Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 actualités US (économies politiques militaire )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
terminateur
Caporal chef
Caporal chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités US (économies politiques militaire )    Mar 5 Nov - 14:06

ILS DÉCHIFFRENT LES CONVERSATIONS AU NIVEAU DES PAYS DE LEURS RÉGIONS DEPUIS FIN 2011
"5000 Maghrébins recrutés par l’armée US"


Citation :
Le redéploiement stratégique des Etats-Unis s'opère plutôt vers le Pacifique.

Le département américain de la défense emploie près de 170.000 civils parmi eux 13.000 étrangers dont «5000 Maghrébins» a affirmé l'ex-attaché militaire d'Algérie à Washington, Benyakhou Ben Daykha. Ces derniers (Maghrébins... Ndlr) de différents dialectes ont été recrutés après le 11 septembre pour «déchiffrer les conversations au niveau des pays de la région». L'animateur de la conférence portée sur l'hégimonie et la domination américaine a indiqué qu'environ deux tiers de l'armée des Etat-Unis, comptant plus d'un demi-million d'hommes et de femmes, et jouant un rôle primordial dans la politique étrangère du pays, «sont déployés hors du territoire national».
En terme de budget, dit-il «660.000 milliards de dollars sont affectés en moyenne chaque année dont 160 milliards de dollars sont destinés aux opérations d'outre-mer». Les Etats-Unis sont une hyperpuissance à multiples facettes dont la force est basée sur la mise en valeur du vaste territoire américain pour assurer sa puissance agricole et industrielle à travers deux régions motrices aux grandes capacités d'innovations technologiques et culturelles grâce à de nombreuses métropoles au rayonnement mondial, souligne-t-il. Avec un revenu national brut qui représente «33% du revenu mondial, les USA occupent la position de la première puissance mondiale» ajoute-t-il. Au yeux de cet intervenant, le contexte actuel est jugé «inquiétant» car selon lui, «si l'économie américaine demeure la plus importante dans le monde avec des avantages-clés dans le domaine des industries de pointe et d'innovation, sa part dans le PIB global a diminué, en revanche celui de la Chine a augmenté».
Les Etats-Unis sont des places financières au rôle déterminant, dont celle de New York cité est la plaque tournante des finances du mondial. Les grandes firmes multinationales américaines investissent dans les quatre coins du monde assurant de grands capitaux au profit des USA, figurent également sur la liste des généralités serinées par l'orateur. La puissance militaire et politique de ce pays est symbolisée par sa capitale fédérale, Washington, représentant son hégémonie sur la scène internationale, est-il relevé.
La diffusion de l'American Way of Life ou le mode de vie américain par le biais d'une robuste industrie cinématographique, assure la domination culturelle US qui est, d'après l'orateur, «une volonté d'intégration régionale dans le groupe Alena, accord de libre-échange nord-américain (Canada, Etats-Unis, Mexique) et le projet de partenariat trans-Pacifique, «Zlea qui a été relancé à Hawaï en novembre 2011 lors du dernier sommet de Apec». A l'exclusion de la Chine, les Etats-Unis, la Nouvelle Zélande, Singapour, l'Australie, la Malaisie, le Vietnam et les Brunei, le Chili et le Pérou, ont participé à ce sommet, indique-t-on. Cependant, le déplacement des centres d'application de la grande stratégie américaine implique, dira-t-il «un nouveau partage du fardeau entre l'ancien et le nouvel Occident.
En outre, il est à savoir que «le déploiement des marine's à Dawin au nord de l'Australie avec un effectif avoisinant 2 500 hommes annoncé le 13 novembre 2011, montre que désormais l'océan Pacifique prendra la place de la Méditerranée de jadis, au XXIe siècle, en termes de convoitise». Les Etats-Unis, sont qualifiés par M.Dokha de «gendarmes du monde avec leurs flottes permanentes encerclant les continents et leurs bases stratégiques déployées à travers le monde ainsi que le contrôle du Moyen-Orient et de son pétrole qui est un facteur de pression sur le reste des pays importateurs des hydrocarbures». L'invasion de l'Irak en 2003 est, selon lui, «un avertissement pour ceux qui auront l'intention d'utiliser d'autres monnaies que le dollar dans leurs transactions commerciales d'où les révolutions colorées auparavant et printemps arabe actuellement».
Ces révoltes «sont des changements de régime ayant l'apparence d'une révolution mobilisant de vastes segments populaires mais relevant d'un coup d'Etat qui ne vise le changement des structures sociales, mais à substituer une élite à une autre pour conduire une politique économique et étrangère pro-occidentale en utilisant, entre autres, la NED, The National Endowment for Democracy. Cette ONG, créée sous l'ère de Ronald Reagan, se présente comme un organe de la promotion de la démocratie, mais qui reprend le rôle de la CIA d'il y a 25 ans. Cependant, il faut noter que tous les oligarques déchus étaient des pro-Occidentaux
http://www.lexpressiondz.com/actualite/183927-%225000-maghrébins-recrutés-par-l’armée-us%22.html






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités US (économies politiques militaire )    Dim 10 Nov - 12:16

Citation :
Interview : US Army Chief dit compressions budgétaires sont mal force
31 octobre 2013 - 17:49 | Par VAGO muradian

À l'Association de la semaine dernière de la réunion annuelle de l'Armée des États-Unis et de l'exposition à Washington , des milliers se sont réunis pour entendre les hauts dirigeants expliquent où le service est dirigé dans cette ère d'austérité .

Et le message du général Ray Odierno , le chef d'état-major de l'armée américaine , était l'un de frustration avec des budgets incertain et de réduction de la défense automatiques et inflexible qui sont éviscération préparation , avec seulement deux de ses brigades prêtes au combat. L'armée a réduit le personnel à un rythme effréné pour sauver autant d'argent que possible , compte tenu des coupes budgétaires supplémentaires sont probables.

L'armée est dirigée d'une main de 570.000 soldats , il ya quelques années , en baisse de 490.000 . Ce nombre pourrait devenir plus petit , la séquestration donné est susceptible de se poursuivre et de réductions plus importantes sont attendues au cours des prochains mois dans le cadre d'une dette fédérale plus large et beaucoup de dépenses entre le Congrès et la Maison Blanche.

Odierno a longuement parlé de la situation budgétaire dans une interview à la Défense Nouvelles :

Q. Quel est l'impact réel des compressions budgétaires passées et futures sur la population ? Pourquoi êtes-vous si inquiet ? Et quel est le moyen de s'en sortir ?
R. Eh bien, il ya un tas de choses qui se sont produites cumulatifs : résolutions poursuivies [ CR ] , que nous soumettons budgets , le Comité des services armés de la Chambre a adopté ces budgets , mais puisque nous n'avons pas eu un budget gouvernemental total, nous ne s'exécutent pas eux, donc nous allons à un CR . Il n'est donc pas conforme à la façon dont nous pensons que nous devrions dépenser de l'argent pour garder notre main- up . Ensuite, vous avez un arrêt. Ensuite, en plus de cela , vous avez la séquestration , où nous avons un tas de réductions très fortes que nous devons prendre .

Donc, oublions le nombre de séquestration . Il s'agit des coupures initiaux dans la séquestration qui ne vous permet pas de gérer correctement la séquestration où vous pouvez soutenir la préparation , vous pouvez soutenir la modernisation, que vous réduisez la résistance de fin. Donc ce que nous sommes forcés de faire est de réduire la préparation , couper modernisation, parce que nous ne pouvons pas réduire la force de fin assez rapidement. Parce qu'il devient trop coûteux de le couper , et vous n'obtenez pas d'économies si vous coupez très vite parce que vous avez à payer les prestations.

Q. Alors, quel est l'impact net sur ​​le plan de préparation?
A. Alors, permettez-moi de le dire en termes très simples. Une brigade [ de soldats ] n'est pas d'aller au Centre National de Formation . Ils n'ont pas de dollars pour former à leur poste d'origine . Nous avons donc encore brigades , mais si nous leur demandons d'aller, ils ne vont pas être formés correctement . Alors qu'est-ce que ça veut dire ? Cela signifie que quand ils vont , il va prendre plus de temps pour le faire. Ils pourraient avoir plus de victimes . Donc, pour moi, c'est inacceptable. Et donc le problème avec nous , c'est que nous sommes réalistes quant à l'avenir . Qu'est-ce que je vous dis , c'est que nous devons déployer personnes à l'avenir. Ils ne vont pas être prêt dès maintenant. C'est un problème pour moi .

Q. Qu'est-ce que ça va prendre pour insister sur ce point ? Est-ce une question de crédibilité pour les chefs de service et le leadership de la défense ?
A. La ligne de fond est que tout le monde a eu à réaliser d'ici à 2019, nous avons un risque important parce que nous ne serons pas rééquilibré jusque-là. Et si c'est une période de six ans où nous allons être déséquilibré. Et ce qui m'inquiète est ce monde dans lequel nous vivons est très incertain. Je ne sais pas ce qui va se passer . Il ya beaucoup de possibilités là-bas .

J'espère bien que nous n'avons pas besoin de déployer des soldats, mais mon travail consiste à nous assurer que nous sommes prêts à les déployer. Et si nous devons le faire dans les six prochaines années, nous avons des problèmes importants , parce que je pense qu'ils ne seront pas formés ni équipés de la façon dont nous pensons qu'ils devraient être les soldats américains pour faire leur travail .

Q. Il ya eu un sentiment que le Pentagone a attendu pour le Congrès de venir rouler à la rescousse avec plus d'argent, sorte de prévenir les décisions difficiles . Était-ce une erreur que d'attendre aussi longtemps que vous avez fait ?
A. Donc, vous savez , si nous obtenons un budget , nous pouvons planifier à ce budget et nous avons prévu la réalisation de ces budgets . Donc, nous avons un budget de séquestration . Nous avons prévu pour cela. Nous savons ce que cela signifie . Nous savons ce qu'est un budget '15 à '19 ressemblerait. Nous sommes donc prêts à exécuter cela. Encore une fois, la ligne du bas est la séquestration était un outil qui était censé forcer compromis au Congrès. Ce n'était pas un outil développé pour gérer correctement la réduction des effectifs du ministère de la Défense ou de l'armée . Et c'est là le problème. L'outil n'était pas juste .

Q.One des défis est presque tout ce que vous avez maintenant est plus cher qu'il ne l'était lors de la dernière récession.
A. Ils aiment à comparer : «Eh bien , vous savez, en 2001, le budget était là, et maintenant il va être ici . Il s'agit de la même chose. Pourquoi n'avez-vous pas les mêmes capacités ? " Eh bien, le coût de soldats a augmenté. Les autres morceaux qui nous paraissaient depuis 12 ans. Et puis nous avons blessé guerriers. Nous devons prendre soin de nos familles . Nous devons prendre soin de nos soldats. Que tous les coûts beaucoup d'argent et nous devons investir là-dedans. Il ya d'autres choses, comme la capacité de maintenir l'équipement est plus cher aujourd'hui qu'il ne l'était alors que les coûts augmentent au fil du temps . Donc, pour nous, si c'est le même budget, il ya une réduction dans le budget.

Q. Les chefs de service militaire doivent cartographier le tirage eux-mêmes, plutôt que de laisser au processus politique ?
R. Je pense que la Quadriennal Defense Review nous donne l'occasion de le faire. Je pense que [ la défense ] Secrétaire [ Chuck ] Hagel et le président ont des discussions sur la façon dont nous voulons aller de l'avant . Et cela pourrait être une des solutions . Nous allons probablement inclure les commandants de combattant ainsi que , comme nous pensons que notre chemin à travers ce processus. Je pense que c'est une chose qui est sur ​​la table, et je pense que c'est une bonne façon de faire après cela. Nous verrons si c'est là que nous nous dirigeons ou non.

Q. Il ya un vif débat parmi les intellectuels armée, qui vous alimentez avec vos groupes d'étude à long terme que vous mettez ensemble . Qu'est-ce que vous voulez atteindre ?
A. stratégique landpower est un genre de commentaire que nous utilisons . Il ya beaucoup de gens qui rejettent le fait que nous n'avons pas vraiment besoin des forces terrestres plus. Il ne va pas être une nécessité d'utiliser des forces terrestres. Et mon avis est que c'est un peu naïf. Parce que je crois qu'il est sur ​​le domaine , la dimension humaine de l'homme. Il s'agit de l'homme , et vous devez être en mesure de contraindre l'homme à faire les choses . Et la façon dont vous forcez l'homme , c'est d'avoir des soldats et des Marines et d'autres sur le terrain. Et il peut être un engagement. Ce pourrait être , le cas échéant , le déploiement et la conduite des opérations dans un large éventail de missions que nous pourrions avoir à faire. Et je pense que c'est essentiel , surtout dans ce monde complexe dans lequel nous vivons , que nous devons avoir cette capacité. Le président et l'équipe de sécurité nationale voulez avoir une variété de capacités disponibles, et vous ne voulez certainement pas à rejeter cela. Et je crains qu'il ya trop de gens qui sont rejetant que comme une alternative pour l'avenir.

Q. Dans l'équipe de l' avenir , il ya un sentiment que certains ont qu'elle va soutenir le statu quo. Est- ce que ce sera le cas cette fois ou vous attendez-vous totalement différents points de vue frais ?
R. Eh bien, je pense que nous sommes en train de différents types de vues . Nous sommes à la recherche de nouvelles alternatives de ce que nous pensons que nous allons avoir à faire à l'avenir. Nous devons apprendre à partir des 10 ou 12 dernières années parce que nos adversaires regarder ce qui s'est passé au cours des 10 ou 12 dernières années , et nous devons donc être prêts à fonctionner dans cet environnement. Je pense qu'il va rendre l'environnement plus complexe. Et donc nous devons préparer nos leaders. Nous devons préparer nos unités. Nous devons préparer notre formation et notre développement afin de relever ces défis complexes que nous avons. Et c'est ce que nous nous concentrons sur .

Q. Y at-il des défis particuliers que vous pensez vont être une zone de mise au point plus important?
R. Eh bien, ce que je voudrais dire, c'est que c'est une combinaison de choses . Donc, nous allons encore avoir à traiter avec probablement une sorte d' insurrection où que nous soyons . Nous pourrions encore devoir faire face à des opérations de stabilisation , tous en même temps alors que nous pourrions avoir à faire face à une action militaire soit des acteurs étatiques ou non étatiques . Donc, c'est une combinaison de toutes ces choses que nous allons devoir faire , ce qui est incroyablement complexe. Nous savons que cela va être une solution civilo-militaire. Nous savons qu'il va falloir être peut-être une solution multinationale. Mais tout cela nécessite beaucoup de préparation , la formation et la capacité afin d' atteindre cet objectif.

Q. Quel est le juste équilibre entre les évolutions massives, interarmes et de contre-insurrection ? Et comment voulez-vous conserver des compétences hautement périssables ?
R. Si vous êtes sorti de nos centres de formation aujourd'hui , vous ne reconnaîtrait pas ce que nous faisons parce que ce que nous construisons là-bas est un environnement très complexe que quand une brigade s'éteint, ils ont à faire contre-insurrection. Ils doivent faire un certain niveau de manœuvre interarmes . Ils doivent faire des opérations de stabilisation. Tout à la fois. Et les scénarios sont très complexes. Il a également tisse dans l'intégration des forces conventionnelles d'opérations spéciales. Ce sont donc les leçons que nous avons apprises. Mais maintenant, nous sommes les faire avancer dans un environnement encore plus complexe - ce que nous pensons que nous allons avoir à se battre dans le futur. Et nous allons constamment mettre à jour cet environnement là-bas que nous en apprenons de plus en plus penser sur l'endroit où nous devons aller .

Q. Mais vous les gars faisaient de brigade, dans le cadre d' une contre-insurrection .
A. Oui, mais c'est un autre type d'opérations. Je veux dire , il faut synchronisation différents et des capacités différentes.
http://www.defensene...s-Hurting-Force






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Des B-52 américains    Sam 30 Nov - 17:51

Des B-52 américains ont pénétré dans la zone de défense aérienne chinoise


Citation :
WASHINGTON - Deux bombardiers américains B-52 ont pénétré dans la zone controversée de défense aérienne mise en place par la Chine, sans en référer à Pékin, ont indiqué des responsables américains mardi.

Les avions, qui n'embarquaient aucune arme, ont décollé de l'île de Guam dans le Pacifique lundi.

La nuit dernière nous avons mené un exercice prévu de longue date au cours duquel deux appareils ont décollé de Guam pour retourner à Guam, un territoire rattaché aux Etats-Unis, a expliqué à la presse le colonel Steve Warren, un porte-parole du Pentagone.

Aucun plan de vol n'a été déposé au préalable auprès de la Chine et la mission s'est déroulée sans incident. Les deux avions sont restés moins d'une heure dans la zone aérienne d'identification décrétée unilatéralement par Pékin et que Washington qualifie d'incendiaire, a poursuivi le colonel Warren.

Un responsable du Pentagone a confirmé à l'AFP sous couvert d'anonymat que les deux appareils étaient des B-52.

La zone aérienne d'identification a été décrétée samedi par la Chine au-dessus de la mer de Chine orientale, malgré l'opposition du gouvernement japonais. Cette zone englobe notamment un petit archipel contrôlé par Tokyo, les îles Senkaku, mais fermement revendiqué par Pékin sous le nom de Diaoyu.

La Chine exige désormais que tout appareil s'aventurant dans cette zone fournisse au préalable son plan de vol précis, affiche clairement sa nationalité et maintienne des communications radio permettant de répondre de façon rapide et appropriée aux requêtes d'identification des autorités chinoises, sous peine d'intervention des forces armées.

Les autorités japonaises ont immédiatement répliqué que cette zone n'avait aucune validité.

Le ton est très nettement monté lundi entre Tokyo et Pékin, chacun convoquant l'ambassadeur de l'autre, suite à la décision chinoise d'imposer cette zone de contrôle aérien.

Le même jour, la présidence américaine avait qualifié la mesure chinoise d'incendiaire.
http://www.romandie.com/news/n/_Des_B_52_americains_ont_penetre_dans_la_zone_de_defense_aerienne_chinoise__RP_261120131924-24-423334.asp







Revenir en haut Aller en bas
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités US (économies politiques militaire )    Mer 12 Mar - 21:57

Son champ d'action est l'Afrique du Nord : Le Pentagone renforce une force spéciale US basée en Andalousie

Citation :
Les Etats-Unis vont accroître les capacités d'une force d'intervention militaire rapide, installée dans la base de Moron, en Andalousie (Espagne) après l'attaque du 11 septembre 2012, contre le Consulat américain de Benghazi où l'ambassadeur Chris Stevens et trois autres Américains ont été tués.

L'effectif de la force d'intervention qui était de 500 marines passera à 850, tandis que le nombre d'aéronefs va aussi augmenter. Le colonel Steven Warren, porte-parole du Pentagone, a indiqué, hier, que «l'Espagne avait autorisé la force d'intervention à rester pendant une année supplémentaire (à Moron) et accepté que le nombre de Marines passe de 500 à 850", a expliqué le colonel Warren. Le déploiement de cette force avait commencé, en avril 2013. Un correspondant marocain du journal ‘Al Quds Al Arabi' avait présenté la mise en place de cette force comme des dispositions prises en prévision d'une situation de crise en Algérie. Une lecture forcée qui avait été, fortement, relayée par la presse marocaine. Et qui pourrait, paradoxalement, aujourd'hui, être utilisée par les «stabilisateurs», en campagne pour le 4ème mandat présidentiel, en panne d'arguments. En réalité, cette force américaine ne cible pas l'Algérie, en particulier. Des sources militaires US ont déclaré, à CNN, que cette force, qui approche, désormais, du millier, était prête à intervenir «partout» en Afrique du Nord, pour secourir des citoyens américains et notamment le personnel diplomatique, en difficulté. Le militaire, en question, relevait que la base aérienne de Moron offrait un «accès rapide, en particulier en Afrique du Nord, où les problèmes de sécurité ont augmenté» depuis l'attaque, début septembre 2012, contre le Consulat américain de Benghazi.

SANS «L'AVAL D'UN GOUVERNEMENT LOCAL»

La mission de cette force d'intervention rapide, a expliqué le responsable au Pentagone, est de protéger les ambassades et les représentations consulaires américaines, de protéger les citoyens américains, d'assurer le sauvetage des pilotes américains dont l'avion aurait été abattu et de soutenir d'autres éléments de l'armée, en cas de nécessité, pour procéder à l'évacuation des citoyens américains.

Le colonel Steven n'a pas donné de détails sur les nouveaux aéronefs qui seront déployés avec l'accroissement des effectifs de la force d'intervention. On sait que la moitié de la force déployée, en avril, était constituée de marines équipés pour des combats au sol ainsi que des spécialistes du renseignement. L'autre moitié était chargée de la gestion et de l'entretien de six avions V-22 Osprey et du C-130 pour le ravitaillement en fuel des avions. L'article publié par CNN, en avril 2013, précisait que le V22 était un avion équipé pour aller dans des zones de combat. La source du Pentagone précisait aussi que cette force pourrait être déployée «sans l'aval d'un gouvernement local, si l'ordre lui en est donné». La force d'intervention de Moron a déjà été activée, notamment, lors de l'évacuation d'une bonne partie du personnel de l'ambassade américaine au Soudan du Sud, lors des récents troubles qui s'y sont produits. Il est probable qu'elle ait été, aussi, utilisée dans des opérations secrètes, notamment, avec l'enlèvement spectaculaire, au plein centre de Tripoli, d'Abou Anas al-Libi, en octobre 2013. Le même jour une opération avait été lancée contre des ‘Shebab' en Somalie et s'est soldée par un échec.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5195340






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: actualités US (économies politiques militaire )    

Revenir en haut Aller en bas
 

actualités US (économies politiques militaire )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Actualités Américaines (Economiques,Politiques et Militaires)
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Livret militaire
» Défilé militaire du 21 juillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: ( actualités ) :: Actu (internationales)
-