Top Air Forces Algerian
bienvenue parmi nous ,n'oublier pas de vous présenter avant toutes choses,
et de lire la charte du Forum,
merci,
le staff.

Top Air Forces Algerian

Forces Armées Algérienne
 
AccueilportailCalendrierS'enregistrerConnexion
bonjour,vous devez vous présenter merci

Partagez | 
 

 actualités Marocaine(économies politiques militaire )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Ven 9 Mar - 17:54

AIDE HUMANITAIRE FORCES ARMEES ROYALES MAROCAINES AU CONGO - BRAZZAVILLE







Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Jeu 15 Nov - 14:19

crash d un helicoptère militaire Marocain

Citation :

Neuf personnes sont mortes mercredi dans l'accident d'un hélicoptère militaire qui a également fait deux blessés graves, dans la région de Guelmim , a-t-on appris de sources hospitalières.

Cet accident est survenu dans l'après-midi pour une raison qui reste encore indéterminée. Sur les 11 occupants de l'appareil, huit sont morts sur le coup, selon ces sources qui ont requis l'anonymat.

Les trois blessés graves ont été transportés à l'hôpital militaire de Guelmim, où l'un d'eux a succombé à ses blessures, a-t-on précisé.

Une base aérienne des Forces armées royales se trouve dans cette région de Guelmim.

Un avion militaire qui assurait la liaison entre Agadir et le Sahara s'était écrasé dans cette même région à l'été 2011, faisant 80 morts.


AFP
http://www.aufaitmaroc.com/actualites/maroc/2012/11/14/maroc-un-helicoptere-militaire-secrase-dans-le-sud-au-moins-neuf-morts--selon-des-sources-hospitalieres_198119.html#
RIP aux Familles






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Sam 17 Nov - 16:59

L'hélicoptère de type Puma appartenant aux FRA a eu un problème technique lors des entrainement à 300m en dessus de l'éspace maritime d'Aourioura
Les survécus :
Caporal Chef ElMustafa Azzi ( MRM )
Caporal Hussein Hamzaoui ( MRM )

Les corps trouvés :
Colonel Abdelkarim Chakir
Commandant Mohammed Elhilali
Le Gendarme Younes Mahmoudyo

Les disparus :
Lieutenant Ahmed Hammou
Lieutenant Jama Iddel
Commandant Elarbi Mabrouki
Adjudant Chef Abdelaziz Baazi
Adjudant Chef El Mounadir
Soldat Saaïd Ouazzi

RIP/
Nos condoléances aux familles des victimes






Revenir en haut Aller en bas
terminateur
Caporal chef
Caporal chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Dim 10 Mar - 19:50

Un policier marocain abat trois de ses collègues en plein commissariat




Citation:




Mis en ligne il y a 4 heures


Un policier marocain a tué trois de ses collègues dimanche avec son arme de service, a annoncé le ministère de l’Intérieur, ajoutant que le motif de ce triple homicide était pour l’heure inconnu. Le drame s’est déroulé dans la matinée dans un commissariat de Mechraa Belksiri, dans le nord du pays, selon l’agence MAP, qui cite un communiqué du ministère. Selon la même source, le meurtrier présumé, un brigadier, a été arrêté par les services de sécurité et une enquête a été ouverte. L’hypothèse du coup de folie semble privilégiée, le ministère de l’Intérieur notant que l’homme se trouvait dans un « état hystérique ». La Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) a quant à elle dépêché une équipe comprenant un psychiatre.



http://www.lesoir.be/205514/article/actualite/fil-info/fil-info-monde/2013-03-10/un-policier-marocain-abat-trois-ses-coll%C3%A8gues-en-plein-commissariat






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: LA CONDAMNATION DU JEUNE ISLAM KHOUALID CONTROVERSÉE   Ven 22 Mar - 19:39

L'injustice dont a fait l'objet le jeune Algérien, sert en fait à tromper l'opinion sur le tourisme sexuel qui se pratique au grand jour dans cette même ville d'Agadir, connue pour être un haut lieu du tourisme sexuel...

Citation :
Le Maroc veut se refaire une virginité. Islam Khoualid en fait les frais. Agé d'à peine 15 ans, il a été condamné par le tribunal des mineurs d'Agadir à une peine d'un an de prison ferme. Islam, champion algérien de voile, a fêté son 15e anniversaire entre les murs du centre de détention pour mineurs d'Agadir.
Accusé d'«agression sexuelle» sur un jeune Marocain de 12 ans qui a paradoxalement reconnu qu'il n'y pas eu de viol sur sa personne. Pas de quoi, en principe, fouetter un chat. La justice marocaine s'est pourtant acharnée. L'affaire a fini par être instrumentalisée. Gare cependant au retour de boomerang. Levons le voile sur cette affaire pour montrer ce que veulent cacher les autorités marocaines. La ville d'Agadir est un haut lieu du tourisme sexuel et de la pédophilie en particulier.
Des Marocains ont en fait un business et se chargent de la sale besogne. Rabattre et procurer des milliers d'adolescents à une «clientèle» étrangère souvent européenne.
Un commerce lucratif pratiqué sans état d'âme. «Le Maroc est un eldorado pour pédophiles et touristes sexuels. De Marrakech à Agadir, des milliers de jeunes sont exploités avec la complicité de rabatteurs marocains», peut-on lire sur le site de France 24 dont les reporters ont infiltré ce milieu pour enquêter sur ce phénomène qui fait partie du paysage marocain.
La chaîne française de télévision d'information internationale met en exergue le «cynisme des autorités locales et la permissivité à l'égard des Occidentaux». Pourquoi tremper un adolescent dans cet univers de débauche? Un comble. A défaut de créer un incident diplomatique, cette affaire aura le mérite de faire remonter les eaux d'égouts. Soulever le problème du tourisme sexuel et de la pédophilie qui font des ravages au Maroc souvent avec la complicité d'autorités véreuses dont le silence est acheté avec une poignée de dirhams.
Un autre visage du Royaume chérifien que ne peut voiler la frêle silhouette d'un adolescent de 15 ans, athlète de haut niveau (champion d'Afrique de voile) promis à un très bel avenir. Islam n'est pas de cette graine. Pas question de lui faire porter le chapeau. Il se trouvait sur le territoire marocain dans le cadre d'une compétition sportive internationale. L'affaire qui l'a opposé au jeune Marocain n'est qu'un simple jeu de gamins. Les adultes s'en sont mêlés. C'est parole contre parole. Le Marocain a l'avantage de jouer à la maison. Son père a une dent contre les Algériens tout comme le chef du gouvernement marocain. «Je suis très content. En Algérie, les médias ont tout fait pour politiser l'affaire, mais la justice marocaine a montré qu'on pouvait lui faire confiance», a-t-il confié au magazine Jeune Afrique. Les Algériens connaissent assez la justice marocaine: ils ne lui font pas confiance autant qu'une majorité de Marocains.
Le mouvement du 20 Février (mouvement de contestation marocain qui revendique des réformes sociales et politiques) n'a-t-il pas saisi le souverain marocain pour qu'il inscrive dans la nouvelle Constitution l'interdiction du tourisme sexuel et de la pédophilie? Le problème ne peut se résoudre sur le dos d'un gamin, de surcroît innocent. Cela frise le ridicule. La justice marocaine n'en a pas peur.
L'Algérie, dont Islam a représenté les couleurs, se laissera-t-elle salir? Le sortira-t-elle d'entre les griffes d'une justice qui ferme les yeux sur ceux qui ont fait de la pédophilie un commerce? La diplomatie algérienne temporise: «Avant toute chose, nous devons faire le point avec notre représentation consulaire à Casablanca pour obtenir toutes les informations utiles concernant le déroulement du procès. Nous nous exprimerons sur la base du rapport circonstancié que nous recevrons incessamment de notre consulat général sur le déroulement des plaidoiries et des délibérations ainsi que sur les motivations du verdict», a indiqué, hier, Amar Belani, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères qui a affirmé avoir espéré une relaxe du jeune citoyen algérien...
En attendant son procès en appel, Islam prend son mal en patience...
http://www.lexpressiondz.com/actualite/170988-la-justice-marocaine-perd-les-pedales.html






Revenir en haut Aller en bas
terminateur
Caporal chef
Caporal chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Jeu 28 Mar - 16:26

Un magazine militaire américain reconnait la supériorité de l'Algérie sur le Maroc

--------------------------------------------------------------------------------

cette information va mettre fin au débat sur ce forum qui dure depuis un moment

malgré l'acquisition de l'armée marocaine 24 avions de chasse F-16, un magasine militaire américain reconnait que l'armée algérienne reste supérieur à l'armée marocaine, pourtant ce magasine pourrait vanter ses avions de chasse F-16 made in USA

pour les amoureux des armées je vous conseille de lire ce magasine qui consacre 2 pages sur l'acquisition des F-16 de l'armée marocaine

il souligne 2 points importants :

- ce magasine américain affirme que les avions de chasse Sukhoi-30 de l'Algérie sont supérieurs aux F-16 du Maroc, et que l'acquisition des F-16 du Maroc sont fait pour contrer les Mig-29 de l'Algérie, et que l'armée marocaine n'a aucun n'avion de chasse pour contrer les Sukhoi-30 de l'Algérie

- le magasine révèle aussi qu'au niveau des pilotes, les pilotes de l'armée algérienne sont sur entrainé avec 150h de vol d'entrainement par année, alors que les pilotes marocains s'entrainent seulement 100h de vol par année ce qui joue beaucoup sur l'expérience des pilotes

voici le magasine pour ceux qui veulent l'acheter :

http://illiweb.com/fa/pbucket.gif

le passage en anglais :

This was an historic day for the North African nation, which had been trying to procure new generation fighters for close on 30 years

Citation:
The Mirage F1's ageing Cyrano IV radar is replaced by a Thales RC400 (RDY-3) multi-mode pulse-Doppler unit, similar to that used in the Mirage 2000-5 but with a smaller antenna giving a shorter range and possibly at a later stage the MICA (Missile d'Interception et de Combat Aérien - Interception and Aerial Combat Missile).

Citation:
Algeria has around 160 fixed wing combat aircraft and 14,000 personnel, while Morocco has fewer than 70 fighters and 13,000 personnel. RMAF fighter pilots fly approximately 100 hours per year on Mirage F1s and F-5 Freedom Fighters and Tigers, but their counterparts in Algeria fly around 150 hours per year. Although Algeria's air force remain superior to Morocco's






Revenir en haut Aller en bas
berhoum
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Lun 1 Avr - 12:19

Maroc : des milliers de personnes manifestent pour les "droits et libertés"31/03/2013



Citation :
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche à Rabat "pour l'ensemble des droits et des libertés", affichant leur mécontentement à l'égard de la politique du gouvernement, à l'appel notamment de deux organisations syndicales, selon un photographe de l'AFP.
Selon la même source, les manifestants, qui ont achevé leur marche devant le Parlement, dans le centre de la capitale, étaient entre 5.000 et 10.000. La police a pour sa part évoqué le chiffre de 3.000 participants.
Organisée sous le signe "Pour l'ensemble des droits et des libertés", cette manifestation s'est déroulée dans le calme, le cortège brandissant des pancartes et scandant des slogans anti-corruption, "contre la vie chère et pour l'emploi", et plus généralement contre la politique du gouvernement.
"Le Maroc vit une régression sociale", Abdelilah "Benkirane (le chef du gouvernement, ndlr) nous emmène dans un ravin", ont clamé des manifestants, parmi lesquels des membres du mouvement pro-réformes du 20-Février.
D'après l'agence MAP, des partis de l'opposition ainsi que des associations et des organisations actives dans les domaines des droits de l'homme et de la société civile s'étaient également joints au cortège.
Cette manifestation constitue "une sorte de mise en garde" au gouvernement, ont déclaré des syndicalistes cités par la MAP.
Le parti islamiste Justice et développement (PJD) d'Abdelilah Benkirane, qui dirige le gouvernement, est arrivé au pouvoir par les urnes fin 2011-début 2012, dans le tumulte du printemps arabe.
Confronté à un ralentissement de la croissance l'an dernier ainsi qu'à un creusement du déficit public, il doit mener au cours des prochains mois d'importantes réformes sociales, concernant les retraites mais aussi la caisse de compensation, qui subventionne à grand frais des produits de première nécessité.

http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130331172630/maroc-droits-de-l-homme-manifestation-abdelilah-benkiranemaroc-des-milliers-de-personnes-manifestent-pour-les-droits-et-libertes.html






bienvenue sur le forum.Invité

    
 
 
Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Dim 28 Avr - 21:27

Chut ! Le roi Mohamed VI est-il malade ?
Ali Amar
Au Maroc, la santé du roi est l’ultime tabou. En parler, un blasphème. Mais depuis quelques temps, ses apparitions à la télévision suscitent des inquiétudes et quelques discrets commentaires
Citation :
Tout le monde en parle au Maroc, mais toujours mezzo voce. Les plus téméraires murmurent que le roi a pris du poids, beaucoup de poids, et que les soucis des affaires l’éloignent malheureusement des sports qu’il affectionne, dont celui de chevaucher des scooters de mer, hobby qui lui a valu au début se son règne le sobriquet de «Sa Majetski» par l’humoriste Bziz.


Son apparition dans la province de Nador où il inaugurait des installations sportives a créé le buzz sur les réseaux sociaux et dans la presse éléctronique indépendante. «L’image est déroutante pour un roi qui n’a pas 50 ans» note un facebooker : on le voit marcher s’aidant d’une béquille.


«Auparavant, nous avions peur du roi, aujourd’hui nous avons peur pour lui», l’expression qui avait fleuri lors de son accession au trône en 1999 pour expliquer l’affection d’un peuple pour un jeune monarque que l’on disait humaniste et fragile à contrario de son père Hassan II, un dictateur aussi fascinant que craint, est subitement revenue aux devants de la scène commente la presse locale qui a publié la photo du roi éclopé
المسيرة الخضراء: الخطاب الملكي السامي ( المغرب 2012


lire la suite : http://fr.ossin.org/maroc/le-roi-mohamed-vi-est-il-malade.html






Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Ven 7 Juin - 20:03

Le Maroc exploite illégalement les ressources naturelles du Sahara occidental

Citation :
Le magazine américain Bloomberg Businessweek a publié dernièrement un article intitulé «Investissement marocain au Sahara occidental au milieu de tensions montantes» où il avait relevé que le gouvernement marocain exploitait «illégalement» les ressources naturelles du Sahara occidental. Dans son article, le magazine, spécialisé en économie, a fait savoir que le gouvernement marocain, dans «l’ignorance des lois internationales, exploite les ressources naturelles terrestres et maritimes du Sahara occidental». La loi internationale, a-t-on rappelé dans l’article, «stipule que l’extraction des ressources naturelles par un pays occupant ne peut se faire qu’avec le consentement et pour le bénéfice de la population locale». «Ce qui est loin d’être le cas au Sahara occidental», a noté le rédacteur de l’article, affirmant que «des témoignages d’habitants locaux démontrent clairement que le gouvernement marocain ne respecte aucune de ces lois, affichant même une indifférence totale à leur égard».

Se référant aux statistiques marocaines du chômage, le magazine a souligné que «le taux chômage au Sahara occidental représente le double du taux de chômage enregistré au Maroc et qui est de 9%». «Les Sahraouis disent que les postes d’emploi dans les territoires occupés vont aux marocains, attirés par la promesse de logements subventionnés», a-t-on encore relevé dans cet article qui a fait savoir, en se référant à des témoignages, que «les Sahraouis travaillant dans la mine de phosphate de Bou Craa au sud-est d’El Ayoun représentent seulement 30% de l’ensemble des travailleurs de la mine».

Selon le membre du Comité Sahraoui de soutien au plan de règlement des Nations Unies et pour la protection des ressources naturelles, Dalil Lahcen, qui s’est confié au magazine Bloomberg Businessweek, «les sahraouis continueront à revendiquer leur indépendance», ajoutant que la situation de colonisation du Sahara occidental «ne peut pas durer éternellement».

Par ailleurs, le magazine a rappelé quelques étapes historiques du conflit sahraoui, notamment, celles relatives à l’occupation marocaine. Cette publication américaine a également souligné que «les Nations Unies ne reconnaissent pas la position marocaine disant que le Sahara occidental appartient, historiquement, au royaume, et qu’une pression est actuellement exercée sur lui».
http://www.latribune-online.com/divers/83632.html






Revenir en haut Aller en bas
terminateur
Caporal chef
Caporal chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Sam 3 Aoû - 11:13

MOHAMMED VI GRACIE UN PÉDOPHILE CONDAMNÉ À 30 ANS DE PRISON

Les Marocains s'indignent!

Citation :
Près de 20.000 Marocains ont déjà répondu aux appels à manifester, lancés à partir des réseaux sociaux après la grâce accordée par leur roi à un ressortissant espagnol reconnu coupable du viol de 11 enfants.

La célébration du 14e anniversaire de l'accession de Mohammed VI au trône est en train de virer au cauchemar. Si la Tunisie a tenu en Bouaziz le héros qui a provoqué la chute du président Zine el Abidine Benali qui a régné sans partage pendant près d'un quart de siècle (7 novembre 1987 au 14 janvier 2011.) le souverain chérifien est quant à lui en train de semer les graines d'une explosion sociale qui pourrait faire vaciller le trône.
Au Maghreb, les étincelles ont cette vertu de provoquer des révolutions. Le monarque chérifien devrait méditer cette remarque, car il vient, en effet, de commettre un «geste» que la rue marocaine n'est pas près de passer sous silence. Près de 20.000 Marocains ont déjà répondu aux appels à manifester lancés à partir des réseaux sociaux après la grâce accordée par leur roi à un ressortissant espagnol reconnu coupable du viol de 11 enfants.
«Retraité..., ancien professeur universitaire, il avait été condamné en mai 2011 par la cour d'appel de Kénitra à trente ans de prison pour pornographie et abus sexuels sur une dizaine d'enfants et à verser 50.000 dirhams à ses victimes. L'Association Touche pas à mon enfant s'était constituée partie civile dans cette affaire» peut -on lire sur le site du média marocain Lakome qui précise que ce verdict avait été confirmé par la Cour suprême.
La manifestation qui était prévue hier à 22 h devant le Parlement marocain a pour objectif de demander «la révision de cette décision et présenter des explications à l'opinion publique, d'autant qu'une telle initiative heurte de plein fouet les sentiments des Marocains et bafoue leur dignité» indiquent les internautes tandis qu'en France, l'Association marocaine des droits humains à Paris - Ile-de-France- a décidé de tenir un sit-in et dire sa colère aujourd'hui à 18 h sous les fenêtres de l'ambassade du Maroc à Paris.
Dans cette histoire qui est en train de faire grand bruit au Maroc, mais aussi à l'étranger vu l'ampleur qu'a pris le phénomène de la pédophilie à travers le Royaume, il est pratiquement certain que Mohammed VI n'en a fait finalement qu'à sa tête. Il aurait en effet passé outre une note du ministère marocain de la Justice, qui a alerté le cabinet royal de la présence d'un pédophile dans la liste des 48 détenus espagnols qui ont bénéficié de la grâce royale. Un geste dont aurait pu bénéficier le jeune Algérien Islam Khoualed. Agé d'à peine 15 ans, il avait été condamné par le tribunal des mineurs d'Agadir à une peine d'un an de prison ferme au mois de mars dernier.
Accusé injustement d'«agression sexuelle» sur un jeune Marocain de 12 ans qui a pourtant reconnu qu'il n'y pas eu de viol sur sa personne. Islam, champion algérien de voile, avait fêté son 15e anniversaire entre les murs du centre de détention pour mineurs d'Agadir. La grâce royale ne touchera pas les innocents.
http://www.lexpressiondz.com/actualite/178662-les-marocains-s-039-indignent.html






Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Dim 4 Aoû - 11:54

Grâce accordée à un pédophile au Maroc : le roi demande une enquête

Citation :

Le roi du Maroc Mohammed VI a demandé dimanche une enquête "approfondie pour déterminer les responsabilités et les erreurs qui ont conduit à cette regrettable libération". Vendredi, plusieurs milliers de personnes avaient exprimé leur colère après la grâce accordée à un pédophile espagnol multirécidiviste.

Si la classe politique marocaine a tout d'abord choisi de faire profil bas après les manifestations vendredi contre la libération d'un pédophile espagnol, le roi Mohammed VI s'est enfin décidé à réagir dimanche.

"Une regrettable libération"

Le souverain marocain a déclaré ignorer la gravité des faits pour lesquels l'homme en question avait été condamné, et a exigé l'ouverture d'une enquête qui devra selon lui déterminer "les responsabilités et les points de défaillance qui ont pu mener à cette regrettable libération" du pédophile espagnol.

Le palais royal a également indiqué que cette enquête devrait permettre "d'identifier le ou les responsables de cette négligence afin de prendre les sanctions nécessaires". Le ministère de la Justice devrait "proposer des mesures de nature à verrouiller les conditions d'octroi de la grâce".

En dehors de ces déclarations royales, les politiques marocains sont restés majoritairement silencieux. Le Parti socialiste unifié (PSU, opposition de gauche) est le seul à avoir appelé à la suppression du droit de grâce.

Scandale chez les marocains

Vendredi, des dizaines de manifestants s'étaient réunis au Maroc, protestant contre la grâce royale accordée à un pédophile espagnol. Plusieurs dizaines de personnes avaient été blessées, dont des journalistes pris pour cible par des forces de l'ordre au cours d'une mobilisation à Rabat.

Le rassemblement visait à protester contre la décision du roi Mohammed VI, mardi dernier, de grâcier un pédophile espagnol, condamné en 2011 par la justice marocaine à 30 ans de prison pour des viols sur onze mineurs. Cet homme, qui aurait déjà quitté le pays, faisait partie d'une liste d'une cinquantaine de prisonniers espagnols grâciés au nom de "l'excellence des relations entre les deux royaumes", d'après des médias officiels

http://www.franceinfo.fr/monde/la-grace-accordee-a-un-pedophile-fait-scandale-au-maroc-1092845-2013-08-03






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Dim 4 Aoû - 15:20

Le souverain marocain a déclaré ignorer la gravité des faits pour lesquels l'homme en question avait été condamné

Quel roi il signe n'importe Quoi 327918 

Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Sam 10 Aoû - 11:41

Le roi trébuche, le Maroc avance

Citation :
Le roi du Maroc a commis un impair. La rue s'est emparée de l'affaire, et la démocratie a avancé d'un pas au Maroc.

Mohamed VI a frôlé la correctionnelle, avant de rétablir, partiellement, une situation très compromise. Pris dans une sombre histoire de grâce judiciaire accordée à un pédophile portant la nationalité espagnole, le souverain marocain semble avoir pris une décision insuffisamment mûrie, pour faire plaisir au Roi Juan Carlos d'Espagne. Il a visiblement sous-estimé la réaction de l'opinion marocaine, et mal évalué l'impact de cette affaire sordide. Mais quand la faute, avérée, a fait son effet, il a habilement rebondi, pour reprendre la main. Et il semble avoir réussi.

Dans un premier temps, Mohamed VI avait accordé une grâce à un groupe de prisonniers espagnols, dont un curieux personnage, au passé très lourd. Pour dire les choses crûment, cet homme, qui répond au nom de Daniel Galvan, serait un ancien agent des services spéciaux irakiens, qui a avait trahi son pays, et bénéficié, à ce titre, d'une récompense financière et d'une nouvelle identité pour vivre dans un pays occidental. On l'imagine facilement, utilisant sa fonction sous le régime de Saddam Hussein pour sévir contre ses compatriotes en toute impunité, avant de passer de l'autre bord quand le vent a tourné. Et quand on sait que c'est un pédophile, qui a abusé d'une dizaine d'enfants au Maroc, avant d'être condamné à trente ans de prison, on se demande quelles horreurs il a pu commettre dans son pays, où les hommes des moukhabarate bénéficiaient d'une impunité totale.

Ce personnage a donc atterri au Maroc, où il a été lourdement condamné. Le Roi connaissait-il le motif de la condamnation ? Difficile d'admettre que non. Mais Mohamed VI a commis une faute grave en le graciant, ce qui a provoqué une violente colère populaire. Quand la rue s'est enflammée, le Roi du Maroc a plaidé l'erreur. L'administration a mal fait son travail, a-t-il dit. Lui n'a pas le temps d'étudier les dossiers dans le détail, il se contente de signer. Il promet d'ailleurs de sévir contre les auteurs de cette faute, qui a terni l'image du Roi et de son royaume.

Vrai ou faux, peu importe. Le Roi a reconnu l'erreur. Mais cela n'a pas suffi pour calmer la colère de la rue. Alors, le Roi, par crainte d'un engrenage incontrôlable, dans un élan sincère, par calcul tactique, par souci d'apaisement, ou par nécessité politique, peu importe, le Roi a donc décidé d'aller encore plus loin. Il a annulé la mesure de grâce, et pris contact avec les autorités espagnoles pour tenter de rattraper le coup. Le pédophile en question a été arrêté en Espagne, et l'affaire rebondit de nouveau, promettant de prolonger le feuilleton.

Il y a plusieurs manières d'aborder cette crise. On peut souligner la légèreté avec laquelle le Roi et ses conseillers ont géré cette affaire. Habitués à mépriser leurs concitoyens, ils ont agi avec la même morgue et le même dédain dont ils ont toujours fait preuve. On peut tout aussi admirer la comédie qui entoure ce scandale, pour dire que Mohamed VI et Juan Carlos savaient tout depuis le début, qu'ils ont tenté, à la demande de leurs appareils sécuritaires, de réussir un coup tordu pour sortir du pétrin un homme qui a rendu de grands services aux pays occidentaux durant la guerre d'Irak, mais que la grenade leur explosé entre les mains. On peut également supposer que d'autres pays «amis» avaient besoin d'exfiltrer l'obscur Daniel Galvan pour des besoins tout aussi opaques. Mais au final, ce scandale a permis à Mohamed VI de se relever après avoir trébuché, et à son pays de faire un pas dans son cheminement vers la démocratie.

Car ce qui restera de ce scandale peut se résumer en trois points essentiels. D'abord, le Maroc a changé. Il ne peut plus être géré comme avant. La société a beaucoup évolué pour devenir un véritable acteur de la vie politique, et l'opinion publique est elle aussi devenue un élément important dans la gestion du pays. Ensuite, le Roi du Maroc, malgré un penchant traditionnel à agir dans sa bulle, sans tenir compte de l'opinion, s'est rendu compte qu'il doit désormais compter avec la rue, devenue partenaire et non un simple objet de la vie politique, ce qui l'a amené à faire volte-face pour garder l'image du « bon roi proche de son peuple ». Enfin, le Roi, même s'il n'est pas un citoyen ordinaire, n'est plus un demi Dieu.Il reconnait des erreurs dans sa gestion, et accepte de les corriger si cela s'avère nécessaire. Certes, nombre d'analystes doutent, probablement à raison, de la sincérité du Roi. Son comportement relève plutôt de la communication, qu'il a su adapter aux besoins du moment. Mais le fait d'être obligé de se soucier de son image auprès des citoyens marocains dénote un profond changement de la monarchie marocaine. Une monarchie qui évolue, probablement pas assez vite, mais qui tente de s'adapter, et qui contraint le Roi à se plier à de nouvelles règles.
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5186386






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
mig29
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Mer 18 Sep - 11:08

UNE VIDÉO D'AL QAÎDA SÈME LA PANIQUE AU MAROC

Droukdel règle ses "comptes" avec Mohammed VI

Citation :
Abdelmalek Droukdel, émir d'Al Qaîda au Maghreb
Spoiler:
 

Dans un message audiovisuel, l'émir de la branche maghrébine d'Al Qaîda, Abdelmalek Droudkel, appelle les Marocains à «émigrer vers Allah au lieu d'émigrer dans des pateras».

Panique au Palais royal. Le Royaume est sens dessus-dessous. La contre-attaque d'Aqmi au démantèlement récent d'une de ses cellules terroristes au Maroc ressemble à de la dynamite. Première victime collatérale: Ali Anouza.
Le directeur du média indépendant Lakome qui a diffusé la vidéo d'Aqmi appelant le peuple marocain à se soulever est en état d'arrestation. «Suite à la diffusion par le journal électronique Lakome d'une vidéo attribuée à Al Qaîda au Maghreb islamique (Aqmi), comprenant un appel clair et une incitation directe à commettre des actes terroristes dans le Royaume du Maroc, le parquet général a donné ses instructions à la police judiciaire pour procéder à l'arrestation du responsable dudit journal électronique pour investigation», a indiqué hier, un communiqué du procureur général du roi.
La nébuleuse islamiste change de fusil d'épaule. Dans son collimateur: Mohammed VI. Elle peaufine sa stratégie de communication pour convaincre le peuple marocain à se soulever contre son roi. L'appel et la référence au djihad ne suffisent plus. Le communiqué prend des allures de lutte des classes, de dictature du prolétariat et fait plutôt référence à l'orthodoxie marxiste enrobée dans une bonne dose d'idéologie religieuse. Une marque de fabrique qui a toutes les chances de bien se vendre.
Cela risque de faire mouche. Les arguments tiennent la route. Ce n'est plus musulmans radicaux contre musulmans tolérants. La fracture se traduit désormais en termes d'appartenance de classe: riches contre pauvres. Le slogan prend des allures de «Prolétaires de tous les pays unissez vous». On se croirait revenu à cette fin de XIXe siècle. Aux conditions de travail forcené des ouvriers des manufactures des bas fonds-de Londres... Là où se sont forgées les révoltes ouvrières les plus dures qui ont abouti à des acquis sociaux arrachés de haute lutte. Le Maroc compte plus de 5 millions d'habitants qui vivent avec moins d'un euro par jour.
C'est sur cette frange de la population que compte s'appuyer la nébuleuse islamiste pour faire trembler le trône alaouite. Abdelmalek Droukdel appelle les Marocains à «émigrer vers Allah au lieu d'émigrer dans des pateras». En termes plus clairs, il leur demande d'opter pour le djihad plutôt que de choisir l'émigration clandestine sur des embarcations de fortune. Le responsable de leur misère est tout désigné: Mohammed VI. Aqmi fait référence à la corruption et l'affairisme du Palais royal et cite les câbles diplomatiques révélés par WikiLeaks tout en mettant en exergue sa colossale fortune qui le classe parmi les monarques les plus riches de la planète tout en faisant un parallèle avec la pauvreté dans laquelle pataugent ses sujets.
Le magazine financier américain Forbes le classe parmi les personnalités les plus riches du monde. «Il est à la tête d'un joli pactole s'élevant à 2,5 milliards de dollars... et il caracole à la septième place des rois les plus aisés du monde sur une liste comprenant 15 souverains» rapportait le Courrier international, le 9 juillet 2009.
Nous démontons non seulement les mécanismes d'un système, mais aussi les ressorts psychologiques internes qui ont transformé le prétendu «roi des pauvres» en un véritable «roi prédateur» écrivent Catherine Graciet et Éric Laurent dans un ouvrage qui lui est consacré paru aux éditions du Seuil. Dans sa vidéo, Al Qaîda au Maghreb islamique n'épargne pas non plus le monarque chérifien en dénonçant ses accointances avec de puissants lobbys américains prosionistes.
Le Comité Al Qods, présidé par Mohammed VI, est qualifié par elle de «comité de judaïsation de Jérusalem». C'est au lobby pro-sioniste «American Israel Public Affairs Committee» (Aipac), basé à Washington qui soutient Israël et sa politique de colonisation des territoires palestiniens que le pouvoir marocain s'est adressé pour qu'il fasse basculer en sa faveur le Congrès américain en ce qui concerne la question sahraouie (lire L'Expression du 28 juillet 2013). Un nouveau déballage qui a mis le Palais royal sens dessus-dessous
http://www.lexpressiondz.com/actualite/181341-droukdel-regle-ses-comptes-avec-mohammed-vi.html






Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Lun 14 Oct - 12:47

les certitudes ébranlées de Mohammed VI

Répression d’une marche pour les droits de l’homme au Maroc.


Citation :

Le roi du Maroc n’est plus sûr de rien s’agissant du Sahara occidental. De sa plaidoirie vendredi au Parlement transparaissait une peur panique de lendemains qui déchantent. Eclairage. Son discours, vendredi devant le Parlement, sonnait comme un aveu d’échec d’une stratégie basée sur une campagne médiatique féroce contre l’Algérie et ses responsables. Au plan international, sa politique répressive contre les militants sahraouis est tellement indéfendable qu’il s’est aliéné le soutien, jadis acquis, des Etats-Unis.



Le fait est que les Américains furent à l’origine du fameux projet de résolution du Conseil de sécurité, en avril dernier, devant mandater la Minurso de surveiller le respect des droits de l’homme dans les territoires occupés. La proposition a certes été liftée de cette exigence à la dernière minute, grâce au travail payant (au propre et au figuré) de certains lobbies pro-Maroc à New York. Mais le mal est fait. Washington ne voit plus Rabat de la même manière. En brandissant l’arme des droits de l’homme, elle lui signifie que plus rien ne sera comme avant. Mohammed VI, qui s’est félicité devant ses députés de ce «défi majeur relevé», sait qu’il a plus perdu que gagné. Le projet de proposition des Etats-Unis prend valeur de retentissant avertissement. Et le roi le reconnaît à demi-mot : «La situation est difficile. Rien n’est encore tranché.

Les manœuvres des adversaires de notre intégrité territoriale ne vont pas s’arrêter, ce qui pourrait placer notre cause devant des développements décisifs.» De manœuvres, il s’agit en réalité du travail de sensibilisation, de médiatisation et de mobilisation effectué par le Polisario aux quatre coins de la planète avec des pays qui le soutiennent, comme l’Algérie. Forcément, Mohammed VI a déversé son ire sur ce «duo» qui l’empêche visiblement de réprimer et de coloniser en rond… L’Algérie en a ainsi pris pour son rôle dans ce regain de prise de conscience mondiale sur les souffrances du peuple sahraoui et de son droit inaliénable. Sans la citer nommément, Mohammed VI a érigé l’Algérie au rang d’«adversaire de notre intégrité territoriale».

Tant pis, si c’est le prix à «payer» pour apporter son soutien à une cause juste qui consiste à soutenir le droit du peuple à disposer de lui-même, conformément à la résolution 1514 du Conseil de sécurité. Mais au-delà de cet abcès de fixation qu’est devenue l’Algérie dans la bouche du monarque et de ses vaillants collaborateurs du makhzen, son propos tranche radicalement avec ses assurances d’avant. Il était aisé de saisir la panique du roi devant ses députés, qu’il a beaucoup secoué à l’occasion.

Polisario-Algérie, un duo d’enfer… royal

C’est que les certitudes de Mohammed VI ont rudement été ébranlées durant cette année 2013 et même avant. Après un rapport salé du reporter spécial de l’ONU, Juan Mendez, sur la pratique de la torture dans le royaume et dans les territoires occupés, M6 a dû accepter, la mort dans l’âme, d’accueillir à nouveau l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, Christopher Ross, auquel il avait pourtant retiré sa confiance. Un impair qui a dû peser lourd dans la balance des Etats-Unis avant de se décider à faire une proposition d’allonger le mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l’homme. Pour avoir poussé l’outrecuidance à ses limites, le roi a fini par se mettre dans la gueule du loup… américain. Son discours aux accents d’aveu de vendredi dernier se décline comme le cri de détresse d’un monarque pris à son propre piège.

L’Algérie a alors bon dos pour lui imputer tous ses errements politiques et ses violations flagrantes des droits de l’homme. En invitant le Parlement à «bouger» à l’intérieur et à l’extérieur, les institutions, la société civile et les partis politiques à se mobiliser pour sauver «notre intégrité territoriale», Mohammed VI sait qu’il est sur la défensive vis-à-vis de la communauté internationale.

Appel à la mobilisation générale

«Mais on ne devrait pas se satisfaire de remporter cette bataille, ni céder à un optimisme béat», s’écrie en effet le roi face aux parlementaires, suggérant ainsi que le Maroc n’est désormais sûr de rien. D’où la nécessité, d’après lui, de lancer la riposte. «Au lieu d’attendre les attaques de nos adversaires pour y riposter, il faut plutôt les acculer à la défensive, en prenant les devants, en anticipant les événements et en y répondant de manière positive», leur a-t-il ordonné.

Ayant compris que «sa cause» est de moins en moins partagée, y compris dans son royaume préoccupé par les dures conditions de vie et la main de fer du makhzen, le roi a tenté un appel pour une union «sacrée» dans l’espoir de contrebalancer la tendance au sein de l’ONU. «La cause n’est pas uniquement celle du roi, mais celle de tout le monde, à savoir les institutions de l’Etat, Parlement, Assemblées élues, et tous les acteurs politiques, économiques, syndicaux ainsi que les organisations de la société civile, les médias et les citoyens.» Pas sûr que les jeunes du M20 et les soutiens du journaliste Anzoula, emprisonné arbitrairement, et tous ces milliers de Marocains qui dénoncent la cherté de la vie puissent capter ce SOS royal
http://www.elwatan.com//international/les-certitudes-ebranlees-de-mohammed-vi-14-10-2013-231436_112.php






Revenir en haut Aller en bas
DSI
Adjudant
Adjudant
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Lun 4 Nov - 15:14

L’ambassadeur du Maroc convoqué au MAE

Rabat «regrette» mais ne s’excuse pas… Attention au retour de manivelle c'est scandaleux,
c'est très grave çà faut pas poussé le bouchon trop loin
75433  386813  924802 
milles coups de fouets


Citation :

L’ambassadeur du Maroc, Abdallah Belkeziz, qui a finalement écourté son séjour à Rabat, a été soumis hier à la «question» au niveau du ministère des Affaires étrangères, dans le sillage de la grave violation des locaux du consulat d’Algérie à Casablanca.



Dans une déclaration du ministère des Affaires étrangères rendue publique au terme de cette audition, il a été rappelé à l’ambassadeur du royaume du Maroc la «demande pressante» formulée, vendredi dernier, auprès du chargé d’affaires de son ambassade pour obtenir le «plus rapidement possible» des explications circonstanciées sur «la violation inacceptable des locaux consulaires algériens à Casablanca et la profanation impardonnable de l’emblème national, le jour même de la célébration du déclenchement de la glorieuse Révolution du 1er Novembre».

Et comme on pouvait s’y attendre, l’envoyé du roi n’a pas été chargé de présenter les excuses de son gouvernement pour le grave préjudice moral et symbolique causé à l’Algérie. Abdallah Belkeziz s’est contenté, hier, d’exprimer les «regrets de son gouvernement», souligne la déclaration du ministère des Affaires étrangères.

L’ambassadeur a informé le département de Ramtane Lamamra que le ministre des Affaires étrangères du royaume du Maroc s’était entretenu avec l’ambassadeur d’Algérie à Rabat le jour même de la violation de l’enceinte consulaire algérienne pour «condamner cet acte inadmissible». Il a aussi assuré que le mis en cause, ce désormais tristement célèbre fauteur de troubles, Hamid Enaânaâ, l’homme par qui le scandale est arrivé, a agi seul et qu’il est aux arrêts en attendant d’être présenté, le 20 novembre, devant le procureur. Suffisant pour éteindre le feu de la colère en Algérie ? Pas sûr.


Des «regrets» mais pas d’excuses


Pas certain aussi que l’aveu d’un «acte inadmissible» par l’ambassadeur non assumé publiquement et encore moins assorti d’excuses, comme l’exigent les usages diplomatiques en pareilles circonstances, fasse retomber la tension.
Autant dire que cette plaidoirie du représentant du Maroc n’a pas vraiment convaincu les responsables algériens qui lui ont signifié que l’Algérie «n’accorde pas de crédit à la thèse de l’‘‘incident isolé’’ et encore moins au ‘‘fait divers’’». M. Lamamra et ses collaborateurs en veulent pour preuve «des éléments visuels de preuve entourant le double forfait perpétré par un individu faisant partie d’un groupe de manifestants hostiles à l’Algérie et à ses hauts responsables». Une façon de signifier, presque diplomatiquement, que l’Algérie est quasiment convaincue que le coup était prémédité, voire commandité.

Il est donc clair que le ministère des Affaires étrangères ne compte pas s’arrêter en si bon chemin dans sa volonté de se faire justice après la provocation de Casablanca.
Signe de cette volonté de tirer cette affaire au clair, le MAE a demandé officiellement à l’ambassadeur marocain que les autorités algériennes soient associées, «selon une forme appropriée et conformément à la pratique internationale», à l’enquête pour déterminer les faits et s’assurer que les suites appropriées ont été engagées après cet incident «particulièrement grave».


La responsabilité du Maroc engagée


A l’appui, le MAE a rappelé à l’ambassadeur que les autorités marocaines ont, en vertu de «l’article 31 de la Convention de Vienne sur les relations consulaires», l’obligation spéciale de prendre les «mesures nécessaires pour protéger les locaux consulaires et empêcher qu’ils ne soient envahis et que la paix du poste consulaire ne soit troublée ou sa dignité amoindrie». La déclaration du MAE suggère ainsi que l’Algérie pourrait être amenée à se plaindre auprès de l’ONU. Le département de Ramtane Lamamra n’a pas manqué de souligner à l’ambassadeur «toute la responsabilité du gouvernement marocain» dans la création du «climat de tension et d’escalade» qui prévaut actuellement.

Il lui a également réaffirmé la «nécessité d’une prise de position claire et sans équivoque de sa part quant à l’impératif du respect des symboles de l’Etat algérien en toutes circonstances». L’ambassadeur du Maroc, qui n’était pas en mesure de répondre aux demandes algériennes, a pris note, d’après nos sources, le temps d’en référer à son gouvernement. C’est donc une «fin et suite» de cette minicrise diplomatique entre Alger et Rabat, surtout que le souverain alaouite a commis une entorse tout aussi grave aux us diplomatiques en manquant à son devoir de présenter les vœux de circonstance au peuple algérien à l’occasion du 1er Novembre. Au lieu de ce geste de détente, il a hélas préféré tirer un feu nourri contre l’Algérie et son emblème avant de se tirer à… Abu Dhabi


Citation :
Déclaration du ministère des Affaires étrangères :


L’ambassadeur du royaume du Maroc, Abdallah Belkeziz, a été convoqué, cet après-midi, au siège du ministère des Affaires étrangères où il lui a été rappelé la demande pressante formulée vendredi dernier auprès du chargé d’affaires de son ambassade pour obtenir le plus rapidement possible des explications circonstanciées sur la violation inacceptable des locaux consulaires algériens à Casablanca et la profanation impardonnable de l’emblème national, le jour même de la célébration du déclenchement de la glorieuse Révolution du 1er Novembre.

L’ambassadeur a exprimé les regrets de son gouvernement et a indiqué que le ministre des Affaires étrangères du royaume du Maroc s’est entretenu avec l’ambassadeur d’Algérie à Rabat le jour même de la violation de l’enceinte consulaire algérienne pour «condamner cet acte inadmissible».
Il a été rappelé à l’ambassadeur que l’Algérie n’accorde pas de crédit à la thèse de l’«incident isolé» et encore moins au «fait divers», et ce, sur la base d’une analyse rigoureuse des éléments visuels de preuves entourant le double forfait perpétré par un individu faisant partie d’un groupe de manifestants hostiles à l’Algérie et à ses hauts responsables.

Dans ce contexte, les autorités algériennes demandent à être associées, selon une forme appropriée et conformément à la pratique internationale, à l’enquête pour déterminer les faits et s’assurer que les suites appropriées ont été engagées à la suite de cet incident particulièrement grave.
Il a été également fait observer à l’ambassadeur, M. Belkeziz, que les autorités marocaines ont, en vertu que l’article 31 de la Convention de Vienne sur les relations consulaires, l’obligation spéciale de prendre les mesures nécessaires pour protéger les locaux consulaires et empêcher qu’ils ne soient envahis et que la paix du poste consulaire ne soit troublée ou sa dignité amoindrie.

Le ministère des Affaires étrangères, qui souligne toute la responsabilité du gouvernement marocain dans la création du climat de tension et d’escalade qui prévaut actuellement, réaffirme la nécessité d’une prise de position claire et sans équivoque de sa part quant à l’impératif du respect des symboles de l’Etat algérien en toute circonstance.Alger, le 3 novembre 2013.
Citation :
Réactions :


L’ONEC dénonce un acte criminel


Le secrétariat national de l’Organisation des enfants de chouhada a dénoncé, hier dans un communiqué, l’atteinte au drapeau national survenue au Maroc le jour de la célébration du 1er Novembre. L’organisation de Tayeb El Houari a qualifié cet acte de «criminel». Elle exige des autorités marocaines de «punir sévèrement les auteurs» et de «présenter des excuses aux autorités algériennes». L’ONEC estime que les agresseurs et auteurs «de cet acte d’agression ont été poussés par le makhzen et ses alliés». Celle-ci interpelle les autorités algériennes à prendre «toutes les mesures pour mettre fin à ces agissements vils». 
R. N.



Rassemblement à Maghnia


Hier matin, des dizaines de jeunes, représentant des associations de quartier, de village et des droits de l’homme (section locale) ont observé un sit-in à la sortie de la ville, à proximité du complexe touristique La Tafna, sur la route d’Oujda, pour dénoncer l’attaque du consulat d’Algérie à Casablanca, vendredi dernier. «L’Algérie est un pays souverain et l’attaque de notre consulat à Casablanca est une agression caractérisée, un acte abject. Nous tenons à dénoncer fermement ces agissements de lâches du makhzen et nous continuerons à soutenir la cause du Sahara occidental», clamaient en substance les manifestants pacifiques. Ayant demandé une autorisation pour se rendre sur le tracé frontalier et observer leur sit-in, les jeunes citoyens ont été dissuadés par le chef de la daïra de Maghnia, d’où leur décision de se rassembler à la sortie de la ville. «Nous ne brûlerons pas l’emblème du Maroc et ne prononcerons pas des obscénités à l’égard du pays voisin. Nous sommes ici pour exprimer notre mécontentement à la suite de la violation de notre consulat et la profanation de notre drapeau par des illuminés à la solde du makhzen…», ont tenu à préciser les manifestants. C. Berriah



«Des attaques traîtresses et des vociférations du makhzen», déclare le CNASPS


Le Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (Cnasps) a qualifié hier de «provocation irresponsable» la violation du consulat général d’Algérie à Casablanca (Maroc). «Il s’agit de déboires répétés, de la cécité politique de sa diplomatie (Maroc) et de son incohérence», explique le comité dans un communiqué. Le Cnasps a, en outre, qualifié la campagne politico-médiatique du Maroc contre l’Algérie «d’attaques traîtresses et de vociférations du makhzen» qui sont, a-t-il affirmé, «des voix hurlantes partisanes contre l’Algérie et de l’agressivité gratuite d’une certaine presse marocaine». «La politique d’obstruction du Maroc, l’appel du roi à la mobilisation lors de son dernier discours, ont poussé le makhzen et ses relais à porter atteinte aux symboles de l’Algérie, à l’emblème national», a souligné le comité. Pour le Cnasps, «l’entêtement et l’intransigeance de la force coloniale marocaine» font que le Maroc «n’est pas disposé à se conformer à la légalité internationale et à coopérer avec les instances onusiennes». Il s’agit, a-t-on souligné dans ce communiqué, «d’obstacles dressés par le Maroc est ses alliés devant la création d’un mécanisme de surveillance et de protection des droits de l’Homme, sous l’égide de l’ONU, au Sahara occidental occupé». Qualifiant cette situation d’«immorale», le Cnasps a condamné «vigoureusement cette provocation». Le Cnasps a rappelé, dans ce cadre, que «l’Algérie, fidèle à son histoire, continuera à assumer ses responsabilités afin que prévale le règlement dicté par la légalité internationale, consacrant le droit à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental».
http://www.elwatan.com//actualite/rabat-regrette-mais-ne-s-excuse-pas-04-11-2013-233796_109.php
Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Dim 10 Nov - 19:59

ROYAUME DU MAROC

Le crapaud qui se fait aussi gros que le boeuf
327918 

Citation :
En 1963, répétant le même scénario qu'avec la Mauritanie, le même Maroc agressa l'Algérie.

S'inspirant des sinistres empires coloniaux des siècles derniers, le Maroc ne rate aucune occasion pour tenter d'accaparer des territoires d'autrui pour assouvir ses ambitions expansionnistes qui ne semblent pas connaître de limites.
Son rêve du Grand Maroc qui ne date pas d'aujourd'hui et qu'il revendiquait, illégalement depuis longtemps, mais officieusement, car trop lâche pour oser s'attaquer aux puissances occupantes (voir Ceuta et Melilla qui restent sous domination espagnole à ce jour), engloberait le Sahara occidental, la Mauritanie, une partie du Mali et une bonne partie de l'Algérie.
Cet esprit expansionniste qui amena la monarchie marocaine à cultiver chez le Makhzen le rêve de conquêtes territoriales engendra une tension permanente pérennisant par là même un climat de méfiance dans toute la région.
En 1960 déjà, au moment où la Mauritanie venait de recouvrer son indépendance après avoir souffert des affres de l'occupation et alors qu'elle ne s'était pas encore remise de ce qu'elle avait enduré, des décennies durant, le Royaume du Maroc, prétendant que ce territoire lui appartenait, tenta de l'annexer et de prendre la place de l'ancien colonisateur. Il mettra dix ans pour la reconnaître et établir des relations diplomatiques avec elle.

La guerre des sables
En 1963, répétant le même scénario qu'avec la Mauritanie, le même Maroc agressa l'Algérie qui n'avait pas encore fini de panser ses blessures, arguant qu'une grande partie de l'ouest algérien, dont la région de Tindouf et Béchar, était sienne. S'ensuivit alors ce qu'on a appelé «La guerre des sables» qui resta gravée dans notre mémoire collective et marqua à jamais les relations de nos deux pays.
Cette mentalité agressive du Maroc envers notre pays et ses revendications illégitimes brandies à chaque fois qu'il se trouve en difficulté avec son peuple, empoisonnent toute relation stable avec lui et empêchent l'instauration d'une entité régionale bénéfique pour tous.
D'un autre côté, chaque fois qu'il veut influencer des décisions onusiennes qu'il estime en sa défaveur, il répète la même comédie, exhibant ainsi son refus de reconnaître aux peuples le droit à l'autodétermination et à l'indépendance et rejetant le principe du respect de l'intangibilité des frontières héritées du colonialisme telles que prônées par les instances régionales et internationales.
Enfin, en 1975, faisant fi des décisions onusiennes et de l'avis consultatif de la Cour de justice internationale qui dénie tout droit du Maroc sur le territoire sahraoui, le roi Hassan II entame l'annexion pure et simple du Sahara par le biais de la fameuse marche verte. Il déversa pour ce faire, plusieurs centaines de milliers de personnes qui envahirent ce pays frère, noyant la population autochtone et mettant la communauté internationale devant le fait accompli avec la complicité de l'Espagne qui signa un traité par lequel elle transmettra les pouvoirs administratifs sur le territoire au Maroc et à la Mauritanie alors qu'elle n'en avait aucun droit. Tout cela avec la passivité complice des Etats-Unis et des pays occidentaux, notamment celle de la France.
Cette situation qui provoqua une confrontation armée entre le Front Polisario (représentant légal du peuple sahraoui) et les armées du Maroc et de la Mauritanie, déstabilisera toute la région et détourna les autorités de notre pays de l'objectif de développement qu'elles se sont assigné; obligeant notre pays à mobiliser une partie de ses troupes armées à la frontière Ouest et à réserver des potentialités considérables à cette fin. Devant la défaite de son armée, la Mauritanie, qui a vu son entité menacée, fut obligée de se retirer de la partie qu'elle a annexée, laissant le champ libre aux Marocains qui, au fil des années, ne contrôlèrent plus que 10 à 15% des territoires occupés malgré l'aide apportée par les pays occidentaux (France et Espagne) et les Etats-Unis d'Amérique pour qui cette région était stratégique; pérennisant de ce fait un foyer de tension à nos frontières.
Ces pays prétendument démocratiques qui apportent toute leur aide au régime marocain ainsi que la communauté internationale sont comptables devant l'Histoire des souffrances qu'endure le peuple sahraoui, car sans l'appui des premiers et la passivité et le silence de l'autre, il aurait recouvré son indépendance depuis des lustres. Aujourd'hui, alors que la communauté internationale semble sortir de sa léthargie, et que la Rasd gagne de plus en plus de voix à travers le monde, le Maroc, se trouvant acculé, ne trouve pas mieux que de s'en prendre à l'Algérie qu'il accuse de tous les maux.

Le royaume de la drogue
Nous avons pris l'habitude de ses divagations et de ses accusations infondées, et supporté les tonnes de drogue que ses services déversent sur notre sol, mais cette fois-ci, en s'attaquant aux symboles les plus sacrés pour notre peuple, il a dépassé toutes les limites.
En effet, au mépris de tous les usages internationaux et après avoir chauffé à blanc ses sujets, il fomente des manifestations et envoie ses sbires violer l'enceinte de notre représentation diplomatique à Casablanca et arracher l'emblème national pour ensuite le souiller un 1er Novembre, date du déclenchement de la révolution ayant abouti à la libération de notre patrie reconquise au prix d'un million et demi de martyrs.
Devant cette attitude inqualifiable et ses agissements ignobles qui témoignent de l'état de panique dans lequel se trouve ce régime, nous joignons notre voix à celle de tout le peuple algérien pour condamner de toutes nos forces cette attitude hostile et mettons en garde, aujourd'hui plus que jamais, nos responsables quant aux conséquences de l'attitude d'un régime aux abois qui, comme le crapaud qui veut se faire aussi gros qu'un boeuf, est capable d'une action insensée, notamment en ce moment crucial où nous assistons à la réapparition dans notre région d'une mentalité impérialiste que nous avons cru révolue à jamais.
http://www.lexpressiondz.com/actualite/184207-le-crapaud-qui-se-fait-aussi-gros-que-le-boeuf.html






Revenir en haut Aller en bas
http://pecheurs77.creerunforum.net/
sukhoi30mka
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Dim 10 Nov - 20:09

comment peut 'on lier amitié avec ceux qui vendent leurs propres enfants , l'histoire continue avec ce pays , avant c'etait avec l'amir abdelkader qui l'ont vendu a l'occupant francais , et ensuite l'arrestation des membres du FLN au maroc , et mnt le drapeaux des martyres , selon des sources bien proches des decideurs algeriens , cet act ne va pas etre  pardonner méme si le roi lui méme demande des excuses ,resserer l'etau plus avec des nouveaux postes aux frontieres , et laissant le se demerder avec son peuple lui seul aura raison de son trone , la preuve est la la fermeture des frontieres et l'attaque contre les contrebandiers du carburant et produit agroalimentaire ont donné des resultats






Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Lun 11 Nov - 14:52

RAMTANE LAMAMRA À PROPOS DE L'INCIDENT DE L'EMBLÈME NATIONAL AU MAROC

"La page n'est pas tournée"


Citation :
«Une fois la question est résolue, nous parlerons des projets de développement», a affirmé sans ambages M. Lamamra.

La page de l'incident qui s'est produit à Rabat n'est pas encore tournée. Alger pose ses conditions. «Nous avons demandé officiellement d'être associés à l'enquête pour situer les responsabilités», a déclaré ouvertement le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra lors d'une conférence qu'il a animée conjointement avec le ministre de la Communication, hier, à l'hôtel El Aurassi. Si le gouvernement a gardé le silence sur cette affaire, cela ne veut pas dire qu'il a avalé la pilule. «Le silence peut être extrêmement éloquent», a répondu M.Lamamra avec un ton serein en précisant toutefois qu'«on ne peut pas tous les jours faire des déclarations sur ce qui se produit». Le gouvernement pose sa participation à l'enquête comme une condition préalable pour tout effort de développement des relations entre les deux pays. «Une fois la question est résolue, nous parlerons des projets de développement», a affirmé M.Lamamra sans ambages. Pour lui, l'incident qui s'est produit est loin d'être un acte isolé surtout qu'il a eu lieu dans une date symbolique, le 1er Novembre. «Il s'agit d'un problème extrêmement important», estime Lamamra en affirmant que «les autorités marocaines se sont mises dans l'impasse».
Le ministre des Affaires étrangères a rappelé que les positions de l'Algérie par rapport à la question du Sahara occidental sont «constantes et fermes». «Les positions de l'Algérie sont constantes et fermes. Nous faisons clairement la distinction entre la question du Sahara occidental qui relève d'un problème de décolonisation et qui est entre les mains des Nations unies, et nos relations bilatérales (avec le Maroc)», a-t-il souligné en guise de précision. Cette déclaration est une réponse directe aux attaques du Royaume marocain qui accuse Alger d'utiliser le dossier du Sahara occidental contre lui.
Le chef de la diplomatie a rappelé à l'ordre Rabat en l'invitant à respecter les accords. «Dans les relations bilatérales (algéro-marocaines), il y a des accords et des règles de conduite, qu'elles soient écrites ou implicites, qu'elles relèvent du droit ou de notre histoire commune, qu'il ne faut pas transgresser.»
La transgression de ces accords et règles de conduite signifierait, indique le chef de la diplomatie algérienne, «une faillite morale de la part de ceux qui transgressent ce genre de référents historiques». Des propos qui sonnent comme une mise en garde directe à l'adresse de Rabat. Toujours sur ce dossier, le ministre a tenu à rappeler que l'introduction du contrôle des droits de l'homme dans le mandat de la Minurso a été initiée par l'ex-secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice, actuellement conseillère du président américain.
Interrogé par ailleurs sur la visite du secrétaire d'Etat américain, M.Lamamra a écarté toutes les interprétations faites par la presse. «La visite n'a pas été annulée, elle a été juste reportée», a-t-il affirmé en assurant qu'elle aura lieu dans les semaines à venir. «La visite a été reportée sur un accord avec le secrétaire d'Etat américain», a-t-il tenu à clarifier en écartant toute liaison avec la crise diplomatique avec le Maroc.
«Washington connaît bien les positions de l'Algérie et elle les respecte», a assuré M.Lamamra tout en rappelant que les relations entre les deux pays sont très importantes. «Ce sont des relations approfondies et diversifiées», a-t-il dit en indiquant que le niveau des échanges commerciaux entre les deux pays dépasse celui de toute la région du Maghreb. Interpellé sur les détenus algériens au Mali, le ministre des Affaires étrangères assure que l'Etat algérien mobilise tous ses moyens et ses structures pour libérer nos diplomates. Sur la question du fichier électoral exigé par les observateurs européens, le chef de la diplomatie a tenu à affirmer qu'il avait rencontré la délégation des parlementaires européens mais cette question n'a pas été soulevée. «A aucun moment il y a eu une tentative de forcer la main», a assuré le conférencier. M.Lamamra a fait savoir que «sur les 32 recommandations du rapport élaboré par les observateurs de l'UE lors des élections législatives, 17 ont été acceptées vu leur compatibilité avec la législation algérienne».
http://www.lexpressiondz.com/actualite/184277-la-page-n-est-pas-tournee.html







Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
yanis
Sergeant chef
Sergeant chef
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Mer 4 Déc - 21:17



Le Maroc veut ériger un mur de 450 KM le long de sa frontière avec l’Algérie, Mohammed VI joue à se faire peur


Citation :
De hauts responsables des forces armées royales, de la gendarmerie, du ministère de l’Intérieur…se sont réunis en conclave à Oujda pour mettre en oeuvre ce gigantesque projet.

Qu’en est-il au juste? Motus et bouche cousue du côté de Rabat. Un silence qui confirme la volonté du Makhzen de se claquemurer. Pour sans doute mieux se complaire dans une rôle de victimisation. Une stratégie élaborée pour justifier ses campagnes haineuses contre l’Algérie et sa position sur le Sahara occidental. Pour mieux réprimer certainement. Un drame que le pouvoir marocain voudrait voir se jouer à huis clos. Le prétexte est cette fois-ci différent.

Le Maroc envisage d’ériger un mur de 450 km le long de sa frontière avec l’Algérie pour lutter contre l’immigration clandestine: subsaharienne en particulier. Le territoire algérien étant une étape incontournable pour ces candidats à «l’exil forcé» dont l’Europe reste la destination ultime: un eldorado qui dans leur subconscient représente la solution adéquate à leur triste sort, la fuite de la misère, de la famine, les conflits armés…Ces populations, le Maroc n’en veut pas comme il refuse aux Sahraouis le droit d’avoir une patrie.

Alors il décide d’ériger un mur pour se protéger de ce phénomène international comme il a édifié ce «mur de la honte» long de 2 720 km pour attester de sa volonté de mainmise sur le Sahara occidental. Mohammed VI joue à se faire peur. Le souverain marocain a pour crédo de brandir la carte de la menace de l’intégrité territoriale à chaque fois qu’il s’agit de cette question. Le Maroc occupe le Sahara occidental qui figure pourtant sur la liste des territoires non autonomes depuis 1963 que l’Organisation des Nations unies considère comme non décolonisés.

Une injustice qui doit suffire pour expliquer le socle sur lequel s’est bâti la paranoïa du pouvoir marocain. De qui a-t-il peur? De l’Algérie qui reçoit des tonnes de drogue en provenance du territoire chérifien? Du trafic de carburant qui prive l’Algérie d’un appoint financier notoire sorti tout droit de son sous-sol? «Nous avons 1,5 milliard de litres qui sortent du pays d’une manière illégale. Cela représente une perte d’un milliard de dinars», avait déclaré, le 22 juillet à El Oued, le ministre de l’Energie, Youcef Yousfi. De quoi faire tourner 600.000 véhicules. Une semaine auparavant, le 14 juillet, l’ex-ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia, avait indiqué que près de 25% de la production nationale de carburant «sont exportés illégalement» vers les pays voisins.

Pourquoi le Maroc n’a-t-il pas pris des décisions pour faire échec à ce type de contrebande? La raison est simple. Le carburant pompé puis acheminé des stations-service des wilayas de l’Ouest algérien frontalières avec le Maroc, s’y vend au noir à moitié prix (4 dirhams le litre au lieu de 8,4 dirhams). Un business juteux qui s’est enraciné dans les grandes villes du Maroc: Rabat, Meknès… Il permet en outre de maintenir la paix sociale au Maroc oriental. Une région qui souffre du chômage et de disparités flagrantes. «70% de l’économie de la région du Maroc oriental dépendent de la contrebande et nous estimons le chiffre d’affaires moyen de cette activité à 6 milliards de dirhams par an. Le secteur informel emploie plus de 10 000 personnes et couvre l’essentiel des besoins de consommation», avait reconnu la Chambre de commerce, d’industrie et de services d’Oujda dans une étude qui avait été consacrée à la pratique du commerce illégal.

«Il existe à Fès des entrepôts quasi officiels de carburants de contrebande et certains souks offrent des rendez-vous hebdomadaires pour se ravitailler, au vu et su de tout le monde», a confié, de son côté le président du Groupement des pétroliers du Maroc (GPM), Adil Ziady au premier quotidien économique marocain L’Economiste. Des arguments qui confirment que derrière ce projet d’édification d’une muraille de près de 500 km de frontière partagée avec l’Algérie se cachent probablement quelques arrière-pensées…

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source
http://www.lexpressiondz.com/actualite/185567-mohammed-vi-joue-a-se-faire-peur.html
Revenir en haut Aller en bas
air-force
fondateur (Administrateur)
fondateur (Administrateur)
avatar


MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   Mer 19 Fév - 19:58

Algérie-Maroc : Rabat multiplie les provocations

Citation :
Il semblerait que l'Algérie soit devenue la seule préoccupation, sinon le cauchemar, du Maroc qui n'en finit pas de multiplier les provocations contre un pays occupé à se construire et rétablir la sérénité et le calme dans la sous-région africaine qu'est le Maghreb.

« Last but not least», Rabat vient d'enrajouter une couche à un contentieux, fabriqué de toutes pièces par les officines du Makhzen, pour nuire à l'Algérie et ses efforts de parvenir à un règlement pacifique du dossier de décolonisation, encore pendant, au Sahara Occidental. Lundi, une dépêche de l'Agence de presse officielle marocaine (MAP) annonce que des tirs de l'ANP auraient visé un poste de surveillance marocain, à la frontière entre les deux pays, dans la région de Figuig. Une région pauvre, et dont les habitants ont, de tout temps, menacé d'émigrer vers l'Algérie, pour fuir la misère et la répression policière.

La dépêche de la MAP reprise par les médias marocains, indique que ‘'des éléments de l'Armée nationale populaire algérienne ont procédé, lundi vers 13h45, à des tirs en direction du poste de surveillance marocain ‘Ait Jormane', longeant le tracé frontalier entre le Maroc et l'Algérie, dans la province de Figuig''. L'information, comme par hasard, est en fait, un communiqué du ministère de l'Intérieur marocain.

Dans le contexte politique actuel entre les deux pays que Rabat veut pourrir, quoi qu'il lui en coûte comme crédibilité auprès des institutions internationales, il est patent que l'Algérie a toujours cherché la meilleure solution à ces attaques frontales, gratuites et qui ne travaillent plus pour des retrouvailles maghrébines qui se sont éloignées depuis longtemps de l'agenda politique de la région. Après donc l'épisode de l'emblème national enlevé et profané du Consulat algérien, à Casablanca, un simulacre de procès pour le responsable de cet acte inamical du royaume chérifien, l'annonce de la construction d'un mur sur tout le tracé frontalier avec l'Algérie, ou les récriminations auprès de Washington sur une prétendue exclusion de l'atelier régional du Centre africain d'études et de recherche sur le terrorisme (CAERT), il semblerait, donc, que Rabat ait plus d'un tour dans son sac, quand il s'agit de porter atteinte à la crédibilité et l'honneur de l'Algérie. Car en fait, les responsables marocains, sous un langage policé mortel pour ceux qui n'en prennent pas garde, font, depuis quelque temps, tout pour nuire et porter atteinte à l'Algérie. Du maintien de la frontière terrestre fermée au dossier sahraoui et autres contentieux sur le bien des Algériens nationalisés par l'Etat marocain, le Makhzen ne recule devant plus rien pour fuir ses responsabilités, dans le règlement du dossier sahraoui. Sinon, comment interpréter cette poignante protestation du Maroc sur de pseudo-réfugiés syriens que l'Algérie aurait refoulés vers le Maroc, autrement que par des gesticulations maladroites, toujours pour porter préjudice à l'Algérie, même si les autorités marocaines ne disent pas que la frontière est fermée et que, surtout, ce sont elles qui ont tenté de refouler ces Syriens, vers l'Algérie, pour lui en faire endosser la responsabilité. Le Makhzen est-il, à ce point, aux abois pour étaler, au grand jour, toute sa perfidie, en encensant un jour l'Algérie, dimanche avec un message empoisonné du Roi au président Bouteflika, et le poignarder, dans le dos, le lendemain, lundi avec la dépêche surréelle de la MAP. Jusqu'à quand?

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5194388






Revenir en haut Aller en bas
http://www.air91-force-algerian.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: actualités Marocaine(économies politiques militaire )   

Revenir en haut Aller en bas
 

actualités Marocaine(économies politiques militaire )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Actualités Américaines (Economiques,Politiques et Militaires)
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Livret militaire
» Défilé militaire du 21 juillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Top Air Forces Algerian :: ( actualités ) :: Actu (internationales)
-