Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 diplômés algériens et savants a l'étranger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: diplômés algériens et savants a l'étranger   Sam 26 Nov - 18:01

CONTRATS DE TRAVAIL A L’ÉTRANGER

Canada, France et Qatar séduisent les diplômés algériens


Citation :
Une étude sur la mobilité des talents a révélé, sans surprise, que 82% des Algériens aspirent à aller travailler à l’étranger.

Cette étude internationale dirigée par le Network et The Intelligence Group et réalisée pour le segment Algérie par Emploitic.com entre juin et août 2011 a permis de déterminer notamment les critères pour le choix d’un poste, de pays et les secteurs les plus prisés. Les destinations favorites des Algériens sont ainsi par ordre d’importance : le Canada, la France, le Qatar et les Émirats arabes unis à parité égale avec les États-Unis. Pour ce qui est des villes qui séduisent le plus les Algériens, Paris vient en tête avec 37%, suivie de Dubaï 24%, Londres 18% pour les avantages sociaux et leurs salaires intéressants, puis arrivent en seconde position Montréal et New York 18% et Doha 14%. La rémunération demeure la première motivation de ces départs avec 70%, talonnée par la formation 59%. Les autres critères se résument en les opportunités de carrière 47%, la bonne ambiance au travail 38%, le type de contrat et la dimension internationale de l’entreprise. Pour ce qui est du profil professionnel des candidats à l’expatriation, les plus captivés par cette option travaillent dans le secteur de l’industrie et de l’énergie 68%, le secteur des télécommunications à part égale avec celui de la production 28%, puis les IT et Internet 20%, suivis par le secteur de communication et des médias 19% et du consulting en management en parité avec le secteur des finances, banque et assurances avec 18%. Quant aux formations effectuées par ceux qui s’intéressent au travail à l’étranger, elles concernent l’ingénierie avec 27%, l’informatique 19%, le management 16%, l’économie 14%, le commerce 9% et la formation de support administratif et secrétariat avec 7%. La tranche d’âge de 25-29 ans, représentant essentiellement les jeunes diplômés et les nouvelles recrues, est celle qui a été la plus prompt à répondre au questionnaire de cette enquête, contrairement à la tranche d’âge des plus de 40 ans, qui a enregistré le moins de réponses. Soit 5%. À retenir que les aspirations des Tunisiens et des Marocains sont très proches de ceux des Algériens.
En d’autres termes, les Maghrébins pensent que s’ils doivent partir travailler ailleurs, autant que cela soit pour une vie meilleure, surtout sur le plan financier. “Mais une fois de plus, ce phénomène n’est pas propre aux Algériens, puisque plus de deux tiers de la population active dans le monde sont prêts à travailler à l’étranger. Selon les chiffres, cela représente une augmentation de 7% dans la mobilité depuis 2006”, conclue cette étude.
Il faut savoir que l’enquête en question a concerné 65 pays et a regroupé plus de 162 000 sondés dont 1 915 Algériens.
NISSA H
http://www.liberte-algerie.com/actualite/canada-france-et-qatar-seduisent-les-diplomes-algeriens-contrats-de-travail-a-l-etranger-166798






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Tahar Touam: Le parcours étonnant d’un prodige algérien    Sam 26 Nov - 18:16

Citation :
Tahar Touam est un brillant physicien, bourré de diplômes acquis dans les grandes écoles et universités nord-américaines dont la prestigieuse École Polytechnique de Montréal. À l’exception de son pays, c’est un chercheur connu à travers le monde qui a été à l’origine d’une découverte importante dans le domaine de la photonique qui a abouti à la création d’une entreprise de pointe qui s’est effondrée dix-huit mois après son départ. C’est difficile et compliqué à la fois de revivre un jour l’expérience de Tahar Touam. Un parcours impressionnant qui n’a laissé personne indifférent autour de lui. De Annaba à Montréal, l’Algérien s’est distingué dans tous les établissements scolaires qu’il a fréquentés depuis la première année. Déjà au primaire, à l’école Didouche Mourad, ces professeurs remarquent ces bons résultats. Son niveau lui permet de passer directement de la 4e à la 6e où aux examens de fin d’année, il obtient la meilleure note à l’échelle de la ville de Annaba. Au lycée technique, il reçoit le prix d’excellence remis annuellement au meilleur élève. Tout le monde lui prédit une brillante carrière. Jeune, il rêve d’atteindre les sommets. Son voeu se réalise en Amérique du Nord. Il obtient son Ph.D du centre d’optique photonique et laser affilié à l’Université de Laval. L’Algérien est arrivé au Canada en 1986 avec un DES en physique. À Ottawa, il rencontre un accueil chaleureux de la communauté arabe. Les premiers jours, il fait connaissance de Adnan El-Khatib, un Irakien qui l’héberge pendant un mois chez lui, le temps de trouver un appartement. L’Irakien est tellement sympa et gentil avec Tahar que ce dernier lui promet de donner à son premier enfant le prénom Adnan.

Après un bref séjour à l’institut des langues anglaises d’Ottawa, il entre à l’université McGill, à Montréal, où il s’inscrit à l’institut de physique, option quantique. Sa recherche s’oriente vers les composants critiques dans les transitions des phases dynamiques. À la fin de l’année, il est major de promotion avec une moyenne au-dessus des autres qui lui permet d’obtenir le prix d’excellence. En 1987, il est remarqué par le professeur Michel Bélanger qui a réuni tout un dossier sur lui. Ce dernier va se rendre à l’Université McGill pour rencontrer Tahar Touam. Au cours de l’entretien il lui dit : « qu’est ce que tu fais ici, viens travailler avec nous à l’École Polytechnique, je financerai tous tes travaux et recherches ». Le professeur canadien qui l’avait repéré parmi les meilleurs n’avait pas tort, au bout d’une année, le prodige de Annaba obtient un diplôme honorifique de l’École Polytechnique pour sa contribution à la recherche, son apport à l’enseignement et à la visibilité de l’école. Son travail a été choisi par « The International Society of Optical Engineering », comme la meilleure recherche de l’année en télécommunication. Commence alors pour lui une brillante carrière à Montréal. Il va faire partie des différents groupes de recherche qui vont révolutionner la photonique. Tahar Touam, est jeune et l’avenir est devant lui. Ses connaissances en sciences exactes sont la clef de sa réussite. Il connaît beaucoup de choses. Sa présence en Amérique du Nord coïncide avec l’émergence des nouvelles technologies qui vont bouleverser le monde, à la veille du millénaire. Au lieu de 3 ans, il achève la maîtrise science appliquée option optique et laser en 14 mois et fait 5 publications liées à ces recherches scientifiques. L’avantage qu’il a sur les autres : le sens de l’initiative et la maîtrise de plusieurs domaines à la fois : la physique des solides, l’optoélectrique, l’informatique, les mathématiques, la chimie physique, la programmation des méthodes numériques et surtout la conception de logiciels en photonique. Son apport dans la transformation du matériau Sol Gel a été capital en 1998. À l’annonce de la découverte, de Chicago, M. Tony Morreti, vice-président de la multinationale Molex Inc, s’est déplacé en personne à Montréal pour assister à la démonstration. C’est l’avenir du groupe qui se joue devant les spécialistes, les cadres et les bailleurs de fond qui accompagnent l’Américain. Ils ne seront pas épargnés, les questions fusent de toutes parts, les spécialistes ne se gênent pas de l’interpeller sur tous les aspects de l’invention. Du Japon, de l’Europe, de l’Australie et de l’Amérique, plusieurs groupes sont sur le coup. Après huit mois de recherche, Tahar Touam et ses collaborateurs mettent au monde une puce révolutionnaire qui, pour la première fois, est réalisée sur le matériau Sol gel. La découverte va leur rapporter 15 millions de dollars dont 5 millions de Molex inc. Avant de verser l’argent, Tony Morreti, prend l’Algérien à part et lui fait une proposition intéressante. Il l’invite à venir s’installer à Chicago, « tu auras tout ce que tu veux pour monter une compagnie ». Tahar demande à réfléchir, même s’il a les clefs de la découverte, le succès il l’a connu avec ces deux collègues. Les trois se connaissent depuis 10 ans, le premier, S. Iraj Najafi est d’origine iranienne et le Canadien Mark P. Andrews. D’autres investisseurs vont verser d’énormes
sommes. L’argent va permettre au groupe de monter Lumenon Innovative Lightwave Technology, Inc, qui est une société de développement et de conception des composants optiques et des dispositifs en forme de circuits hybrides compacts de verre sur des chips de silicium pour des fournisseurs d’équipement dans les télécommunications, des transmissions de données et des marchés câblodistributeurs. Elles permettent aux sociétés de télécommunication d’augmenter la capacité du transit de leurs réseaux optiques.


http://www.forum.immigrer.com/topic/47459-lodyssee-dun-savant-algerien-au-quebec/


C’est une véritable hémorragie. Quelque 71 500 diplômés universitaires ont quitté l’Algérie entre 1994 et 2006, le chercheur Ahmed Guessoum lors d’une conférence à Médéa sur le thème de la fuite des cerveaux. Cette fuite des cerveaux a causé à l'Algérie des pertes estimées à quelque 40 milliards de dollars, selon le même chercheur.



Le Royaume-Uni, la France, le Canada et les États‑Unis sont les principaux pays qui attirent l’élite nationale, a précisé le chercheur. Selon cet enseignant de l’université de Bab Ezzouar (USTHB), qui cite un rapport du Conseil national économique et social (CNES), plus de 10 000 médecins ont quitté l’Algérie durant cette période pour s’établir essentiellement en France. Les universités nord‑américaines, quant à elles, ont accueilli pas moins de 18 000 universitaires algériens et cadres de haut niveau, parmi lesquels figurent 3000 chercheurs.



La dégradation de la situation sécuritaire, les conditions socioprofessionnelles, l’absence d’un climat propice à la recherche et la formation des élites, les entraves à la liberté d’initiatives et l’absence de débouchés sont les principales causes du départ massif des diplômés, a‑t‑il relevé.

TSA.






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: diplômés algériens et savants a l'étranger   Sam 3 Déc - 14:02

Identification des competences algeriennes a l’etranger : Un portail interactif dès juin 2012

La convention paraphée jeudi par MM. Moussa Benhamadi et Halim Banatallah porte, en effet, sur la mise en place dès juin 2012 d’un site visant à maintenir un lien étroit et interactif avec ce potentiel humain national établi sous d’autres cieux qui se compteraient par des dizaines de milliers.

Citation :
Dans le souci de pérenniser les relations entre les compétences nationales résidant à l’étranger, le ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication et le secrétariat d’Etat chargé de la Communauté nationale à l’étranger ont convenu d’un commun accord, de mettre en place un portail Internet pour constituer une base de donnés de cette communauté, non répertoriée jusque-là.
La convention paraphée jeudi par MM. Moussa Benhamadi et Halim Banatallah porte, en effet, sur la mise en place dès juin 2012 d’un site visant à maintenir un lien étroit et interactif avec ce potentiel humain national établi sous d’autres cieux qui se compteraient par des dizaines de milliers.
En l’absence de données consolidées et actualisées, M. Benatallah reconnaît qu’à chaque secteur ses propres statistiques, mais il est imprudent d’avancer un chiffre exact.
Il soulève également le peu d’intérêt qu’accordent les Algériens établis à l’étranger à leur inscription au niveau des consulats, jusqu’à il y a deux ans. Les deux millions inscrits environ au niveau des services consulaires ne représentent en fait qu’une partie des Algériens installés à l’étranger. Avec les mesures d’encouragement à l’enregistrement, même en faveur de ceux en situation irrégulière, le nombre d’inscrits connaît depuis deux ans une croissance de l’ordre de 10%, affirme le secrétaire d’Etat chargé de la Communauté à l’étranger.
Par ailleurs, relevant le vide juridique et le manque d’assurances et de garanties en faveur du génie algérien établi ailleurs, qui ont voué à l’échec les précédentes initiatives de son intégration dans les différents program-mes nationaux de recherche et déve- loppement, M. Benatallah estime que le portail interactif à mettre en place contribuera à mettre en adéquation l’offre des compétences algériennes à l’étranger avec la demande locale en matière d’expertise.
L’initiative qui découle des entretiens qu’a eus le secrétaire d’Etat avec la communauté algérienne à l’étranger vise à court terme de régler, dans un cadre administratif, la question des relations contractuelles et de rémunération de ces compétences sollicitées et à long terme de mettre en place un cadre juridique pour assurer la pérennité des liens.
Le ministre de la Poste et des Tic, dont le département assumera le volet technique de la mise en place du portail et la sécurisation de ses applications, souligne lui toute la nécessité de constituer une base de données qui permettra non seulement d’identifier les compétences nationales à l’extérieur, mais également de faciliter le contact avec l’ensemble de la communauté pour mieux cerner ses besoins et répondre à ses préoccupations.
Hamida B
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/20381






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: diplômés algériens et savants a l'étranger   Ven 6 Jan - 21:01

France : 66 000 immigrés « très diplômés » sont des algériens

Citation :

Parmi les quelques 700.000 « très diplômés » étrangers que compte la France, 66 000 sont des algériens, soit environ 10%.


L’Algérie partage, selon l’étude réalisée par le Secrétariat général de l’immigration français, la première place avec le Maroc qui compte le même nombre de diplômés. Vient en seconde place la Tunisie avec 26 000 « très diplômés » (masters, grandes écoles et doctorat).

La même étude précise que sur l’ensemble des étudiants entrés en France en 2002, un tiers y est toujours présent. Ils «semblent s’installer durablement en France, soit qu’ils se sont mariés, soit qu’ils ont trouvé un emploi, soit qu’ils détiennent encore, pour 10% d’entre eux, un titre de séjour étudiant », précise l’enquête reprise par AFP. L’étude ne prend pas en compte les personnes nées françaises mais de parents étrangers en raison de l'interdiction des statistiques ethniques

Il est à noter que cette étude est rendu public quelques jours seulement avant la publication, la semaine prochaine, d’une circulaire portant assouplissement de la délivrance du permis de travail à certains étudiants étrangers «hautement qualifiés». Cette circulaire intervient après plusieurs mois de mobilisation d’étudiants étrangers, appuyés par des présidents d’universités et des chefs d’entreprises, qui étaient menacés d’expulsion au terme de leur formation.

Au total la France compte 6,24 millions de « très diplômés » et 41,3% des doctorants sont étrangers.

Les effectifs de pays d’Afrique (hors Maghreb), précise la même étude, sont «assez faibles» alors que certains pays sont au contraire «surreprésentés ».

Mina A avec l'afp
http://www.elwatan.com/actualite/france-66-000-immigres-tres-diplomes-sont-des-algeriens-06-01-2012-153771_109.php






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: diplômés algériens et savants a l'étranger   

Revenir en haut Aller en bas
 

diplômés algériens et savants a l'étranger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Manifeste des 521 officiers généraux ayant servi en Algérie
» Commandos parachutistes de l’air
» Retraite du combattant pour les Algériens.
» Mots arabes dans le français de tous les jours
» Gâteaux algériens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: ( actualités ) :: Actu (internationales)
 :: Actu Algérienne
-