Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 Actualité Algérienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
negotrix
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Actualité Algérienne   Ven 30 Déc - 15:20

Le président Bouteflika signe cinq décrets présidentiels
 
Citation :
ALGER - Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a procédé à la signature de cinq décrets présidentiels, conformément à l’article 77-11 de la Constitution, indique jeudi un communiqué de la présidence de la République.
 
 
 
La source







Invité, bienvenue sur le forum.


Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: trafic en tout genre aux quatre coins des frontières algériennes   Mar 21 Mai - 16:06

réseaux marocains de trafic de drogue contre l’Algérie

Citation :
Depuis le début de l’année 2013, les services de sécurité, tous corps confondus, ont saisi près de 30 tonnes de cannabis ! Et 85 % de la production marocaine de kif transitent par la frontière ouest de l’Algérie. Une «marchandise» destinée à être écoulée en grande partie sur le territoire algérien et dans les pays voisins.


La machination des réseaux marocains de trafic de drogue contre l’Algérie poursuit son inquiétant chemin. Suite aux records enregistrés en 2012, année au cours de laquelle les services de sécurité ont saisi, au total, plus de 140 tonnes de kif traité aux quatre coins des frontières algériennes, l’année 2013 risque fort de connaître le même scénario, d’autant que nous en sommes déjà à 30 tonnes de résine de cannabis saisies en seulement quatre mois. Pis, les dernières 48 heures ont été révélatrices d’une situation alarmante à nos frontières ouest et sud-ouest. A Tlemcen et Adrar, 12 tonnes de cannabis ont été découvertes par les gendarmes, douaniers et policiers lors d’opérations et autres contrôles. En effet, les gendarmes de l’escadron de sécurité routière (ESR) de Tlemcen ont intercepté, ce dimanche, lors d’un point de contrôle sur l’autoroute Est-Ouest, à hauteur de la déviation menant vers la ville de Maghnia, un camion venant de cette localité et se dirigeant vers la capitale des Zianides. La fouille effectuée a permis la découverte de 81 quintaux de kif traité dissimulés dans des briques. Le conducteur, le véhicule ainsi que les stupéfiants ont été remis à la section de recherches qui a ouvert une enquête. Quelques heures après ce coup de filet, les gendarmes d’Adrar ont réussi, pour leur part, à mettre la main sur une importante quantité de kif traité estimée à 4 tonnes.
Des saisies record dans un contexte délicat. Il est clair que les réseaux marocains de trafic de drogue agissent, désormais, avec une stratégie plus adaptée au contexte régional. A l’exemple, depuis le début de ce que l’on appelle le «printemps arabe», les réseaux marocains ont triplé leurs activités en inondant l’Algérie de tonnes de drogue. Ainsi, la rébellion qui a éclaté au Nord-Mali en mars 2012 et, avant cela, les soulèvements populaires qui ont eu pour théâtre la Tunisie et la Libye en 2011 et 2012 ont été des occasions en or pour les réseaux à l’effet de décupler leurs activités. Et le pays ayant le plus pâti de cet acharnement des réseaux marocains n’est autre que l’Algérie. Non seulement notre pays a été appelé à faire face aux différents réseaux de la contrebande et aux groupes terroristes qui tentaient de franchir nos frontières afin de perpétrer des attentats et procéder à des kidnappings, mais il a aussi été contraint de faire face aux réseaux marocains qui ciblaient nos frontières avec leurs tonnes de «hachich». La facture payée par l’Algérie a été lourde, d’autant que 4 gardes-frontières ont trouvé la mort en juillet 2012 lors d’une embuscade tendue par des narcotrafiquants et terroristes à la limite de la frontière ouest, plus exactement à Bab El-Assaâ (Tlemcen).
http://www.jeune-independant.net/index.php?option=com_content&view=article&id=1269:12-tonnes-de-cannabis-saisies-en-48-heures&catid=8:une&Itemid=102






Revenir en haut Aller en bas
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Ven 31 Mai - 16:42

ANNULATION DES DETTES QU'ELLE DÉTENAIT SUR 14 PAYS AFRICAINS

Citation :
L'Algérie réaffirme sa solidarité envers le continent


Citation:
Ce geste fort s'inscrit dans le cadre de la solidarité africaine et illustre l'engagement de l'Algérie en faveur de la promotion économique et sociale des pays membres de l'UA.

Il n'y a pas très longtemps, lors d'un sommet de l'Union africaine qui s'était tenu à Alger, l'ancien président du Bénin, Mathieu Korékou avait encensé Abdelaziz Bouteflika, en le qualifiant d'Africain le plus Africain, en raison de ses prises de positions courageuses et de son engagement, sans faille, en faveur de la promotion économique et sociale du continent. A travers lui, c'est la solidarité agissante de l'Algérie et surtout le rôle qu'elle joue sur la scène politique africaine qui sont mis en exergue... En décidant l'annulation des dettes qu'il détenait sur 14 pays membres de l'Union Africaine, le gouvernement algérien a fait montre d'une grande générosité et d'une solidarité qui confirment son engagement aux côtés des pays qui luttent pour assurer leur survie. Atteignant près d'un milliard de dollars, ces dettes vont apporter une bouffée d'oxygène aux pays concernés, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, le Congo, l'Ethiopie, la Guinée Bissau, la Guinée, la Mauritanie, le Mali, le Mozambique, le Niger, Sao Tomé et Principe, le Sénégal, les Seychelles et la Tanzanie. C'est le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani qui a fait part de cette importante mesure, dans une déclaration, hier, à l'APS, soulignant que l'Algérie est venue à la rescousse de 14 pays africains en épongeant les dettes qu'ils avaient contractées auprès d'elle, qui s'élèvent à plus de 902 millions de dollars. Saluant la position de l'Algérie et les efforts qu'elle déploie, sans relâche, pour la promotion économique et sociale des pays du continent, M.Belani a beaucoup insisté sur «l'entraide qui s'inscrit, selon lui, dans le cadre de la solidarité africaine et illustre la volonté politique du gouvernement algérien d'assumer pleinement son engagement en faveur de la promotion économique et sociale du continent». Annoncée à l'occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de la création de l'Organisation de l'Unité africaine, aujourd'hui, Union africaine, cette décision est un geste fort en direction des populations africaines et de leurs dirigeants, surtout en ces moments de disette et de crise qui n'épargnent aucun pays du continent. Il y a aussi cette guerre au Mali qui risque d'embraser toute la région du Sahel, devenue un terrain d'expérimentation pour les grandes puissances qui cherchent à tester de nouvelles armes et faire main basse sur les richesses des pays qui la bordent. Gageons que l'Algérie a fait le bon choix et que des pays comme la Mauritanie qui ont la 3 G, nous renvoient, à leur tour, l'ascenseur, en nous facilitant l'accès à leur marché, notamment pour l'approvisionnement du marché local en poissons, une denrée rare qui fait, hélas, le bonheur des barons et des profiteurs de tous bords.


http://www.lexpressiondz.com/actualite/174959-l-algerie-reaffirme-sa-solidarite-envers-le-continent.html






Revenir en haut Aller en bas
terminateur
Caporal chef
Caporal chef
avatar


MessageSujet: la Jordanie a fait appel à l'expérience Algérienne   Mer 19 Juin - 17:11

la Jordanie a fait appel à l'expérience Algérienne

Citation :
Des mines israéliennes déterrées par l’ANP

«Il y a quatre ans jour pour jour, les autorités jordaniennes ont fait appel à l’Algérie afin que l’Armée nationale populaire intervienne dans l’immense désert jordanien et neutralise des milliers de mines enterrées par l’armée israélienne «, révèle au Jeune Indépendant le président de l’association AFRAPRADESA, l’Algérien Omar Abdesselem.

L’armée algérienne, de plus en plus performante, est sollicitée du fait même de son expérience par plusieurs pays arabes afin d’intervenir dans le déminage de sols. Pour le président d’AFRAPRADESA, cette expérience de l’armée algérienne a permis de neutraliser des milliers de mines antipersonnel dans les frontières jordaniennes, enterrées par l’armée israélienne en 1973 lors de la guerre menée par les pays arabes contre Israël pour la reconquête des terres palestiniennes.
«Notre armée avait été sollicitée par la Jordanie pour localiser puis neutraliser les mines israéliennes, d’autant que l’expérience de l’ANP est devenue un modèle et un prestige pour les armées des pays arabes», ajoute le président d’AFRAPRADESA. Sur un autre registre, Omar Abdesselem a qualifié, par la même occasion, la remise de la carte des mines par la France à l’Algérie comme un non-événement venu trop tard. Pourquoi ? Selon lui, les mines françaises qui avaient été enterrées durant la période du colonialisme ont, depuis, changé de place à cause de l’avancée des sables et des vents violents qui soufflent dans le désert algérien. Ainsi, cette carte française qui indique le lieu des mines antipersonnel enterrées sur le territoire algérien s’avère, dès lors, inefficace et donc inutile. «La carte des mines que la France avait remise à l’Algérie n’a plus d’efficacité, car les mines ont déménagé de leurs places «, explique-t-il.
Aujourd’hui, l’Algérie continue à compter ses morts, chaque année. L’année passée, plus de vingt Algériens ont péri suite à l’explosion de mines antipersonnel enterrées par l’armée française durant son occupation. Le chiffre sera beaucoup plus conséquent dans l’avenir, car il est très difficile de localiser ces mines en un temps record, et de les neutraliser à moindre coût. Les affres du colonialisme français en Algérie se font toujours sentir. Cela intervient au moment où les autorités françaises, sous l’ère de François Hollande, refusent de demander pardon aux Algériens. La visite en février dernier du président français, à Alger avait été très attendue par les Algériens, tout le monde ayant cru que la France allait présenter ses excuses.
Bien au contraire, François Hollande a même expliqué, lors de son discours à l’université de Constantine, que la France ne peut présenter des excuses aux Algériens, car, dit-il, les deux peuples algérien et français ont besoin d’aller de l’avant et d’espérer un avenir meilleur, tout en oubliant le passé car ce dernier appartient à l’histoire. Voilà comment Hollande avait répondu aux attentes des Algériens, qui, eux, continuent à ce jour d’être victimes de mines françaises
http://www.jeune-independant.net/index.php?option=com_content&view=article&id=1580:la-jordanie-a-fait-appel-a-l-experience-algerienne&catid=8&Itemid=102&hitcount=0






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Mar 30 Juil - 11:04

Aéroport Houari Boumediene

L'incendie à la tour de contrôle finalement maitrisé

Citation :
Un incendie, vite maîtrisé, s'est déclaré lundi soir à la tour de contrôle de l'aéroport international Houari Boumediene, ce qui a amené les responsables a interrompre momentanément le trafic aérien, a-t-on constaté.

Le ministre des transports Amar Tou, qui s'est déplacé sur les lieux pour s'enquérir de la situation, a indiqué que le sinistre avait pour origineun court circuit qui s'est déclaré dans un climatiseur dans un niveau inférieur de la tour. Aussitôt, les responsable ont arrêté le fonctionnement de la tour, et interrompu le trafic aérien en attendant l'inspection des installations de la tour, a-t-il précisé. Plusieurs vols ont été déroutés vers l'aéroport d'Oran.

l'incendie a été maîtrisé grâce à l'intervention de moyens de lutte del'aéroport. Une tour mobile a été installée pour assurer la continuité du trafic.

Le ministre des transports, qui était accompagné du PDG de l'entreprisede gestion des services et infrastructures aéroportuaires d'Alger (Egsa), Allache Tahar, a en outre souligné que les équipements techniques de la tour de contrôle n'ont pas été endommagés. La situation a été maîtrisée et le trafic reprendra normalement dans les prochaines heures, a-t-il ajouté.

http://www.liberte-algerie.com/actualite/l-incendie-a-la-tour-de-controle-finalement-maitrise-aeroport-houari-boumediene-204374

Un incendie à la tour de controle de l'aéroport Houari Boumediene bloque le trafic aérien pendant des heures

Citation :

Le trafic aérien a été suspendu peu après 18h, ce lundi, à l'aéroport international d'Alger, à la suite d'un incendie qui s'est déclaré à la tour de contrôle.


Au moment ou nous mettons en ligne, de la fumée continue encore à s'échapper de la tour de contrôle, selon des voyageurs sur place.

L'aéroport a été évacué et tous les vols prévu ce soir et demain matin sont annulés, a t-on appris auprès de quelques voyageurs.

Selon ces derniers, seuls les voyageurs en transit sont pris en charge, les autres, on leur a demandé de voir avec les compagnies aériennes les possibilités de voyager via les autres aréoports, notamment, Oran, Béjaia et constantine pour les vols internationaux.

Selon des témoins sur place, les équipes de la protection civile étaient toujours, peu avant 20h, à pied d'oeuvre pour maitriser le sinistre.

Selon une source proche de la direction de l'aéroport, l'incendie aurait été déclenché par un court circuit.

Le trafic aérien aurait repris, aux environs de 23h, avons nous appris de sources proches de la direction de l'aéroport.

Selon l'APS, qui a donné l'information au milieu de la nuit, le ministre des transports Amar Tou, s'est déplacé sur les lieux pour s'enquérir de la situation.

Il a indiqué que le sinistre avait pour origine un court circuit qui s'est déclaré dans un climatiseur dans un niveau inférieur de la tour. Aussitôt, les responsable ont arrêté le fonctionnement de la tour, et interrompu le trafic aérien en attendant l'inspection des installations de la tour, a-t-il précisé.

Plusieurs vols ont été déroutés vers l'aéroport d'Oran. L'incendie a été maîtrisé grâce à l'intervention de moyens de lutte de l'aéroport. Une tour mobile a été installée pour assurer la continuité du trafic.

Le ministre des transports, qui était accompagné du PDG de l'entreprise de gestion des services et infrastructures aéroportuaires d'Alger (Egsa), Allache Tahar, a en outre souligné que les équipements techniques de la tour de contrôle n'ont pas été endommagés. La situation a été maîtrisée et le trafic reprendra normalement dans les prochaines heures, a-t-il ajouté.

L'Aps ne précise à quelle heure la trafic a repris.
http://www.elwatan.com/actualite/trafic-aerien-suspendu-a-l-aeroport-houari-boumediene-d-alger-apres-un-incendie-a-la-tour-de-controle-29-07-2013-222902_109.php
Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Mar 24 Sep - 11:45

RÉCONCILIATION NATIONALE, DETTE EXTÉRIEURE...

Les messages codés de Sellal

Citation :
Aujourd'hui, Dieu merci, la paix est rétablie au niveau de toute la République.

C'est à partir de Médéa, wilaya qui a vécu les affres du terrorisme durant la tragédie nationale, que le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a amadoué les bienfaits de la politique de réconciliation nationale qui a rétabli la paix et la sécurité.
Lors de la rencontre avec les représentants de la société civile de la wilaya de Médéa, où il a effectué une visite d'inspection et de travail, hier, M. Sellal a évoqué longuement cette stabilité, la considérant comme «un acquis réalisé grâce à l'Etat et aux hommes qui l'ont dirigé ces dernières années».
«La tragédie de la décennie noire a nui beaucoup au pays donnant de lui une autre image à l'étranger. Aujourd'hui, Dieu merci, la paix est rétablie au niveau de toute la République. Ce qui est sûr, c'est que l'Algérie est un pays stable dans un environnement très difficile et cela grâce à des hommes qui sont restés debout, à leur tête le Président Bouteflika», a-t-il déclaré, soutenant que l'Etat ne fait pas dans l'exclusion, y compris des opposants. Illustrant ses propos, le Premier ministre a interrogé l'assistance: «Qui pouvait venir durant cette décennie de Médéa à Alger à partir de 16h?»
Dans son discours, Abdelmalek Sellal s'est réjoui aussi du remboursement de la dette extérieure de l'Algérie durant les dernières années. «à une certaine époque, on n'avait même pas de quoi acheter le blé. Aujourd'hui, on ne doit aucun franc à personne», s'est-il félicité, en saluant le chef de l'Etat.
Ces déclarations de M. Sellal peuvent avoir une connotation politique dans une conjoncture marquée par la levée de certaines voix appelant Bouteflika à briguer un autre mandat et cela à quelque sept mois de l'élection présidentielle. La rallonge de deux ans du mandat actuel est aussi évoquée par certains. Cela étant dit, le Premier ministre a précisé que «nous continuerons à travailler dans cette voie».
Toutefois, M. Sellal a reconnu que l'économie nationale, basée sur les hydrocarbures, a des insuffisances qu'il faudrait dépasser. Il a plaidé pour le développement industriel et agricole pour sortir de la dépendance des hydrocarbures.
«L'avenir des nations doit être construit sur l'économie pour créer la richesse et l'emploi», a-t-il dit, ajoutant que l'Etat soutiendra les secteurs de l'agriculture et de l'agro-industrie. «Il est temps d'exporter nos produits agricoles», a-t-il clamé.
Dans ce contexte, le Premier ministre a indiqué que la wilaya de Médéa dispose de grandes potentialités dans ce domaine, indiquant que la région de Beni Slimane doit devenir la vraie Mitidja.

La tripartite aura lieu le 10 octobre
Evoquant le secteur industriel qui souffre de plusieurs manques, le Premier ministre a annoncé la tenue de la tripartite le 1er octobre prochain. «On verra quelle stratégie adopter pour le développement de l'économie nationale, basée sur la création d'unités industrielles publiques, privées et mixtes», a-t-il souligné, avouant que l'Algérie enregistre un grand retard en matière d'industrie. Dans ce contexte, l'orateur a révélé que 30% des zones industrielles accordées à des investisseurs ne sont pas exploitées. Il a ajouté que 40% des zones d'activité ne sont pas exploitées. Soulignant qu'un pays dont l'économie est basée sur les hydrocarbures est condamné à ne pas avancer, Abdelmalek Sellal a renouvelé son appel à l'investissement dans les secteurs de l'industrie et de l'agriculture pour créer l'emploi. Selon lui, l'administration algérienne qui emploie 2 millions de travailleurs ne peut plus rien offrir. Il a appelé les responsables des banques à accorder des crédits aux investisseurs. «Il faut en finir avec la bureaucratie, la corruption, la haine...», a-t-il ajouté. Après l'intervention de Sellal, les membres de la société civile sont intervenus pour saluer le gouvernement et souhaiter un prompt rétablissement au chef de l'Etat. Les préoccupations de la wilaya ont été exprimées plutôt par le...wali. Ce dernier a plaidé pour le désenclavement des différentes régions de la wilaya avec la construction des routes, notamment. Il a demandé un programme supplémentaire pour la wilaya afin de réaliser certains projets de développement local
http://www.lexpressiondz.com/actualite/181686-les-messages-codes-de-sellal.html
Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Mar 8 Oct - 16:20

Cérémonie de signature d’un contrat de partenariat entre l'Algérie, l'Allemagne et l'Émirat

Citation :
M. le Secrétaire Général du Ministère de la Défense Nationale, a présidé, au nom du Général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, Vice Ministre de la Défense Nationale, Chef d’Etat-Major de l’Armée Nationale Populaire, ce jour 08 octobre 2013, la cérémonie de signature de contrats cadre et contrats d’exécution, avec la société Allemande Daimler/Mercedes-Benz et le Groupe Emirati Aabar investments, relatifs aux contrats de réalisation de projets de partenariat à Rouiba, Ain Bouchekif/Tiaret et à Oued Hamimime/Constantine, qui s’inscrivent dans le cadre du programme de la relance économique de Son Excellence Monsieur le Président de la République.

Il convient de signaler que les Etablissements à Caractère Industriel et Commercial, relevant du secteur économique de l’Armée Nationale Populaire, ont lancé depuis 2011, trois (03) mégaprojets menés en partenariat avec des Entreprises Publiques Economiques du Ministère du Développement Industriel, d’une part, et avec le Groupe Emirati Aabar Investments et le Groupe Allemand Daimler/Mercedes-Benz, d’autre part. Ainsi, ce partenariat a donné lieu, depuis 2012, au montage de trois (03) sociétés à capitaux mixtes algéro-émiratis, selon les dispositions législatives et règlementaires, applicables au partenariat et à l’investissement direct étranger en Algérie, il s’agit des sociétés par Action ci-après :

•Société Algérienne de production de poids lourds Mercedes-Benz, qui aura à sa charge, la production de 15.000 camions, cars et bus par année, sur le site de Rouïba;
•Société Algérienne pour la fabrication de véhicules de marque Mercedes-Benz, qui produira 8.000 véhicules utilitaires par année, sur le site de Ain Bouchekif/Tiaret;
•Société Algérienne pour la fabrication de moteurs de marque allemande, et qui aura à produire 25.000 moteurs par année, de marque Daimler, Deutz et MTU.
L’ensemble de ces projets, pourvoyeurs de technologies avérées et de programmes de sous-traitance, généreront sur le court et moyen terme, des milliers de primo-emploi s’adressant en majorité à une population jeune, avec à la clef, des formations professionnelles spécifiques et continues.

Par ailleurs, les premières productions de ces sociétés, avec le label de qualité et la marque Mercedes-Benz, seront livrées au marché national dès le premier semestre de 2014.
http://www.mdn.dz/site_principal/index.php?L=fr# tra06102013
Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Dim 13 Oct - 17:49


Citation :
De plus de 12 milliards de dollars dans la gestion du crédit pour l'an 2014

Ministère de la Défense revivre تربعها sur le trône du budget de l'Etat
Budget Récupérée du ministère de la Défense nationale , تربعها et son secteur des budgets de plomb , dans la loi de finances pour l'année à venir , et après que زحزحتها budget pour le secteur de l'éducation dans la période précédente , elle est retournée au ministère de la Défense est assis sur le trône de plus de 955 milliards de dinars , ce qui va de pair dollar 12,45 milliards de dollars , sont venus allocations Finances a dirigé le ministère de l'Éducation nationale à la deuxième place , de plus de 696 milliards de dinars, soit 9,4 milliards de dollars , et de l'Intérieur et des collectivités locales , est venu enveloppe financière de tri affecté à la troisième place , dans l'ordre des budgets sectoriels de plus de 540 milliards de dinars, soit 7,02 milliards de dollars.

Détecter tableau fonds circuits ministérielle gestion du budget intitulé de distribution pour l'année à venir , pour récupérer le ministère de la Défense ses budgets principaux secteurs couverture financière dépasser 955 milliards de dinars, soit 12,45 milliards de dollars US, soit une augmentation à 103 milliards de dinars, par rapport à celui alloué au secteur l'an dernier , ont également enregistré le ministère de l'Éducation nationale , une augmentation des allocations différence est faible , le ministère de l' intérieur et des Collectivités locales , il a maintenu sa troisième rang en termes de crédits en dépit d'une baisse de ses fonds propres de plus de 20 milliards de dinars , et la chose intéressante est que les deux ministères actrices de sécurité Almkfattan dans la défense et de l'intérieur , seul Aqttata près de 20 milliards dollars du budget de gestion total alloué aux secteurs ministériels , ce qui révèle la grande recensement humaine qui se joignent à elle Asalkan , pour ne pas mentionner le budget de traitement , ce qui confirme à chaque fois intérêt armements Algérie .

Il semble que rejoindre le grand recensement humaine elle secteur de l'éducation nationale, impose également une logique dans la détermination du budget pour la conduite du secteur , affirme que les dernières statistiques que le secteur de l'éducation comprend 600 mille utilisateurs , sans parler de plus de 8 millions متمدرس l' assurer تأطيرهم les appels à la répartition des énormes enveloppes financières.

Et de révéler les allocations pour les secteurs arrêté ministériel de secteurs importance que le ministère de la Défense nationale , qui a laissé sa place au ministère de l'Éducation tôt en tête , revint à déduire la plus grande marge de manœuvre financière de couverture est passé de 300 milliards de dinars pour le secteur de Ministère deuxième place de l'Éducation nationale , et derrière une barque 400 milliards de dinars pour le boîtier consacré à la conduite des intérêts financiers et le ministère de l' intérieur et des Collectivités locales , et qui comprend Ermadh de fil XLK la sécurité nationale et la protection civile et des groupes d'utilisateurs locaux sur divers classifiées.

Compte tenu de la grande importance du secteur de la santé , qui reste mal preuve toutes les indications, il s'est taillé la quatrième place dans les fonds destinés à la réalisation de la couverture dépassé 365 milliards de dinars , ce qui représente 4,75 milliards de dollars , suivie par le ministère du Travail et de la Sécurité sociale , à la cinquième place avec 247 milliards de dinars 3,56 milliards $ , enveloppe financière tandis que le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique , qui occupe le haut des budgets des pays développés en termes de dotations financières , ont été attribués de 270 milliards de dinars , soit 3,51 milliards $ .

Le plus frappant dans le tableau des dotations financières pour les secteurs de la Conférence ministérielle , et de créer un précédent en baisse l'enveloppe financière du ministère de la Mujahideen , qui a diminué son budget et a fait sa retraite dans le classement à la septième place , après avoir resté pendant des années dans les crédits des cinq premiers , ont été alloués au ministère de l'enveloppe financière de couverture Mujahideen de 241 milliards de dinars, ce qui est un montant décent très représente la valeur en dollars de 3,13 milliards de dollars , et il semble que la retraite Mujahideen de recensement avec les droits de la famille révolutionnaire diminution de l'impact de l'allocation financière dirigés vers le secteur , et qui est frappant dans les crédits de table ministériels pour l'année à venir , le montant de l'enveloppe financière allouée au ministère de l'Agriculture et du développement rural , qui est censé qu'il établissements du secteur pour les agriculteurs ne nécessite pas l'allocation financière , qui est venu à la huitième place Bhdzh le placer dans les dotations financières des dix premiers secteurs ministériels b 233 milliards de dinars , dont la couverture financière représente 3,03 milliards de dollars , ce qui oblige la question de la faisabilité de cette allocation au secteur agricole , et imposer toutes grande enveloppe financière allouée à comparer avec ce que sa spécialité pays développé pour la conduite des secteurs ministériels affaires , et comment ces pays consommés des fonds Mmthalh ce que consomme les secteurs de l'Algérien prendre la position qu'il est aujourd'hui ?
traduction Google,
http://www.echoroukonline.com/ara/articles/181187.html
Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Lun 14 Oct - 12:49

Blida : Trois gendarmes périssent dans un accident routier à Oued Djer

Citation :

Un accident mortel de la circulation survenu dimanche matin sur l’autoroute est –ouest, entre Boumedfaa (Ain Defla) et El Affroun (Blida), a provoqué la mort sur le coup de trois gendarmes et la blessure de plus d’une dizaine de personnes.





C’est un camion semi-remorque de gros tonnage roulant trop vite, qui a percuté de plein fouet les gendarmes qui se trouvaient au niveau de Oued Djer pour une mission de constat dans le cadre d’une enquête d’un accident survenu antérieurement.

Aussitôt l’alerte donnée, une mobilisation générale des gendarmes et des policiers a eu lieu. Vu l’ampleur de l’accident, le général Ben Bouzid, chef de la première région de la Gendarmerie nationale et le procureur de la République auprès du tribunal d’El Affroun se sont déplacés sur les lieux pour faire le constat, évaluer les dégats bilan et déterminer les causes.

Plusieurs véhicules de la protection civile ont été réquisitionnés pour le transfert des victimes.
http://www.elwatan.com//actualite/blida-trois-gendarmes-perissent-dans-un-accident-routier-a-oued-djer-13-10-2013-231448_109.php






Revenir en haut Aller en bas
berhoum
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Mar 29 Oct - 18:21


Le MAE réagit après les déclarations de l’Istiqlal qui appelle l’Etat marocain à récupérer le Sahara oriental




«Le parti marocain “Istiqlal” demande à l’État marocain de revendiquer officiellement, la récupération des territoires du Sahara oriental spoliés par l’Algérie et exige que l’affaire de ces territoires occupés, soit inscrite devant la 4ème commission de l’ONU, chargée des décolonisations des territoires occupés».
“Devant la 4ème commission de l’ONU, chargée de la décolonisation des territoires occupée, l’Etat marocain doit porter l’affaire de ses territoires du Sahara oriental, spoliés par l’Algérie” ajoute dans sa déclaration ce parti expansionniste.
Cette sortie de l’Istiqlal, intervient au lendemain de la visite au Maroc de l’émissaire Onusien Christopher Ross, et à quelques jours de la visite au royaume et en Algérie du Secrétaire d’État américain, John Kerry.
En réaction à ces graves propos du parti de l’Istiqlal, qui appelle à “recouvrer ses droits sur le Sahara Oriental” et la campagne haineuse déclenchée par l’agence de presse marocaine MAP contre les institutions algériennes, le ministère algérien des Affaires étrangères, a réagi, par l’intermédiaire de son porte parole, Amar Belani, qui a fait une déclaration à Algérie1 indiquant que “l’Algérie ne tombera pas dans les provocations futiles et irresponsables.
Nous gardons toute la sérénité que procure la défense des causes justes et de la légalité internationale, bien loin des éructations schizophréniques et inacceptables de ce parti marocain dont la plateforme moyenâgeuse est inspirée par un expansionnisme totalement caduc. les clameurs courroucées et haineuses de l’agence officielle (MAP) de ce pays voisin ne nous empêcheront pas de plaider vigoureusement en faveur d’un mécanisme onusien de suivi et de surveillance des droits de l’homme dans les territoires occupés du Sahara occidental et de continuer à nous investir dans le combat libérateur de ce peuple pour l’aider à recouvrir ses droits imprescriptibles à l’autodétermination” conclut Amar Belani.

http://www.algerie1.com/actualite/le-mae-reagit-apres-les-declarations-de-listiqlal-qui-appelle-letat-marocain-a-recuperer-le-sahara-oriental/






bienvenue sur le forum.Invité

    
 
 
Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Lun 4 Nov - 22:36

EN RÉACTION AUX GRAVES DÉRIVES DU ROYAUME MAROCAIN
L'Armée en alerte aux frontières Ouest


L'ANP sur le qui-vive

Citation :
L'Algérie doute de la version avancée par les autorités marocaines qui qualifiaient «d'acte isolé» la violation de son consulat général à Casablanca.

L'Algérie prend les mesures qu'il faut pour répondre aux affronts injustifiés et fondamentalement volontaires de certains acteurs du Makhzen, aussi bien sur le plan diplomatique que sécuritaire. Des sources très bien informées ont confié que les forces de sécurité ont été mises en alerte aux frontières algéro-marocaines et un important dispositif a été mis en oeuvre. Non sans raison, assurent nos sources qui préfèrent pour le moment garder le silence sur les détails.
L'Algérie doute de la version avancée par les autorités marocaines qui qualifiaient «d'acte isolé» la violation de son consulat général à Casablanca. Pour nos sources, c'est un acte volontaire et bien calculé visant à secouer davantage les relations, déjà fragiles entre les deux pays. D'ailleurs, dans ce contexte même, le porte-parole du ministère des Affaires étrangère, Amar Belani a été très clair dans une déclaration en soulignant: «Les justifications avancées par le Royaume prétendant que la violation du consulat général d'Algérie à Casablanca, est un acte isolé ont été vérifiées par des experts avertis qui soupçonnent cette version», avant d'ajouter: «On attend toujours de savoir dans quelles circonstances cet acte a été accompli.»
Aucune institution officielle du Royaume, n'a jusqu'à présent été en mesure de prouver que cette attaque n'a pas été intentionnelle, encore moins de rapporter officiellement les prétendues excuses exprimées par le Maroc à l'égard de l'Algérie. Pour nos sources, ça reste de l'intox et de la pure manipulation procréés pour tenter de baisser la tension! Cet acte caractérisé et commandité a été accompli par un supposé manifestant, vendredi dernier, lequel était parmi tant d'autres scandant des slogans haineux à l'égard de l'Algérie.
Rappelons qu'à ce propos Amar Belani avait souligné «ledit individu qui a eu le temps et la possibilité d'arracher le drapeau national de son mât n'a été arrêté qu'après que son forfait eut été accompli, par un dispositif policier qui ne semble pas avoir la protection des locaux et des personnels consulaires algériens comme mission impérieuse». Le porte-parole s'est également plaint. «L'emblème national a été profané en ce jour sacré du 1er Novembre qui symbolise la communion des peuples maghrébins dans l'épopée de la libération de l'Algérie».
Le Maroc s'est rendu coupable d'un grave dérapage diplomatique contre l'Algérie, d'abord par le rappel de son ambassadeur qui revient sans invitation, ensuite en minimisant l'attaque abjecte contre le consulat d'Algérie à Casablanca et la profanation de l'emblème national! Pourquoi toute cette hostilité envers l'Algérie? A qui profite cette escalade haineuse?
Des questions qui méritent d'être posées tant aux médias marocains qu'à leurs officiels. La logique donne toutes les raisons à l'Algérie d'avoir anticipé en prenant des mesures sécuritaires. D'ailleurs, qui a donné naissance à Al Qaîda au Maghreb islamique si ce n'est le soutien des islamistes, marocains au Gspc? Qui a créé le Mujao qui promet guerre et sang aux services de sécurité algériens? Et qui cherche à inonder l'Algérie de drogue? Cette mise en scène marocaine n'a-t-elle pas des visées occultes pour déstabiliser davantage le pays? N'est-elle pas une diversion pour atteindre d'autres objectifs? Tout porte à croire que c'est le cas, estiment des stratèges bien avertis qui rappellent que le Maroc, en désignant l'Algérie de laboratoire à ciel ouvert avait pertinemment accusé les services secrets algériens d'être à l'origine de l'attentat contre un hôtel de Marrakech. Ces mêmes stratèges estiment que le Maroc, en optant pour cette diversion très mal mesurée à leur sens, cherche à détourner l'opinion publique de la question du Sahara occidental, notamment lorsqu'elle intervient au lendemain de la visite de l'envoyé spécial de l'ONU, Christopher Ross! Une manoeuvre pas très intelligente pour forcer la main à l'Algérie à revoir sa position vis-à-vis du Sahara occidental! Le Maroc a par cette visée, très mal compris la mentalité des Algériens qui militent pour l'indépendance du Sahara occidental, advienne que pourra
http://www.lexpressiondz.com/actualite/183859-l-armee-en-alerte-aux-frontieres-ouest.html






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
sukhoi30mka
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Lun 4 Nov - 23:33


Des affrontements entre des algériens et des contrebandiers marocains ont éclaté dimanche en fin de journée au niveau des limites frontalières algéro-marocaines de Boukanoun relevant de Bab Al Aassa à l’Ouest de Tlemcen.

Les marocains tentaient de traverser la frontière marocaine pour s’approvisionner en carburant quand des algériens, irrités par la grave atteinte à l’emblème national vendredi dernier au niveau du Consulat algérien de Casablanca, les ont pourchassés à l’aide de pierres.

En effet, selon le quotidien national arabophone Ennahar, qui rapporte lundi ces informations, peu de temps après les contrebandiers marocains sont revenus à la charge et des échanges de jets de pierres se sont suivis.

Ce n’est pas la première fois, ces derniers jours, que les marocains tentent une manœuvre visant à jeter de l’huile sur le feu au niveau des frontières algéro-marocaines puisqu’il y a quelques jours des paysans marocains habitant la bande frontalière algérienne de Ouled Melouk, Messirda et Ouled Kadour avaient tenté de prendre possession des terres algériennes se trouvant entre les tranchées creusées par les forces de sécurité algériennes et les limites frontières avec le Maroc dans le cadre de la lutte contre la contrebande et le terrorisme.






Revenir en haut Aller en bas
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Ven 15 Nov - 14:02

Washington a mis Alger sur écoute

Citation :

Ce n’est (presque) pas une surprise : l’Algérie est écoutée depuis des années par plusieurs agences de renseignements américaines. Et elle l’est plus que la Tunisie et le Maroc. Officiellement, les Etats-Unis se refusent à tout commentaire.


Si l’Algérie figure dans le club assez fermé des pays les plus «écoutés» au monde, ce n’est pas pour les conseils qu’elle administre dans les coulisses de l’ONU ni pour ses prouesses diplomatiques. En épluchant les centaines d’informations que commencent à distiller certains organes de presse occidentaux suite aux révélations d’Edward Snowden sur les activités de l’agence de renseignement électronique américaine NSA, il apparaît que l’Algérie figure parmi les cibles prioritaires des agences. L’hebdomadaire allemand Der Spiegel publie notamment une carte, tirée d’une présentation classée «top secret», portant l’indicatif Comint — pour Communication Intelligence (écoutes et interceptions de signaux).

Cette carte montre la répartition des différents sites SCS sur la planète, avec une liste exhaustive de villes et leurs statuts. SCS sont les initiales d’une véritable joint-venture entre la CIA et la NSA, chargée de collecter des données électroniques et de procéder à des écoutes in situ par des moyens technologiques et humains. Le Special Collection Service s’appuie sur le Ukusa Agreement de 1946, qui permet aux Etats-Unis d’utiliser les renseignements récoltés par les quatre pays du Royaume-Uni (Angleterre, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande) et même d’utiliser leurs représentations diplomatiques pour la collecte d’informations. D’où aussi l’indicatif FVEY sur le document, qui signifie qu’il est destiné aux cinq pays. Selon la carte du Spiegel, Alger et Tripoli étaient, au 13 août 2010, les deux seules ambassades du Maghreb pourvues d’équipes et d’équipements du SCS.


EINSTEIN


Les investigations du Spiegel et les rares informations concernant le SCS qui circulent sur les sites spécialisés donnent quelques indications sur le fonctionnement de cette structure de renseignement dans les pays où elle fonctionne. Très discrets, ses agents se fondent dans la masse du personnel diplomatique et sont perçus par leurs collègues comme, au mieux, des opérateurs radio et de télécommunications. Les installations sont généralement dissimulées dans l’ambassade ou le consulat, ses antennes se fondent dans l’architecture du site pour ne pas être visibles de l’extérieur, l’écoute étant en contradiction avec les règles de bienséance diplomatique. Parmi les documents qui ont fait l’objet de fuites, figuraient les photos d’une antenne d’interception nommée Einstein et de ses équipements connexes. Les équipes du SCS peuvent sur place intercepter des signaux micro-ondes radio sur l’ensemble du spectre de fréquences et les flux satellites. En gros, ce service peut écouter ou intercepter des données/communication sur GSM, wifi, radio et GMPCS. Ses opérateurs peuvent inoculer des virus ou pirater, y compris sur le terrain, les ordinateurs pour y subtiliser des informations. En plus du SCS, l’Algérie est apparue dans une capture d’écran du logiciel d’analyse interne des données de la NSA, Boundless Informant, retrouvée par The Guardian, et provenant aussi des révélations Snowden.

Cet outil permet de regrouper et d’analyser l’ensemble des interceptions enregistrées par l’agence de Fort Meade. 47 milliards de morceaux d’informations y sont répartis par pays. Et si l’Algérie ne figure pas dans l’arc critique qui va de Pékin au Caire, la carte montre qu’elle est au même niveau que la France, l’Angleterre, l’Italie ou la Somalie. Nous sommes même largement plus espionnés que le Maroc, la Tunisie ou l’Espagne. Si aucune indication ne filtre sur la qualité et les cibles précises de ces écoutes, il est tout de même facile de supposer que les «services» américains s’intéressent aux communications de l’ANP et des échanges concernant le secteur des hydrocarbures. Il n’est pas exclu qu’un grand nombre de ces interceptions soient liées à la guerre mondiale que livrent les Etats-Unis au terrorisme islamiste.

Contre les écoutes, le cryptage systématique des données et des communications n’est peut-être pas idéal, mais il permet de réduire certains risques et de rendre la tâche plus compliquée aux services d’écoutes, dont l’inflation des besoins en calcul informatique risque de porter un coup fatal dans un avenir proche. Autre parade : recourir aux lignes terrestres et à la fibre optique pour rendre les interceptions à partir de l’étranger impossibles et pousser les agences de renseignement à se découvrir en venant tâter le terrain, ce que les Américains sont de moins en moins enclins à faire. Le département d’Etat US à Washington s’est contenté de répondre «no comment» quand il a été contacté par nos soins, via l’ambassade américaine à Alger, pour commenter ces informations
http://www.elwatan.com//actualite/washington-a-mis-alger-sur-ecoute-15-11-2013-235084_109.php






Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Lun 9 Déc - 22:36

SELLAL RASSURE À PROPOS DU GAZ DE SCHISTE

"On dispose de la 3ème réserve au monde"


Citation :
Le premier ministre a affirmé dans la capitale française que l'Algérie allait maintenir la règle des 51/49% pour tout investissement étranger.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal a souligné à Paris, que l'Algérie ne reculera pas sur sa politique sociale, et que la seule alternative pour le pays est le développement socio-économique. «Nous ne reculerons jamais, nous resterons foncièrement social, nous devons par contre améliorer la qualité du service social», a martelé le Premier ministre devant des membres de la communauté algérienne établie en France au siège de l'Académie diplomatique internationale de Paris.
Il a ajouté que l'Algérie «ne peut ne pas aller dans cette direction» et que c'était «une obligation, même si certains mettent en garde contre les dépenses» consacrées à cette politique.
«Tous nos repères macroéconomiques sont positifs et sont au vert, ce n'est pas nous qui le disons, mais des organismes monétaires internationaux» a-t-il dit, rappelant que le pays «n'avait presque plus aucune dette» à l'exception de celle du secteur privé. Il a souligné également que certains reprochaient à l'Algérie de «compter sur le pétrole et les hydrocarbures». Pour répondre à ceux-là, M.Sellal a reconnu d'abord que «la production du pétrole avait baissé parce que la demande internationale était moindre, soulignant néanmoins, la stabilité de cette production et les nouvelles découvertes de gisements de pétrole». Il a ensuite rassuré que «le pays disposait de la 3ème réserve au monde du gaz de schiste.»
Le Premier ministre a par contre, relevé que «la richesse en hydrocarbures ne doit pas nous induire en erreur» et que nous devions «améliorer notre production hors hydrocarbures» et «rendre au travail sa valeur».
Par ailleurs, M. Sellal, qui était accompagné du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, s'est attardé sur les réalisations sociales, notamment en matière de logements et d'emploi des jeunes.
Le Premier ministre se trouvait en France où il a représenté le Président Bouteflika au Sommet de l'Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique qui s'est clôturé samedi dernier. M.Abdelmalek Sellal a, par ailleurs, affirmé dans la capitale française que l'Algérie allait maintenir la règle des 51/49% pour tout investissement étranger, même si cette option a valu au pays des critiques de toutes parts. «Nous maintiendrons le principe 51/49%. Nous ne pouvons pas faire autrement pour le moment et nous ne pouvons pas vendre le pays», a-t-il expliqué à l'Acadpémie diplomatique internationale qui a réuni des membres de la communauté algérienne établie en France. Ainsi, M.Sellal, vient de lever l'équivoque sur cette fameuse loi qui a fait couler beaucoup d'encre. En effet, et alors que l'on évoquait récemment la possible révision de cette fameuse loi, l'on est à présent rassuré sur son sort. Rappelons que la possible modification de cette même loi avait suscité l'enthousiasme de nombre d'observateurs qui avaient alors estimé que son amendement témoignait, on ne peut mieux, du changement de cap politico-économique amorcé par l'actuel Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Un changement qui intervient alors que le rapprochement algéro-français se ravive, de manière presque fusionnelle. La possible correction de tir portant sur la loi des 49/51% était justement évoquée à la faveur de l'escale algéroise de «Monsieur Algérie», M.Jean-Pierre Raffarin. Le pressentiment d'un éventuel changement a, en tout cas, été renforcé par la déclaration de M.Rahmani qui a affirmé, bien que non explicitement, que «bien des verrous allaient sauter afin de baliser la coopération entre les deux rives». Instaurée par la loi de finances complémentaire de 2009, la règle des 51-49% fixe la part de participation d'un investisseur étranger dans une société de droit algérien à 49%. M.Sellal a, en outre, relevé que l'industrie qui avait été «délaissée» pendant des années, était en train d'être relancée et que 52% de l'épargne nationale étaient destinés à l'industrialisation. Il a, à cette occasion, annoncé qu'il allait discuter avec les responsables libyens, lors de sa prochaine visite en Libye, le 29 décembre prochain, le rachat de la banque BIA que l'Algérie avait créée avec ce pays voisin
http://www.lexpressiondz.com/actualite/185885-on-dispose-de-la-3eme-reserve-au-monde.html







Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Mar 10 Déc - 12:47


Gaïd Salah affaibli : Sellal, un œil sur l’armée

Citation :

Depuis quelques jours, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a droit de regard sur toutes les décisions du chef d’état-major de l’armée, vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah. Pour tous les actes de gestion, notamment les marchés, ce dernier doit obtenir l’aval du Premier ministre, lequel doit rendre compte au président Bouteflika.



Moins de trois mois après lui avoir affecté la Direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA), le chef d’état-major de l’armée, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, a opéré récemment un large mouvement dans les rangs des effectifs exerçant dans les démembrements de la DCSA au niveau des six régions militaires. Selon des sources bien informées, ces changements concerneraient une trentaine de cadres désormais rattachés à leur structure d’origine, en l’occurrence le Département du renseignement et de la sécurité (DRS), dont dépendait la DCSA, jusqu’aux changements opérés en septembre dernier.

Ces derniers, faut-il le rappeler, concernaient la mise de cette direction sous la coupe de l’état-major de l’armée et le remplacement de son patron, le général Mehenna Djebbar, par le général Lakhdar, qui dirigeait le bureau d’organisation (BO), dépendant directement du patron du DRS (dont la direction a été affectée à Djebbar). Dans la foulée, le service central de la police judiciaire, créé par décret présidentiel en 2006, a été dissous et ses éléments retournés à leur structure, le DRS, alors que le service presse du DRS a été tout simplement rattaché à l’état-major de l’armée. Par décret présidentiel, les pouvoirs d’Ahmed Gaïd Salah sont renforcés. Il cumule deux fonctions, que beaucoup estiment contradictoires. Celle du chef opérationnel, en tant que chef d’état-major de l’ANP, et celle dite politique, en tant que vice-ministre de la Défense. Il est responsable de tous les actes de gestion de l’institution militaire, dont il doit rendre compte au président de la République.

Or, depuis quelques jours, et à la suite de la création, par le Haut-Conseil d’Etat, d’un comité de sécurité, les pouvoirs de Gaïd Salah se seraient subitement rétrécis. En effet, selon nos interlocuteurs, en tant que président de ce comité, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a un droit de regard sur tous les actes de gestion de l’institution militaire, notamment les marchés mais aussi la carrière de ses hauts cadres. En clair, toute décision prise par le chef d’état-major, vice-ministre de la Défense, doit nécessairement avoir l’aval du Premier ministre, qui, lui, doit en référer au président de la République avant toute réponse et décision. Que s’est-il passé depuis les changements de septembre dernier ? Y a-t-il un lien entre «l’affaiblissement» des pouvoirs de Gaïd Salah et l’échéance de 2014 ?

Cependant, il est certain que ces changements sont le fruit de compromis autour de la présidentielle qu’un certain nombre de pontes du système veulent fermer avant l’heure, en neutralisant toute force à même de décider autrement. Force est de constater qu’au moment où l’institution militaire fait face à des enjeux stratégiques assez complexes et sensibles, imposés par les situations extrêmement vulnérables de nos frontières avec le Mali, le Niger, la Libye, la Tunisie, mais aussi le Maroc, où le trafic de drogue a pris tellement d’ampleur que certains experts n’hésitent pas à le qualifier «d’acte de guerre», l’institution militaire est soumise à des réaménagements qui, tout porte à le croire, sont inspirés par les calculs liés à la présidentielle d’avril 2014
http://www.elwatan.com//actualite/gaid-salah-affaibli-sellal-un-oeil-sur-l-armee-10-12-2013-237990_109.php






Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Lun 16 Déc - 17:49

Actualités : ANP
Annulation des commissions spéciales animées par Sellal



Citation :
Abdelaziz Bouteflika vient d’annuler le décret portant institution de commissions spéciales relatives à l’armée et que devait présider le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. C’est ce que nous confie une source très bien informée. «Les choses resteront donc en l’état au niveau de l’institution militaire», commente notre source.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir)
Cette annulation intervient après l’audience accordée par Bouteflika au général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’Armée populaire nationale et ministre délégué à la Défense nationale. Ce dernier a-t-il influé sur la décision ? Il faut dire que la décision, prise quelques jours auparavant et consistant en la constitution de commissions spéciales chargées de la logistique, de la gestion des nominations, des achats d’armement, mises sous l’autorité du Premier ministre, était de nature à réduire, de manière drastique, le pouvoir et le champ d’action de Gaïd Salah au profit de Abdelmalek Sellal. Or, non seulement ce militaire de carrière, appartenant à la vieille école de surcroît, n’était pas trop agréé par une telle décision, mais il est de notoriété publique, chez les initiés du moins, que les relations entre les deux hommes ne sont pas vraiment très «chaleureuses». Est-ce, pour autant, la seule raison qui a motivé Abdelaziz Bouteflika à se raviser sur une décision aussi importante ? Nous sommes en tout cas à la limite du secret d’Etat, car ce genre de relation entre l’institution présidentielle et l’armée est l’un, sinon le tabou par excellence du pouvoir en Algérie, avant même l’indépendance ! Ce qui est par contre certain, c’est le fait que tout est lié à la prochaine élection présidentielle.
Gaïd Salah qui, depuis le remaniement du gouvernement du 11 septembre dernier puis, le réaménagement opéré au sein de la haute hiérarchie militaire et sécuritaire du pays ensuite, s’empare du véritable statut de patron de l’armée, garde donc en l’état cette position privilégiée.
En cumulant inhabituellement la fonction militaire de chef d’état-major et celle politique de vice-ministre de la Défense, qui ne peuvent se concevoir que dans un état d’exception, Gaïd Salah aura à jouer un rôle éminent durant cette période si sensible, si ambiguë qui nous sépare du rendez-vous majeur du 17 avril prochain. Surtout si Bouteflika décide de ne rien changer au niveau de l’institution militaire d’ici là en maintenant ce cumul inédit que détient Gaïd Salah.

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2013/12/16/article.php?sid=157892&cid=2







Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Mar 17 Déc - 17:11

Sous la surveillance des drones US l'ANP, Armée de Neutralisation



Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: L’Algérie veut plus d’investissements chinois dans l’industrie, la défense et les technologies   Lun 23 Déc - 22:39



Citation :
22 décembre 2013 maghrebemergent.com



L’Algérie et la Chine sont déterminées à élargir les domaines de leur coopération dans le cadre du partenariat stratégique global. Un partenariat qui devrait déboucher sur une plus grande présence chinoise en Algérie dans l’industrie et le transfert de savoir-faire.



Le partenariat stratégique global qui favorisera essentiellement les investissements directs chinois en Algérie dans le domaine industriel hors hydrocarbures, intervient en application des orientations des deux Chefs d’Etat en faveur du développement et de la promotion des relations bilatérales, a indiqué M. Lamamra lors d’une conférence de presse à l’issue de ses entretiens avec son homologue chinois, Wang Yi.



Ce même partenariat, ajoute M. Lamamra, englobera plusieurs domaines dont la défense, l’énergie et le transfert du savoir-faire dans les sciences et technologies, d’autant que la Chine "est une force économique et militaire, mais aussi politique".



De son coté, le chef de la diplomatie chinoise a affiché la volonté de son pays à « faire des efforts pour porter notre coopération à de nouveaux paliers pour le bénéfice de nos deux peuples". Les deux ministres ont évoqué un partenariat qui se veut "unique et incomparable" et un engagement à oeuvrer "d'arrache-pied" pour permettre à l’Algérie de disposer « d’une industrie indépendante et forte », selon M. Lamamra. M. Wang a aussi promis "d'investir directement" en Algérie, tout en exhortant les Algériens à "accorder davantage de facilités aux investisseurs chinois".



La Chine est devenue le premier fournisseur de l'Algérie en 2013, avec 4,95 milliards de dollars, soit 11,98% du montant global des importations algériennes pendant les trois premiers trimestres. Elle est suivie par la France (avec 4,70 milliards, 11,37%) qui a ainsi perdu sa première place historique. L’Italie arrive en troisième position (3,95 milliards, 9,57%).



55 ans de relations diplomatiques algéro-chinoises



L’occasion était pour M. Lamamra de passer en revue les relations unissant depuis 55 ans l’Algérie à la Chine rappelant que "la Chine était le premier pays non arabe à avoir reconnu le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) quelques semaines seulement après sa proclamation (septembre 1958)". "Cet évènement historique traduisait une partie des acquis importants remportés par la Révolution algérienne", a-t-il ajouté.



"Pékin constituait, alors, une halte décisive dans l’histoire des relations algériennes", a poursuivi M. Lamamra ajoutant que le premier aéroport international étranger qui vit flotter le drapeau algérien fut celui de Pékin.



La célébration de l’anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques avec la Chine qui coïncide avec le 20 décembre de chaque année "n’est pas un évènement ordinaire ou protocolaire, mais plutôt une occasion de se remémorer un évènement historique exceptionnel dans l’histoire de l’Algérie contemporaine et l’histoire des relations de l’Algérie au plan international".



Auparavant, les deux ministres avaient planté un olivier au niveau du siège du ministère des Affaires étrangères, pour célébrer les relations unissant les deux pays notamment aux volets diplomatique et économique







Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Répartition du budget de fonctionnement 2014 par département ministériel    Mar 31 Déc - 11:39


Le texte de loi de finances 2014, signé lundi par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, prévoit un budget de fonctionnement d’un montant de 4.714,5 milliards de DA.


Voici la répartition par départements ministériels des crédits ouverts au titre de ce budget, en dinars algériens.
- Présidence de la République 9.422.733.000
- Services du Premier ministre 2.712.507.000
- Défense nationale 955.926.000.000
- Intérieur et Collec/locales 540.708.651.000
- Affaires étrangères 30.617.909.000
- Justice 72.365.637.000
- Finances 87.551.455.000
- Energie et mines 41.050.228.000
- Ressources en eau 38.922.265.000
- Affaires Relig/Wakfs 24.260.117.000
- Moudjahidine 241.274.980.000
- Aménagement du ter/Env 2.405.141.000
- Transports 13.148.714.000
- Education nationale 696.810.413.000
- Agriculture et dev/rural 233.232.749.000
- Travaux publics 19.405.864.000
- Solidarité nat/Famille 135.822.044.000
- Culture 25.233.155.000
- Commerce 23.801.125.000
- Enseignement sup./Re/Sci 270.742.002.000
- Relations avec le parlement 277.547.000
- Formation et Ens/Prof 49.491.196.000
- Habitat et urbanisme 19.449.647.000
- Travail, Em/Séc/Sociale 274.291.555.000
- Santé et Réformes/hospi 365.946.753.000
- Tourisme et Artisanat 3.007.737.000
- Jeunesse et sport 36.791.134.000
- Développement industriel 4.452.530.000
- Postes et TIC 3.680.186.000
- Pêche et ress/Halieutique 2.323.410.000
- Communication 18.630.359.000
- Sous total 4.243.755.743.000
- Charges communes 470.696.623.000
- Total général 4.714.452.366.000








Revenir en haut Aller en bas
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Mar 31 Déc - 15:45



20 milliards de dollars pour la défense et l’intérieur

Le budget de l’Etat «militarisé»


énorme çà va faire palir  pas mal de personnes et états les gens pense que c'est de trop mais je leurs dit ceci
ne pas oublier le passer de l'Algérie et les Années noire du pays la sécurité de l'Algérie en dépends surtout que notre pays reste très courtisées,
donc la défense Nationale est primordial n'en déplaise a certains    Very Happy  affraid 


Citation :

Le jackpot ! Le gros lot de fin d’année : 19,9 milliards de dollars en espèces sonnantes et trébuchantes. Fabuleuse cagnotte — équivalent à 9,6% du produit intérieur brut — que devront payer en cette année 2014 les Algériens à leur défense et sécurité. La rançon de la paranoïa d’Etat. Qu’importe le  déficit «retrouvé», le premier depuis plusieurs années, de la balance des paiements (rapport du gouverneur de la Banque d’Algérie) où les besoins sociaux sont énormes, les départements régaliens de la Défense et de l’Intérieur voient  exploser leurs budgets de fonctionnement : 12,7 milliards de dollars pour la Défense nationale, 7,2 milliards de dollars pour l’Intérieur. A eux seuls, ces deux budgets cumulés captent plus de 36% des fonds alloués au fonctionnement des ministères de la République. Quid du contrôle de cette manne fabuleuse ? Cache-t-elle une course à l’armement ou est-ce le  budget extensible de la professionnalisation de l’armée, «rattrapage» pour les années d’«embargo» ? Tentative d’éclairage.


Ce que l’armée veut…


Bal des offusqués à l’APN. Mercredi, 30 octobre. Débats à quelques années-lumière des derniers Parlements démocratiques de part le monde, tatillons sur le petit sous dépensé par l’armée. Répliques d’anthologies entendues ce jour-là à l’Assemblée nationale : «Personne n’a le droit d’émettre une quelconque critique sur les dépenses de l’armée. Car quel que soit le volume de ses dépenses, celles-ci ne seront pas vaines.» «L’armée a le droit de prendre l’argent qu’elle veut  (…) parce que l’armée rend d’énormes services à la nation», etc. La paire Miloud Chorfi-Tahar Khaoua, chefs des groupes parlementaires du Rassemblent national démocratique et du Front de libération nationale, sait d’instinct se mettre au garde-à-vous, sonner la charge violente contre tous ceux qui osent chatouiller  la «grande muette» ou évoquer son budget exponentiel.

Mercredi 30 octobre. Crime de lèse-majesté dans l’hémicycle Zighout Younès, siège de l’Assemblée nationale. Dans un silence de cathédrale, de  gêne perceptible, le chef du groupe parlementaire du Front des forces socialistes, Chafaâ Bouaïche, égraine son long chapelet de griefs contre le projet de loi de finances 2014 appelé a étre adopté par un «Parlement qui ne dispose pas des moyens pour exécuter sa mission de contrôle de l’Exécutif». «Que dire d’une loi de finances dont le budget de la Défense a triplé depuis 2009 ? Et sans qu’aucune raison ou justification ne soient avancées.» «Cette course à l’armement prendra-t-elle fin ?» s’interroge Bouaïche. «12,7 milliards de dollars de budget de fonctionnement, qu’en est-il du budget d’équipement ?» Malaise dans les travées. Les visages crispent à l’évocation du sujet «tabou». Car, ici, au temple portant le nom du héros Zighout Youcef, gît le contrôle parlementaire : tout ou presque est sujet à débat sauf les corps constitués et leurs budgets. «20 milliards de dollars pour la Défense et l’Intérieur, c’est le budget de la moitié des Etats du continents africain», observe Abdelghani Boudebouz pour qui la sécurité et stabilité des pays ne se construisent pas avec des «dépenses excessives».



Défense et sécurité, un duo «incontrôlable»



Mardi 3 décembre. Maintenant que la loi de finances 2014 est entérinée par l’Assemblée croupion, la Cour des comptes peut rendre public son rapport d’appréciation sur l’exécution du budget 2011. Un rapport noir, illustrant comme les précédents le degré d’incurie, la déliquescence de l’Etat mais dont les 170 pages rageuses de ce rapport ne pipent mot sur les budgets XXL de la Défense et de l’intérieur. Les comptes et dépenses des deux ministères prétoriens échappent aussi bien au contrôle parlementaire  qu’à la Cour des comptes (CC). Haute juridiction constitutionnelle, chargée du «contrôle a posteriori des finances de l’État, des collectivités territoriales et des services publics», la Cour des comptes est pieds et poings liés, sans attribution quant il s’agit de contrôler deux des plus gros budgets de l’Etat.  Dans le hall de l’APN, Lakhdar Benkhelef, député islamiste de El Adala (justice) enchaîne les interviews.

Ses charges homériques à l’hémicycle contre la corruption  et l’impunité, et ses «initiatives parlementaires» pour juger les Khelil and Coe font de lui un bon client des médias. Nuées de caméramans et de journalistes attendant chacun l’occasion de l’interviewer. Contrôler le budget de la Défense ou de l’Intérieur ? «Impensable», juge le parlementaire. «Les députés ne contrôlent même pas le budget de leur propre Assemblée, dit-t-il en rires. «Et s’il y a bien des ministres qui ne descendent jamais à l’Assemblée et à qui il est interdit de poser des questions, orales et écrites, ce sont bien les ministres de la Défense et celui des Affaires étrangères.» Lakhdar Benkhelef présume l’existence de répliques de Chakib Khelil dans tous les secteurs. «Or, l’armée, que nous plaçons, ajoute-t-il au-dessus de nos têtes, n’est pas faite d’anges mais d’humains.»



Le général Gaïd Salah chez les «amis» russes



Moscou. Mardi 22 octobre.  Le patron de l’armé en guest star chez les «amis» russes, dont le pays trône depuis un demi-siècle sur nos marchés d’armes. La Russie est de loin le fournisseur historique de l’Algérie. Une «coopération-business» cinquantenaire –dont le volume ne cesse de s’accroître – avec le grand fabricant et exportateur d’armes de la planète.
Une visite de… quatre jours  (la deuxième  du chef d’état-major de l’ANP en Russie après celle de mai 2005 qui, elle, a duré six jours !) qui n’a rien d’une balade de santé pour les membres de la délégation de l’armée algérienne qui, en plus du vice-ministre de la Défense, chef d’état-major, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, comportait  les commandants de forces concernées par les achats, et le général-major Akroum, directeur central du matériel.

C’est qu’il s’agit, d’après Akram Kharief, journaliste spécialiste des questions de défense, d’un contrat qui sera «probablement de l’ordre des précédents accords signés en 2007 avec la Russie évalué à 7 milliards de dollars, ou celui signé en 2010 avec l’Allemagne : 10 milliards de dollars».      
Passionné, Akram Karief traque, suit à la trace les dernières acquisitions de l’ANP. Trois jours après la visite, il donne le «carnet de commandes» de l’ANP : «Des S400 et des Tor pour la défense aérienne du territoire, sachant que l’Algérie, unique pays arabe possédant les S300PMU2, avait exprimé sa volonté d’augmenter le nombre de ses brigades Tor qui  serviront à protéger à la fois les sites sensibles et les systèmes de DCA.» Les forces aériennes connaîtront aussi une «petite révolution avec la probable commande de deux à quatre escadrons de bombardiers tactiques à long rayon d’action Su32 (version export du Su34) et l’introduction de trois escadrons d’hélicoptères d’attaque lourds Mi 28. Véritable char volant, il permettra de renforcer la flotte vieillissante de Mi24MKII et s’occupera de la chasse aux terroristes dans le grand Sud algérien» (Le Soir d’Algérie du 28 octobre).

La conclusion présumée de ce nouveau «gros» contrat, et son montant astronomique (entre 7 et 10 milliards de dollars) n’ont fait l’objet d’aucun commentaire ou communication de la part du ministère de la Défense nationale. Au 3e jour de sa visite, le général Gaïd Salah dira, en s’adressant au nouveau ministre de la Défense, Sergueï  Choigou, (successeur d’Anatoli Serdioukov, limogé par le président Poutine en novembre 2012 suite à un scandale de corruption), toute sa «satisfaction que les programmes d’équipement, modernisation et maintenance de notre potentiel de combat conclus avec les firmes du complexe militaro-industriel s’exécute avec une cadence régulière hormis quelques difficultés ponctuelles que nous avons pu dépasser (…)». Allusion sans doute faite aux 34 avions de chasse MIG-29 défectueux et low-coast refourgués à l’Algérie avant leur renvoi à l’expéditeur pour leur remplacement par des Soukhoï SU-30 MKA. Un contrat de 1,3 milliard de dollars.   « Bonne volonté, disponibilité et engagement.     Ce sont les maîtres-mots qui guident notre relation avec nos amis russes», soulignait le général Gaïd Salah.

Un quart de siècle après la chute du bloc de l’Est, Moscou, capitale de l’ex-empire soviétique, garde intact son potentiel de fascination sur les dirigeants de l’armée algérienne formés pour nombre d’entre eux dans les académies de guerre de l’ex-URSS travaillés par le mythe de l’Armée rouge.  A 74 ans, le plus vieux soldat de l’ANP en exercice, vétéran de la guerre d’indépendance et de la guerre arabo-israélienne (1973), le général Gaïd Salah ne déroge pas à la règle. Diplômé de l’académie d’artillerie de l’Armée rouge de Vystrel dans l’Oral où il a séjourné entre 1969 à 1971, les penchants «russes» de Gaïd Salah irritent les capitales et chancelleries occidentales  car «exclues» des gros marchés de l’ANP. Comme l’illustre ce câble diplomatique révélé par WikiLeaks (In El Pais, 16 décembre 2010) dont l’auteur n’est autre que l’ancien ambassadeur américain à Alger, Robert Ford. Rapportant les confidences de  «cheikh Djabellah et d’autres sources», Ford le présente dans ce télégramme envoyé à sa hiérarchie le 19 décembre 2007) : «(…) As perhaps the most corrupt official in the military apparatus», autrement «l’officier le plus corrompu de l’institution militaire».    
http://www.elwatan.com//actualite/le-budget-de-l-etat-militarise-30-12-2013-240364_109.php






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Mar 14 Jan - 18:29

Bouteflika hospitalisé à Paris pour un contrôle de routine

Citation :
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 76 ans, est à l'hôpital du Val-de-Grâce à Paris depuis lundi dans le cadre d'une visite médicale routinière de contrôle, a annoncé mardi la présidence dans un communiqué selon lequel son état général s'améliore de "façon progressive". "Pour parachever son bilan de santé, initié à Alger, et dans le cadre d'une visite médicale routinière de contrôle, arrêtée et programmée depuis le mois de juin 2013, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, séjourne à l'hôpital Val-de-Grâce, depuis lundi 13 janvier 2014 et, ce, jusqu'au vendredi 17 janvier 2014", précise le communiqué, cité par l'agence nationale APS.

Le texte de la présidence précise qu'"aucune procédure d'urgence n'a dicté ce déplacement prévu et arrêté depuis son séjour à l'institution nationale (française) des Invalides à Paris" au début de l'été. Le chef d'État algérien avait été hospitalisé à Paris le 27 avril 2013 au Val-de-Grâce. Il avait ensuite été transféré à l'institution nationale des Invalides à Paris, spécialisée dans la prise en charge du grand handicap où il était resté jusqu'au 16 juillet. Il a souffert d'un AVC et de ses conséquences, selon des sources officielles.

Depuis son retour en Algérie, Abdelaziz Bouteflika avait progressivement repris ses fonctions présidentielles. Il avait convoqué deux conseils des ministres et reçu quelques dirigeants étrangers, dont le maire de Paris Bertrand Delanoe et le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault. Mais il n'a jamais plus repris la parole en public. Le président Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, achève son troisième mandat. La présidentielle est prévue en avril, mais il n'a toujours pas annoncé s'il briguerait un 4e mandat alors que son parti, le Front de Libération nationale (FLN), et nombre de ses partisans considèrent qu'il sera leur candidat pour ce scrutin
http://www.laposte.net/thematique/actualites/france/article.jsp?idArticle=20140114190000-bouteflika-hospitalise-a-paris-pour-un-controle-de-routine&idAgg=actu_france







Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Sam 1 Fév - 19:26

Affaire des Syriens refoulés - Ksentini : «Rompre les relations diplomatiques avec le Maroc»

Citation :
« Provocation gratuite», «pays ennemi», la réaction du président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'homme (CNCPPDH), Me Farouk Ksentini, par rapport à la nouvelle guerre des mots entre Alger et Rabat à propos d'un prétendu refoulement de réfugiés syriens du territoire algérien, ne souffre d'aucune nuance. Me Ksentini, passablement excédé par les attaques récurrentes venant du pays voisin pour discréditer l'Algérie aux yeux du reste du monde, ne préconise rien d'autre qu'une rupture des relations diplomatiques avec le Maroc. «L'Algérie doit prendre une position ferme pour mettre définitivement fin à ces provocations. A mon sens, il faut rompre les relations diplomatiques», a déclaré le président du CNCPPDH, lors d'une conférence de presse consacrée à la présentation d'une étude sur les flux migratoires «vers, à partir et à travers l'Algérie». Solution ultime, la réaction de Me Ksentini traduit tout le malaise de l'Etat algérien vis-à-vis de ces agressions médiatiques caractérisées qui sont menées contre les institutions algériennes à des moments choisis par leur proximité avec la tenue d'un événement international ou continental sur la question sahraouie. Nombre d'Algériens ne comprennent toujours pas cette retenue toute diplomatique d'Alger et demandent, comme Me Ksentini, à en finir une bonne fois pour toutes avec ces velléités belliqueuses d'un pays qui n'a de cesse de tenter de déstabiliser leur pays. A l'origine de cette nouvelle brouille entre les deux pays, une information relayée par un site électronique marocain rapportant un refoulement de réfugiés syriens vers le Maroc où ils ont été accueillis. L'Algérie dément formellement et donne sa version des faits accusant Rabat d'avoir d'abord expulsé ces mêmes réfugiés. En effet, ce lundi, les gardes frontières algériens ont expliqué avoir refusé l'accès du territoire à des ressortissants syriens, précisant toutefois qu'ils avaient été en réalité expulsés par les autorités marocaines. Dans une première réaction, Alger a parlé sans ambages d'une énième provocation du pays voisin et l'ambassadeur du Maroc en Algérie a été convoqué, ce mercredi, en réponse à une démarche similaire du ministère des Affaires étrangères du Royaume chérifien, vingt-quatre heures auparavant. Alger a ainsi rejeté fermement les «allégations dénuées de tout fondement» invoquées par Rabat, tout en réprouvant «fortement cette nouvelle provocation politiquement motivée». L'ambassadeur marocain s'est également vu rappeler le cas d'immigrants subsahariens refoulés aussi du territoire marocain en direction de l'Algérie. L'entrevue avec le diplomate marocain a été aussi l'occasion d'indiquer que le pays n'a aucunement besoin de donneurs de leçons d'un pays qui a libéré un violeur espagnol d'enfants marocains et condamné un enfant algérien à un an de prison pour une sombre histoire d'attouchements sexuels. Le Royaume, qui souffle le chaud et le froid dans ses relations bilatérales avec l'Algérie, ne rate en effet aucune occasion pour dénigrer ce dernier, n'hésitant pas à tomber dans la surenchère et les montages grossiers. Mais force est de constater que ces tentatives marocaines commencent sérieusement à peser lourd dans la balance relationnelle entre les deux Etats. Malgré tous les efforts de rapprochement d'Alger, sans renier ses principes fondamentaux sur certains dossiers, à l'image des frontières ou encore de la cause sahraouie, la relation entre les deux pays risque de connaître un point de non-retour et le gel des relations diplomatiques est plus que prévisible. Alger reproche à Rabat, entre autres «reniements», «l'infiltration massive» du kif rendant suspect le régime marocain qui encouragerait l'exportation de la drogue vers l'Algérie. Aussi, la trêve médiatique revendiquée par Alger comme un préalable à l'assainissement des relations a été plusieurs fois violée à travers les campagnes médiatiques incessantes contre l'Algérie. Par ailleurs, cet épisode convoque, dans les esprits, les piratages des sites électroniques institutionnels du pays à l'image de celui de la télévision publique algérienne (ENTV), par des hackers marocains qui y ont affiché une page réclamant la paternité marocaine sur le Sahara Occidental. Les attaques ciblant les sites internet d'institutions officielles, d'entreprises privées et de banques se sont multipliées et des statistiques parues en 2010 dans la presse nationale font état de près de 3.000 cyber-attaques contre ces mêmes sites au gré d'événements politiques ou sécuritaires impliquant Alger et Rabat ou gravitant autour de leurs relations bilatérales comme le dossier sahraoui. En novembre 2011, des sites d'institutions gouvernementales et d'établissements financiers algériens, dont celui de la Direction générale des grandes entreprises (DGE) relevant de la Direction générale des impôts (DGI) ont été piratés par des hackers se présentant comme étant marocains. En réponse à ces attaques, des hackers algériens ont piraté une dizaine de sites internet marocains dont des entreprises et des institutions officielles.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5193594






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Mer 5 Fév - 21:23

L’Algérie a un des budgets de défense le plus élevé au monde.

Citation :
L’Algérie fait son entrée dans le club très fermé des plus gros budgets de défense du monde. Le pays pointe à la 20ème place avec un budget de 10,8 milliards de dollars juste derrière Israël et figure comme premier pays africain, selon des données publiées par le groupe d’experts londoniens IHS Jane’s dans son rapport annuel publié mardi 4 février.

Sont toujours largement en tête, les États-Unis avec un budget de défense de 582,4 milliards de dollars suivis par la Chine avec 139,2 milliards de dollars.

Pourtant, « L’Afrique subsaharienne représente des opportunités à long terme pour les entreprises de défense », pointent les auteurs du rapport sur la foi de la croissance des dépenses de l’Angola, du Nigéria et de l’Afrique du Sud soit +18% pour ces trois pays en 2013.

Mais c’est bien l’Algérie qui fait la progression la plus remarquée cette année. « Nous estimons que l’Algérie a les dépenses militaires les plus élevées en Afrique en 2013, après avoir dépassé l’Égypte en 2009 », indique au quotidien français Le Monde l’analyste d’IHS Craig Caffrey . « Son projet de budget pour 2013 allouait 10,4 milliards de dollars au ministère de la Défense , en augmentation de 14,2% sur l’année précédente, ce qui le porte à 5% du PIB », et fait de l’effort de défense algérien un des plus élevés du monde note le quotidien français

http://www.tsa-algerie.com/actualite/item/4758-selon-une-etude-anglaise-l-algerie-a-un-des-budgets-de-defense-le-plus-eleve-au-monde






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Sam 22 Mar - 12:00

L'affaire éventée par les services secrets canadiens : La France espionne l'Algérie depuis 2009

Citation :
En voilà une autre affaire qui risque de jeter le froid dans les relations bilatérales entre l'Algérie et la France. Les services secrets canadiens ont mis à nu leurs homologues français qui seraient derrière une vaste opération de piratage informatique ou cyber-espionnage, ayant débuté en 2009 et qui se poursuivrait toujours grâce à un implant espion dont les attaques viseraient en premier lieu une demi-douzaine d'institutions iraniennes liées au programme nucléaire de ce pays. Et il n'y a pas que cela, car les services secrets canadiens relèvent la présence de cet implant au Canada, en Espagne, en Grèce, en Norvège ainsi qu'en Côte d'Ivoire et en Algérie. Cet implant espion a donc été repéré dans ces deux dernières zones géographiques sous l'intitulé «anciennes colonies françaises», chose qui pourrait froisser plus encore les sentiments de ces deux pays à l'égard de l'ancien colonisateur. Les autorités françaises, qui avaient sorti leurs ongles face à l'«Oncle Sam» lorsqu'ils ont appris qu'ils étaient espionnées par la NSA dans le sillage du scandale des écoutes téléphoniques qui ont ciblé les premières personnalités de l'Allemagne, la France et le Brésil, pour ne citer que ces pays, devraient faire face à une levée de boucliers hostiles à ces pratiques, particulièrement en Algérie. Mais, au-delà d'une condamnation qui s'offusquerait de tels agissements, dans la pure forme de la diplomatie «classique», il faudrait songer à se prémunir contre ces cyber-attaques en développant les moyens techniques et changer (constamment) de mode de communication. Les faibles continueront à être espionnés même par de simples hackers, souvent incontrôlables et indétectables. Les services secrets canadiens estiment, pour trouver une explication ou un argument stratégique à cet espionnage informatique d'Etat, qu'au-delà de son intérêt politique régional, Abidjan est en 2010 au cœur de la bataille présidentielle. La confrontation entre le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo et l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara, sorti vainqueur à l'issue du second tour, en novembre, plonge le pays dans quatre mois de guerre civile. La France était à l'époque entièrement, voire militairement, engagée dans ce conflit. Quant à Alger, selon les mêmes analyses, elle a rompu le dialogue avec Paris fin 2009, alors que le pays reste un acteur régional de première importance pour la France, notamment sur les questions de sécurité, et Alger devait de ce fait être sous la loupe (plutôt sous le scanner) de ses espions ! Mais de quel droit !? Non, bien sûr, la cybernétique ne reconnaît aucune morale de la loi, les intérêts stratégiques des pays puissants passent avant tout et au dessus de tout. En tout cas, même s'il est très difficile de cerner l'origine d'une attaque informatique, le Centre de la sécurité des télécommunications du Canada (CSEC) affirme «qu'il s'agit d'une opération sur des réseaux informatiques soutenue par un Etat et mise en œuvre par une agence française de renseignement». Interrogée par Le Monde, la direction générale de sécurité extérieure (DGSE) s'est refusée à tout commentaire «sur des activités réelles ou supposées ». Le CSEC, en revanche, s'est montré plus disert et a confirmé au Monde que ce document émanait bien de ses services, sans pour autant rentrer dans le détail de cette chasse au logiciel espion. Le document révélant cette affaire et exploité par le quotidien «Le Monde» dans son édition du 21 mars dernier, émane du Centre de la sécurité des télécommunications du Canada (CSEC), les services secrets techniques du pays, et il a été extrait des archives de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA), par son ex-consultant Edward Snowden. Daté de 2011, il semble avoir été conçu pour exposer, au sein du CSEC, les détails d'une traque menée, avec succès, contre une arme informatique offensive ayant, dans ce cas, permis d'incriminer la France. La chasse a débuté, d'après le CSEC, en novembre 2009, lorsque les experts canadiens ont détecté la présence d'un implant suspect dont le profil n'a cessé de se sophistiquer au fil des années. L'ancien analyste des services américains, M. Edward Snowden, qui est poursuivi dans son pays pour être à l'origine des fuites sur l'Agence de sécurité nationale (NSA) qui ont provoqué un séisme planétaire, estime dans «un manifeste pour la vérité», publié par le magazine allemand Der Spiegel, que la surveillance massive constitue un problème mondial qui demande une réponse mondiale. «De tels programmes ne sont pas seulement une menace contre la vie privée. Ils menacent la liberté d'opinion et les sociétés ouvertes», a-t-il estimé. Mais, quoi qu'il en soit, la suspicion est bien installée pour assez longtemps, sinon pour toujours. Vu l'impossibilité pour des pays sous-développés d'accéder à la technologie qui leur permettrait de détecter les «implants» informatiques espions.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5195727

Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   Dim 23 Mar - 20:58

Texte intégral de la lettre de Bouteflika aux Algériens

Citation :
Mesdames et Messieurs,
Je me propose de consacrer le nouveau mandat que vous me demandez d’assumer à la préservation de notre pays des effets des hostilités internes et externes avérées et potentielles de toutes natures et à l’apaisement de notre société qui a besoin de voir rassemblées ses énergies pour la réalisation de nouvelles conquêtes, loin des rivalités stériles et des déchirements ravageurs. Les divisions suscitées et entretenues constituent un moyen d’affaiblir notre pays face à l’urgence des défis et à la complexité des enjeux. Notre société n’a que faire des idéologies passéistes et antinomiques avec le progrès. J’attends que chacun de vous apporte sa part dans la mutation que nous avons à opérer ensemble au prix d’efforts équitablement répartie. Aux égoïsmes de tous genres qui corrodent les liens du vivre ensemble, nous opposerons un projet de société basée sur la mutualisation et le partage. Le meilleur atout pour réussir le changement, c’est la rupture avec la tare de l’insatiabilité matérielle, c’est la franche mobilisation collective pour gagner, au profit de notre pays, tous les motifs de sa fierté légitime aux yeux du monde. Tout en acceptant de répondre à cet honneur qui m’est fait, je suis déterminé à créer les conditions de la consolidation du développement économique et social et d’un renouveau politique consensuel avec l’ensemble des acteurs politiques, pour que chaque algérien sente et perçoive, dans son quotidien, que la vie démocratique de la Nation est réelle et palpable, avec la consécration des droits de l’homme dans toutes les sphères d’activités, avec la prépondérance accordée aux équilibres des pouvoirs pour permettre aux différentes institutions d’agir en permanence dans le respect de l’Etat de droit. Les efforts déployés, jusque-là, doivent, avec la contribution de tous les acteurs politiques nationaux, permettre de bâtir un édifice institutionnel renouvelé, adapté aux attentes de l’Algérie d’aujourd’hui. Je m’engage de nouveau, au service de la patrie, conscient des responsabilités que cette charge publique implique, car j’ai la conviction que l’expérience des affaires de l’Etat, que j’ai eu la chance d’avoir acquise, doit être mise au service de l’Algérie. Si le peuple Algérien souverain m’accorde, de nouveau, sa confiance, je m’engage à créer les conditions politiques et institutionnelles, avec l’ensemble des acteurs représentant les différents segments de la société, permettant l’édification d’un modèle de gouvernance répondant aux attentes et espérances de notre peuple. Elle se concrétisera dans une révision de la Constitution qui sera menée dans le courant de cette année. Cette démarche répondra aux aspirations de la jeunesse à prendre le relais, dans un environnement marqué par la stabilité, la justice sociale, l’équité et le respect dû à chaque citoyenne et citoyen de notre Algérie.

Mesdames et Messieurs,
L’élection présidentielle prochaine, de part le choix judicieusement réfléchi que vous ferez librement, va être le point de départ d’une dynamique de changement vers une société nouvelle indemne de toutes les pratiques et comportements nuisibles. Ma candidature que vous avez réclamée s’inscrira exclusivement dans le sens de l’intérêt général. Elle se situera à l’opposé des rivalités personnelles ou partisanes, elle se veut un acte d’abnégation renouvelé au service de tous les Algériens, sans discrimination aucune. Je ne suis animé que de la seule volonté de conduire l’effort collectif de tous les Algériennes et Algériens dans la poursuite de l’immense chantier de construction de l’Algérie nouvelle résolument tournée vers un avenir radieux. Pour faire face aux exigences de ce chantier, je sollicite le soutien de toutes celles et de tous ceux qui n’acceptent pas que notre pays ne puisse pas encore prendre son plein essor vers le progrès et la prospérité. J’en appelle à celles et ceux qui savent qu’on ne peut plus s’exonérer de l’obligation de mettre la rigueur et le sérieux dans tout ce que nous entreprenons. J’en appelle à celle et à ceux qui refusent de s’abandonner à l’impéritie et à la paresse. Mesdames et Messieurs, A à la veille de l’important rendez-vous du 17 avril prochain, je laisse à chaque Algérienne et chaque Algérien le soin d’évaluer en toute âme et conscience, le chemin parcouru et les acquis enregistrés. Mon vœu est que la compétition électorale entre les candidats se déroule de manière loyale et sereine, à travers un débat d’idées et une confrontation de programme qui permettront aux électeurs de bien choisir. J’appelle les Algériennes et les Algériens à accorder à cet événement toute l’importance qu’il mérite, car la décision leur revient en premier et dernier ressorts et il s’agit d’une décision qui engage leur avenir, celui de leurs enfants et celui du pays tout entier. J’ai grand espoir que la prochaine élection présidentielle soit une preuve éclatante par laquelle les enfants de ce pays feront leur choix, l’exprimeront avec la même détermination, le même engagement et le même esprit qui ont déterminé les Algériennes et les Algériens, en juillet 1962, à investir massivement les bureaux de vote pour exercer leur droit à l’autodétermination, et affirmeront, ce faisant, que le moment est, aujourd’hui aussi, un moment décisif. Je suis convaincu que, grâce à leur maturité et à leur clairvoyance, les électrices et les électeurs sauront discerner les vraies des fausses promesses, le vrai du faux dévouement, l’engagement concrètement prouvé au service de la patrie de la gesticulation de façade tendant à leurrer le peuple qui, en définitive, choisira souverainement le président et le programme qui lui conviennent. Rassemblons-nous, mobilisons-nous pour changer, toujours en mieux, notre présent et construire notre avenir et celui de nos générations futures. Ensemble, décidons du pays que nous voulons, le pays où il fera bon vivre. Ensemble, bâtissons le pays rêvé par les glorieux martyrs de la Révolution de Novembre. Ensemble, bâtissons l’Algérie nouvelle. En ce moment où nous célébrons la Fête de la victoire, je ne conclurai pas mon propos sans saluer la mémoire de nos valeureux martyrs ainsi que celle de tous ceux qui ont, depuis le Jour de la victoire, sacrifié leurs vies pour la Patrie. Je prie Dieu Le Miséricordieux de leur accorder à tous la meilleure récompense.


Gloire à nos valeureux martyrs!
Vive l’Algérie! »
http://www.depechedekabylie.com/evenement/136238-texte-integral-de-la-lettre-de-bouteflika-aux-algeriens.html







Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualité Algérienne   

Revenir en haut Aller en bas
 

Actualité Algérienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» La galette algérienne .
» La Bouqala, cérémonie ésotérique algérienne
» essais nucléaire en algérie
» Métiers de femmes
» Décès du dessinateur et caricaturiste Sid Ali Melouah

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: ( actualités ) :: Actu (internationales)
 :: Actu Algérienne
-