport.
La moyenne annuelle des cours du Sahara blend s'est établie à 61,5 dollars le baril, en nette baisse par rapport à la moyenne de l'année 2008 qui était de 99,2 dollars, selon le même document qui comporte aussi le bilan d'activité détaillé des différentes filiales du groupe.
Le niveau d'investissements du groupe s'est chiffré quant à lui à 13 milliards de dollars durant l'année passée, soit une fois et demi l'enveloppe financière consentie en 2008, précise le rapport.
Cette dynamique sera maintenue, promet le dirigeant de Sonatrach dans sa lettre diffusée à l'occasion de la publication du rapport, en affirmant que "les grands objectifs de développement et de croissance de Sonatrach seront maintenus mais, en intégrant les nouvelles données de l'économie nationale et les incertitudes qui règnent au niveau de l'environnement international".
"C'est à la faveur d'une dynamique nouvelle entièrement tournée vers une meilleure appréciation des besoins du groupe, associée à des modes de gestion rigoureusement transparents, que nous comptons poursuivre nos efforts dans le sens de l'amélioration continue du fonctionnement de l'entreprise et de ses performances", promet encore M. Cherouati.
Durant l'année 2009, Sonatrach a renforcé ses activités d'exploration et de la découverte de gisements qui ont atteint 16 découvertes, dont 9 réalisées en effort propre et 7 en association.
Les opérations de forage se sont intensifiées en 2009 pour atteindre 265 puits forés, dont 88 sont des forages d'exploration et 177 des forages de développement de gisements.
Pour l'activité transport par canalisation, Sonatrach dévoile dans son rapport que l'étude d'engineering de base (Feed) du projet du gazoduc Galsi, devant relier l'Algérie à l'Italie a été achevée en 2009, année durant laquelle la configuration technique du projet a été aussi arrêtée.
Quant à l'activité aval, Sonatrach prévoit dans son plan de développement 2010-2014 l'augmentation de 5 millions de tonnes par an des capacités actuelles de raffinage, l'amélioration de la qualité des produits raffinés et la réalisation du programme de réhabilitation de l'outil de raffinage.
L'appareil de raffinage a eu à traiter un total de 20,58 millions de tonnes durant l'année 2009.

Publié dans : Sonatrach






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Un gisement prometteur   Mar 15 Fév - 23:25

5 entreprises publiques vont constituer le premier groupe minier algérien : Un gisement prometteur
Le nouveau groupe minier public Manadjim El Djazaïr, dont la création a été approuvée lors du dernier Conseil des ministres, sera constitué des sociétés Ferphos, Eng, Enof, Enasel et Enamarbre, selon le ministère de l'Energie et des Mines.
PUBLIE LE : 15-02-2011 | 19:48
Le nouveau groupe minier public Manadjim El Djazaïr, dont la création a été approuvée lors du dernier Conseil des ministres, sera constitué des sociétés Ferphos, Eng, Enof, Enasel et Enamarbre, selon le ministère de l'Energie et des Mines.
Totalisant un capital social de près de 5 milliards de dinars, ces cinq sociétés, qui relevaient auparavant du portefeuille de la Société de gestion des participations de l'Etat des mines (SGP-Somines) opèrent particulièrement dans des activités liées, notamment, à l'extraction de produits miniers et les matériaux de construction, explique cette source.
Dotée d'un capital social détenu par l'Etat "imprescriptible et inaliénable", cette nouvelle entité devra contribuer à l'intensification de la prospection et l'exploitation des richesse minières de l'Algérie, permettant, du coup, la création de nombreux postes d'emploi et de promouvoir les exportations hors hydrocarbures, rappelle-t-on.
La politique de regroupement des entreprises qui a débuté avec Sonatrach, Sonelgaz et Gica (ciment) a pour objectif de donner plus de force aux entreprises algériennes, et de créer une nouvelle synergie au sein des ces entités économiques, selon des observateurs.
La plus grande de ces sociétés à savoir Ferphos (Société de phosphates, de minerais de fer, de pouzzolane, de fonte et de l'immobilier), est l'héritière de la SONAREM (Société nationale de recherches et d'exploitation minières) créée en juillet 1983 avant d'être transformée en société par actions avec son actuelle appellation en mai 1990.
Basée à Annaba et dotée d'un capital social de 2,241 milliards de dinars, Ferphos est spécialisée, à travers ses huit filiales, dans la recherche, le développement, l'exploitation et la commercialisation du phosphate, du minerai de fer et de la pouzzolane. S'agissant de l'Eng (Entreprise nationale des granulats), son activité est axée sur la gestion des opérations de production, de commercialisation et de développement des granulats, du carbonate de calcium et des pierres ornementales. Créée en novembre 1986, l'Eng ainsi que l'ensemble de ses 14 unités ont bénéficié en 1999 d'un nouveau plan de réhabilitation, de modernisation et de développement. Cette réhabilitation lui a permis de répondre à la forte demande exprimée par les sociétés de BTPH, particulièrement en matière de sable pour bétons hydrauliques.
L'Eng, dont le siège social est à Alger, est dotée d'un capital d'un milliard DA et emploie plus de 1.100 agents. Concernant l'Enof (Entreprise nationale des produits miniers non-ferreux et des substances utiles), elle a été créée en juillet 1986 et réorganisée en six filiales en janvier 2001. Son capital social est de 670 millions DA.
Avec un patrimoine de 18 mines et carrières, l'Enof est spécialisée dans l'exploitation des mines souterraines et à ciel ouvert pour la production et la commercialisation de minerais non-ferreux et des substances non métalliques. Les principales substances exploitées par cette société, basée à Alger, sont la baryte, la dolomie et le carbonate de calcium. L'Enasel (Entreprise nationale des sels) est, quant à elle, spécialisée dans la production et la distribution de sels. Sa production provient de cinq sites salins localisés à Béthioua (Oran), Sidi Bouziane (Relizane), Guergour Lamri (Sétif), El Méghaïer (El Oued) et Ouled Zouaï (Oum El Bouaghi) pour une quantité annuelle de 400.000 tonnes et d’une raffinerie de 30.000 tonnes localisée à El Outaya (Biskra). Elle est destinée pour toutes les utilisations comme l'alimentation, l'agriculture, la pharmacie, le cosmétique, le traitement de l'eau et déneigement.
Avec un capital social de 504 millions DA, l'Enasel compte un effectif de 1.100 agents pour ses 14 unités de production et de distribution réparties à travers le territoire national et réalise un chiffre d'affaires annuel d'un milliard de DA.
La dernière société, à savoir l'Enamarbre (Entreprise nationale du marbre), est spécialisée dans l'exploitation des carrières d'onyx et de travertin.
Elle opère également dans la transformation du marbre en dalles et carreaux, le concassage de dérivés de marbres comme le granulat et la poudre, ainsi que la commercialisation des marbres et dérivés sur les marchés intérieur et extérieur. Employant quelque 340 agents, l'Enamarbre réalise un chiffre d'affaire annuel de plus de 240 millions DA. Ses produits ont été exportés notamment vers la Tunisie, la Libye, l'Italie et l'Espagne. En 2005, les exportations de cette société ont dépassé 800 mètres cubes de marbres et produits dérivés contre 791 m3 en 2003. Son capital social est de 251 millions DA, alors que son siège est basée à Skikda. Outre ces cinq sociétés, la SGP-Somines gérait deux autres entreprises à savoir Asmidal (fertilisants) et Moubydal (insecticides).

Publié dans : Energie , Mines
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/9292






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Premier groupe minier algérien    Jeu 17 Fév - 13:40

Ferphos, Eng, Enof, Enasel et Enamarbre s’allient
Ferphos, Eng, Enof, Enasel et Enamarbre sont les sociétés publiques qui vont se regrouper pour constituer le premier groupe minier algérien, appelé Manadjim El-Djazaïr, dont l’annonce avait été faite lors du dernier Conseil des ministres.
Ce groupe totalisera un capital social de près de 5 milliards de DA (50 millions d'euros environ). Les cinq sociétés, qui relevaient auparavant du portefeuille de la Société de gestion des participations de l'État des mines (SGP-Somines), opèrent particulièrement dans des activités liées à l'extraction de produits miniers et les matériaux de construction. Dotée d'un capital social détenu par l'État “imprescriptible et inaliénable”, la nouvelle entité devra contribuer à l'intensification de la prospection et l'exploitation des richesses minières de l'Algérie.
http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=150940






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Hydrocarbures Sonatrach   Jeu 17 Fév - 14:03

on a beau dire se qu'on veux la terre Algérienne regorge de richesse,
il faut sent servir a bonne escient artimage_2_2271780_2
Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Hydrocarbures Sonatrach   Mar 25 Oct - 17:39

Importante découverte de pétrole près de Béchar
Citation :
Le groupe pétrolier Sonatrach vient de réaliser une importante découverte de pétrole dans la région d’Oued Namous, à quelque 550 km de Béchar, alors qu’à l’est du pays, il a été découvert du gaz condensat dans la région de Djebel Boutella, a-t-on appris de source crédible. C’est la première fois que Sonatrach découvre un gisement de pétrole dans la région de Béchar et même si on attend toujours les résultats définitifs des tests effectués, les experts restent très optimistes.
On explique que cette trouvaille est susceptible d’encourager l’exploration des sols de cette région, restée vierge jusqu’à ce jour. De même, au sud-est, la découverte du gaz condensat semble donner de grands espoirs aux responsables de Sonatrach, dans la mesure où les éléments extraits attestent de la présence d’un gisement gazier assez prometteur. C’est également la première fois qu’on réalise des découvertes aussi importantes dans cette région de l’est du pays. Les opérations de tests se poursuivent sous l’œil attentif des experts et les résultats définitifs seront prononcés incessamment. Selon les mêmes sources, ces trouvailles ont été réalisées par les moyens propres de Sonatrach et on estime que l'investissement est prometteur en ce sens que le personnel tend à maîtriser les nouvelles technologies de prospection et d’exploration. Même si la direction de Sonatrach reste muette sur ces sujets, les techniciens sont certains que ces deux puits représentent les éléments précurseurs de grands gisements jusque-là non exploités.
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/10/25/article.php?sid=124948&cid=2






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Hydrocarbures Sonatrach   Mer 7 Déc - 17:45

L’Algérie va revoir sa loi sur les hydrocarbures”



Selon le ministre, les nouvelles technologies introduites dans l'exploration ces dernières années permettent à l’Algérie d’entrevoir de nouvelles possibilités d’augmenter de manière très significative ses réserves d’hydrocarbures.
Citation :
L’Algérie compte revoir la loi sur les hydrocarbures en introduisant de nouvelles incitations, pour notamment relancer l’investissement étranger dans l’exploration, a annoncé hier à Doha, le ministre de l’Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi. M. Yousfi a expliqué que cette décision a été rendue nécessaire par le besoin d’attirer des partenaires solides et expérimentés en mesure d’aider l’Algérie à accroître ses réserves d’hydrocarbures. Selon le ministre, les nouvelles technologies introduites dans l'exploration ces dernières années permettent à l’Algérie d’entrevoir de nouvelles possibilités d’augmenter de manière très significative ses réserves d’hydrocarbures. Les résultats obtenus par Sonatrach, en appliquant ces technologies sur des surfaces réduites, ''sont très satisfaisants et encourageants'', note à ce propos le ministre. Mais l’Algérie a besoin de ces sociétés pour les appliquer à grande échelle afin d'intensifier la prospection même dans l’offshore et les zones peu connues, précise le ministre. Pour ce faire, ''elle doit adapter un certain nombre de mesures incitatives de la loi 05-07 qui a été adoptée dans un environnement où ces technologies n’existaient pas et où les prix de pétrole évoluaient entre 20 et 30 dollars'', relève M. Yousfi. Concernant les aspects de la loi sur les hydrocarbures qui seront amendés pour inciter l’investissement étranger dans l’exploration, le ministre s’est limité à dire que la révision va concerner certaines mesures fiscales et aussi des dispositions contractuelles entre Sonatrach et ses partenaires. ''Nous sommes en train d’étudier tous ces aspects'', a-t-il dit. ''Nous devons nous adapter à la réalité internationale, nous avons des réserves d’hydrocarbures largement confortables, mais il faut assurer localement la sécurité de l’approvisionnement à très long terme et renforcer le rôle de l’Algérie comme acteur principal du commerce international de l’énergie'', a encore affirmé M. Yousfi. Depuis la promulgation de la loi 05-07 sur les hydrocarbures, amendée par ordonnance présidentielle en 2006, l’Algérie a lancé trois appels d’offres pour l’exploration des hydrocarbures. Le premier appel d’offres lancé en 2008 a débouché sur l’octroi de quatre blocs, le second organisé en 2009 s’est soldé par l’attribution de trois blocs et seulement deux blocs pour le dernier, lancé en 2011.

M. Yousfi s’entretient avec de hauts responsables canadiens
Un partenariat pour la fabrication d'équipements pétroliers
L’Algérie et le Canada envisagent de conclure un partenariat dans la fabrication d’équipements pétroliers et gaziers, a indiqué hier à Doha le ministre de l’Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi, à l'issue d'entretiens avec de hauts responsables canadiens. "Nous envisageons un partenariat avec le Canada dans le domaine de la fabrication d’équipements pétroliers et gaziers", a déclaré M. Yousfi à l’APS à l’issue de ses entretiens à Doha avec M. Cal Dallas, ministre chargé des Relations intergouvernementales, internationales et autochtones de la province de l'Alberta, et le vice-ministre canadien des ressources naturelles, M. Serge Dupont.
"Il y a eu une bonne compréhension de la partie canadienne pour ce partenariat", a ajouté le ministre.
M. Yousfi a indiqué avoir abordé avec les deux responsables canadiens la possibilité d’échange d’informations dans les domaines de l’exploitation des gaz de schiste et la réglementation en matière des hydrocarbures. Les entretiens, tenus en marge de l’exposition du 20e Congrès mondial du pétrole, ont aussi porté sur le partenariat entre le groupe Sonatrach et les compagnies pétrolières canadiennes, selon le ministre. Les deux parties ont aussi discuté de partenariat en matière d'exploitation des mines, notamment l’aluminium
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/20542






Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: Hydrocarbures Sonatrach   Sam 31 Déc - 19:00

Hydrocarbures : Des découvertes dans le nord du pays

Citation :

Bonne nouvelle ou pas pour l’économie du pays. Le sol algérien contiendrait plus de pétrole et de gaz que l’on supposait.


Le recours aux nouvelles technologies en matière d’exploration, par Sonatrach et ses partenaires, pour accroître les capacités de production en hydrocarbures, semble avoir donné ses fruits. En effet, le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, a révélé jeudi dernier quil y a eu des découvertes de pétrole et de gaz, dans le nord du pays durant l’année 2011.
Intervenant en marge d’une séance consacrée aux questions orales à l’Assemblée nationale, M. Yousfi a indiqué à l’APS que les résultats des explorations menées dans le nord du pays «étaient très encourageants», avant de préciser que «deux gisements pétroliers ont été découverts en 2011, l’un au nord dans la wilaya de Tébessa et l’autre situé entre les wilayas d’El Bayadh et de Béchar, au sud-ouest du pays».

Deux autres découvertes gazières ont été réalisées dans la région de Tamzaya, située entre El Bayadh et Béchar, et à Djebel Dermoune au sud de Tébessa. A la question de savoir quel serait le potentiel de ces gisements, M. Yousfi a indiqué que «le département de l’Energie allait procéder, au premier trimestre 2012, à l’évaluation des nouvelles découvertes afin de déterminer le taux de reconstitution des réserves d’hydrocarbures».

L’est du Sahara, faut-il rappeler, demeure la principale province pétrolière de l’Algérie et recèle encore un bon potentiel de découvertes, selon des données déjà publiées par le ministère de l’Energie et des Mines.
Dans le nord du pays, et malgré les découvertes de petite taille d’huile et de gaz, le potentiel pétrolier n’a pas encore été révélé du fait d’une géologie complexe, selon les mêmes données.Le Sahara central, considéré comme une zone gazifière, permet d’espérer d’autres découvertes, alors que les ressources du Sahara-Ouest demeurent pratiquement inconnues.

Par ailleurs, le ministre a fait savoir qu’une vingtaine de nouvelles découvertes ont été réalisées en 2011. En 2010, l’Algérie a réalisé 29 découvertes d’hydrocarbures, dont la plupart se situent dans les bassins du sud-est du pays, plus exactement à Berkine et Illizi. 27 de ces découvertes ont été réalisées par Sonatrach en effort propre.

Raffinerie de Tiaret, le projet maintenu

Dans un autre registre, le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, a indiqué que le projet de réalisation d’une raffinerie à Tiaret «n’a pas été annulé», soulignant que l’étude exhaustive de cette installation pétrolière sera finalisée dans quelques mois. Et de préciser que «des études sont actuellement en cours sur la qualité du pétrole brut à raffiner et la durée d’activité de cette installation sur 40 à 50 ans».

«Les études seront parachevées dans 4 ou 5 mois et les résultats seront soumis au gouvernement», a-t-il souligné, précisant que le secteur étudiait la réalisation de raffineries dans d’autres régions. Le ministre a ajouté que le projet de réalisation de cette infrastructure s’inscrit dans le cadre d’un plan de réalisation et de mise à niveau de raffineries visant à augmenter la capacité de raffinage à plus de 31 millions de tonnes à l’horizon 2018, actuellement.

Tout en soulignant que ce programme «permettra de répondre à la demande en carburant pour une durée de dix ans et d’améliorer la qualité des produits dérivés du pétrole» pour préserver l’environnement, M. Yousfi a indiqué qu’un plan d’investissement à long terme dans le domaine du raffinage et de distribution était en cours d’élaboration. Il fera savoir, enfin, qu’une hausse sensible de la capacité de raffinage a été enregistrée dans toutes les raffineries du pays (Alger, Arzew, Skikda et Hassi Messaoud), et que d’autres stations avaient été réalisées récemment à Adrar et Skikda pour satisfaire la demande nationale de plus en plus croissante en raison de l’augmentation du parc automobile national.
http://www.elwatan.com/economie/hydrocarbures-des-decouvertes-dans-le-nord-du-pays-31-12-2011-153071_111.php
Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Hydrocarbures Sonatrach   Sam 31 Déc - 19:41

cheers cela ne peut être que bénéfique pour le pays,
dollars, dollars






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Hydrocarbures : 4 nouvelles découvertes    Ven 17 Fév - 17:19

Hydrocarbures : 4 nouvelles découvertes par sonatrach depuis début 2012

Citation :
L'Algérie devrait entreprendre des travaux d'exploration en off-shore en partenariat avec des entreprises étrangères à compter de l'année prochaine.
Le groupe Sonatrach a réalisé quatre nouvelles découvertes d'hydrocarbures depuis début 2012, a annoncé hier le ministre de l'Energie et des Mines. L'exploitation optimale des réserves de l'Algérie en hydrocarbures nécessite des technologies de pointe, plusieurs gisements et puits contenant ces réserves étant non-conventionnels, a indiqué M. Yousfi. Le ministre a, par ailleurs, souligné que la récupération des réserves, notamment celles situées dans des gisements modernes, était liée aux moyens technologiques disponibles. Les potentialités de plusieurs régions restent encore méconnues, a fait remarquer le ministre citant l'exemple du secteur s'étendant d'Al-Bayadh aux frontières algéro-maliennes. Par conséquent, le taux de récupération varie selon ces données, a ajouté le ministre. M. Yousfi a précisé que Sonatrach était contrainte de fermer un nouveau gisement découvert en 2010 à Ghardaïa en raison du manque de technologies nécessaires à son exploitation, ajoutant qu'il avait instruit le groupe en 2011 de le rouvrir après acquisition des technologies permettant son exploitation. De même pour le nord du pays qui recèle d'importantes potentialités d'hydrocarbures mais en raison du relief accidenté du nord, Sonatrach doit signer des conventions avec des entreprises à même d'exploiter ces potentialités pour les transformer en réserves sûres. Les réserves d'Algérie en hydrocarbures sont estimées à 4 milliards de tonnes équivalent pétrole (TEP), selon les derniers chiffres fournis par Sonatrach. L'Algérie devrait entreprendre des travaux d'exploration en off-shore en partenariat avec des entreprises étrangères à compter de l'année prochaine, a fait savoir M. Yousfi. En 2011, le groupe Sonatrach avait, rappelle-t-on, réalisé 20 nouvelles découvertes, dont 19 effectuées grâce à ses propres efforts. Le ministre a, par ailleurs, souligné que l'Algérie nécessitait 15 à 20 ans pour créer une station nucléaire pour la production de l'électricité, ajoutant que l'Algérie est appelée à investir le domaine de l'énergie nucléaire pacifique pour peu que les technologies et les moyens de sécurité des populations et de l'environnement soient disponibles
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/23966






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Hydrocarbures Sonatrach   Dim 15 Avr - 15:23

Sonatrach veut racheter un groupe gazier grec

Citation :
La compagnie publique Sonatrach fait partie d'un groupe de 14 entreprises de douze pays différents, en course pour l'opération de privatisation du groupe gazier grec Depa. La déclaration d'intérêt de Sonatrach, comme celle des treize autres candidats, a été annoncée conforme. L'offre financière va être décisive.

Dans cette course dont le gagnant sera connu à la fin du mois de mai prochain, Sonatrach est en concurrence avec les entreprises Socar (Azerbaïdjan), Mitsui and Co (Japon), Enagas et Gas Natural (Espagne), ENI et Edison (Italie), Negusneft et Gazprom Finance (Russie), Vopak LNG (Pays-Bas), Israël Corporation Ltd, Mitilineos & Motor Oil et Terna (Grèce) et Capital Partners Fund BV (République tchèque). Contraint par la crise de la dette à imposer un régime d'austérité drastique à la population et à vendre les bijoux de la famille, l'Etat grec a lancé en février dernier un appel d'offres international pour la privatisation du groupe gazier national Depa. Cet appel d'offres entre dans le cadre d'un large programme de cession d'actifs imposé dans le cadre du programme d'ajustement de l'économie grecque conclu avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international. Ce programme global doit permettre de lever 19 milliards d'euros d'ici à 2015. L'appel d'offres porte sur une cession de 100% des actions de Depa, détenu à 65% par l'Etat grec et à 35% par la compagnie pétrolière grecque Hellenic Petroleum. En outre, la Grèce envisage de vendre 66% de Desfa, la filiale de distribution de Depa. Les offres financières soumises par les concurrents seront bien entendu déterminantes. On peut penser que Gazprom, qui est un important fournisseur de la Grèce (2,9 milliards de m3 en 2011), est le plus motivé car une telle acquisition serait un jalon important dans sa stratégie de contrôle du marché européen. Sans compter que le groupe Depa représente la partie grecque dans les projets de gazoduc russo-italien «South Stream», le gazoduc Grèce-Bulgarie (IGB) et le gazoduc Grèce-Italie (IGI). Mais il est clair que les autres compagnies dont Sonatrach ne soumissionnent pas simplement pour faire acte de présence. Dans le cas de Sonatrach, prendre pied de manière active sur le marché international et européen en particulier est une nécessité. Le rachat de la compagnie gazière grecque constitue une opportunité qui entre en droite ligne dans la logique de développement du groupe algérien.

UNE OPERATION TRES SURVEILLEE

Certains ont suggéré que Sonatrach est de facto le «fonds souverain» de l'Algérie. Mais il faut bien voir que les investissements extérieurs de Sonatrach ne sortent pas, dans ce cas, de son domaine de spécialisation. Postuler pour le rachat de la compagnie grecque correspond à la volonté d'intégrer la commercialisation de manière active pour conforter une démarche et renforcer sa cohérence d'acteur global sur le marché gazier. «Il ne s'agit pas de prendre des participations en tant qu'investisseur financier, comme ce serait le cas d'un fonds souverain, mais bien de soutenir une stratégie d'implantation internationale, aux plans commercial et de distribution, sur les marchés de consommation», explique un expert algérien qui considère que la démarche de Sonatrach est une «bonne chose». Quelles sont ses chances de l'emporter? Certains paramètres qualitatifs vont probablement entrer en compte. Les relations entre la Russie et la Grèce sont étroites et Gazprom est déjà un des fournisseurs les plus importants d'Athènes. La Grèce aurait peut-être intérêt à diversifier ses fournisseurs mais peut-elle se payer le luxe de mécontenter un partenaire classique et «orthodoxe», dont l'influence et le poids financier sont bien plus importants que ceux de l'Algérie? Sans compter que des entreprises de l'espace de l'Union européenne sont très visiblement en lice. Dans cette opération qui sera particulièrement surveillée -la Grèce est observée avec attention par ses créanciers-, l'offre financière va être décisive. La valeur totale de Depa est estimée à 991 millions d'euros. Il n'y a pas d'estimation disponible pour son opérateur de réseau gazier Desfa. Selon les informations disponibles, la vente de Depa et une cession d'une participation majoritaire de Desfa devraient permettre de lever entre 1,5 milliard et 2 milliards d'euros.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5167044






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
Invité
Invité



MessageSujet: sujet du message : la mine d'or de Tamanrasset récupérée par LA SONATRACH   Mar 11 Sep - 12:24

bonjour à tous
La SONATRACH reprend ses billes,on a assez joué






La mne d'or de Tamanraset tombe dans l'escarcelle de Sonatrach (photo Enor)


Citation :
ALGÉRIE. Le groupe algérien Sonatrach va reprendre la totalité des actions de l'Australien GMA-ressources dans l’Entreprise d’Exploitation des Mines d’Or (Enor), l’exploitant de la mine d’or Tirek-Amesmessa de Tamanrasset a annoncé le 6 décembre 2011, le ministre algérien de l’Énergie et des Mines, Youcef Yousfi à l'agence APS.

"Nous avons pris la décision de reprendre la totalité des actions de GMA-ressources dans l’ENOR et tous ses intérêts dans la mine de Tirek-Amesmessa", a annoncé Youcef Yousfi de la capitale qatarie.

À la mi-octobre 2011, GMA avait annoncé qu'il allait se retirer de l'Enor, dont il détenait 52% des actions, car il n’était plus en mesure de gérer les coûts élevés du développement de la mine dans laquelle il affirme avoir investi 33 M€ sans avoir pu les amortir.

Le ministre n’a pas écarté le recours à des partenaires étrangers pour développer cette mine qui a vu la coulée du premier lingot d’or en janvier 2008 avec une production qui s’est maintenue pendant trois ans à quelques centaines de kilos d’or pour baisser ensuite à quelques kilos seulement.

"La méthode d’exploitation choisie et développée par GMA pour l’exploitation de la mine n’était pas la meilleure, GMA ne pouvait pas aller loin avec cette méthode, c’est pour cette raison qu’il s’est retrouvé dans une impasse", a estimé le ministre. La Sonatrach "va reprendre le travail depuis son début en élaborant de nouvelles études de développement de la mine", a-t-il précisé.

"Des sociétés juniors, comme GMA, nous n’en voulons plus. Il nous faut des sociétés qui ont l’expérience, les financements et les moyens techniques nécessaires. C’est un projet, situé dans des régions difficiles, et qui nécessite beaucoup d’investissements et d’expertise", a indiqué Youcef Yousfi.







Amal Belkessam, à ALGER

crédit texte et photo http://www.econostrum.info/Sonatrach-recupere-la-mine-d-or-de-Tamanrasset_a8024.html
TABLEAU DES DETENTEURS D'OR DANS LE MONDE



édite : Momo toute sources doit être Obligatoirement mise en citation
Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Hydrocarbures Sonatrach   Ven 9 Nov - 11:53

Un consortium euro-algérien, dont GDF Suez, découvre du gaz en Algérie

Un consortium alliant la compagnie pétrolière et gazière algérienne Sonatrach et l'espagnol Repsol, l'italien Enel et le français GDF Suez a découvert du gaz naturel dans le bassin d'Illizi, dans le sud-est de l'Algérie, a annoncé jeudi GDF Suez.

Un puits foré jusqu'à une profondeur de 1.192 mètres a permis de produire un débit de 105.000 m3 par jour de gaz naturel, précise l'énergéticien français dans un communiqué.

Ce forage est le premier puits réalisé dans le cadre d'une campagne de prospection d'hydrocarbures sur la zone Sud-Est Illizi, qui a démarré en juillet 2011 par l'obtention de données sismiques.

Des travaux d'appréciation seront réalisés par le consortium pour évaluer l'étendue de cette découverte, et quatre autres forages sont prévus dans cette zone de prospection, ajoute GDF Suez.

Le permis d'exploration Sud-Est Illizi est détenu à hauteur de 9,8% par GDF Suez, aux côtés de l'espagnol Repsol (opérateur avec une participation de 25,7%), de l'italien Enel (13,5%) et de Sonatrach, qui possède les 51% restants du projet.

Sud-Est Illizi est le second projet d'exploration d'hydrocarbures auquel GDF Suez participe en Algérie, après un contrat sur le périmètre de Touat obtenu en 2002. Situé dans le sud-ouest du pays et opéré conjointement avec Sonatrach, Touat est un des plus grands projets en développement de GDF Suez dans l'exploration-production, souligne GDF Suez.

L'Algérie était le huitième producteur mondial de gaz naturel en 2011, selon la BP Statistical Review of Energy, fournissant environ 10% du marché européen. Il est également un important producteur de pétrole.

source : http://www.romandie.com/news/n/_Un_consortium_euro_algerien_dont_GDF_Suez_decouvre_du_gaz_en_Algerie11081120121722.asp?






Revenir en haut Aller en bas
sukhoi30mka
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: hydraucarbures   Sam 26 Oct - 20:11

une importante decouverte de petrole de 1,3 milliard de barils pres de hassi messaoudUne importante découverte de pétrole a été faite par Sonatrach dans le le bassin d’Amguid Messaoud dans la wilaya de Ouargla, à 112 km de Hassi Messaoud.

Selon le ministre de l’Énergie et des mines Youcef Yousfi, qui révélait l’information, au cours d’une visite d’inspection au gisement de Hassi Toumiet, situé dans le bassin d’Amguid Messaoud, cette nouvelle exploration, résultat d’un effort propre du groupe public est ” l’une des plus importantes découvertes que la Sonatrach a réalisé durant les vingt dernières années, puisqu’il s’agit d’une accumulation de près de 1,3 milliard de barils”.

Par ailleurs, Yousfi a annoncé que Sonatrach va recourir à des techniques de forage non conventionnelles pour pouvoir extraire 50% des réserves de Hassi Toumiet en expliquant que les techniques conventionnelles utilisées jusqu’ici ne permettent de récupérer que 10 à 15% du pétrole du gisement.

De son côté, le vice-président activité amont de Sonatrach, Saïd Sahnoun a précisé que le gisement de Hassi Toumiet, également nouvellement découvert, nécessitera des techniques de production non conventionnelles mais l’utilisation de ces nouvelles technologies d’exploitation des gisements pétroliers a des coûts supplémentaires induits par le recours à la fracturation hydraulique.

Ce coût de la fracturation hydraulique représentera un surplus de 10% dans le coût global du projet, toujours selon le même responsable qui a indiqué que le développement de Hassi Toumiet interviendra dans trois à quatre ans.http://www.algerie1.com/actualite/une-importante-decouverte-de-petrole-de-13-milliard-de-barils-pres-de-hassi-messaoud/






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Hydrocarbures Sonatrach   Sam 26 Oct - 22:23

çà c'est une bonne nouvelle Very Happy 
cela va faire pâlir certain de nos voisins pale  166807 






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Hydrocarbures Sonatrach   Dim 5 Jan - 12:21

Sonatrach : Découverte d’un gisement gazier à Ghadamès

Citation :
Ses activités à l'international connaissent un développement intense qui se caractérise par une diversification aussi bien sur le plan géographique que sur le plan des activités.
Ce partenariat vient de se couronner de succès par l’annonce émanant de la part de la compagnie pétrolière libyenne, National Oil Corporation (NOC), renseignant sur une toute nouvelle découverte de gaz naturel dans le bassin de Ghadamès, près des frontières algérienne et tunisienne, à 650 kms au sud-ouest de tripoli, en association avec Sonatrach à travers sa filiale Sipex qui est l’opérateur, et deux compagnies indiennes, que sont Oil Indian et Indian Oil. Ce gisement a une capacité de production de 29 millions pieds cubes de gaz par jour.
C’est la troisième découverte faite au niveau du périmètre des blocs 95 et 96, objet d’un contrat de recherche et d’exploration en mai 2008 entre le consortium algéro-indien et la compagnie nationale libyenne. La découverte annoncée par la NOC a été faite sur le site du puits d’exploration B1-96/01 sur le périmètre 95/96 dans le bassin de Ghadamès. Le puits B1-96/01 a débité, à partir de la formation Tadrart, 336.000 m3 de gaz naturel par jour dans l’intervalle 7628-7680 pieds et 250 barils de condensat par jour. Selon la compagnie libyenne, le puits d’exploration B1-96/01 représente la troisième découverte entreprise par Sonatrach dans la zone.
Le nombre important de découvertes faites sur ce périmètre indique un potentiel appréciable de gaz naturel et de liquides en place. La compagnie publique des hydrocarbures, Sonatrach en l’occurrence, s’est implantée en Libye à travers deux blocs ; le bloc 65 dans le bassin de Ghadamès où Sonatrach opère en effort propre, dont la première découverte a été réalisée en 2008. Sonatrach est présente également dans le bloc 95/96 où elle opère en partenariat avec d’autres firmes internationales. Dans les détails, ce contrat, portant sur les blocs 95/96, a été remporté par Sonatrach en consortium avec deux entreprises indiennes.
Il s’agit d’un investissement d’une durée de cinq années qui comprend, entre autres, le forage de huit puits d’exploration. En 2005, Sonatrach remporte un premier contrat en Libye dans le bloc 065. La durée de cet investissement a été également de cinq années, pour un investissement de 13 millions de dollars. Il est utile de préciser que l’ambition de Sonatrach à l’international est celle de parvenir, dans les années à venir, à ce que 30% de sa production proviennent de ses activités à l’international.
On se rappelle de la sortie médiatique de Youcef Yousfi, ministre de l’Énergie et des Mines, qui avait déclaré, lors d’un point de presse sanctionnant une cérémonie dédiée au 40e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, que les activités de Sonatrach en Libye se poursuivaient normalement.
Il faut rappeler que sonatrach développe une politique de partenariat basée sur le renforcement et l’approfondissement de ses relations de coopération. Cette politique vise à multiplier ses opportunités de création de richesse avec ses partenaires habituels, comme elle œuvre aussi à élargir son portefeuille de projets à de nouveaux espaces et de nouveaux acteurs. Cette politique connaît des prolongements dans l’aval gazier, et c’est ainsi que le déploiement international de Sonatrach se matérialise progressivement à travers des projets concrets. L’objectif est de sécuriser des débouchés, et l’accroissement des exportations place sonatrach dans une forte dynamique de développement à l’international. Sa présence est remarquée en Europe, en Amérique latine, en Afrique et au Moyen-Orient.
M. Bouraib

El kseur
Une plateforme pétrochimique sera bientôt réalisée
Une plateforme pétrochimique sera bientôt lancée en réalisation dans la région d’El-Kseur, a annoncé, hier, le wali de Béjaïa, tablant sur sa mise en service avant la fin de l’année 2018. Le choix d’El-Kseur a gagné l’assentiment des responsables de la Sonatrach qui ont retenu dans leur arbitrage, «la disponibilité foncière proposée de plus de 250 ha, la situation du site, à 26 km du port et de l’aéroport, et le passage par la zone d’un pipeline et d’un oléoduc», a précisé le wali. La plateforme va rassembler un ensemble d’unités, vouées à produire des matières premières à base de GPL (gaz propane liquéfié), ont souligné des cadres de Sonatrach, en juin dernier lors d’une réunion, mise sur pied par l’Apw, et articulée autour du sujet. La nature exactes de ces produits n’a pas été précisée ni le montant du reste de l’investissement, le projet n’en était alors qu’une simple projection. Quelque 3.000 emplois en sont attendus, selon les responsables
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/52077

Revenir en haut Aller en bas
terminateur
Caporal chef
Caporal chef
avatar


MessageSujet: Re: Hydrocarbures Sonatrach   Mer 19 Fév - 18:30


Gazprom invité à travailler en Algérie





Le géant pétrolier Gazprom élargit sa présence en Afrique. La compagnie russe pourrait s’engager dans la prospection géologique et l’exploitation de gisements de gaz et de pétrole en Algérie. Telle est l’issue des négociations entre les représentants de Gazprom et le gouvernement du pays. Les projets communs permettront à la compagnie russe d’élargir sa présence sur le Continent africain. Quant à l’Algérie, l’extraction du pétrole va augmenter pour satisfaire la demande croissante.

Gazprom participera à l’appel d’offres international en vue de prospecter et d’exploiter plus de 30 nouveaux gisements d’hydrocarbures. Ils se situent sur la cinquième partie du territoire algérien. Gazprom est la première compagnie étrangère invitée à travailler en Algérie.
« Cela fait longtemps que la Russie et l’Algérie ont de bonnes relations. Je trouve que c’était encore une raison pour inviter Gazprom. De plus, la compagnie a beaucoup d’expérience dans la prospection en Russie et à l’étranger. Les perspectives, dont économiques et politiques, sont bonnes en Algérie pour prospecter ses gisements », explique l’analyste financier indépendant Evgueni Retiounski.

Citation :
La filiale internationale du géant pétrolier russe Gazprom International travaille déjà en Algérie. Avec la compagnie algérienne Sonatrach Gazprom exploite legisement de gaz El-Assel dans la partie Est du pays. La compagnie russe Loukoïl a été également invitée à participer à l’appel d’offres. Depuis 2006, Loukoïl avait l’intention de travailler en Algérie sans avoir encore trouvé de projet attrayant.
« Comme l’Algérie exporte du gaz, il s’agit principalement de cette ressource naturelle. Voilà pourquoi ce projet a paru moins intéressant à Loukoïl. En réalité, il y a 4,2 billions de mètres cubes de gaz en Algérie. C’est vraiment beaucoup. Dans ce contexte, l’Algérie est un partenaire intéressant pour Gazprom et pour l’Europe », selon Dmitri Loukachov, analyste IFC Markets.
De nombreuses compagnies pétrolières européennes et américaines lutteront pour pouvoir travailler en Algérie. Or, les chances de Gazprom sont plus grandes, estime M. Loukachov.
Aujourd’hui, la compagnie nationale Sonatrach détient le monopole des exportations de gaz. C’est pourquoi le vainqueur du concours ne s'occupera que de la prospection et de l'extraction. Les résultats de l’appel d’offres seront annoncés en septembre 2014.



http://french.ruvr.ru/2014_02_19/Gazprom-a-ete-invite-a-travailler-en-Algerie-1808/






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hydrocarbures Sonatrach   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hydrocarbures Sonatrach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TVA sur les hydrocarbures
» Traitement des déchets pollués...
» Décès de MAZOUNI Aek dit Kader

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: ( actualités ) :: Actu (internationales)
 :: Actu Algérienne
-